Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les Italiens votent pour les élections régionales
Publié dans MAP le 28 - 03 - 2010

Les électeurs italiens ont commencé, dimanche, à voter pour l'élection des présidents des 13 des 20 régions du pays.
Environ 50.000 bureaux de vote ont ouvert dès 08h00 et devront le rester jusqu'à 22h00 pour rouvrir lundi de 07h00 à 15h00.
Quelque 41 millions d'Italiens -sur une population de 60 millions d'habitants- sont appelés à voter lors de ces élections qui permettront également le renouvellement de quatre assemblées provinciales (Imperia, l'Aquila, Viterbo et Caserta) et de 462 conseils communaux. Des résultats partiels sont attendus lundi soir.
Les régions concernées sont le Piémont, la Lombardie, la Vénétie, la Ligurie, l'Emilie-Romagne, la Toscane, les Marches, l'Ombrie, la Lazio, la Basilicate, la Campanie, les Pouilles et la Calabre.
Ce scrutin a valeur de test national pour le gouvernement de centre-droit au pouvoir depuis deux ans, car ce sera le seul d'ici aux législatives de 2013.
Le président du Conseil, Silvio Berlusconi, leader du parti du peuple de la liberté (PDL) s'est, d'ailleurs, fortement investi dans la campagne pour ces régionales, exhortant ses partisans à accomplir leur devoir électoral et à écarter le risque d'une faible participation.
Nando Pagnoncelli, de l'institut Ipsos, n'a cependant pas écarté le "risque de montée de l'abstention" du fait de "la forte préoccupation pour l'emploi et à l'impression que la classe politique et les médias parlent de toute autre chose que de la crise".
Alors que l'Italie sort tout juste de sa pire récession depuis la seconde guerre mondiale, le chômage constitue, en effet, la première préoccupation pour 79 pc des Italiens, contre 47 pc en 2008.
Le président du Conseil a vu sa popularité s'éroder sur fond de hausse du chômage, de prétendues affaires de corruption et d'enquête sur ses tentatives présumées de faire pression sur la RAI pour empêcher la diffusion d'émissions télévisées critiques envers son gouvernement.
Selon un récent sondage, la cote de popularité du gouvernement de centre-droit de Silvio Berlusconi est tombée à 39 pc contre plus de 50 pc en décembre. Dans ce contexte, même Berlusconi a, semble-t-il, revu à la baisse ses ambitions: s'il visait initialement 6 régions contre 7 pour l'opposition de gauche, il miserait désormais sur 4 victoires (la Lombardie et la Vénétie, deux fiefs de la droite, auxquelles viendraient s'ajouter la Campanie et la Calabre).
L'opposition de centre gauche devrait, pour sa part, s'assurer la victoire dans au moins cinq régions, dont quatre sont situées dans son fief traditionnel du Centre (Emilie-Romagne, Toscane, Ombrie et Marches) auxquelles s'ajoute la Basilicate, dans le Sud.
Quatre régions, dont le Piémont et la Lazio, figurent parmi celles où opposition et majorité sont au coude-à-coude.
En attendant les résultats des urnes, des craintes ont été exprimées au sein de la classe politique italienne au sujet de la possible progression du parti anti-immigrés de la Ligue du Nord (au gouvernement).
En jouant sur les registres de l'immigration, de la sécurité et du localisme, la Ligue est parvenue en effet à pénétrer des régions jusque-là acquises à la gauche menée par le Parti Démocrate (PD) et à menacer celle-ci dans ses bastions en agitant le drapeau de l'identité régionale.
Du reste, le leader de la Ligue du Nord, Umberto Bossi, estime "assez logique" que sa formation progresse et puisse même dépasser le PDL de Berlusconi dans le nord (Vénétie, Piémont, Lombardie).
L'on redoute ainsi qu'en prenant une place plus grande que celle qui est la sienne actuellement, la Ligue ne songe à ébranler la cohésion gouvernementale et ne tente d'éjecter, pour incompatibilité de positions, l'autre allié important de Berlusconi, le président de la Chambre des députés, Gianfranco Fini, cofondateur du PDL.
Dans l'hypothèse d'un succès, la Ligue a déjà annoncé son intention de réclamer un ministère supplémentaire (elle en compte 4 actuellement) et la mairie de Milan, la seconde ville du pays, des revendications qui, selon les observateurs, risquent de secouer le PDL.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.