Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Parlement: Séance plénière lundi 25 Octobre pour présenter le PLF2022    Tramway Rabat-Salé : Le contrôle du pass vaccinal commence dès vendredi    Le Maroc et la Russie démentent les rumeurs sur un prétendu "refroidissement des relations bilatérales"    Covid-19 : Les vaccins Johnson & Johnson et Pfizer en rupture de stocks    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    Niger : Neuf gardes nationaux et deux gendarmes tués dans une attaque armée    Covid-19 : des chercheurs s'inquiètent d'éventuels dommages sur le cerveau [Etude]    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de feu Dr. Abdelouahed Belkeziz    Le Maroc premier dans la région MENA    La République Dominicaine appuie les efforts du Maroc dans la recherche d'une solution politique    Akhannouch a-t-il les moyens de ses ambitions ?    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    USA : Des emplois, des salaires qui flambent mais pas de postulants    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Donald Trump annonce le lancement de son réseau social et dénonce le règne unique des GAFAM    Racisme en France, ça continue    Bamako choisit de continuer son rapprochement avec Rabat    Otman Mouden: "Le gouvernement a une marge d'action très limitée dans le temps et sur le plan financier"    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 21 octobre 2021 à 16H00    Lutte contre les nuisibles : Comme Israël, le Maroc recourt aux rapaces    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Interview avec Mustapha Meloui « Le digital sera une priorité de ce gouvernement »    Botola Pro D1 / RSB-OCK (3-3): Un match prolifique doublé d'une remontada!    Botola Pro D1 / MCO-RCA (1-3): Le Mouloudia victime de ses dirigeants et du Raja!    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Errachidia: 4 individus interpellés pour liens présumés avec un réseau de trafic international de drogue    Concours de police: les candidates et candidats appelés à présenter leurs passeports vaccinaux    Pass vaccinal. La légalité sacrifiée sur l'autel de l'efficacité    Véhicules d'occasion. Autocaz lance une nouvelle offre innovante    Sahara marocain : Le SG de l'ONU met à nu, de nouveau, les violations et mensonges de l'Algérie et du Polisario    Trois membres du PJD «suspendus» de leurs fonctions exécutives chez le parti, dissentions internes    Fiscalité : le PLF-2022 veut réduire le taux marginal sur les sociétés à 27 %    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Loi de Finances 2022: IR, douane, budgets sociaux…les dossiers chauds    Projet de loi de Finances 2022 : Les premiers détails    Liqah Corona : comment télécharger le pass vaccinal    Le diplomate Abdelouahed Belkeziz n'est plus    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Wecasablanca Festival dévoile sa programmation    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



MOHA SOUAG : L'écrivain pédagogue
Publié dans L'opinion le 22 - 06 - 2012

L'écrivain marocain Moha souag ne cesse de nous surprendre ; Polygraphe confirmé, il a tâté de tous les genres littéraires, la poésie, la nouvelle, le roman, le conte .Il a obtenu des prix littéraires tels que le grand prix Atlas, le prix de la nouvelle octroyé par RFI. Mais la grande surprise c'est sa conversion en écrivain pédagogue, qui éprouve un plaisir infini d'aller à la rencontre des étudiants. Ainsi, après avoir animé des cafés littéraires à Casa et des rencontres avec les étudiants à Errachidia,Moha Souag,mu par la nostalgie des années universitaires ,va cette fois à la rencontre des étudiants de la fac des sciences deRabat,filière SMPC ,sur invitation de leur professeur,qui a tenu à rendre hommage à un écrivain typique qu'il a d'abord présenté d'une manière atypique.
Pérégrination à travers l'œuvre de Souag
Moha Souag,le troubadour impénitent s'impose un jour le défi d'effectuer des pérégrinations houleuses pendant « L'année de la chienne », à travers le labyrinthe de cette chienne de vie, en quête des « Espoirs perdus » qu'il relate avec brio dans « Les années U » à Fés,ville aguicheuse qui se dérobe pour mieux se livrer ou qui se livre pour mieux se dérober au regard lubrique des joueurs et de « la femme du soldat », dont la belle mère pactise avec Iblis pour mieux opprimer les femmes du village. Fou furieux, Moha décide alors de faire » Le grand départ » subrepticement vers des contrées lointaines plus clémentes quand il se fait trahir par L'indiscrétion des cocottes. Aussi pour oublier un tantinet ses déboires décide-t-il de raconter des Contes à Moha son alter égo et homonyme, qui les trouve hélas de très mauvais aloi, si bien qu'il fulmine tout son soûl. Notre écrivain convie alors Moha à prendre un thé, Un thé amer préparé par le sinistre oublié de l'histoire Karim Bella, pour fêter l'édification du Barrage de sucre. Mais la grande consolation de Moha n'est autre que la rencontre de l'âme sœur qui lui promet beaucoup de tendresse et même Plus si affinités.
L'animateur de la rencontre a ensuite situé l'œuvre de Moha Souag au sein de la littérature marocaine d'expression française, qui comprend quatre générations :1/génération de 1950 avec Sefrioui, Chatt, Chraibi. 2/Génération de 1966 autour de la revue Souffles, fondée par Laabi,Khair-eddine,Nissaboury,Benjelloun... 3/Génération de 1980 avec Khatibi, Kilito, Serhane, Souag et d'autres 4/Génération des années 2000 avec de jeunes auteurs féminins et masculins tels que Bahae Trabelsi , Nadia Chafik, Ghita Alkhayat, Fouad Laroui, Youssouf Amine Elalamy, Abdellah Taia...
Par ailleurs, on n'a pas manqué de signaler l'importance de ce genre de rencontres pour les étudiants, en ce qu'elles leur permettent de connaître les écrivains, les interroger de vive voix, si bien que ceux-ci cessent d'être des notions abstraites. C'est aussi l'occasion propice de rendre hommage aux auteurs marocains, relégués souvent aux oubliettes de l'Histoire. Mais, le plus grand profit c'est de permettre aux écrivains de s'adresser tout simplement aux jeunes au lieu de prendre part à des colloques au cours desquels les intervenants tiennent des discours sibyllins, propre à agacer l'auditoire. En outre, le contact des étudiants avec l'écrivain se révèle on ne peut mieux fructueux, en ce qu'il leur permet de se réconcilier avec les livres, qu'ils ont tendance à délaisser au profit de l'internet.
Si Moha souag privilégie ce genre de rencontres c'est qu'il est persuadé que les établissements scolaires constituent un véritable terreau ou vivier pour former les citoyens de demain, pleinement conscients des devoirs civiques qui leur incombent.
Un débat passionnant, ponctué de lecture d'extraits des œuvres de l'invité lus par les étudiants, s'est ensuite engagé avec le jeune auditoire sur la relation entre la littérature et les sciences, le rôle de l'écriture, la littérature marocaine d'expression française. En pédagogue racé Moha Souag a su répondre aux questions en trouvant à chaque fois les termes appropriés, précis et percutants. Ainsi, notre invité a-t-il signalé que la littérature et la science aussi antinomiques qu'on le prétend, mais plutôt interdépendantes, si bien que l'une doit être au service de l'autre, comme l'ont si bien montré les grands écrivains Zola, Balzac, Flaubert, qui ont dû faire des recherches scientifiques avant d'écrire certains romans, pour ne pas faire tenir des discours incongrus aux personnages des médecin, astronome, physicien...En outre, ce qui prouve bien cette corrélation ,c'est que d'éminents écrivains étaient aussi des scientifiques. On peut citer à cet égard Omar al Khayyam,grand poète persan, auteur des célèbres quatrains, qui était aussi mathématicien et astronome, Alain Robbe-Grillet l'écrivain ingénieur agronome, ou nos célèbres écrivains marocains Driss Chraibi, parti en France pour faire des études de chimie, Ghita Al Khayat l'écrivaine psychanalyste, le regretté Mohamed Leftah, informaticien ou encore Fouad Laroui, professeur émérite d'économie à l'université d'Amsterdam. Aussi convient-il d'éviter cette dichotomie fallacieuse entre la science et la littérature, en introduisant au programme des facultés scientifiques des œuvres littéraires ou au moins des extraits insérés dans les manuels actuels qui regroupent des articles de presse et évacuent le texte littéraire, lequel recèle néanmoins des richesses linguistiques inouïes.
Moha Souag aborde ensuite la question relative à la problématique de l'écriture, qui s'avère d'abord un moyen idoine de flatter son égo, s'épancher et surtout de dénoncer les travers de la société. En effet, le dernier roman de Souag » Un barrage de sucre », est un bel exemple à cet égard. En dépit de son laconisme, il dévoile tous les maux qui rongent notre société, tant il est vrai que les mots fonctionnent chez notre écrivain comme des images éloquentes, propres à montrer les déboires de la jeunesse à travers son personnage principal Karim Bella, ancien militant de l'UNEM et brillant ingénieur dont on a voulu briser l'élan en l'affectant à Ksar Souk, où l'appareil du makhzen le mettra aux prises avec les potentats véreux de la ville, rompus aux arcanes de la corruption, la fraude électorale, la répression, la concussion, le stupre et le népotisme. En somme, l'écriture s'avère un souverain remède contre l'hostilité du monde et la médiocrité des hommes, qui préconisent la philosophie de la misère ou la misère de la philosophie, en prétendant que la littérature est un luxe superfétatoire.
Au demeurant, l'écrivain est la mémoire de sa cité et le garant du patrimoine. En effet, Moha Souag situe ses textes dans sa ville natale d'Errachidia, dont il dévoile les richesses de la littérature orale en particulier le conte berbère.il s'agit d'un effort méritoire de raffinement de la langue qui , de nos jours, tombe hélas en déliquescence, comme l'a si bien affirmé le poète du jazal marocain Mohamed Rachek dans son poème « Murmure d'un artiste » :
Mon médecin me dit que mon cœur s'écœure et
Mes oreilles sont agacées par le langage populacier.
Par ailleurs, Moha Souag rappelle aux étudiants que l'écriture peut fonctionner comme une thérapie, un bel exutoire, pour les opprimés auxquels il fait allusion dans ce poème :
Je veux écrire mon poème
sur la chair de tous ceux qui ont perdu la parole
chez le marchand de mots
combien coûtent les mots
combien en voulez-vous
une livre
de maux
j'en achète pour mon malheur et le vôtre
puisque nous sommes frères dans la détresse
je vous livre votre part et j'en prends un peu
pour parler d'un tas de petits rêves qui grouillent dans ma tête
En fin de compte, Souag aborde la question de la littérature marocaine face à l'universalité, en soulignant que s'il est vrai que presque toutes ses œuvres se situent à Errachidia, il n'en demeure pas moins qu'elles traitent de problèmes universels, loin de tout folklorisme et éthnographisme suranné. Ainsi, la prévarication, l'oppression et la cupidité ne sont-elles pas spécifiques au Maroc, elles relèvent plutôt de la condition humaine. Les écrivains de renom mondial tels que Joyce, Steinbek, Tolstoi, Borgès, Mahfoud, Proust, Faulkner... ont situé leurs romans dans leurs villes natales, sans que cela les empêchent d'atteindre à l'universel.
Somme toute, cette rencontre animée par Moha Souag avec les étudiants de la fac des sciences de Rabat, est un bel exemple de civisme. Elle a permis au jeune auditoire (Rihab,Toussad, Fatine, Hanae, Brahim, Otmane, Mohamed, Rayia, Houmane ...) de connaître un écrivain prolifique et polygraphe, doublé d'un pédagogue racé, qui continuera de nous surprendre par la publication prochaine d'un roman historique relatif à Ibn Toumart, fondateur berbère de la dynastie des Almohades au XIè siècle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.