Covid-19: les Philippines, premier pays à réimposer un large confinement    Elections sénatoriales-Egypte: un Marocain à la tête d'une mission d'observation    Conférence de soutien au Liban: 250 millions d'euros d'aides internationales    Botola Pro D1 : programme de la 21ème journée    Violation de l'état d'urgence sanitaire: 742 personnes poursuivies à Taroudant    Covid-19: l'essentiel de la déclaration du ministère de la Santé    21ème journée de la Botola Pro D1 : Des rencontres à couteaux tirés    Météo Maroc : prévisions du lundi 10 août 2020    Une humble pensée d'une petite germe nommée Abderrahmane El Youssoufi    Le Groupe OCP fête ses 100 ans d'existence    La rentrée scolaire, c'est dans trois semaines    Dépression : La vitamine D ne sert à rien    Frère Jean, ex-photographe de mode devenu moine orthodoxe dans les Cévennes    Le MMVI retrace la genèse artistique au Maroc    Les œuvres de l'artiste danoise Lene Wiklund illuminent l'espace Dar Souiri    Ligue des champions Messi au rendez-vous de Lisbonne    Signature d'une convention d'objectifs pour le développement du football féminin    D'aucuns prônent un dépistage massif en faveur du personnel soignant    Classée 2ème destination dans le monde : La ville ocre dans le top 25 du TripAdvisor    Réouverture des salles de sport    Recul des ventes de la quasi-totalité des secteurs au premier semestre    Coronavirus : 1.230 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 33.237 cas cumulés dimanche 9 août à 18 heures    Présentiel ou enseignement à distance : les précisions du département de l'Education Nationale    Manchester City bourreau du Real de Zidane    Lyon élimine la Juventus et jouera City en quarts    Maroc Télécom a boosté les revenus des sociétés de bourse en 2019    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude pour l'initiative royale    La FIDHOP s'oppose au 3e mandat de Ouattara    Le Bayern et le Barça en quart !    El Otmani: La situation épidémiologique connaît des évolutions inquiétantes    De la nécessité des évolutions structurelles des écosystèmes et des chaînes de valeur    Au bord du naufrage!    «Les petits porteurs ont aussi soutenu le MASI»    Coronavirus: 23 joueurs et membres du staff de l'Ittihad de Tanger testés positifs    Colombie: Arrestation de l'ancien président Alvaro Uribe    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    «De l'encre sur la marge» de M'barek Housni    Casablanca à l'heure de son premier festival de Hip-Hop «On-line»    Le nouveau khalife général de la famille tidjane Niass remercie le Roi Mohammed VI    France: Une explosion fait 8 blessés à Antibes    La terre a de nouveau tremblé en Algérie    Liban Message plein d'émotion de Majda Roumi au milieu des décombres (Vidéo)    Rabat: une nouvelle expo au Musée Mohammed VI    Fonds d'investissement stratégique : le décret arrive au parlement    Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité des Nations unies, Christoph Heusgen    Explosion de Beyrouth : L'aide humanitaire marocaine remise    Le philosophe Bernard Stiegler n'es plus (vidéo)    Le président de la Chambre des représentants reçoit l'ambassadeur de Grande-Bretagne à Rabat    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Royale dénonciation de la politique politicienne: Que chacun assume ses responsabilités !
Publié dans L'opinion le 14 - 10 - 2013

SM le Roi n'apprécie pas la politique politicienne qui entrave le bon rendement des institutions élues, ni la rente politique et il le fait savoir. Le discours prononcé le vendredi 11 octobre 2013, à l'ouverture de la 1ère session de la 3ème année législative de la 9ème législature, est un message on ne peut plus explicite adressé à qui de droit. Les élus du peuple, que ce soit à l'échelle des collectivités locales ou du parlement, sont tenus de remplir leurs missions, celles pour lesquelles ils ont été choisis par les citoyens électeurs, accomplissement qui laisse jusqu'à présent à désirer.
L'occasion revêt un caractère particulier, rappelle le Souverain, le parlement marocain fêtant le cinquantenaire de sa fondation. Sans manquer de souligner que le modèle démocratique marocain acquit une dimension de «précurseur au sein de son environnement régional et continental». L'édifice démocratique marocain s'appuyant sur les deux niveaux de représentativité politique que sont les mandats parlementaire et communal, le plus important donc, estime SM le Roi «c'est que chacun de ces élus assume ses missions nationales et locales, et ses devoirs à l'égard des électeurs qui lui ont accordé leur confiance».
Que chacun fasse ce qu'il a à faire. «Le parlement s'érige désormais comme l'unique responsable de l'adoption des lois» alors que les partis politiques se doivent «d'œuvrer pour l'émergence de compétences et d'élites régionales nouvelles, qui soient aptes à prendre en main les affaires publiques locales, surtout au vu des larges attributions que confère la Constitution aux collectivités territoriales, et compte tenu des perspectives qu'ouvre la régionalisation avancée, et des défis qu'elle induit».
Est-il besoin de rappeler que le Maroc est en retard des élections communales, qui devaient avoir lieu en 2012, avant d'être reportée en 2013 et il est à espérer qu'elles vont bien avoir lieu en 2014, puisque le doute persiste. Parce qu'en réponse à une question à ce sujet posée il y a quelques mois par la presse, le chef du gouvernement a eu cette réponse qui laisse songeur: «Ne vous précipitez pas et tâchez de comprendre la politique» !
Ce que l'on comprend déjà du discours royal, c'est l'appel au renouvellement des élites locales pour répondre au besoin de profils plus adaptés à la régionalisation avancée.
Faiblesse de rendement
Pour ce faire, le gouvernement et le parlement sont invités à accomplir également la mission qui leur est dévolue. «Nous engageons également le gouvernement et le parlement à traduire dans les faits les dispositions relatives à la Région et aux autres collectivités territoriales, et à adopter les textes juridiques y afférents. (...) Il appartient au gouvernement d'activer l'adoption de la charte de déconcentration administrative, d'autant plus que cette initiative relève de sa compétence, et qu'elle ne tient qu'à sa volonté propre. Cette charte, Nous l'avons déjà appelée de Nos vœux à maintes reprises».
Les Marocains n'ont pas manqué de remarquer l'insistance de SM le Roi, lors de son discours, sur les carences infrastructurelle et de gouvernance auxquelles est confrontée la métropole de Casablanca. Le Souverain n'a pas caché son dépit. «Casablanca est la ville des disparités sociales les plus criantes, où se côtoient les catégories riches et les classes pauvres. C'est la ville des gratte-ciel et des bidonvilles. C'est le centre de la finance et des affaires, mais aussi de la misère, du chômage et d'autres maux, sans parler des déchets et des ordures qui en ternissent la blancheur et entachent la réputation.
(...) Mais pourquoi cette ville, qui compte parmi les plus riches du Maroc, ne connaît-elle pas concrètement l'essor auquel aspirent les casablancaises et les casablancais, à l'instar de beaucoup d'autres villes ? Est-il raisonnable qu'elle reste à ce point un espace des grandes contradictions, jusqu'à devenir l'un des modèles les plus faibles en matière de gestion territoriale ?».
Ce cri de cœur concernant la première ville du Royaume qu'il a visitée après son ascension au Trône et dont il suit de près l'évolution, prouve à quel point le Souverain est exaspéré par quelques unes des raisons majeures ayant débouché sur cette situation. SM le Roi a dénoncé avec véhémence «le mode de gestion adopté par certains Conseils élus qui se sont succédé à la gestion de la ville», «les antagonismes stériles entre leurs composantes respectives» et «la multiplicité des fonctions assumées par les membres de ces Conseils et le cumul des responsabilités».
Déficit de gouvernance
Car ce n'est pas un problème de moyen, comme le rappelle si bien le Souverain. «Le budget du Conseil communal de Casablanca dépasse trois ou quatre fois celui de Fès ou Marrakech, par exemple, il n'en demeure pas moins que les réalisations effectives de ces deux villes en matière de prestation de services de base de qualité sont de loin supérieures à ce qui a été accompli à Casablanca». SM le Roi a résumé la situation «en un mot, le problème dont souffre la capitale économique tient essentiellement à un déficit de gouvernance».
Voilà donc un cas typique d'incompétence, pour diverses causes pires les unes que les autres. La conséquence est non seulement la défaillance de quelques élus dans leur mission d'assurer le bien être de leurs électeurs, mais aussi un manque à gagner difficile à chiffrer en terme d'investissements et de création d'emplois et de richesses.
Comment ériger, en effet, Casablanca en un pôle financier d'envergure internationale, rôle auquel la capitale économique du Royaume est en droit d'aspirer, quand ses infrastructures et équipements sont aussi éloignés des normes mondiales ? Car, souligne le Souverain, «l'essor des villes ne se mesure pas uniquement à l'aune de la hauteur de leurs tours et de la largeur de leurs avenues, mais on l'évalue essentiellement en fonction des infrastructures et des services publics disponibles, et à la lumière de la qualité de vie dans ces villes».
Le chapitre 9 de la Constitution, qui traite des régions et des collectivités territoriales, place celles-ci au centre du développement socioéconomique du Royaume, outre son ambition d'ancrer plus profondément la démocratie en promouvant la participation directe des citoyens. Mais pour ce faire, les élus locaux se doivent d'assumer leurs responsabilités. «C'est aux Conseils communaux qu'il revient d'assurer la gestion des services de base dont le citoyen a besoin chaque jour», rappelle SM le Roi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.