Pegasus : le corps du délit, ce grand absent    Justice : Voici les nouveaux procureurs du Roi et présidents de la Cour d'appel    Chambres professionnelles/élections : dans le Souss-Massa, le RNI ratisse large    Automobile: 107 383 unités écoulées à fin juillet, selon l'AIVAM    Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme. La Douane sensibilise sur les nouvelles dispositions de lutte    Bonnes performances du secteur des exportations des produits agro-alimentaires en 2021    OMPIC. Un bilan 2020 positif et une feuille de route bien affûtée    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Comment se préparer aux Jeux Olympiques ? Une expérience de deux médecins anciens champions sportifs    JO-2020: Le programme du jeudi 5 août 2021    Covid-19 : Le théâtre national Mohammed V suspend ses activités    Covid-19. Les Etats-Unis classe le Maroc comme pays à risque élevé pour les voyageurs    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Variant Delta. Ces dernières données permettant de mieux cerner la dangerosité du virus    Législatives 2021: la candidature de Saad Eddine El Otmani entérinée    Andrea Cozzolino salue le message royal de réconciliation avec l'Algérie    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    Campagne électorale et médias : La Haca rappelle les règles du jeu    CRDH : Soulaiman Raissouni se trouve «dans un état très stable»    Un an après les explosions de Beyrouth, les besoins des enfants restent critiques (UNICEF)    Traitement Covid-19 : Entre forte demande et pénurie    Elections : Pour un pluralisme politique dans les médias    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    Covid-19 : Le pic épidémique attendu dans les prochains jours    Covid-19 : Israël renforce les restrictions sanitaires    Edito : XXIème    Ouvert jusqu'au 12 août : L'appel à projet de Madaëf éco 6 Al Hoceima sur les rails    Mobilité électrique : Signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Maroc/Météo: Temps assez chaud sur le Sud-Est et les plaines intérieures et stable ailleurs, ce mercredi 4 août    Finale de l'Euro 2020 : la fédération anglaise visée par une procédure disciplinaire de l'UEFA    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Covid : Vaccination obligatoire à New York pour aller au restaurant, dans les salles de spectacle et de gym    Israël membre observateur au sein de l'UA : revers majeur pour Ramtane Lamamra    Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Merci Soufiane    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



France: Les députés disent oui à la reconnaissance d'un État palestinien
Publié dans L'opinion le 04 - 12 - 2014

Les députés français ont adopté ce mardi 2 décembre, par 339 voix contre 151, une résolution invitant le gouvernement à reconnaître un État palestinien. Le 11 décembre, le Sénat se prononcera à son tour. Ces votes au Parlement ne modifient pas la position officielle de la France qui considère que l'Etat de Palestine doit être issu d'une négociation. Retour sur l'évolution très progressive de la position française, depuis 1967.
Le texte n'a qu'une portée symbolique. Il invite le gouvernement français à reconnaître officiellement l'État palestinien, « en vue d'obtenir un règlement définitif du conflit ». Initiée par la majorité socialiste et qualifiée de « signal de paix » visant à « surmonter la paralysie » d'un processus de paix au point mort, cette résolution a été adoptée à l'Assemblée nationale par 339 voix contre 151, et 16 abstentions.
Pour l'écologiste Noël Mamère, ce vote est une véritable avancée parce qu'il permet à la France de rejoindre d'autres pays, comme la Suède ou la Grande-Bretagne qui ont reconnu l'Etat de Palestine. « La politique se fait aussi avec des symboles, a affirmé le député dont la formation a adopté dans son ensemble la résolution. Reconnaître l'Etat de Palestine, c'est dire au monde que la France souhaite que ce peuple puisse vivre en paix dans des frontières reconnues, celles de 1967, mais aussi qu'Israël puisse vivre en paix et de manière reconnue par l'ensemble de la communauté internationale. »
Un avis que ne partage pas son condisciple UMP Gilles Lellouche pour qui cette initiative est une erreur à trois titres. « Il n'est pas dans les pouvoirs des deux assemblées de réécrire une diplomatie constante de la France depuis 40 ans qui faisait l'objet d'un consensus entre la droite et la gauche. La deuxième raison de fond c'est que loin de ramener les deux parties à la table des négociations, je crains fort que cette résolution ne fasse qu'attiser les haines et radicaliser les positions. Dernier élément, il y a malheureusement une instrumentalisation de cette affaire en direction du vote musulman dans ce pays », a-t-il déploré. Seuls 9 des 197 députés UMP ont voté en faveur du texte.
Israël a rapidement réagi pour signifier sa désapprobation. Le ministère des Affaires étrangères israélien, par la voix de son porte-parole Emmanuel Nahshon, juge que cette résolution ne fait qu'éloigner la possibilité d'un accord. « Des résolutions de cette nature ne font que durcir les positions palestiniennes et envoient un message erroné aux leaders et aux peuples de la région », a déclaré Emmanuel Nahshon.
De son côté, l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) a salué ce vote, exprimant dans un communiqué « sa gratitude au peuple français ». Hanane Achraoui, une responsable de l'organisation, a appelé « le gouvernement français à traduire le vote de son Parlement en acte ». La résolution adoptée par les députés français ne contraint en effet en aucun cas le gouvernement français à reconnaître l'État palestinien. Cette décision relève du domaine réservé à l'exécutif.
La longue marche
de la France
vers l'Etat palestinien
Lorsqu'en 1967 Israël conquiert la Cisjordanie, la Bande de Gaza et Jérusalem-Est, se pose la question du devenir de ces territoires. « Dès juillet, de Gaulle définit la position française : retour aux lignes d'avant la guerre de juin 1967 contre reconnaissance d'Israël par les Etats arabes », explique l'historien Henry Laurens, professeur au Collège de France. A l'époque, il n'est pas question de Palestine, mais l'idée va faire son chemin : « le président Giscard d'Estaing [1974-1981] est à l'origine de grandes avancées dans le cadre européen avec la Déclaration de Venise évoquant une sorte d'autodétermination des Palestiniens », poursuit Henry Laurens.
L'idée d'un Etat palestinien continue de progresser après l'élection de François Mitterrand en 1981. Le président socialiste parle d'une « patrie » pour les Palestiniens et il n'hésite pas à prononcer le mot « d'Etat », y compris devant la Knesset, le Parlement israélien à Jérusalem, en 1982. « Au début François Mitterrand était ambivalent, estime Henry Laurens. Il ne disait pas où devait se situer la patrie des Palestiniens, ce qui pouvait laisser entendre qu'il pouvait s'agir de la Jordanie. Mais ensuite, la politique française s'est structurée autour de la reconnaissance mutuelle et de l'idée des deux Etats. »
Yasser Arafat à Paris
La France jouera un rôle clé pour asseoir la légitimité de l'Organisation de libération de la Palestine (OLP) comme représentant du peuple palestinien. En 1989, c'est à Paris que Yasser Arafat annonce que la charte de son mouvement est « caduque » : l'OLP ne recherche plus la destruction d'Israël et la reconnaissance mutuelle devient possible.
Logiquement, la France encourage le processus de paix d'Oslo lancé en 1993 sous parrainage américain, et c'est sur son sol que sont signés dans la foulée les Accords de Paris consacrés au volet économique du processus.
Paralysie
Mais deux décennies plus tard, ni la paix ni l'Etat palestinien ne sont au rendez-vous. Et c'est cette paralysie qui a récemment guidé une série de décisions françaises. En 2011, la France vote « oui » à l'adhésion de la Palestine à l'Unesco. Puis en 2012, aux Nations unies, la France vote « oui » à la reconnaissance de la Palestine comme « Etat observateur non membre de l'ONU ». Mais la position officielle ne change pas : à Paris comme ailleurs dans l'Union européenne, on estime qu'un Etat palestinien indépendant doit voir le jour à l'issue de négociations de paix avec Israël. Processus à l'agonie, poursuite de la colonisation, guerre meurtrière de l'été 2014 à Gaza : autant de facteurs qui ont déclenché des démarches nouvelles en Europe ces dernières semaines. La Suède a formellement reconnu la Palestine alors que les Parlements britannique, espagnol puis français ont organisé des votes symboliques sur cette question. Mais au-delà des démarches parlementaires, le gouvernement français veut montrer qu'il reste à l'initiative. Il travaille désormais à un projet de résolution au Conseil de sécurité de l'ONU visant à « fixer un calendrier » pour la fin des négociations et l'avènement de l'Etat palestinien. Selon le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius : « Si les efforts échouent, alors il faudra que la France prenne ses responsabilités en reconnaissant sans délai l'Etat de Palestine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.