Lutte contre la criminalité: La DGSN démonte les fake news    Suivez en direct le derby milanais: Ac Milan vs Inter    Tanjazz racheté par Jazzblanca    Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    Khalid Safir: "La fiscalité locale marocaine aux mêmes standards que dans d'autres pays"    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Divers    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CEDEAO/ ZLECA: Un enjeu capital pour le continent africain
Publié dans Albayane le 02 - 04 - 2018

L'adhésion du Maroc à la CEDEAO et la mise en place de la ZLECA, zone de libre échange continentale africaine révèlent un enjeu capital pour le continent africain.
Au-delà de la promotion du commerce intercontinental des biens et services et donc, l'élimination des barrières tarifaires et non tarifaires, l'ambition est de stimuler les échanges commerciaux entre les pays africains selon un cadre réglementaire et régional bien défini dans la perspective de mettre en œuvre une union douanière et d'augmenter de 60% le commerce intra-africain d'ici à 2022. L'autre objectif non moins important est de pouvoir mettre en place une communauté économique africaine en 2028.
Selon des économistes, la mise en place de la ZLECA au niveau de l'Afrique peut booster le commerce intra-africain à hauteur de 35 milliards de dollars par an. L'adhésion du Maroc à la fois à la CEDEAO et la ZLECA est un facteur de gain dit absolu, estiment des universitaires qui expliquent que les expériences internationales ont démontré que l'élargissement des regroupements permet et favorise des gains absolus en termes de productivité prix et hors prix.
Interrogé par la map, l'économiste Nabil Boubrahimi souligne que l'existence de groupements économiques régionaux en Afrique devrait faciliter la mise en place de la ZLECA puisque plusieurs points prévus dans l'accord l'instituant figurent déjà dans la majorité des accords régionaux. Il rappelle que l'existence de groupements économiques régionaux en Afrique devrait au contraire faciliter la mise en place de la ZLECA puisque plusieurs points prévus dans l'accord l'instituant figurent déjà dans la majorité des accords régionaux. Pour lui, la mise en place de la ZLECA pourrait stimuler les échanges commerciaux entre les pays africains qui représentent actuellement moins de 20% du volume global des échanges extérieurs du continent, loin derrière l'Asie (près de 50 %) et l'Europe (autour de 70 %). La création d'une zone de libre échange intra-africaine vise, a t-il précisé, une augmentation de près de 60% d'ici à 2022, du niveau du commerce intra-africain ainsi que la mise en place d'une union douanière d'ici quatre ans et d'une communauté économique africaine en 2028.
La ZLECA est de nature à améliorer la qualité des infrastructures de transport en Afrique, la résolution du problème de déficience des réseaux de distribution, le développement de la complémentarité entre les économies africaines et le renforcement de la connectivité digitale, a souligné cet économiste.
Aussi, la mise en place d'une zone de libre échange continentale africaine devrait normalement renforcer la présence des entreprises marocaines dans certains secteurs économiques en Afrique notamment les engrais, les produits pharmaceutiques, le secteur bancaire, l'immobilier...
Même s'il est aujourd'hui encore prématuré d'évaluer l'impact de cet accord sur le Maroc et le continent, d'autres analystes économiques estiment par ailleurs que «le processus d'adhésion progressif permettra d'aboutir à des convergences sur des questions de procédures techniques en matière d'importation, de commerce, d'industrie, d'agriculture, de douane, de circulation des personnes, de sécurité ainsi que des finances ». Cela étant, la mise en œuvre d'une telle ZLE à l'échelle de l'Afrique pourrait doper le commerce intra-africain à hauteur de 35 milliards de dollars. Et le Maroc va certainement tirer profit de ces flux commerciaux potentiels et additionnels d'autant plus que l'intégration en Afrique du Nord a toujours été un échec, explique Nabil Boubrahimi. Il faut dire que l'intégration à la ZLECA et partant à la CEDEAO révèle clairement la vision du Maroc par rapport au continent africain à même de promouvoir la croissance économique dans le continent et accroitre les échanges commerciaux dans un cadre territorial plus élargi et plus renforcé et plus ouvert sur le monde. A souligner que l'institut Amadeus compte organiser un cycle de conférences dans les quatorze pays formant la CEDEAO.
Fairouz El Mouden
Selon Omar Hniche, directeur du centre interdisciplinaire de recherche en performance et compétitivité interrogé par la map, la zone de libre-échange continentale doit normalement inclure les marchés intégrés régionaux. Il s'agit du marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA), la communauté d'Afrique de l'Est (CAE), la communauté de développement d'Afrique australe (SADC), la communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), l'Union du Maghreb arabe (l'UMA) et la Communauté des Etats sahélo-sahariens. La mission de l'UA est donc d'étendre celà au reste de l'Afrique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.