Agadir, citadelle du militantisme ittihadi    Sahara: le SG de l'ONU somme le polisario de quitter Guerguerat    France: hommage national à Samuel Paty (VIDEO)    Coupe de la CAF : La Renaissance de Berkane qualifiée pour sa deuxième finale consécutive    Magazine : Achraf Hakimi, l'ailier qui déborde d'ambition à l'Inter    Achraf Hakimi contaminé par le Covid-19    Bilan quotidien: 1.798 nouveaux cas de Covid à Casablanca-Settat    L'oeuvre plurielle de Abdelkébir Khatibi exige une lecture plurielle    Le musée de l'Histoire et des civilisations abrite l' exposition "Le Maroc à travers les âges "    Approvisionnement en vaccins anti-Covid-19 : où en est-on ?    En Italie, la Lombardie et la Campanie se préparent à un couvre-feu    Carola Rackete, du sauvetage des migrants à la défense des forêts    Londres et Bruxelles poursuivent leur partie de ping pong    Edifices historiques : Un livre pour célébrer la belle époque du Théâtre Municipal de Mazagan    Installation des membres de la Commission des droits de l'Homme de Tanger-Tétouan-Al Hoceima    Nécessité de moderniser la statistique nationale pour mieux répondre aux crises    COMMISSION SPECIALE POUR LE NOUVEAU MODÈLE DE DEVELOPPEMENT – GARE À LA DESILLUSION!    Colombie: Les indigènes se mobilisent contre le Président Ivan Duque    Vidéo – Aléas du direct : Un séisme fait trembler la Première ministre islandaise    Palestine : Poursuite du dialogue national Fatah - Hamas jusqu'à réconciliation globale    Casablanca : ‘'L7asla'', immersion dans la vie des jeunes du Hay Mohammadi    Une industrie manufacturière qui redémarre, un tourisme en détresse, un secteur du BTP qui se redresse...la DEPF livre sa note    Samir Cherfan, vice-président PSA Moyen-Orient/Afrique : « Il y a un potentiel important au Maroc pour la voiture électrique Citroën Ami »    France: le gouvernement veut prolonger l'état d'urgence sanitaire    Tétouan : Couvre-feu nocturne réinstauré à partir de ce mercredi    Quand les zones Bour vont toute l'économie va!    Zone logistique au Sud d'Ait Melloul: 350MDH pour la réalisation de la première tranche    Le marché automobile européen repart à la hausse en septembre    Non à l'indécision    Populisme ... non populaire    Fès: un individu impliqué dans un réseau de trafic de drogue et de psychotropes    Inédit : Une application anti-violence numérique    Communiqué du BP du mardi 20 octobre 2020    Un mouvement de forte protestation    Le Zamalek accepte de reporter la rencontre face au Raja    Adieu Mohamed Laftouhi    Liberté d'une image culturelle à une autre    Comment la Turquie dame le pion à la France en Afrique    Mitchell Prather : « L'accès au financement reste la priorité des innovateurs et entrepreneurs marocains »    Alerte météo: les villes où il va pleuvoir mercredi et jeudi au Maroc    Le PLF 2021 table sur des recettes ordinaires nettes de 236,9 MMDH    Dounia Batma s'exprime après son accouchement (PHOTOS)    La CAF valide le report de la demi-finale « retour » Zamalek/Raja    Investissement : Les autorités mettent le paquet    Sahara: le Burkina Faso réaffirme son soutien au plan marocain d'autonomie    Champions League : tous les résultats (VIDEOS)    Subvention des projets artistiques: Les précisions du ministre de la Culture, de la Jeunesse et des Sports    Ce que nous vivons: ouvrage collectif autour de la pandémie du Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dakhla : lancement prochain d'une étude pour mieux planifier l'exploitation des ressources en eau souterraine
Publié dans MAP le 17 - 12 - 2010

Une étude permettant de concevoir "les mesures à prendre" pour une meilleure planification de l'exploitation des ressources en eau souterraine dans la région de Oued-Eddahab-Lagouira sera lancée prochainement, a souligné, jeudi à Dakhla, le directeur de l'Agence du bassin hydraulique de Sakia-El Hamra et Oued-Eddahab, M. Rachd Ghandi.
Cette étude, initiée par l'agence du bassin hydraulique de Sakia-El Hamra et Oued-Eddahab, fixera en particulier les quantités d'eau souterraine à exploiter par an pour répondre aux besoins de l'agriculture et aux besoins de la population en eau potable, a précisé M. Ghandi qui s'exprimait lors d'un atelier de concertation régionale sur "les scénarios de développement des ressources en eau dans la région à l'horizon 2030".
L'objectif de cette mesure est de protéger l'équilibre écologique de la nappe phréatique profonde dont les eaux sont fossiles, et par conséquent, non renouvelables, a-t-il soutenu, faisant savoir que le niveau de cette nappe, qui constitue l'unique source d'approvisionnement en eau potable dans la région, a baissé au cours des dernières années.
Il a, par ailleurs, indiqué que cet atelier s'inscrit dans le cadre des concertations régionales dans les provinces du sud autour de "l'étude relative au plan directeur d'aménagement intégré des ressources en eau (PDAIRE) du bassin du Sahara".
L'étude du PDAIRE, dont l'horizon est fixé pour 2030, doit notamment permettre de faire le point sur les ressources en eau disponibles (en quantité et qualité) dans la région du Sahara, définir les priorités en matière d'aménagement des ressources en eau à court, à moyen et à long terme, et de proposer des scénarios de développement des ressources en eau dans toute la zone du sud.
Pour développer les ressources en eau dans la région de Oued-Eddahab-Lagouira, les participants à cet atelier ont recommandé le recours aux procédés non conventionnels pour la mobilisation des ressources hydriques, notamment le dessalement de l'eau de mer, le recyclage des eaux usées et le traitement des eaux saumâtres.
Selon des estimations fournies à cette occasion, le potentiel des ressources en eaux souterraines dans la région est estimé à 9 millions m3 par an, alors que les besoins actuels en eau sont de l'ordre de 7,8 millions m3 (4,3 millons m3 pour le secteur agricole et 3,5 millions m3 pour l'approvisionnement des habitants).
"Ces besoins devront se développer pour atteindre, en 2030, un volume de près de 29 millions m3, alors que le volume des eaux souterraines demeurera le même (9 millions m3), ce qui exige le recours aux eaux non conventionnelles (dessalement, recyclage des eaux usées et le traitement des eaux saumâtres", a-t-on souligné.
Cette rencontre s'est déroulée en présence du gouverneur de la province d'Aousserd, M. Al Hassan Abou Laouane, en présence des élus et responsables locaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.