L'ambassadeur du Maroc en Namibie remet ses lettres de créances au Président Geingob    HCP : Les Cahiers du plan publient une étude démographique du Maghreb    Marrakech. Le CRT dresse son bilan    L'ONU rend hommage aux soldats de la paix, dont un Marocain    La Tribune de Nas : La Coupe du Monde 2022 s'exporte à Casablanca…    2000 : Les Lions de l'Atlas chutent au premier tour    Bahja et Camacho : souvenirs partagés    Coupe d'Afrique. Continental sponsor officiel jusqu'en 2023    Tanger. Trois individus arrêtés, 8.000 comprimés de psychotropes saisis    Education nationale. Un budget en hausse    Once Upon a time in…Hollywood. Une claque tarantinesque !    Azelarab Kaghat, le général…    Lycée Victor Hugo: Première plainte au Maroc, convocation pour harcèlement du proviseur à Paris    Insolite : Trahi par Facebook    Ligue des champions : Les billets du match WAC-EST sont disponibles    Nouveau single : «Ya Denya» lance la carrière de Sara Moullablad    Un regard certain sur le monde    BAM: l'immobilier en berne    Adil Zaidi : «La 13ème région connaît un accueil extrêmement favorable»    SM le Roi inaugure à l'arrondissement Sidi Moumen un Centre médical de proximité    Recherche scientifique au Maroc 2006-2016: le Rapport de Fassi Fehri    Affaire Khadija: Report du procès    SM le Roi préside la 3e causerie religieuse du Ramadan    Le Maroc compte taxer Facebook et Google    Washington-Téhéran: La tension est à son comble…    Le New York Times consacre un long carnet de voyage au Royaume    Baccalauréat 2019. Une nouvelle date pour l'examen régional unifié    Politique de voisinage : Politique de voisinage L'UE se félicite de la coopération avec le Maroc    Le Maroc fait sa promo en Espagne    Pourquoi la Loi sur les travailleurs domestiques n'est pas appliquée    Officialisation de l'amazigh. Qui est responsable du retard ?    Viol et séquestration. Le procès de Khadija enfin lancé    Edito : Avalanche de lois    Tarifs douaniens: Les fabriquants de chaussures contre la procédure de Trump    Nike accusé de contrefaçon    En Libye, la guerre est aussi économique    Arsenal a une longueur d'avance dans le dossier Ziyech    Tous les bienfaits santé du poivre    La santé visuelle des chauffeurs professionnels objet d'une campagne médicale    Divers sportifs    La CGEM octroie son label RSE    L'environnement de la sphère publique marocaine, impact sur la communication    Divers    Niki Lauda, miraculé de la F1, meurt paisiblement à 70 ans    Ces tournages qui ont tourné au drame : Harry Potter et les Reliques de la mort    La faune et la flore à l'honneur lors de la journée internationale des musées    Adil Fadili : Les séries policières suscitent un intérêt grandissant du public    1998: retour des Lions pour une place au quart…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Cancer colorectal, un mal sournois
Publié dans MarocHebdo le 09 - 05 - 2014

La Fédération nationale des Centres d'Oncologie Privés du Maroc a exposé, le 10 février 2007 à Marrakech, les nouvelles thérapies mises à jour dans le traitement des cancers digestifs.
Cancer colorectal, un mal sournois
Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
Si le cancer colorectal est détecté à un stade précoce, le patient guérit à 100%.
Au Maroc comme ailleurs, les cancers colorectaux, touchant le colon et le rectum, sont les plus fréquents des cancers digestifs. Chez les hommes, le cancer colorectal suit le cancer du poumon et de la prostate; et chez la gent féminine, il se place tout de suite après le cancer du sein et du col de l'utérus. Les cancers colorectaux figurent aussi parmi les plus redoutables des cancers. En effet, 40% à 45% des malades succombent des suites de cette maladie. Les derniers chiffres de l'Organisation mondiale de la Santé à ce sujet donnent froid dans le dos. L'OMS évalue à près de 700.000 le nombre de personnes décédées en 2005 d'un cancer colorectal. Au Maroc, faute de registre exhaustif, on ignore la proportion exacte de cancers colorectaux parmi les 40.000 nouveaux cas de cancer enregistrés tous les ans, mais on sait qu'ils constituent la troisième cause de mortalité, après les cancers du sein et du poumon.
L'incidence des cancers colorectaux augmente en outre régulièrement avec l'âge. Le risque de développer ce type de cancer à partir de 45 ans double à chaque décennie.
Et, comme l'explique d'ailleurs professeur Hassan Errihani, chef de service d'oncologie médicale à l'Institut national d'Oncologie de Rabat (INO), il n'existe à ce jour aucun moyen véritablement efficace de prévenir ce type de cancer, si ce n'est de suivre une bonne hygiène de vie: activité physique régulière, alimentation saine et diversifiée (plus de fibres, de fruits et de légumes frais et moins de viande rouge) et proscription de l'alcool et du tabac. Le cancer colorectal, détecté et soigné à temps, est guérissable.
C'est dire, encore une fois, l'importance de l'information et de la prévention, encore plus auprès des Marocains, qui ignorent pour la plupart tout de ce mal sournois. Le cancer colorectal évolue en effet bien souvent de manière insidieuse. Ceci dit, certains signes doivent amener les patients à consulter: douleurs abdominales, présence de sang ou de glaires dans les selles, troubles du transit intestinal (diarrhée ou constipation), anémie, perte de poids inexpliquée, altération de l'état général ou encore complications digestives (occlusion intestinale ou perforation).
Si le cancer est détecté à un stade précoce, le patient a 100% de chance de survivre au moins 5 ans. Ses chances de survie s'effondrent à 25% quand le cancer est détecté tardivement. «Malheureusement plus de la moitié des patients ont déjà une tumeur avancée au moment du diagnostic. Aujourd'hui, globalement 1 patient sur 2 peut être guéri», observe Pr. Errihani.
Le traitement du cancer colorectal dépend, quant à lui, du stade de la maladie. A un stade précoce, une simple ablation peut s'avérer curative. En revanche, si le cancer est à un stade avancé, associé à la chirurgie, un traitement par radiothérapie et/ou chimiothérapie s'impose. A ce propos, on remarque des avancées notables en chimiothérapie, avec l'arrivée de nouvelles molécules, telles que l'irinotécan, l'oxalipaltine ou encore la capécitabine. Dernier en date, le bevacizumab, médicament de la classe des «anti-antigiogéniques» inhibe la croissance des vaisseaux sanguins tumoraux, conduisant à une asphyxie et à une dégénérescence de la tumeur. Il permet ainsi d'améliorer de façon significative la qualité et la durée de vie du patient.
Retour