Quelle réforme pour la fiscalité au Maroc?    Des solutions contre l'insatisfaction des troupes    Vladimir Poutine invite Kim Jong-un    Wafa Assurance signe un accord de rapprochement avec des compagnies au Cameroun    Brief d'avant match : Que peut-on attendre de la rencontre WAC-Mamelodi Sundowns    Maluma et Gims préparent un clip à Marrakech !    Ukraine : À peine élu, Zelensky pris entre deux feux    Les dispositions relatives à la protection sociale des artistes mises en oeuvre par le ministère    Un policier tire sur deux voleurs à Rabat    L'UE a accordé une protection à plus de 300 000 demandeurs d'asile en 2018    Badr Tahiri. ‘‘Une stratégie dédiée à la région s'impose''    Après freddy Mercury, Rami Malek passe au mode "Bond"    Jazzablanca 2019 accueillera Metronomy !    Afrique du Nord. Les pistes de promotion de l'emploi    Festival international de la culture Aissaoua : Retour sur les temps forts    Le Wydad assuré de jouer la Ligue des Champions 2019/2020    CAN 2019 : L'UAR veut maintenir les droits de retransmission télévisée à un niveau abordable    9è fête des journalistes sportifs marocains : Des journalistes honorés    Programme Moucharaka Mouwatina : Lancement d'un appel à propositions    Arrestation à Meknès de deux individus soupçonnés de possession et de trafic d'ecstasy    DGSN : Huit employées d'un centre d'appels non autorisé arrêtées à Khouribga    Khalid Naciri au Forum de la MAP    De Zemamra à Azemmour    Benabdallah: le PPS soutient totalement l'Initiative civile pour le Rif    ABL Aviation: faire de Casablanca un hub régional de l'Afrique    Santé scolaire: «Jeux Vidéo : Jouons sans en abuser»    Les hommes qu'il faut à la place qu'il faut    Irlande du Nord: Une renaissance de l'I.R.A.?    Ramadan et santé: Les précautions à prendre    Dialogue social : Nouvelles conditions des syndicats    Partenariat : La BEI et l'Amica renforcent leur coopération    Données: Facebook table sur une amende record de 3 à 5 milliards de dollars    Le pétrole dépasse 75 dollars pour la première fois depuis fin octobre    Dans l'ouest de la Libye, des anti-Haftar se battent contre un "nouveau Kadhafi"    Insolite : Navigateur non-voyant    Edito : Ordures    Limogeages en série en Algérie : Le PDG de Sonatrach congédié    La jeunesse marocaine discute du Maroc de demain    Mohamed Benabdelkader : Passer d'une gestion administrative des carrières à une gestion professionnelle basée sur les compétences    Pourquoi la Lune et le Soleil semblent avoir une taille similaire vus depuis la Terre    Campagne agricole: 80% du PIB hors aléas climatiques    Le Barça quasiment champion d'Espagne    Autopsie de l'équipe nationale par Hervé Renard    Coup d'envoi de la 46ème édition du Trophée Hassan II et de la 25ème Coupe Lalla Meryem de golf    Anders Holch Povlsen, un milliardaire très discret    Vers une protection effective du livre et des droits d'auteur    "La lune et Casablanca", une immersion dans les univers de l'art vidéo    Projection à Washington du long métrage franco-marocain "Tazzeka"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poisson insalubre
Port d'Agadir
Publié dans Albayane le 02 - 06 - 2013


Port d'Agadir
La situation environnementale dans le port de pêche d'Agadir est scandaleuse. On ne peut guère y faire un tour, en particulier du côté du bassin, sans qu'on n'ait envie de vomir. L'odeur nauséabonde empeste les lieux et répugne aussi bien les résidents que les touristes qui viennent déambuler dans l'un des pôles névralgiques de l'économie nationale. L'écologie marine, qui demeure aussi l'un des soucis majeurs du pays, est cruellement assommée par des actes humains révoltants.
On se rappellera la mesure salutaire du ministère de la Pêche maritime, selon laquelle il est obligatoire, désormais, de faire usage des caisses en plastique afin de charger et de décharger la ressource poissonnière. Cependant, la majeure partie des armateurs continue faire appel aux méthodes archaïques. En effet, la plupart des chalutiers ou encore des barques mettent le poisson en vrac dans les entrailles de leurs embarcations et, pour induire en erreur leur entourage, ils utilisent un nombre insignifiant de récipients en plastique. Ce poisson destiné à la transformation industrielle est ainsi noyé dans une mare d'eau que les matelots puisent dans les «toilettes » des bateaux et liquides usés du bassin en piteux état. Ces ressources halieutiques qui constituent, en fait, l'essentiel des captures bonnes à la consommation interne et à l'export, sont sérieusement endommagées, à cause de ce traitement aussi bien incivique que frauduleux. Il s'en trouve donc que des conteneurs de poisson à destination de l'Europe rebroussent chemin pour manquement à la traçabilité requise. Le poisson est effectivement affecté par une attaque microbienne, due à l'insalubrité marine, appelée communément «Estamine ». On déplorera, en conséquence, que l'utilisation du poisson en vrac sans recours généralisé des caisses en plastique tel qu'il a été promulgué d'une manière unanime et ferme, se fasse sans que les instances portuaires concernées, notamment les agents de la marine et de l'office, ne réagissent à ces infractions attentatoires à la réputation et aux deniers publics. Bien au contraire, elles ne cessent de «fermer» l'œil face aux contrevenants, moyennant des «contreparties» corruptives. D'autre part, on croit savoir que les vétérinaires du port refusent de contrôler le poisson industriel et se contentent du pélagique de la halle aux poissons. Il se trouve alors que les ressources des bateaux, soit une dizaine de tonnes par conteneur, ainsi que des petites barques qui peuvent contenir jusqu'à trois tonnes, sont porteuses de matières toxiques, et passent, pour la plupart du temps, sans contrôle. Il serait donc bien dommage qu'un port aussi important que celui d'Agadir soit entrainé sans vergogne, dans la puanteur et la promiscuité marines. La mise à niveau du secteur devrait commencer par l'assainissement des rapports de tous les intervenants tant institutionnels que professionnels et par le respect des fondements écologiques. On ne peut alors continuer à faire la sourde oreille aux appels de détresse de la société civile concernant la situation qui prévaut au port de pêche d'Agadir, au moment où le plan Halieutis brandit les slogans de la valorisation de la ressource halieutique, le rehaussement de la flotte maritime et qualification de l'élément humain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.