Coronavirus : 146 nouveaux cas, 13.434 au total, samedi 4 juillet à 10h    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 146 nouveaux cas, 13.434 au total    Un média argentin dénonce le détournement des aides humanitaires auquel se livrent le polisario et l'Algérie    Des rapatriés victimes d'une intoxication à Agadir: ce que l'on sait    Mohammedia: un individu arrêté après avoir agressé une mineure    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    L'ex-PDG de Platinum Power rebondit mais...    Investissement: 94 projets en cours de réalisation à Fès-Meknès    ONCF: 350.000 voyageurs depuis le 25 juin    Bac 2020: L'examen démarre avec des mesures sanitaires strictes    Industrie culturelle: Les premières mesures avant la stratégie    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    Exposé de Mohamed Benabdelkader sur le schéma directeur de la transformation digitale du système judiciaire    Les allégations algéro-polisariennes mises à nu devant le CDH    Le Maroc demande officiellement à Amnesty International d'apporter la preuve de ses accusations    L'ouverture des frontières espagnoles aux Marocains conditionnée par la réciprocité    Rapatriement d'un nouveau groupe de Marocains bloqués en Egypte    Le Maroc appelle l'Unesco à plancher sur un multilatéralisme innovant, pragmatique et inclusif    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    Les prix font un bond de 2,9% dans la métallurgie en mai    L'ANP et l'AFD renforcent leur partenariat pour un développement durable et compétitif des ports    Les médias palestiniens se félicitent de l'initiative du Premier secrétaire de l'USFP    Macron nomme Jean Castex nouveau premier ministre    Bourita: le Maroc ne peut accepter les allégations sans preuves claires    «En créer l'atmosphère nécessaire, d'unité et d'enthousiasme»    Mise à nu de la propagande de l'Algérie et du «Polisario» sur les droits de l'Homme au Sahara    Crise du Covid-19: le Maroc salué par la Commission européenne    Le groupe BCP dévoile une nouvelle organisation pour soutenir sa dynamique    Premier League: Manchester City corrige Liverpool!    Quand les footballeurs marocains font le bonheur des clubs égyptiens    Liga: le Real Madrid creuse l'écart, Messi veut claquer la porte!    Très touchée par La pandémie l'Espagne revient a La vie    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    L'Espagne maintiendra les frontières avec le Maroc et l'Algérie fermées par manque de réciprocité    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mafias du foncier
Publié dans Albayane le 06 - 03 - 2013

Le phénomène de l'habitat anarchique prolifère un peu partout dans le pays, notamment à Tanger. Mais à Agadir, il prend des dimensions beaucoup plus hallucinantes. On a beau qualifier les auteurs de ces infractions de «mafias» du foncier, les récidives sont criardes. Ce vocable fulminant peut également être synonyme de «lobbys» dangereux. Si les forces de l'ordre se sont interposées avec la rigueur qui s'impose, l'inquisition de cette hérésie condamnait pareillement le non respect de la loi, en termes d'empiètement sur le domaine public. La profusion des spéculateurs et les médiateurs qui s'enrichissent illicitement de ces transactions juteuses, sont constamment à l'affût. Il n'est donc plus question de verser dans le laxisme face à cette situation déplorable.
De même, la prolifération des constructions anarchiques de cette ampleur, ne fait que compromettre tout effort de réhabilitation. En effet, la dérobade dont sont soumises les contraventions, en dépit de la volonté manifeste des diverses parties concernés de régulariser cet état de fait, depuis presque une décennie, ne saurait perdurer indéfiniment. Dans le même contexte, l'habitat social mis en place par le promoteur immobilier national n'est toujours pas parvenu à destination, c'est-à-dire aux familles démunies, à reloger dans la plupart du temps. Il convient de souligner aussi le principe de «deux poids, deux mesures» dont l'Etat fait preuve. D'une part, celui-ci étouffe les citoyens en leur interdisant de construire leurs habitations, à Aghroud de Tamri et à Tamaouanza d'Aourir dans la province d'Agadir Ida Outanane, à titre d'exemple, et, d'autre part, il se permet, à travers la SONABA et, maintenant la SMIT, de «confisquer» des terrains à hauteur de plus de 1000 ha, dont 590 au site d'Aghroud, sans procédure légale d'expropriation, depuis 1976. Aujourd'hui, les superficies accaparées par les particuliers, conservées titrées par les organismes étatiques et auxquels sont destinés des projets «d'intérêt général» ne sont jamais exploitées à bon escient. Il se trouve que l'Etat, pour ces cas d'espèce inhérents aux gestionnaires d'antan, s'adonne également à la spéculation, si l'on sait qu'il s'octroie le terrain du domaine public forestier modiquement (plus de 33 ha), y plante des projets d'habitation et vend l'unité à 10.000 DH le m2, alors que les populations, frustrées et asphyxiées, n'ont pas le droit de toucher à ces espaces ni avoir accès à la construction autorisée. L'occupation des terrains, à tort et travers, et la profusion de ce commerce informel, occasionnent, en effet, des préjudices sérieux aux commerçants qui paient leurs impôts et s'acquittent de leurs diverses charges.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.