Le gouvernement mauritanien condamne les propos de Raissouni    Nador : 13 migrants condamnés à deux ans et demi de prison ferme    Jerusalem-Ankara. Une normalisation très avancée    M'diq: l'incendie de forêt presque entièrement maîtrisé    Le Maroc persévère dans sa lutte contre la traite des humains    Vague de chaleur de vendredi à dimanche dans plusieurs régions    Le Mali demande une réunion d'urgence du Conseil de sécurité sur les «actes d'agression» français    Le président tunisien Kais Saied entérine la nouvelle Constitution    Plan d'aide de Séoul pour la dénucléarisation de la péninsule coréenne    Jeux de la solidarité islamique, karaté : deux médailles d'or pour le Maroc    Brésil-Argentine annulé    Espagne : Sanchez veut un gazoduc connecté à l'Europe centrale    Fête nationale gabonaise: activités sportives et culturelles à Laâyoune    La forteresse « Casa del Mar »    Un Tremplin rythmé et électrique au stade du R.U.C. à Casablanca    Ciné Plage de Harhoura n'aura pas lieu    L'acteur marocain Mohamed Zyat est hospitalisé (VIDEO)    Agadir: Présentation des opportunités d'investissement aux Marocains du monde    Google : Les robots appelés à prendre des décisions    France : Les étudiants universitaires marocains connaîtront une nouvelle augmentation de frais de rentrée    Marrakech : Célébration du 69ème anniversaire de la Manifestation du Mechouar    فيروس كورونا : 109 إصابات جديدة دون وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Beach-soccer: le Maroc qualifié pour la CAN 2022    Dogmatisme aveuglant !    Casablanca : «Al Majdoubia » de Saâdallah brille lors du Festival Al Fida    Tragédie de Khouribga: les dernières précisions d'un responsable (VIDEO)    Mercato : le Marocain Benjamin Bouchouari rejoint l'AS Saint-Étienne (PHOTO)    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 Aout 2022    Dakhla : Une touriste française succombe à ses blessures causées par des chiens errants    Maroc : 1 819 agents d'autorité concernés par un mouvement de mutation    Ronaldo promet la "vérité" en réponse aux "mensonges" des médias    Serie A: ouverture d'une enquête après les cris racistes contre Osimhen    Compétitions africaines interclubs : La participation des Raja, Wydad (LDC) ,AS FAR et RSB officiellement validée par la CAF    Le Radisson Hotel Group s'implante à Saïdia    L'ambassadeur chinois à Washington met en garde les Etats-Unis contre les conséquences de son soutien à Taïwan    Myanmar : Les Rohingyas exigent un environnement favorable à leur rapatriement    Le roi Mohammed VI félicite les présidents indonésien et gabonais    Le Nord plébiscité par les touristes    L'Ukraine annonce le départ du 1er navire de céréales pour l'Afrique    «Vaste manifestation marocaine vers Tindouf»: séisme en Algérie après les propos d'Ahmed Raïssouni    Penser l'amour : Dans le jardin amoureux de Fatéma Mernissi    Culture et conflits : Une crise de mutation pour sauver le monde    Essaouira : La tribu Oulad Tidrarine Alansar fête son 46è moussem culturel et religieux    Trafic de drogues et de psychotropes : Arrestation de 26 individus à Fès    Revue de presse quotidienne de ce mercredi 17 août 2022    Biden signe la loi sur la réduction de l'inflation    Cours des devises du mercredi 17 août 2022    Accidents de la circulation: 20 personnes décédées et 2.244 autres blessées    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Transport routier : Un soutien salué par les professionnels, mais...
Publié dans L'opinion le 29 - 06 - 2022

Alors que la conjoncture mondiale continue de peser sur les finances des ménages, le gouvernement a décidé d'augmenter de 40% la valeur du soutien accordé aux professionnels du transport routier dans le cadre de la quatrième tranche de soutien, a annoncé, mardi, le ministère du Transport et de la Logistique.
La pression liée à la pandémie et au conflit russo-ukrainien a poussé certains opérateurs du transport routier au maintien d'un système de transport de base opérationnel avec une main-d'oeuvre réduite. Ceci a induit un changement soudain des sources de revenus pour les opérateurs de transport, dont plusieurs connaissent un manque à gagner non négligeable au niveau de leurs finances.
Compte tenu de la persistance de la situation actuelle caractérisée par la flambée des prix des carburants, le gouvernement a décidé d'augmenter la valeur du soutien accordé aux travailleurs des transports terrestres de 40% par rapport à la quatrième tranche dudit soutien, qui devrait être accordée au cours du mois de juillet 2022, a déclaré le ministère dans un communiqué. Le département de Mohamed Abdeljalil précise que l'Exécutif a ainsi choisi d'intervenir pour préserver le pouvoir d'achat des citoyens dans une conjoncture marquée par la hausse des prix à l'échelle mondiale.
Un dispositif de soutien élargi
Les professionnels avaient exprimé leurs revendications lors d'une série de réunions qui ont débuté en décembre 2021 sous la présidence du ministre et du secrétaire général des Transports et de la Logistique. Ces revendications portent sur l'accélération des démarches administratives relatives au renouvellement des flottes de véhicules, la digitalisation de certaines démarches administratives, ainsi que sur l'extension de la gratuité des formations pour les chauffeurs professionnels et l'accompagnement des opérateurs et entreprises de transport impactés par la pandémie.
Ainsi, le programme d'aides financières, qui a été annoncé pour la première fois en mars, bénéficiera aux chauffeurs de bus et de taxi, ainsi qu'aux transporteurs de marchandises. Pour ce qui est du transport public, une subvention de 2.200 dirhams est allouée aux grands taxis, 1.600 dirhams pour les petits taxis, 1.800 dirhams pour les véhicules de transport mixte en milieu rural, 7.000 dirhams au profit des autocars inter-villes, et 6.200 dirhams pour les autobus, selon le dispositif annoncé lors du Conseil de gouvernement du 10 mars.
S'agissant du transport touristique, les professionnels du transport en commun bénéficieront d'un soutien financier de 2.800 dirhams pour autocars de 1ère série, 1.400 dirhams pour les minibus de 2ème série et 1.000 dirhams pour les véhicules de 3ème série (TGR/TLS). L'aide gouvernementale concerne également les professionnels du transport de marchandises qui bénéficieront d'une prise en charge à partir de 1.000 dirhams, notamment au profit des véhicules de dépannage, ainsi que le transport scolaire (1.000 dirhams) et personnel (1.200 dirhams).
Si le programme a été adapté aux spécificités de chaque catégorie, cette mesure est dénoncée par certains représentants des routiers. Pour Nabil Lhoum, secrétaire général de l'Union Générale des Travailleurs Unionistes du Maroc (UGTUM), ces aides devraient être accordées de manière équitable. Par ailleurs, les professionnels ont déjà bénéficié de deux subventions tandis que la troisième tranche de subventions est en cours d'élaboration. Selon le porte-parole du gouvernement, Mustapha Baïtas, le montant du soutien accordé par l'Exécutif aux professionnels du transport routier au cours du mois de juillet 2022 passe de 500 millions à 700 millions de dirhams.
Un dossier épineux
Pourtant, certains professionnels ne semblent pas satisfaits de ce programme du gouvernement. La révision à la hausse du soutien financier n'a pas dissuadé les routiers quant à l'organisation de la grève qu'ils prévoient de mener après Aïd Al-Adha. Celle qui devait avoir lieu le 29 juin, selon Nabil Lhoum, a été reportée pour éviter toute perturbation à la veille de l'Aïd.
Les conducteurs participeront à cette grève pour dénoncer l'insuffisance des subventions et protester contre la hausse des prix du carburant, a-t-il indiqué, qualifiant le programme de soutien de «solution éphémère» et exhortant le gouvernement à plafonner les prix du carburant.
A présent, aucune suite n'a été donnée à la proposition de loi déposée par le groupement de la CDT à la Chambre des Conseillers concernant le plafonnement des prix des carburants qui aura, sans doute, de grandes retombées économiques sur la Caisse de Compensation déjà alourdie par la conjoncture mondiale et la volatilité économique. Ce refus intervient en effet dans une conjoncture où les effets de la libéralisation des prix dans la filière des hydrocarbures en 2016, sous le gouvernement Benkirane, pèsent sur les finances des ménages.
Kawtar CHAAT


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.