Coronavirus : 61 nouveaux cas, 8.132 au total, samedi 6 juin à 10h    La CNDP publie son bulletin sur la confiance numérique    Rabat prépare son plan de relance post Covid-19    Le Maroc au sommet mondial sur la vaccination    Distribution de kits sanitaires dans les centres de protection de l'enfance    Tribunaux numériques et cabinets d'avocats virtuels se pressent au portillon    Les entreprises ne jurent que par le marketing digital    Projet ciblage des bénéficiaires des programmes d'appui social    Le premier cabinet d'avocat virtuel voit le jour à Casablanca    Belhanda troquerait Istanbul contre Riyad    Hamada El Baihi : L'Algérie est coupable de la persistance de la souffrance des populations séquestrées à Tindouf    Le capitalisme américain est-il raciste depuis toujours ?    Distribution de kits sanitaires à 4.300 enfants en situation de précarité    Saad Dine El Otmani : Le dépistage massif des salariés permettra d'accélérer la reprise de l'activité économique    Volonté de Marrakech et d'El Kelâa des Sraghna de booster l'enseignement préscolaire    Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Le Maroc plaide pour une mobilisation accrue contre les actes de violence de Daech en Afrique de l'Ouest et au Sahel    Les propositions du PPS pour un nouveau contrat politique»    Raul Gonzalez futur entraîneur d'Amine Harit?    Benfica: Taarabt élu homme du match contre Tondela    Un journal indien fustige le blackout total sur la situation du coronavirus à Tindouf    Chelsea en pole position pour accueillir Timo Werner!    Vrai ou Fake sur la covid-19 au Maroc, vendredi 5 juin    Confinement: Tous ensemble?    Actes de violence de ce groupe terroriste en Afrique de l'Ouest et au Sahel    TDN: le Maroc en tête des destinations touristiques mondiales sûres dans l'après Covid    «De la nécessité de la réforme et restructuration du secteur des ICC»    La province de Khouribga désormais indemne du coronavirus    La vérité derrière le mensonge    Covid-19: Quand les contes populaires font front à l'impact de l'épidémie    Confinement: les Etats africains ont perdu plus de 100 milliards de dollars de recettes fiscales    Afghanistan: Les troupes US bientôt «at home»?    Coronavirus: une baisse de 54,6% du trafic aérien au mois de mars 2020    Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Adieu, le tajine de maman
Publié dans MarocHebdo le 25 - 04 - 2008

• Les fast-food ciblent leur marketing sur les enfants
Il existe une trentaine de restaurants rapides au Maroc, comptant une centaine de points de vente. Faut-il s'alarmer?
Younes Harras
Depuis quelques années, ce mode de restauration a pris racine au Maroc.
On dira que la restauration rapide assure au consommateur marocain un gain au niveau du temps d'attente ainsi qu'elle lui propose un plat prêt à consommer moins cher que la restauration traditionnelle. A cet égard, le fameux sandwich ou hamburger, quelle que soit sa nature, accompagné de sodas et de frites a le vent en poupe. Depuis quelques années, ce mode de restauration a pris racine au Maroc, bon nombre de chaînes de sandwicherie internationales s'y sont installées, américaines et françaises pour la plupart. D'après les données du ministère du Commerce, il existe une trentaine de restaurants rapides au Maroc, comptant une centaine de points de vente. D'après la même source, Mcdonald's figure au premier rang avec 22 restaurants, suivi de Pizza Hut 17 restaurant et KFC, Kiotori, respectivement 6 et 5 points de vente. La restauration rapide représente 7% des réseaux de franchise au Maroc. Bien entendu, le snacking à l'américaine donne à beaucoup de jeunes un sentiment de modernité, ils le considèrent comme un mode de restauration socialement valorisant.
Malbouffe
En outre, les chaînes de restaurations rapides adoptent des méthodes de commercialisation visant la fidélisation des enfants dès leur bas âge en leur aménageant des aires de jeux, en leur permettant d'organiser les fêtes d'anniversaire et en leur offrant des jouets. A préciser aussi que le choix de l'enfant comme cible marketing première ne vise pas seulement à attirer les jeunes, mais également leurs parents et grands-parents, et, de façon plus durable encore, de inciter à la fidélisation dès l'enfance.
Mais beaucoup d'ONG internationales accusent les prêts-à-manger d'avoir une cuisine pas équilibrée, et les taxent de malbouffe. Dans un pays comme la France, par exemple, les associations altermondialistes ont mené des actions contre la diffusion des fast food, notamment par l'association internationale show food.
Au Maroc, une bonne partie des gens considèrent que le "restaupouce" portera préjudice à la culture culinaire marocaine et que les plats à la marocaine restent incontestablement les meilleurs. «Je ne changerais pas le tagine pour rien au monde», confie un quadragénaire casablancais, il ajoute «manger un tagine est beaucoup plus flatteur que de manger sur le pouce».
Autre part, plusieurs médecins estiment que la restauration rapide renferme beaucoup de calories et sa valeur nutritive reste faible en termes de vitamines, oligoéléments, fibres, ce qui est susceptible de causer les problèmes de surcharge pondérale chez les enfants.
L'ère de nos parents semble révolue, ils étaient contents d'aller manger, ils prenaient leur temps pour savourer les aliments. Autres temps, autres mœurs…