Abderrazak Soumah : «Dounia Filali cherche à réhabiliter Ali Aarrass, terroriste et menteur pathologique»    CDG Invest Growth lève un nouveau fonds de Private Equity    Le Maroc coparraine le lancement à Genève d'un guide sur les droits de l'homme    Le Groupe parlementaire du PPS critique une « décision hâtive »    Cycle de conférences et Forum «Morocco 21»    Le Bangladesh en proie aux violences inter-religiueuses    Amical : La sélection marocaine féminine bat l'Atlético Madrid    Tirage des barrages de la CAF : La Renaissance Sportive de Berkane face à une équipe rwandaise pour passer à la phase des poules    Europol annonce 150 interpellations    Deux Marocains sélectionnés pour la Résidence jeunes talents scientifiques africains    Clôture en grande pompe pour la 5ème édition de « WeCasablanca »    A Khemlia, « PORTRAITS DES SULTANS ET ROIS DU MAROC » exposés «chez les artistes»    «Le masque», une nouvelle pièce signée par Naima Zitan    Rabat : Une foule en quête du pass sanitaire au CHU Ibn Sina    Dakhla / Kite Surf : Championnat mondial Prince Moulay El Hassan    Les Etats-Unis dévoilent le plan de modernisation de l'armée marocaine    L'avenir du gazoduc Maghreb-Europe définitivement scellé    Green Middle East Summit : Ryad met sur la table 39 milliards de SAR    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 26 octobre 2021 à 16H00    Nasser Bourita : « Il est temps que le partenariat UA-UE fasse l'objet d'une mise à jour stratégique »    L'ONG TIBU ORGANISE LE PREMIER CONCOURS MAGHREBIN D'INNOVATION    Un PCR négatif suffit pour assister à l'AGO du Raja    Quatre peintres marocaines à la galerie AMBRE ART CENTER    Maroc-Algérie : le doux effet cathartique du Rap    Fluctuation du dirham. La pression des instances internationales pour accélérer la réforme [Par Charaf Louhmadi]    OCP Africa s'associe à l'USAID pour renforcer la sécurité alimentaire au Nigeria    Offensive de charme de l'Union européenne à destination du Maroc    "Trek des Gazelles" : Un voyage entre dunes et océan depuis la Cité de Mogador    VIDEO. Le Trophée de la Coupe d'Afrique des Nations (CAN) fait escale au Maroc    «Je préfère mourir en mer que de rester en Algérie» : le régime militaire pour sa jeunesse vers le néant    L'Egypte lève l'état d'urgence en usage depuis 2017    Soudan: Washington suspend 700 millions de dollars d'aide    En France, la perpétuité requise contre un dangereux terroriste algérien    Coup d'état au Soudan: La communauté internationale condamne    Six Soudanais et un Burkinabé interpellés : Mise en échec d'une tentative d'immigration clandestine entre Nador et Melillia    Covid-19 : ce qu'il faut savoir sur la pilule de Merck, traitement prometteur dont l'examen a débuté en Europe    Un nouveau narco-drone neutralisé à Sebta    Une campagne nationale de sensibilisation démarre ce lundi    Le nombre de Marocains qui utilisent Maroc Telecom    Intelaka, IS, emplois…les grandes lignes du Projet de loi de Finances    PLF-2022: Principaux chiffres de l'intervention de la ministre de l'Economie et des Finances devant le Parlement    Pass vaccinal : Bientôt des éléments de clarification de la part de la CNDP    Réunion, ce jeudi, du Conseil de Gouvernement: Zoom sur la situation épidémiologique    Festival international du film sur l'art : Agadir abrite la 3ème édition du 20 au 22 novembre prochain    La 1ère édition de «Tanja Fraja», les 30 et 31 octobre    Israël annule l'avertissement sur les voyages au Maroc    Début à Ryad des travaux du Sommet de l'Initiative verte du Moyen-Orient avec la participation du Maroc    Kenya : Une expositions aux couleurs du Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



14,15 et 16 décembre 1990, un mot d'ordre de grève générale est lancé, émeutes populaires, avec un "pic" à Fès, l'armée tire dans le tas. 25 ans après, identification et épitaphes sur les tombes.
Publié dans MarocHebdo le 02 - 12 - 2005


Une révolte exhumée
Des familles des victimes des années de plomb.
L'instance Equité et Réconciliation, (IER), n'est pas au bout de ses peine. Elle fait un travail de fouille archéologique dans la mémoire douloureuse des années de plomb. Chaque découverte macabre des victimes d'une répression aveugle est comme un couteau que l'on remue dans la plaie. Si c'est une vivisection que la collectivité s'inflige consciemment pour exorciser à jamais ce genre d'événements dramatiques, c'est de bonne thérapie. C'est précisément le rôle et la raison d'être de l'IER.
Le dernier acte en date de cet organisme a été d'identifier et de rendre publics les lieux d'enterrement de citoyens tombés sous les balles de différents corps para-militaires ou militaires, lors des émeutes de Fès et de sa région, en décembre 1990. Cent six tombes ont ainsi reçu des épitaphes de miséricorde pour leurs âmes et en leurs mémoires ; dont sept non identifiables. C'est Abdelaziz Bennani ex-président de l'OMDH (Organisation marocaine des droits de l'homme) et chargé d'investigation au sein de l'IER, qui a supervisé cette cérémonie funèbre entre les cimetières de Bab El Gissa et de Boubker Ben Larbi, à Fès le mardi 29 novembre 2005.
Quinze années se sont écoulées, il est bon de rappeler l'origine de ces événements et pourquoi Fès en particulier. Il s'agissait d'un mot d'ordre de grève générale lancé par la CDT (Confédération démocratique du travail) qui a réussi à rallier à son appel l'UGTM (Union générale des travailleurs du Maroc), mais pas l'UMT (Union marocaine du travail). La date fixée pour cet arrêt national de travail, était le vendredi 14 décembre 1990.
Pourquoi cette grève ? En 1990, nous sommes toujours dans "les années de plomb". L'amnistie générale pour les détenus et les exilés d'opinion n'arrivera qu'une année plus tard. En attendant, la crispation entre pouvoir central et opposition est toujours de mise. Entre la vie chère, la collusion patronat-autorités publiques locales et le musellement des libertés publiques, il n'y avait que l'embarras du choix pour faire grève ou même proclamer une dissidence politique plus ou moins avouée.
Encore fallait-il ne pas basculer dans la confusion entre la vocation des syndicats et celle des partis.
Or, en 1990, la CDT, sous la houlette d'un Noubir Amaoui quelque peu impulsif, se voulait toujours "le bras séculier" de toutes les oppositions politiques ; souvent contre l'avis du bureau politique de l'USFP, dont il était membre. Le même cas de figure est encore plus adaptable pour les grèves générales du 20 juin 1981 et du 11 janvier 1984, pour lesquels il y aurait d'autres tombes à localiser. De même que pour les émeutes du 23 mars 1965, sans Amaoui cette fois-ci ; enfin, pas encore.
À chacune de ces manifestations de foule, sous les généraux Oufkir et Dlimi, puis sous Driss Basri, ordre a été donné de tirer dans le tas, avec artillerie lourde et troupes héliportées. Des dizaines de morts et des centaines de blessés.
Pourquoi Fès en 1990 ? Tout simplement parce qu'à chacun de ces ras-le-bol populaire, il y avait un "pic" de confrontation quelque part. À Casablanca en 1965 et 1981, à Marrakech et Tétouan en 1984 et à Fès en 1990.
Le Premier ministre de l'époque, Azeddine Laraki, avait annoncé, au Parlement, la constitution d'une commission d'enquête, confiée à feu Maâti Bouabid. Quant au wali de la région, Moulay Alaoui Lamrani, il a été, quelque temps après, limogé. C'était la dernière révolte du genre. Une lente décrispation se dessinait, sans être amorcée. Elle mettra du temps.