Edito : Rattraper le retard    Grève générale !    Grève. Les fonctionnaires toujours mobilisés    Maroc-Russie. Le renouvellement de l'accord de pêche amorcé    1,2,3, où va l'Algérie ?    Crédit du Maroc explose son bénéfice    Marrakech: Quand des personnalités parlent «identité»    Vidéo – Le Raja arrache une victoire dans les arrêts de jeu    Algérie : Un maire limogé pour avoir suscité une manifestation contre Bouteflika    Vidéo – Le Wydad s'impose face au Youssoufia de Berrechid et creuse l'écart    Le nouveau cadre de partenariat entre le Maroc et la Banque mondiale approuvé    Crédit du Maroc améliore son RNPG    Le satisfecit des syndicats : Grève réussie    Insolite : Bagarre au Parlement    Affaire Benalla : "Dysfonctionnements majeurs" à l'Elysée    L'armée vénézuélienne déterminée à empêcher l'entrée de l'aide    Coopération CNDP-AUSIM : Un pas de plus vers la diffusion de la culture de la protection des données à caractère personnel    Luis Planas : La visite de S.M Felipe VI témoigne de l'amitié maroco-espagnole    Haj Larbi Benbarek mis à l'honneur à l'IMA    Divers sportifs    Victoire de Keltoum Bouaâssria et Mustapha Hedadi au championnat national de cross-country    Grippe : Un nouveau pas dans la longue quête du vaccin universel    Le tatouage sur le visage, autrefois une rareté, aujourd'hui une mode    Divers    Cigarettes électroniques. Dangereuses ou pas pour les femmes enceintes ?    Soutien international à l'initiative "Ceinture bleue" lancée par le Maroc    Les infos insolites des stars : Le père de Sean Penn    Oggitani Quintet s'offre à nouveau la sympathie du public casablancais    "Le Ciel sous nos pas" de Leïla Bahsaïn, une lutte pour l'émancipation des femmes ici et ailleurs    La CGEM s'engage en faveur du financement de la TPME    Clash et ego trip, le rap avant l'heure de la poésie arabe    ODD : Le Maroc s'est engagé de « manière claire » dans l'absence d'un cadre institutionnel    Honda annonce la fermeture de son usine britannique de Swindon en 2021    L'UE va pour la première fois limiter les émissions de CO2 des camions    Voitures d'époque : La fédération dévoile son programme sportif de 2019    Affaire Benalla : Les conclusions du Sénat    Halieutis    Oulad Mogador Music Action : Trois jeunes groupes sélectionnés    «Le groupement artistique» honore Mohamed Belmou    «Ana nabghiha», nouveau single de Cheb Kadil    Sécurité routière: El Otmani appelle à accélérer la mise en œuvre de la stratégie nationale    Le Centre de santé urbain «Massira II» à Témara rénové : SAR la Princesse Lalla Hasnaa préside la cérémonie d'inauguration    Les profondes divergences entre Washington et les pays européens    Derby de l'Oriental : Une affaire entre voisins    SM le Roi reçoit les nouveaux walis et gouverneurs    Top 5 des meilleurs buteurs actuels d'Europa League    Une justice propre aux mineurs au Maroc ?    Première enquête sur les hépatites virales au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Poisson insalubre
Port d'Agadir
Publié dans Albayane le 02 - 06 - 2013


Port d'Agadir
La situation environnementale dans le port de pêche d'Agadir est scandaleuse. On ne peut guère y faire un tour, en particulier du côté du bassin, sans qu'on n'ait envie de vomir. L'odeur nauséabonde empeste les lieux et répugne aussi bien les résidents que les touristes qui viennent déambuler dans l'un des pôles névralgiques de l'économie nationale. L'écologie marine, qui demeure aussi l'un des soucis majeurs du pays, est cruellement assommée par des actes humains révoltants.
On se rappellera la mesure salutaire du ministère de la Pêche maritime, selon laquelle il est obligatoire, désormais, de faire usage des caisses en plastique afin de charger et de décharger la ressource poissonnière. Cependant, la majeure partie des armateurs continue faire appel aux méthodes archaïques. En effet, la plupart des chalutiers ou encore des barques mettent le poisson en vrac dans les entrailles de leurs embarcations et, pour induire en erreur leur entourage, ils utilisent un nombre insignifiant de récipients en plastique. Ce poisson destiné à la transformation industrielle est ainsi noyé dans une mare d'eau que les matelots puisent dans les «toilettes » des bateaux et liquides usés du bassin en piteux état. Ces ressources halieutiques qui constituent, en fait, l'essentiel des captures bonnes à la consommation interne et à l'export, sont sérieusement endommagées, à cause de ce traitement aussi bien incivique que frauduleux. Il s'en trouve donc que des conteneurs de poisson à destination de l'Europe rebroussent chemin pour manquement à la traçabilité requise. Le poisson est effectivement affecté par une attaque microbienne, due à l'insalubrité marine, appelée communément «Estamine ». On déplorera, en conséquence, que l'utilisation du poisson en vrac sans recours généralisé des caisses en plastique tel qu'il a été promulgué d'une manière unanime et ferme, se fasse sans que les instances portuaires concernées, notamment les agents de la marine et de l'office, ne réagissent à ces infractions attentatoires à la réputation et aux deniers publics. Bien au contraire, elles ne cessent de «fermer» l'œil face aux contrevenants, moyennant des «contreparties» corruptives. D'autre part, on croit savoir que les vétérinaires du port refusent de contrôler le poisson industriel et se contentent du pélagique de la halle aux poissons. Il se trouve alors que les ressources des bateaux, soit une dizaine de tonnes par conteneur, ainsi que des petites barques qui peuvent contenir jusqu'à trois tonnes, sont porteuses de matières toxiques, et passent, pour la plupart du temps, sans contrôle. Il serait donc bien dommage qu'un port aussi important que celui d'Agadir soit entrainé sans vergogne, dans la puanteur et la promiscuité marines. La mise à niveau du secteur devrait commencer par l'assainissement des rapports de tous les intervenants tant institutionnels que professionnels et par le respect des fondements écologiques. On ne peut alors continuer à faire la sourde oreille aux appels de détresse de la société civile concernant la situation qui prévaut au port de pêche d'Agadir, au moment où le plan Halieutis brandit les slogans de la valorisation de la ressource halieutique, le rehaussement de la flotte maritime et qualification de l'élément humain.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.