Chakib Alj: La généralisation de la protection sociale est "une inflexion vers un développement équilibré" (vidéo)    Covid-19 : Le Maroc suspend ses vols avec 13 pays européens    Coronavirus : 40 arrestations lors d'une manifestation pour réclamer la tenue des prières surérogatoires, tarâwîh    La généralisation de la couverture sociale, un projet avant gardiste en Afrique et dans le monde arabe    Covid-19 : Monaco allège ses restrictions et rouvre ses restaurants    3ème promotion de Madaëf Eco6 : la Société de Dévelopement Saïda annonce les lauréats    La BVC débute en hausse    La FAO et l'UA publient un guide pour renforcer le commerce des produits agricoles en Afrique    Piratage : Londres "gravement préoccupé" par des "activités malveillantes" de la Russie    Sahara : Elliott Abrams soutient à nouveau le Maroc, un coup dur pour les séparatistes et Alger    Achraf Hakimi ne quittera pas l'Inter Milan    Botola Pro D1 / WAC-MCO (1-1) : Fakher et El Kaâbi font barrage devant le Wydad !    MAT-RCA ce soir à Rabat (22h00) : Le Raja pour réduire l'écart avec le Wydad, le Moghreb de Tétouan pour s'éloigner de la zone rouge !    L'Icesco lance la 2e édition de ses programmes ramadanesques    Blockchain et Immobilier : le grand défi    Vaccins anti-Covid : le patron du laboratoire Pfizer évoque la possibilité d'une troisième dose    Les prières des Tarawih sont-elles effectuées à Fès ?    VACCIN, ES-TU LÀ?    Les radios historiques de Fès et Tanger désormais en 24/24    L'Académie du Royaume du Maroc publie « Tebraâ », un recueil qui célèbre la poésie féminine Hassanie    Botola Pro D1 / 12è journée: le classement général    6 chantiers et 31 projets prévus : La Douane dévoile son plan stratégique 2023    Versement des bourses d'études aux stagiaires de l'OFPPT à partir du 15 avril    Programme «Horizon 2020» : 6,88 millions d'euros pour 69 projets de structures de recherche marocaines    Votre e-magazine Challenge du vendredi 16 avril 2021    Raja: Chebbi dévoile ses ambitions (VIDEO)    Nasser Bourita s'entretient avec le commissaire européen au Voisinage et à l'Elargissement    États-Unis: une fusillade à Indianapolis fait huit morts    CNOM : La liste des athlètes marocains qualifiés pour les JO de Tokyo sera annoncée en juillet prochain    Prix à la consommation pendant Ramadan: Les produits les plus touchés    Météo : Pluies et averses orageuses sur plusieurs régions ce vendredi 16 avril    UA: le Maroc plaide pour inscrire la sécurité sanitaire en Afrique comme point permanent à l'ordre du jour du COREP    Conseil de gouvernement : Adoption d'un projet de décret relatif à l'organisation judiciaire    Maroc - Egypte : M. Bourita s'entretient avec son homologue égyptien    Mali : la date des élections présidentielles fixée au 27 février 2022    Conseil de gouvernement: Approbation d'un projet de décret relatif à la réorganisation de la CMR    Les lauréats des «Couleurs d'Al Aqsa» primés    L'ONU condamne avec fermeté    «Trilogie Marocaine 1950-2020» au musée national de Madrid    «Je me suis engagé à faire entendre la voix des habitants des montagnes»    «Hididane» aimé, «Hdidane» plagié ... par les gens de l'Est !    "Cultures ouvertes : L'Espagne et le Maroc " , une exposition virtuelle de l'Institut Cervantès    Cérémonie des Oscars: Des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Neymar se dit " plus heureux qu 'avant" à Paris    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le compositeur Ahmed Kourti : un air marocain
Publié dans MAP le 25 - 03 - 2010

Adorateur passionné de la musique raffinée, emporté par les airs éternels, le compositeur Ahmed Kourti poursuit ce chemin, avec abnégation et humilité, au service de la promotion de la chanson marocaine.
Par Driss Guedira
LA MUSIQUE : UNE PASSION DEPUIS L'ENFANCE
Passionné par la musique, Ahmed Kourti l'a toujours été. Déjà depuis sa tendre enfance, dans son Ouezzane natal, du temps où son défunt père, Thami Kourti, échangeait des visites avec son ami d'enfance et d'étude le compositeur Mohamed Ben Abdeslam.
Tantôt à Ouezzane et tantôt à Salé, où résidait le compositeur et plus tard à Meknès quand ce dernier s'y était établi.
C'est dans cette ambiance familiale que va grandir le jeune Ahmed. A l'âge de sept ans, il est déjà un fan de la chanson orientale diffusée à l'époque sur les ondes de la radio nationale. On lui fait alors suivre, pour son initiation, des cours de musique andalouse.
Après des études primaires à Ouazzane, l'artiste fait le secondaire à Rabat, parallèlement au cours du Conservatoire Mamounia en 1965 (date du décès de son père).
Au conservatoire, il commence à composer des partitions, guidé en cela par l'expérience de Mohamed Ben Abdeslam, auprès duquel il a beaucoup appris.
Cet exercice, il l'a pratiqué un peu plus tôt. Déjà élève à Ouazzane, il s'était escrimé avec un texte classique du Tunisien Aboul-Kacem Chebbi, intitulé "Firaq" et va lui servir de prétexte à sa prestation à la célèbre émission "Mawahib" du non moins célèbre Abdenbi El Jirari.
Cette participation le fera révéler au public, confie le compositeur confirmé qu'il est devenu.
Aujourd'hui, l'artiste se rappelle des premières compositions qui furent interprétées par des chanteurs de renom tels Mahmoud El Idrissi avec "Ya Sabiya" en 1971. Fort de ce succès, il commence à être sollicité par des chanteurs et paroliers, dont l'un des premiers a été Ali Haddani, avec "Kheir wa salam".
DANS LE GOTHA DE LA CHANSON MAROCAINE
Grand joueur du Oud, l'artiste s'est entretemps frayé une voie dans le gotha de la chanson, aux côtés des grosses pointures de la chanson, parmi les compositeurs, paroliers, interprètes et producteurs qui ont marqué la scène des années 70, notamment Ahmed Bidaoui, Abdelkader Rachdi, Abderrahim Sekkat, Abdesslam Amer, Mohamed Fouiteh, Mohamed Benabdeslam, Abdenbi Jirari.
Aujourd'hui, la cinquantaine passée, il continue à préférer, à sa belle voix mélodieuse, écouter ses oeuvres interprétées par d'autres artistes. Ahmed Kourti c'est aussi une voix qui cherche des voies pour d'autres voix. Il s'est dédié à cela, tel un soldat de l'ombre, durant de nombreuses années et loin des projecteurs, au service de la chanson marocaine.
La chanson marocaine a des capacités et un potentiel de rayonnement pour investir les scènes arabe et internationale, a-t-il confié à la MAP.
Cet ancien professeur du Conservatoire de Rabat, qui est toujours nostalgique de la chanson marocaine d'antan, celle des fondateurs, avoue s'intéresser à tous les courants et tient à composer pour les nouvelles voix comme Rachida Talal (Ana min oujdi ana), Brahim Barakat (Arrabii), Yahia Saber (Al Baida).
Ses oeuvres ont toujours été bien accueillies par les grands noms de la chanson marocaine, qui a de nouvelles perspectives. Rien que pour la radio nationale, il a enregistré près d'une centaine de chansons avec les différentes générations d'artistes entre autres, Ismael Ahmed, Abdelmounim Jamai, Al Bachir Abdou, Latifa Raafat, Amal Abdelkader, Amal Abdelkebir, Mohamed Ghaoui, Aziza Malak.
A côté de ce riche répertoire, il a aussi composé des bandes originales de plusieurs films, et a encore sous les mains d'autres compositions toutes prêtes, comme "Mouhajir" du poète Abderafie Jouahri, "Sultan" du parolier Taher Sebbata avec qui il a travaillé sur une vingtaine de textes et "Ghorba wa hanine" de Abdellah Outarad ou encore " Allah Y Chafi " de Omar Touzani.
CHANSON MAROCAINE : LA RESPONSABILITE DE L'AUDIOVISUEL
Pour Kourti, les médias audiovisuels doivent continuer à s'ouvrir aux chanteurs, paroliers et compositeurs, afin que ces artistes aient une présence sur les ondes et aux écrans pour les faire connaître auprès du public. Ce sont là des éléments indissociables de l'industrie de la chanson, dit-il.
La chanson marocaine, dans toutes ses variantes, se porte bien grâce aux contributions des grands compositeurs et des paroliers, estime -t-il, relevant qu'on ne peut pas parler d'une crise de la chanson marocaine au niveau de la production, des textes ou encore du dialecte marocain mais d'une question de la gestion et de management.
La Société Nationale de Radiodiffusion et de Télévision (SNRT) doit, selon lui, rester fidèle à sa tradition en matière de création artistique et de diffusion, à travers le département des variétés musicales qui veillait à assurer le lien entre les artistes et le public, mais également à sélectionner les chansons qui contribuent au développement d'un goût musical qui résiste à toute aliénation identitaire.
Le compositeur a dans ce sens appelé le ministère de la culture à redoubler d'efforts pour soutenir les artistes et les encourager à davantage de créativité.
Il relève toutefois que malgré son abondance, la production musicale au Maroc souffre d'un manque d'esprit de travail d'équipe à cause des nouvelles technologies qui ont permis de produire rapidement des chansons sur le compte d'un enregistrement en direct qui conférait une ambiance quasi-mystique aux productions.
Ahmed Kourti pense à ce titre que la reprise des anciennes chansons avec de nouvelles distributions doit être faite par des spécialistes afin que les nouvelles générations soient au fait du patrimoine musical des maîtres fondateurs.
Pour lui, les différents intervenants de la scène artistique doivent assurer les moyens nécessaires au développement et à la promotion de la chanson, notamment par la constitution d'un orchestre national et des ensembles régionaux, à l'instar de ce qui se faisait par le passé.
L'artiste, qui sera en tournée durant les mois de juin et juillet prochain en Tunisie, Egypte, Libye et Emirats arabe unis, travaille aujourd'hui sur un récital rétrospectif de ses oeuvres.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.