Covid19: Aucun cas en Corée du Nord ?    De la musique de chambre, depuis sa chambre    Coronavirus : Nezha El Ouafi décrypte sur MFM Radio les mesures prises au profit des MRE    L'épidémie de coronavirus au Maroc : 30 cas répertoriés à 22h00    Coronavirus: une nouvelle vague de ressortissants français bloqués a pu quitter le Maroc    Commande publique : une réponse urgente à la pandémie du coronavirus    Propos racistes envers l'Afrique tenus sur la Chaine LCI : Le Club des Avocats du Maroc explique sa décision d'ester en justice    Il est temps de passer au dépistage massif    Le PPS appelle à un large débat sur la crise et l'après-crise du Coronavirus    Les soldats de l'ombre en rangs serrés contre le Covid-19    Retour à la prudence sur les marchés mondiaux    Athlétisme: Le programme antidopage mondial fortement affecté    Report des JO: Des coûts additionnels pour le Japon et la famille olympique    Le gouvernement britannique appelle les joueurs de foot à réduire leur salaire    L'administration publique entre à petits pas dans l'ère du numérique    Allégement du déficit du compte courant    4.835 personnes poursuivies pour violation de l'état d'urgence sanitaire    Brèves    L'hôpital de campagne de Benslimane prêt à entrer en action    Groupe Walili: Contribution de 2 MDH au Fonds spécial anti-coronavirus    Amine Diouri: «toutes les entreprises sont touchées et c'est encore tôt pour faire les comptes»    Clap de fin sur la série "Le Bureau des légendes"    Reprise belge du tube caritatif "We Are The World" pour remercier le personnel soignant    En pleine pandémie, une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    Harit renonce à une partie de son salaire    Violences à l'égard des femmes en confinement : L'appel des associations féministes    Algérie : l'ex-chef de la police écope de 15 ans de prison    Union européenne : la fermeture des frontières pourrait durer au-delà de Pâques    Des cellules de communication à la disposition des personnes autistes    Indemnités CNSS : plus de 700.000 salariés déclarés au 1er avril    Rapatriement des corps de défunts pour être inhumés au Maroc : L'Ambassade du Maroc en France apporte des précisions    Chelsea, la Juve, le Bayern et le PSG lorgnent Hakimi    Une Marocaine nommée à une Commission Mondiale de l'Unesco    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Coronavirus : Quand les créations artistiques et littéraires passent au numérique    Une oeuvre de Mohamed Melehi bat tous les records aux enchères à Londres    «Masrah net»… des spectacles à suivre en direct depuis son salon    Crise du Venezuela: Le nouveau plan de Washington    Frontières maritimes : Entrée en vigueur et réserves espagnoles    Les agents d'autorité de la capitale s'estiment insultés par le Wali de Rabat-Salé Kénitra    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    Condition physique et mode alimentaire au profit des joueurs et joueuses : Le programme individuel spécial de la FRMF    Coronavirus : M'jid El Guerrab interpelle le ministre français de l'Education nationale    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Marcel Botbol    Prochaine réunion à huis clos du Conseil de sécurité sur le Sahara    Le point avec Abdellah El Ouardi, préfet de police de Casablanca    Le football français en deuil : De Marseille à toute la L1, hommage unanime à Pape Diouf    En Guinée, le président Alpha Condé, 82 ans, obtient une très large majorité parlementaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les travailleurs domestiques entrent enfin dans la légalité
Publié dans MarocHebdo le 25 - 09 - 2018

La loi relative au travail domestique entre en vigueur le 2 octobre 2018
Un grand pas de franchi dans la lutte contre l'exploitation des travailleurs et travailleuses domestiques.
Elle va laver votre linge, faire la vaisselle, passer la serpillère, repasser vos vêtement… Elle n'en sera pas moins considérée comme une «vraie» salariée avec les droits et les obligations qu'impose le code du travail. Elle, c'est votre employée de maison qui va acquérir ce statut à partir du 2 octobre 2018, date d'entrée en vigueur de la loi 19-12 fixant les conditions de travail et d'emploi des travailleuses et travailleurs domestiques. Laquelle loi a été votée le 26 juillet 2016 par le Parlement et publiée au Bulletin officiel le 22 août 2016. Ces travailleuses, souvent surexploitées et sous-payées, auront, enfin, la possibilité de travailler dans un cadre légal, structuré par la loi. Quant à celles qu'on appelle communément «petites bonnes», celles-là même qui ont moins de 16 ans et qui sont invisibles et objets de toutes les maltraitances, elles n'ont plus leur place dans ce champ de travail désormais légal.
Contrat de travail obligatoire
Avec la loi 19-12, les «bonnes» et autres «khaddamas», (appellations teintées de condescendance et de mépris), entrent de plein fouet dans la légalité à travers un texte de loi qui oblige l'employeur et son employée à signer un contrat après avoir reçu la certification du ministère de l'Emploi.
Ce même contrat définit les tâches domestiques à accomplir, les heures de travail quotidiennes, les jours de repos de l'employé. Ce document doit également préciser s'il s'agit d'un CDD (contrat à durée déterminée) ou d'un CDI (contrat à durée indéterminée), la période d'essai et le nombre d'heures de travail hebdomadaire (48 heures maximum pour les plus de 18 ans et 40h pour les personnes âgées entre 16 et 18 ans).
Le salaire doit aussi être défini dans ce contrat. Il est estimé à moins 60% du Smig, soit 1.542 DH par mois. Le législateur n'a pas manqué de protéger l'employé en cas de licenciement. Ce dernier doit percevoir une indemnité s'il justifie d'une période d'ancienneté d'au moins une année continue. Les employeurs qui enfreignent ces lois sont passibles d'une amende de 3.000 à 5.000 DH. Ces dispositions concernent les travailleurs de plus de 18 ans.
Flou et incompréhension
Elles marquent à coup sûr une avancée notable dans le dossier du personnel de maison. La société civile s'est félicitée du résultat obtenu au bout de presque 10 ans de lutte au cours desquels différentes associations se sont livrées à un véritable bras de fer avec les gouvernements qui se sont succédé. «Cette loi permet, certes, de régulariser la situation de dizaines de milliers de travailleurs domestiques qui en ont besoin, mais en même temps, elle contient des dispositions iniques pour les mineurs face à l'exploitation dont ils sont victimes dans le travail domestique.», s'indigne Omar El Kindi, militant au sein du Collectif pour l'éradication du travail des «petites bonnes».
En effet, dans les années 2000, la loi relative aux travailleurs domestiques devait compléter le code du travail. Au lieu de cela, elle a reconduit les dispositions de ce code en ce qui concerne l'âge, c'est-à-dire 15 ans. Mais, devant l'acharnement de la société civile, l'âge minimum a été fixé à 18 ans. Décision qui a suscité l'opposition de la majorité qui a trouvé une parade à cette discorde.
La loi actuelle donne la possibilité à l'employeur de faire travailler des mineurs de 16 à 18 ans pendant cinq ans à compter de l'entrée en vigueur de la loi. Une disposition ambiguë qui suscite beaucoup d'interrogations. «La vérité, c'est que quand les ministres qui se sont succédé se sont rendus compte de l'absurdité de ce qu'ils ont fait, ils ne savaient plus quoi faire des «petites bonnes» de moins de 18 ans. Ils ont alors commencé à improviser», explique Omar El Kindi, qui précise que dans les conventions internationales, il est clairement précisé que le travail domestique est considéré comme dangereux. Raison pour laquelle l'âge légal a été fixé à 18 ans.
La dure applicabilité de la loi
Autre disposition critiquable de la loi 19- 12 (vu la difficulté de son application), celle concernant les contrôles et les litiges. La nature du milieu domestique, qui est par définition fermé, rend difficile la tâche d'une éventuelle intervention d'un inspecteur du travail. La situation est encore plus compliquée pour les mineurs, qui ont besoin d'un traitement adapté de la part de spécialistes de la protection de l'enfance.
Les employés domestiques seront-ils affiliés à la CNSS? Théoriquement oui, mais comme le dahir de 1972 exclut la déclaration du personnel domestique auprès de la caisse, il est besoin d'un décret spécial relatif à l'affiliation de cette catégorie de travailleurs. Ce décret serait à l'étude, selon les responsables. En attendant qu'il soit adopté, les employés domestiques devront se contenter des autres acquis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.