Club Med et Madaëf investissent plus de 274 millions de dirhams en projets touristiques    Le PLF 2021 propose la création de près de 21.000 nouveaux postes    Météo: le temps prévu ce mardi au Maroc    Coopération sécuritaire: Rabat et Washington affichent leur volonté commune de renforcer leur partenariat stratégique    3ème session CAFRAD : Formation des élites de demain    Africa Security Forum : L'adéquation difficile entre climat, sécurité et population    Bilan quotidien: 2.117 nouveaux cas, dont 651 à Casa-Settat    PLF2021 : Voici l'intégralité des mesures approuvées en Conseil de gouvernement [Document]    Colonisation de Mars – Elon Musk a déjà la date    Luis Arce, vainqueur de la présidentielle en Bolivie    Un Raja à bout de souffle surpris par le Zamalek    Coup dur pour Liverpool    Stage des U20 à Maâmoura    L'Australie assène une claque au Polisario devant l'ONU    Installation des membres de la Commission régionale des droits de l'Homme dans l'Oriental    Interpellation de quatre individus à Dakhla    Agadir : Un premier groupe de touristes britanniques    Expulsion de 231 étrangers fichés pour radicalisation à caractère terroriste    El Otmani: « Des négociations en cours avec trois nouvelles sociétés pour un vaccin »    Examens de la 1ère année Bac: avis aux candidats qui s'étaient absentés    Usine de PSA au Maroc : Barid Al-Maghrib passe commande de 225 Citroën Ami    La Tunisienne des Arts et des Lettres    «Relégation logique, politique et sport ne vont pas de pair»    Casablanca: le Barcelo Anfa organise son premier Afterwork post-covid !    La campagne dans les Etats-clés se tend davantage    Kirghizistan: Démission du président Sooronbay Jeenbekov    Coronavirus : Badr Hari testé positif    El Arabi signe un magnifique hat-trick !    Couvre-feu, cafés, commerces…le gouvernement prolonge les mesures à Casablanca    Mettre en place une véritable culture du don    Tannane voit rouge !    Langages du Sud se penche sur le rôle du sport dans l'éducation et la citoyenneté    Amina Agueznay, Joana Choumali et Ghizlane Sahli explorent le Jardin en soi    Les artistes de la halqa: les oubliés!    Scandale. Adil Rami va-t-il balancer les sextapes tournées avec Pamela Anderson ?    Alerte météo: fortes rafales de vent attendues au Maroc    Pêche. Le Brexit rapproche le Maroc et l'UE    Le Financial Times accorde une place importante à Tanger-Med    Notre jeunesse s'entre-tue…    Privé de revenus importants, Maroc Telecom s'adapte à la crise (Résultat)    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    La chanteuse Najat Atabou surprend ses fans (PHOTO)    Saeb Erekat hospitalisé à Jérusalem    Festival d'El Gouna. « Mica » d'Ismail Ferroukhi sélectionné en compétition officielle    USFP. Le grand fleuve déborde à Marrakech    2021 l'année de tous les télescopages    Google célèbre le 110ème anniversaire de Farid Al Atrach    Demi-finale de la Ligue des Champions / Raja-Zamalek (0-1) : L'arbitrage injustement décisif !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





8,7% des femmes âgées de 18 à 64 ans ont été exposées au moins une fois à un acte de violence sexuelle
Selon une enquête du HCP
Publié dans Albayane le 28 - 11 - 2013

Le HCP tire la sonnette d'alarme. Le phénomène du harcèlement sexuel à l'égard des femmes ne cesse de prendre l'ampleur. Et le plus grave, selon cette institution, c'est la violence sexuelle, ou rapport sexuel forcé. Le département d'Ahmed Lahlimi souligne dans son enquête que cet acte de violence concerne près de 38.000 victimes, soit un taux de prévalence de 0,4%.
Près de 8,7% des femmes âgées de 18 à 64 ans (827.000 femmes) ont été exposées, au moins une fois, à un acte de violence sexuelle avec attouchement au cours des 12 mois précédant l'enquête nationale sur la prévalence de la violence à l'égard des femmes réalisée par le Haut-commissariat du plan (HCP) en 2009.
Ce taux est de 9,8% en milieu urbain et de 7,1% en milieu rural, indique le HCP dans son enquête publiée à l'occasion de la Journée Mondiale de lutte contre la violence à l'égard des femmes qui coïncide avec le 25 novembre de chaque année.
Dans sa forme la plus grave, à savoir le rapport sexuel forcé, cet acte de violence concerne près de 38.000 victimes, soit un taux de prévalence de 0,4%, précise l'enquête.
Dans le domicile conjugal, le taux de prévalence des violences sexuelles avec attouchement a touché 6,6 % des femmes, soit 444.000 femmes. D'où la nécessité de la promulgation d'une loi luttant contre ce phénomène. Pour l'heure, les parlementaires ne voient pas d'un bon œil le projet de loi 103-13 relatif à la lutte contre la violence à l'égard des femmes, initié par le Ministère du Développement Social de la famille et de la solidarité
Dans une déclaration au journal Al Bayane, Rachida Tahiri, députée du PPS à la première chambre a affirmé : «Nous ne voulons pas que le projet de loi 103. 13 soit des ‘'morceaux à ramasser'', mais une vision. Nous aimerons qu'il y'ait une sensibilisation qui accompagne cette loi et qu'elle ne soit pas perçue uniquement comme une loi qui prohibe uniquement la violence à l'égard des femmes, mais comme un texte qui protège citoyens et citoyennes. La première mouture de ce texte de loi n'a pas été adoptée. Elle n'est composée que de quelques dispositions amendées, alors qu'il s'agit-là d'un chantier de premier ordre. Il faudrait une vraie sensibilisation pour corriger les fausses idées relatives à cette loi, mais aussi qu'elle fasse partie intégrante du code pénal.»
Il est à signaler que 45,1 % de ces actes concernent des pratiques sexuelles imposées par l'époux et non désirées par la femme, soit 415.000 femmes.
Dans les autres cadres de vie, autres que le domicile conjugal, 15.000 filles ont été touchées par cette forme de violence dans les établissements d'enseignement et de formation, soit un taux de prévalence est de 4,4 %, 372.000 femmes dans les lieux publics, soit un taux de 3,9 %, 32.000 femmes dans les lieux de travail, soit un taux de 1,8%, et 64.000 femmes dans le domicile familial, soit un taux de 0,7%.
Si on ajoute également les femmes qui ont subi des actes à caractère sexuel mais sans attouchement (femme suivie dans la rue, etc.), le taux de prévalence de la violence sexuelle (avec ou sans attouchement) atteint 25,5%, soit une femme sur quatre (2.433.000 femmes).
Il est de 31,7% dans les villes (1.803.000 femmes) et de 16,4% dans les campagnes (630.000 femmes).
Il est à signaler que les femmes les plus touchées par les violences sexuelles, avec ou sans attouchement, sont les jeunes de 18 à 24 ans (40,7%, soit 763.000 femmes), plus particulièrement celles, parmi cette tranche d'âge, qui poursuivent encore leurs études (avec un taux de prévalence de 64,1%), ou célibataires (53,9%), ou ayant un niveau d'enseignement supérieur (67,6%).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.