Hervé Renard démissionne    Le message d'Hervé Renard au Roi Mohammed VI    Hervé Renard «clos» son parcours avec les Lions de l'Atlas    Prison à perpétuité pour «El Chapo»    L'exemple d'une région modèle!    Fouzi Lekjaa désigné 2ème vice-président de la CAF    CAN 2021: Le Maroc face à la Mauritanie, Centrafrique et Burundi    Hamzaoui Abdelmalek sort les maîtres de l'art de l'oubli    Samir Belhaouss expose ses inspirations marocaines à l'Espace Rivages    Lectures d'été 2019    El Jadida : 5 ans de prison pour un cambrioleur de commerces    Tanger : Un jeune de 19 ans tue son rival à coup de couteau    Laâyoune : La célébration de la victoire algérienne vire au drame    Maroc-Jordanie : Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Préscolaire: Amzazi dresse le bilan    Nouveau siège de la MAP à Casablanca    Que s'est-il passé à Laâyoune après le sacre de l'Algérie à la CAN ?    Signature à Amman d'une convention de coopération et de deux mémorandums d'entente    Mort d'une jeune fille à Laâyoune. Ouverture d'une enquête sur les circonstances de l'accident    Terrorisme: Arrestation à Meknès d'un Marocain portant la nationalité française    Grand stade de Casablanca. Le ministère réagit aux rumeurs    Les actes de naissance et certificats médicaux seront standardisés    Salaires : l'écart se creuse entre public et privé    Le roi Mohammed VI félicite les Fennecs    ONEE : Un programme d'investissement de 51,6 MMDH sur 4 ans    Temara : Un ex-enseignant tente un hold-up sur une agence de microcrédit    L'Boulevard : Carcass, Dizzy Dros et Dope D.O.D parmi les invités de la 19ème édition    Logements insalubres : la lâcheté politique    Brèves Internationales    Une investiture à haut risque se profile pour Pedro Sanchez    Rapport du gouvernement sur la situation des droits de l'Homme    Nasser Bourita : Le Maroc dispose de tous les atouts pour se positionner en tant que partenaire crédible de l'Europe    Cryptomonnaie Le casse du siècle    Les bateaux de pêche européens retournent dans les eaux territoriales marocaines    Des peines de mort prononcées contre les assassins de deux Scandinaves à Imlil    Familly School, l'éducation comme figure de proue    Grogne à la CGEM    La Juventus casse sa tirelire pour la pépite de Ligt    Klopp restera à Liverpool    Eliminatoires de la CAN 2021    Kabiné Komara : L'eau est à la fois une ressource indispensable et un facteur potentiel de conflit entre les individus et les nations    Tom Cruise présente la bande-annonce du nouveau "Top Gun"    "Accro" à Terminator, Schwarzenegger ne pouvait refuser une suite    Muslim et Cheb Younes enchantent le public oujdi    Soulaliyates. Premier cap franchi pour trois projets de loi    L'Iran a saisi un tanker étranger soupçonné de « contrebande »    Communiqué du Bureau politique du PPS    Ramid présente le premier rapport sur "les réalisations en matière des droits de l'homme au Maroc"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décès de Mehdi Bennouna, 92 ans
Publié dans MarocHebdo le 26 - 03 - 2010

Natif de Tétouan, le 22 février 1918, Mehdi Bennouna était tellement serviable qu'il ne comptait que des amis. Au Maroc comme dans plusieurs pays arabes et africains.
Mehdi Bennouna, fondateur et premier directeur général de l'agence Maghreb arabe presse (MAP), est décédé, mardi 23 mars 2010 à Rabat, à l'âge de 92 ans, des suites d'une longue maladie. Il est parti serein et avec le sentiment du devoir accompli. Le Souverain a adressé un message de condoléances à la veuve du défunt, Hajja Khadija Slaoui, et à l'ensemble de ses proches. M. Bennouna a été inhumé le jour même à Tétouan après la prière d'Al-Asr.
Nationaliste de la première heure, Mehdi Bennouna a entamé ses études secondaires en 1929, à Naplouse, en Palestine, où il avait été envoyé par son père, Abdeslam. Il a saisi très tôt l'importance de la presse et du journalisme pour défendre la cause nationale, celle de l'indépendance du pays. Ce n'est pas pour rien qu'après son retour au Maroc, en 1936, il repart l'année d'après au Caire pour une formation en journalisme sanctionnée par un diplôme en 1941. Il rejoint le grand quotidien égyptien “Al Ahram”, où il exerce jusqu'en 1944. Une période qui a coïncidé avec la Deuxième Guerre mondiale. Durant ces quatre ans, Mehdi Bennouna a donné la pleine mesure de son talent de journaliste de terrain en couvrant pour le compte d'agences internationales quelques unes des plus célèbres batailles de cette guerre.
Voie du pluralisme
Mais son séjour cairote aura été également pour lui l'occasion de prendre part aux actions nationalistes. Il participe en 1937 à la constitution du Comité de Défense d'Almaghreb Al Aqsa. Un comité qui allait accueillir les leaders marocains Allal El Fassi et Abdelkrim El Khattabi. Sans parler du Bureau de Liaison des Mouvements d'Indépendance des Pays d'Afrique du Nord (Maroc, Algérie et Tunisie) qu'il allait fonder dix ans plus tard, au siège de l'ONU, à New York. Auparavant, M. Bennouna rentre en 1944, au Maroc pour se dédier à l'enseignement à l'Institut Libre de Tétouan et participe à la fondation du Syndicat des Travailleurs affilié au Parti des Réformes nationales (PRN), fondé, par Abdelkhalek Torrès. En 1953, il dirige à Tétouan le journal Al-Oumma (organe du PRN), qu'il quittera à l'indépendance en 1956 pour le Service de Presse du Cabinet Royal. En 1959, il lance l'Agence Maghreb Arabe Presse (MAP), dont il sera le président directeur général jusqu'en 1975. Entre 1958 et 1962, il porte assistance à la création de plusieurs agences de presse de pays amis puis il supervise le lancement de l'agence de presse (AIIC), de la Conférence Islamique, en 1973-74. Son regret, c'était la nationalisation de la MAP, en janvier 1974, qui, pour lui, «… ne concordait pas avec la voie du pluralisme sur laquelle le pays a toujours été engagé», nous avait-il déclaré en 1999.
Mehdi Bennouna a été sa vie durant au service des autres. Au secours des sinistrés. Il découvre la portée de l'action humanitaire durant le séisme d'Agadir de 1960. Ce qui l'entraîne dans le Croissant Rouge Marocain (CRM) dont il finira Président Exécutif.
Auteur de plusieurs ouvrages, il été décoré dans de nombreux pays africains, au Proche Orient, en Espagne et au Maroc. Avec sa disparition, c'est un pan de l'histoire du Maroc, voire du Maghreb, qui s'en va