Maroc-Allemagne : L'ambassadrice de retour à Berlin, un message pour l'Espagne    Tunisie: La directrice de cabinet de Kaïs Saïed rend le tablier    Fondation Mohammed VI de Promotion des Œuvres Sociales : Un bilan conséquent et des projets prometteurs en 2021    CAN 2021. Une bousculade avant le match Cameroun-Comores aurait fait plusieurs victimes [Vidéo]    Sommet arabe : Tebboune envoie un nouveau message à l'émir du Qatar    Lydec renouvelle ses réseaux de Maârif    Des Wissams Royaux accordés à des fonctionnaires de l'Education nationale    Le pain ou la maladie: l'étendue du dilemme marocain    Covid-19 : Une sortie de la phase aiguë de la pandémie est possible cette année pour l'OMS    Banques: la position de change s'améliore    La Bourse de Casablanca débute ce lundi en légère hausse    Retour des l'ambassadrice du Maroc en Allemagne au cours de cette semaine    Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Présidentielle. Macron: « J'annoncerai ma décision en temps voulu »    USFP. Jawad Chafik: « Il n'existe aucun amendement servant l'intérêt de Lachgar! » (VIDEO)    Chelsea: Ziyech s'exprime après son superbe but contre Tottenham    CAN-2021: La Gambie se qualifie aux quarts de finale aux dépens de la Guinée (1-0)    CAN: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-Malawi    Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie    Maroc: reprise des cours en présentiel dans plusieurs écoles    Alerte météo: chutes de neige dans plusieurs villes du Maroc    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 24 janvier    Omicron au Maroc: le pic de la vague atteint (Dr Merabet)    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Les Industries Culturelles et Créatives présentent une étude sur la transformation du secteur    Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri annonce son retrait de la vie politique    Enquêtes de conjoncture: le HCP appelle les entreprises à souscrire à la plateforme digitale    Selim Amallah : « On devra être à 100% pour faire la différence »    Rapport de HRW: la partie réservée au Maroc présente des données « sans fondements ni réels ni juridiques    PL : Tottenham envisage d'enrôler Sofyan Amrabat    Covid-19: Que sait-on du sous variant d'Omicron BA.2 ? (Spécialiste)    La Fondation Zakoura fête ses 25 ans d'engagement en faveur du développement humain    L'écosystème marocain face à un nouveau risque, les abeilles désertent    CAN 2021: les Comores défient le Cameroun, la Guinée affronte la Gambie    Mondial (Qatar-2022)- Matchs barrage-Afrique. L'Algérie ... encore «sabotée» ?    HRW accusée d'implication dans une «campagne politique systématique hostile» au Maroc    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Pour financer sa croissance, Mutandis augmente son capital à la bourse de Casablanca    Paris : La Bourse plonge nettement sous les 7.000 points    Aide à l'Ukraine: la Commission européenne prépare un nouveau « paquet » de 1,2 milliard d'euros    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    Passe Vaccinal : Entrée en vigueur dès ce lundi en France    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Aziz Akhannouch Histoire d'une réussite
Publié dans MarocHebdo le 14 - 07 - 2006


Aziz Akhannouch
Histoire d'une réussite
Au commencement était évidemment le père fondateur, l'amghar, ou la version tachelhit du patriarche. Haj Ahmed Akhannouch, Ahmed Oulhaj pour les intimes. Un homme de peu, un homme de bien, un homme de caractère et de conviction. Lorsqu'on voit le jour à Tafraout, au début du siècle dernier, on connaît la valeur des choses, parce que rien n'arrive sans effort. On est comme pris en tenaille entre un sol ingrat auquel il faut arracher son pain quotidien, et un Soleil écrasant qui vous nargue à longueur de journée. Tout invite à quitter ce Sud où rien ne pousse hormis des hommes, aussi ascètes que stoïques. Agadir comme étape, Casablanca comme point de chute. C'est en 1932 que Ahmed Oulhaj débarque dans cette future mégapole, d'ores et déjà une ville folle où tout est possible. Il y ouvre sa première épicerie. Dix ans après, il en possède sept. Un réseau dans le contexte d'antan. Du commerce de détail, il passe à la pêche puis à l'exploitation du marbre.
Le lancement semble consommé et irréversible. Pas vraiment. Ahmed Oulhaj est nationaliste de la première heure. Son engagement lui vaut cinq années d'incarcération et la ruine. Mais on ne casse pas une détermination aussi inflexible d'un Ahmed Oulhaj, qui se relève, repart de plus belle et se permet même de changer de secteur d'activité. Il se reconvertit dans le pétrole en créant la première société totalement marocaine de distribution. Après les produits pétroliers, le gaz butane tombe dans son escarcelle. Afriquia prend de l'ampleur et Haj Ahmed Akhannouch de l'envergure. Il donne libre cours à son sens d'initiative et à son goût du risque. Des traits de caractère dont héritera son fils et successeur dans la gestion des entreprises familiales. Aziz Akhannouch aura été à bonne école.
En haut: Aziz Akhannouch avec SM Mohammed VI. En bas: Haj Ahmed et Hassan II.
Il en fournira la preuve en assumant un passage du témoin entre deux générations, deux environnements, presque deux mondes. Tout en sauvegardant l'esprit et le fond comportemental qui ont fait le capital et non l'inverse.
Natif de Tafraout en 1961, Aziz Akhannouch y fait ses études primaires et secondaires, avant de partir pour le Canada, où il décroche un Master in Business Administration (MBA) à l'université de Sherbrooke, au Québec, en 1986. Pour donner de la consistance pratique à son diplôme, le jeune lauréat fera un stage à ELF, grande société pétrolière française. Dès son retour au pays, Aziz Akhannouch intègre la société Afriquia à titre de directeur général adjoint. Il y fourbit ses armes de jeune gestionnaire avide d'innovations et de performances. Après une période de latence sous l'œil, quelque peu fatigué mais toujours attentif, de son père, il met en application un plan de restructuration articulé autour de quatre pôles d'hydrocarbures: le carburant, les lubrifiants, les fluides et le gaz.
Le vieux pionnier, Haj Ahmed Akhannouch, rend son dernier souffle en 1995. Comme de coutume, c'est le fils aîné qui prend en charge les affaires de la famille. Il a été longuement préparé pour cela. Commence alors une nouvelle ère et une nouvelle vision en termes de domaines d'intervention et de dimensionnement des entreprises familiales. Progressivement, Aziz Akhannouch investira des secteurs qu'il juge indispensables au rayonnement et à la diversification de ses activités entrepreneuriales. Il s'agit en gros des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC).
Une volonté qu'il concrétise, dès 1999, par le rachat du groupe de presse Caractères qui édite, entre autres, La Vie économique.
En 1999, il élargit ses pérégrinations hors hydrocarbures par une incursion dans les télécommunications, en prenant 10,5% du capital de Méditel, propriétaire, à coup de milliards de dirhams, de la deuxième licence de téléphonie mobile. Actionnaire à part entière, Aziz Akhannouch précise que son groupe ne se contente pas de gérer des participations, mais s'occupe de la distribution des produits GSM pour le compte de ce deuxième opérateur. Grâce à ses deux sociétés spécialisées, il est même devenu leader dans ce segment. Mieux, pour donner de la cohérence à la maîtrise acquise de ce nouveau métier, Aziz Akhannouch a créé un pôle intégré sous l'appellation TMT (Telecoms, médias et technologie).
Toujours en 1999, Aziz Akhannouch introduit en bourse deux de ses sociétés, Afriquia et Maroc Oxygène. Chemin faisant, le groupe a changé de nom. Il s'appelle Akwa, "plus fort" en traduction littérale de l'arabe. Sauf que l'étymologie n'explique pas tout. Ce mot a une histoire qui se confond avec celle du groupe. Il est le condensé des patronymes de deux associés d'il y a 47 ans, Haj Ahmed Akhannouch et Haj Ahmed Wakrim. L'adoption de ce vocable composite prouve que l'association tient toujours. Aujourd'hui, Akwa gère un portefeuille d'une quarantaine de sociétés. La grande opération réalisée par Aziz Akhannouch reste, cependant, sa fusion avec le groupe Oismine, de Mustapha Amhal, qui a permis au groupe Akwa d'être le leader national dans le gaz et le carburant, avec 3.400 employés, 300 camions-citernes et un chiffre d'affaires, à fin 2005, de 15 milliards de dirhams.
Sous la houlette de Aziz Akhannouch, un empire est né. Son patron a su le moderniser et le diversifier en s'entourant de cadres nationaux compétents et complètement dévoués à l'entreprise. Avec son allure joviale, son sourire avenant et sa grande capacité d'écoute, la nonchalance apparente de Aziz Akhannouch est trompeuse. Elle n'a d'égal et de réel que sa rigueur sans faille en affaires et dans le travail. Aziz Akhannouch n'appartient à aucun parti politique. C'est tout au plus s'il a succombé aux sirènes de la responsabilité régionale. En octobre 2003, il a, en effet, été élu à la présidence du Conseil de la région de Souss-Massa-Drâa. En tant que SAP (Sans appartenance politique). Une tâche qui lui tient à cœur et qu'il assume avec un succès indéniable.