Programme des principales rencontres du samedi 18 janvier    Les positions des séparatistes concernant le Rallye Africa Eco Race: des délires pathétiques (M.Bourita)    Centre hospitalier régional d'Al Hoceïma : le ministère de la Santé alerté par l'absence de 34 médecins    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Insolite : Imiter Ghosn    Habib El Malki reçoit le secrétaire d'Etat rwandais chargé de la Communauté de l'Afrique de l'Est    Hommage à Noureddine Belhoucine    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Cristiano Ronaldo : les secrets de sa forme insolente dévoilés !    Hicham Dekik : La sélection nationale fin prête pour la CAN de futsal à Laâyoune    Handball : Le CHAN à Laâyoune    Tant de dossiers à débattre et de relations à consolider    La forêt et le nouveau modèle de développement    Combien d'années de vie en bonne santé gagne-t-on en adoptant un mode de vie sain ?    Divers    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    Liban: L'impasse politique se poursuit    Maroc/Turquie: Importations massives: Halte aux abus!    La Grèce encourage le maréchal Haftar dans le processus de paix libyen    WEF: Que faut-il surveiller en 2020?    Bulletin météorologique spécial : temps froid, chute de neige et fortes rafales de vents à partir de dimanche    Brèves Internationales    CAN Handball 2020 : le Maroc bat la Zambie    Le Sévillan Youssef En-Nesyri débutera par un choc face au Real    Clôture de la session parlementaire d'automne : le compte à rebours est lancé, le bilan s'annonce maigre    Le Conseil de gouvernement adopte deux projets de décrets relatifs aux indemnités des magistrats    Botola J-13: Avec le choc de haut de tableau RSB-RAJA    L'OCS réalise un pas en avant vers le carré d'Or    Le PAM accuse le PJD d'avoir utilisé de l'argent public pour organiser une soirée en l'honneur de l'épouse d'El Othmani    La BCP s'engage pour la TPE    La loi passe le cap de la 1ère Chambre    Boeing abattu en Iran: « le monde attend des réponses », avertit Ottawa    Amine Razouk et Mehdi Alaoui à la tête de l'Apebi    Arrestation d'un individu pour viol sur mineurs à El Jadida    Marrakech : Des voleurs de palmiers arrêtés en flagrant délit    Distinctions royales aux majors du Programme de lutte contre l'analphabétisme    Rapprochement entre Bank Al-Maghrib et le Conseil de la Concurrence    Sidi Slimane: Le gestionnaire délégué de la collecte des déchets ménagers se dote d'une convention collective    Le Sahara marocain «véritable trait d'union entre le Maroc et le reste de l'Afrique»    SM le Roi visite «Bayt Dakira» à la Médina d'Essaouira    Kaws expose pour la première fois au Moyen-Orient    #LesYeuxOuVerts, l'expo écolo pensée pour reconstruire des écoles    Les Moroccan cultural Days démarrent à Londres    Des œuvres d'arts disparaissent du Parlement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les travailleurs domestiques entrent enfin dans la légalité
Publié dans MarocHebdo le 25 - 09 - 2018

La loi relative au travail domestique entre en vigueur le 2 octobre 2018
Un grand pas de franchi dans la lutte contre l'exploitation des travailleurs et travailleuses domestiques.
Elle va laver votre linge, faire la vaisselle, passer la serpillère, repasser vos vêtement… Elle n'en sera pas moins considérée comme une «vraie» salariée avec les droits et les obligations qu'impose le code du travail. Elle, c'est votre employée de maison qui va acquérir ce statut à partir du 2 octobre 2018, date d'entrée en vigueur de la loi 19-12 fixant les conditions de travail et d'emploi des travailleuses et travailleurs domestiques. Laquelle loi a été votée le 26 juillet 2016 par le Parlement et publiée au Bulletin officiel le 22 août 2016. Ces travailleuses, souvent surexploitées et sous-payées, auront, enfin, la possibilité de travailler dans un cadre légal, structuré par la loi. Quant à celles qu'on appelle communément «petites bonnes», celles-là même qui ont moins de 16 ans et qui sont invisibles et objets de toutes les maltraitances, elles n'ont plus leur place dans ce champ de travail désormais légal.
Contrat de travail obligatoire
Avec la loi 19-12, les «bonnes» et autres «khaddamas», (appellations teintées de condescendance et de mépris), entrent de plein fouet dans la légalité à travers un texte de loi qui oblige l'employeur et son employée à signer un contrat après avoir reçu la certification du ministère de l'Emploi.
Ce même contrat définit les tâches domestiques à accomplir, les heures de travail quotidiennes, les jours de repos de l'employé. Ce document doit également préciser s'il s'agit d'un CDD (contrat à durée déterminée) ou d'un CDI (contrat à durée indéterminée), la période d'essai et le nombre d'heures de travail hebdomadaire (48 heures maximum pour les plus de 18 ans et 40h pour les personnes âgées entre 16 et 18 ans).
Le salaire doit aussi être défini dans ce contrat. Il est estimé à moins 60% du Smig, soit 1.542 DH par mois. Le législateur n'a pas manqué de protéger l'employé en cas de licenciement. Ce dernier doit percevoir une indemnité s'il justifie d'une période d'ancienneté d'au moins une année continue. Les employeurs qui enfreignent ces lois sont passibles d'une amende de 3.000 à 5.000 DH. Ces dispositions concernent les travailleurs de plus de 18 ans.
Flou et incompréhension
Elles marquent à coup sûr une avancée notable dans le dossier du personnel de maison. La société civile s'est félicitée du résultat obtenu au bout de presque 10 ans de lutte au cours desquels différentes associations se sont livrées à un véritable bras de fer avec les gouvernements qui se sont succédé. «Cette loi permet, certes, de régulariser la situation de dizaines de milliers de travailleurs domestiques qui en ont besoin, mais en même temps, elle contient des dispositions iniques pour les mineurs face à l'exploitation dont ils sont victimes dans le travail domestique.», s'indigne Omar El Kindi, militant au sein du Collectif pour l'éradication du travail des «petites bonnes».
En effet, dans les années 2000, la loi relative aux travailleurs domestiques devait compléter le code du travail. Au lieu de cela, elle a reconduit les dispositions de ce code en ce qui concerne l'âge, c'est-à-dire 15 ans. Mais, devant l'acharnement de la société civile, l'âge minimum a été fixé à 18 ans. Décision qui a suscité l'opposition de la majorité qui a trouvé une parade à cette discorde.
La loi actuelle donne la possibilité à l'employeur de faire travailler des mineurs de 16 à 18 ans pendant cinq ans à compter de l'entrée en vigueur de la loi. Une disposition ambiguë qui suscite beaucoup d'interrogations. «La vérité, c'est que quand les ministres qui se sont succédé se sont rendus compte de l'absurdité de ce qu'ils ont fait, ils ne savaient plus quoi faire des «petites bonnes» de moins de 18 ans. Ils ont alors commencé à improviser», explique Omar El Kindi, qui précise que dans les conventions internationales, il est clairement précisé que le travail domestique est considéré comme dangereux. Raison pour laquelle l'âge légal a été fixé à 18 ans.
La dure applicabilité de la loi
Autre disposition critiquable de la loi 19- 12 (vu la difficulté de son application), celle concernant les contrôles et les litiges. La nature du milieu domestique, qui est par définition fermé, rend difficile la tâche d'une éventuelle intervention d'un inspecteur du travail. La situation est encore plus compliquée pour les mineurs, qui ont besoin d'un traitement adapté de la part de spécialistes de la protection de l'enfance.
Les employés domestiques seront-ils affiliés à la CNSS? Théoriquement oui, mais comme le dahir de 1972 exclut la déclaration du personnel domestique auprès de la caisse, il est besoin d'un décret spécial relatif à l'affiliation de cette catégorie de travailleurs. Ce décret serait à l'étude, selon les responsables. En attendant qu'il soit adopté, les employés domestiques devront se contenter des autres acquis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.