Le président sénégalais Macky Sall salue la participation d'une forte délégation du Maroc à la célébration du Centenaire de la disparition de Cheikh El Hadj Malick Sy    Assaut contre la clôture métallique dans la province de Nador : le bilan passe à 23 morts    Transfert : Toulouse officialise l'arrivée de l'international marocain Zakaria Aboukhlal    Météo: temps assez chaud ce dimanche 26 juin au Maroc    Botola Pro D1 / 28e journée / OCS-IRT (3-1) : Les Mesfiouis restent en première division, les Tangérois en stand by !    Le ministère du Tourisme dément l'annulation de la gratuité du transport pour ses fonctionnaires    Futsal : Les Lions de l'Atlas progressent au 10è rang mondial    Laâyoune: le RNI tient son congrès régional    Décès du professeur Yves Coppens: les condoléances du roi Mohammed VI    L'assaut de Melilla: l'Espagne dénonce « les mafias » et salue les sacrifices de la gendarmerie marocaine    Saison estivale : la tutelle étudie les potentialités touristiques de Dakhla    Drame de Melilla : PP et Podemos pointent le Maroc, Sánchez accuse la mafia    Plusieurs joueurs du Raja et Wydad sanctionnés par la FRMF    Mohsine Moutouali persona non grata au Raja ?    Les arrivées touristiques ont plus que quadruplé à fin mai 2022    L'Espagne annonce un nouveau plan d'aide de neuf milliards d'euros pour surmonter l'inflation    Covid-19 : 3.235 nouveaux cas et un décès ce 25 juin    Tourisme: les arrivées ont plus que quadruplé à fin mai 2022    Sadiki présente à Agadir le plan de développement de la filière de l'arganier    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 25 juin 2022    Le Gnaoua Festival Tour un Succès Populaire Grandissant Porté Par Les Alizés    USA: Biden signe une loi historique pour restreindre l'accès aux armes à feu    Manuel Albares : La position de l'Espagne sur le Sahara "très claire" et "souveraine"    African Lion : l'hôpital militaire de campagne prend soin des habitants de Taliouine    Assaut à Melilla/Nador: Pedro Sanchez accuse les "mafias" de trafic d'êtres humains    Maroc. Smeia dévoile en avant-première la nouvelle Série 7 et le X7    Hakim Ziyech aurait choisi sa prochaine destination    L'ONCF déploie son plan Eté 2022    Saad Lamjarred enflamme un mariage en Egypte (VIDEO)    Yassine Esqalli : né d'une simple curiosité, le voyage de 50 mille km parcouru à...vélo    Appel à la mobilisation pour accompagner le retour des MRE    Fusillade à Oslo: la police enquête sur un « acte terroriste »    Maroc-Algérie : Omar Hilale saisit le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU    Mme Akharbach : Les doubles standars contribuent à « antagoniser les opinions publiques »    Le jeune pianiste marocain Marouan Benabdallah anime avec brio un concert à Rome    CA de l'Agence Maroc PME: Hausse importante des réalisations 2021    Maroc : des instigateurs d'un vaste réseau d'immigration clandestine arrêtés    Sénégal. Le FMI revoit à la baisse ses prévisions de croissance    Ghana. L'inflation atteint son plus haut niveau en 18 ans    Fouzi Lekjaa réélu à la tête de la FRMF pour un troisième mandat    USA: Biden fustige la décision de la Cour suprême sur le droit à l'avortement    Irlande : L'histoire du Maroc présentée dans la cathédrale Christ Church de Dublin    Lutte anti-terroriste: La coopération entre le Maroc et les Nations Unies "forte et fructueuse"    Classement 2022 des World Airport Awards : L'aéroport Med V de Casablanca au Top 5    Les jeunes astronomes à l'honneur lors de la 10e édition du festival d'astronomie d'Ifrane    C'est parti pour la première édition de l'évènement « Anfa Park en fête » (VIDEO)    Soirée à Dublin sous le signe de la culture et de l'histoire du Maroc    Ouverture à Rabat du Bureau de formation de l'ONU contre le terrorisme    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Aziz Akhannouch Histoire d'une réussite
Publié dans MarocHebdo le 14 - 07 - 2006


Aziz Akhannouch
Histoire d'une réussite
Au commencement était évidemment le père fondateur, l'amghar, ou la version tachelhit du patriarche. Haj Ahmed Akhannouch, Ahmed Oulhaj pour les intimes. Un homme de peu, un homme de bien, un homme de caractère et de conviction. Lorsqu'on voit le jour à Tafraout, au début du siècle dernier, on connaît la valeur des choses, parce que rien n'arrive sans effort. On est comme pris en tenaille entre un sol ingrat auquel il faut arracher son pain quotidien, et un Soleil écrasant qui vous nargue à longueur de journée. Tout invite à quitter ce Sud où rien ne pousse hormis des hommes, aussi ascètes que stoïques. Agadir comme étape, Casablanca comme point de chute. C'est en 1932 que Ahmed Oulhaj débarque dans cette future mégapole, d'ores et déjà une ville folle où tout est possible. Il y ouvre sa première épicerie. Dix ans après, il en possède sept. Un réseau dans le contexte d'antan. Du commerce de détail, il passe à la pêche puis à l'exploitation du marbre.
Le lancement semble consommé et irréversible. Pas vraiment. Ahmed Oulhaj est nationaliste de la première heure. Son engagement lui vaut cinq années d'incarcération et la ruine. Mais on ne casse pas une détermination aussi inflexible d'un Ahmed Oulhaj, qui se relève, repart de plus belle et se permet même de changer de secteur d'activité. Il se reconvertit dans le pétrole en créant la première société totalement marocaine de distribution. Après les produits pétroliers, le gaz butane tombe dans son escarcelle. Afriquia prend de l'ampleur et Haj Ahmed Akhannouch de l'envergure. Il donne libre cours à son sens d'initiative et à son goût du risque. Des traits de caractère dont héritera son fils et successeur dans la gestion des entreprises familiales. Aziz Akhannouch aura été à bonne école.
En haut: Aziz Akhannouch avec SM Mohammed VI. En bas: Haj Ahmed et Hassan II.
Il en fournira la preuve en assumant un passage du témoin entre deux générations, deux environnements, presque deux mondes. Tout en sauvegardant l'esprit et le fond comportemental qui ont fait le capital et non l'inverse.
Natif de Tafraout en 1961, Aziz Akhannouch y fait ses études primaires et secondaires, avant de partir pour le Canada, où il décroche un Master in Business Administration (MBA) à l'université de Sherbrooke, au Québec, en 1986. Pour donner de la consistance pratique à son diplôme, le jeune lauréat fera un stage à ELF, grande société pétrolière française. Dès son retour au pays, Aziz Akhannouch intègre la société Afriquia à titre de directeur général adjoint. Il y fourbit ses armes de jeune gestionnaire avide d'innovations et de performances. Après une période de latence sous l'œil, quelque peu fatigué mais toujours attentif, de son père, il met en application un plan de restructuration articulé autour de quatre pôles d'hydrocarbures: le carburant, les lubrifiants, les fluides et le gaz.
Le vieux pionnier, Haj Ahmed Akhannouch, rend son dernier souffle en 1995. Comme de coutume, c'est le fils aîné qui prend en charge les affaires de la famille. Il a été longuement préparé pour cela. Commence alors une nouvelle ère et une nouvelle vision en termes de domaines d'intervention et de dimensionnement des entreprises familiales. Progressivement, Aziz Akhannouch investira des secteurs qu'il juge indispensables au rayonnement et à la diversification de ses activités entrepreneuriales. Il s'agit en gros des nouvelles technologies de l'information et de la communication (NTIC).
Une volonté qu'il concrétise, dès 1999, par le rachat du groupe de presse Caractères qui édite, entre autres, La Vie économique.
En 1999, il élargit ses pérégrinations hors hydrocarbures par une incursion dans les télécommunications, en prenant 10,5% du capital de Méditel, propriétaire, à coup de milliards de dirhams, de la deuxième licence de téléphonie mobile. Actionnaire à part entière, Aziz Akhannouch précise que son groupe ne se contente pas de gérer des participations, mais s'occupe de la distribution des produits GSM pour le compte de ce deuxième opérateur. Grâce à ses deux sociétés spécialisées, il est même devenu leader dans ce segment. Mieux, pour donner de la cohérence à la maîtrise acquise de ce nouveau métier, Aziz Akhannouch a créé un pôle intégré sous l'appellation TMT (Telecoms, médias et technologie).
Toujours en 1999, Aziz Akhannouch introduit en bourse deux de ses sociétés, Afriquia et Maroc Oxygène. Chemin faisant, le groupe a changé de nom. Il s'appelle Akwa, "plus fort" en traduction littérale de l'arabe. Sauf que l'étymologie n'explique pas tout. Ce mot a une histoire qui se confond avec celle du groupe. Il est le condensé des patronymes de deux associés d'il y a 47 ans, Haj Ahmed Akhannouch et Haj Ahmed Wakrim. L'adoption de ce vocable composite prouve que l'association tient toujours. Aujourd'hui, Akwa gère un portefeuille d'une quarantaine de sociétés. La grande opération réalisée par Aziz Akhannouch reste, cependant, sa fusion avec le groupe Oismine, de Mustapha Amhal, qui a permis au groupe Akwa d'être le leader national dans le gaz et le carburant, avec 3.400 employés, 300 camions-citernes et un chiffre d'affaires, à fin 2005, de 15 milliards de dirhams.
Sous la houlette de Aziz Akhannouch, un empire est né. Son patron a su le moderniser et le diversifier en s'entourant de cadres nationaux compétents et complètement dévoués à l'entreprise. Avec son allure joviale, son sourire avenant et sa grande capacité d'écoute, la nonchalance apparente de Aziz Akhannouch est trompeuse. Elle n'a d'égal et de réel que sa rigueur sans faille en affaires et dans le travail. Aziz Akhannouch n'appartient à aucun parti politique. C'est tout au plus s'il a succombé aux sirènes de la responsabilité régionale. En octobre 2003, il a, en effet, été élu à la présidence du Conseil de la région de Souss-Massa-Drâa. En tant que SAP (Sans appartenance politique). Une tâche qui lui tient à cœur et qu'il assume avec un succès indéniable.