Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès de Mehdi Bennouna, 92 ans
Publié dans MarocHebdo le 26 - 03 - 2010

Natif de Tétouan, le 22 février 1918, Mehdi Bennouna était tellement serviable qu'il ne comptait que des amis. Au Maroc comme dans plusieurs pays arabes et africains.
Mehdi Bennouna, fondateur et premier directeur général de l'agence Maghreb arabe presse (MAP), est décédé, mardi 23 mars 2010 à Rabat, à l'âge de 92 ans, des suites d'une longue maladie. Il est parti serein et avec le sentiment du devoir accompli. Le Souverain a adressé un message de condoléances à la veuve du défunt, Hajja Khadija Slaoui, et à l'ensemble de ses proches. M. Bennouna a été inhumé le jour même à Tétouan après la prière d'Al-Asr.
Nationaliste de la première heure, Mehdi Bennouna a entamé ses études secondaires en 1929, à Naplouse, en Palestine, où il avait été envoyé par son père, Abdeslam. Il a saisi très tôt l'importance de la presse et du journalisme pour défendre la cause nationale, celle de l'indépendance du pays. Ce n'est pas pour rien qu'après son retour au Maroc, en 1936, il repart l'année d'après au Caire pour une formation en journalisme sanctionnée par un diplôme en 1941. Il rejoint le grand quotidien égyptien “Al Ahram”, où il exerce jusqu'en 1944. Une période qui a coïncidé avec la Deuxième Guerre mondiale. Durant ces quatre ans, Mehdi Bennouna a donné la pleine mesure de son talent de journaliste de terrain en couvrant pour le compte d'agences internationales quelques unes des plus célèbres batailles de cette guerre.
Voie du pluralisme
Mais son séjour cairote aura été également pour lui l'occasion de prendre part aux actions nationalistes. Il participe en 1937 à la constitution du Comité de Défense d'Almaghreb Al Aqsa. Un comité qui allait accueillir les leaders marocains Allal El Fassi et Abdelkrim El Khattabi. Sans parler du Bureau de Liaison des Mouvements d'Indépendance des Pays d'Afrique du Nord (Maroc, Algérie et Tunisie) qu'il allait fonder dix ans plus tard, au siège de l'ONU, à New York. Auparavant, M. Bennouna rentre en 1944, au Maroc pour se dédier à l'enseignement à l'Institut Libre de Tétouan et participe à la fondation du Syndicat des Travailleurs affilié au Parti des Réformes nationales (PRN), fondé, par Abdelkhalek Torrès. En 1953, il dirige à Tétouan le journal Al-Oumma (organe du PRN), qu'il quittera à l'indépendance en 1956 pour le Service de Presse du Cabinet Royal. En 1959, il lance l'Agence Maghreb Arabe Presse (MAP), dont il sera le président directeur général jusqu'en 1975. Entre 1958 et 1962, il porte assistance à la création de plusieurs agences de presse de pays amis puis il supervise le lancement de l'agence de presse (AIIC), de la Conférence Islamique, en 1973-74. Son regret, c'était la nationalisation de la MAP, en janvier 1974, qui, pour lui, «… ne concordait pas avec la voie du pluralisme sur laquelle le pays a toujours été engagé», nous avait-il déclaré en 1999.
Mehdi Bennouna a été sa vie durant au service des autres. Au secours des sinistrés. Il découvre la portée de l'action humanitaire durant le séisme d'Agadir de 1960. Ce qui l'entraîne dans le Croissant Rouge Marocain (CRM) dont il finira Président Exécutif.
Auteur de plusieurs ouvrages, il été décoré dans de nombreux pays africains, au Proche Orient, en Espagne et au Maroc. Avec sa disparition, c'est un pan de l'histoire du Maroc, voire du Maghreb, qui s'en va