Possible maintien du trend haussier des prix des carburants    Pronostics Cannes 2019    Tenue de la 6ème édition du SITeau à Casablanca    Banque privée : Les principaux requis de succès    Des services bancaires à portée de clic : La banque privée à l'heure du tout numérique    Festival Gnaoua et Musiques du Monde : 22 ans déjà !    Vidéo – WAC-ESS : Les supporters enflamment les gradins du complexe Moulay-Abdallah    Abus sexuels : Le Maroc classé 34ème pour la protection de l'enfance    Messi remporte le sixième Soulier d'or de sa carrière    Des morts et des blessés dans un accident de la circulation à Tanger    Ligue des Champions d'Afrique : Le Wydad évite le pire    Vidéo – Le WAC arrache le nul à 10 et ne se fait pas aider par la VAR (1-1)    Un juge suspendu pour avoir critiqué Donald Trump    Match nul pour le WAC    Mammifères    Elections européennes: Et c'est parti…    Noor Midelt I attribué au consortium mené par EDF    Un nouveau festival dédié à la «cuisine de rue»    Coupe d'Allemagne : La dernière danse de Robben    Lyon prépare son grand ménage d'été    La RSB tout près de sa première étoile africaine    Chine : Le contrat secret qui a sauvé des millions de vies    L'Unesco reproche aux assistants vocaux de véhiculer des "préjugés sexistes"    Délais de paiement des entreprises : L'Intérieur animé de bonnes intentions    Les personnes vivant seules souffrent plus de troubles mentaux    Les politiques de vaccination contre la rougeole insuffisantes pour contrer l'épidémie    S.M le Roi inaugure la section régionale du Centre national Mohammed VI des personnes en situation de handicap    Amir Al Mouminine préside la quatrième causerie religieuse du Ramadan    Habib El Malki : Les associations constituent un pilier essentiel pour les institutions    Recul des prix des actifs immobiliers au premier trimestre    Ces tournages qui ont tourné au drame : Resident Evil    Insolite : Enorme surprise pour des étudiants américains    Issam Kamal : Les textes de la chanson marocaine, à quelques exceptions près, n'ont pas encore atteint la qualité souhaitée    Evénements d'Al Hoceima : Le CNDH accueille des mères et membres de familles de détenus    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Selon un rapport du Conseil de l'éducation : A peine 83.000 handicapés décrochent un job    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Theresa May pose les armes    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    L'Everest pour la 23ème fois    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





CEDEAO/ ZLECA: Un enjeu capital pour le continent africain
Publié dans Albayane le 02 - 04 - 2018

L'adhésion du Maroc à la CEDEAO et la mise en place de la ZLECA, zone de libre échange continentale africaine révèlent un enjeu capital pour le continent africain.
Au-delà de la promotion du commerce intercontinental des biens et services et donc, l'élimination des barrières tarifaires et non tarifaires, l'ambition est de stimuler les échanges commerciaux entre les pays africains selon un cadre réglementaire et régional bien défini dans la perspective de mettre en œuvre une union douanière et d'augmenter de 60% le commerce intra-africain d'ici à 2022. L'autre objectif non moins important est de pouvoir mettre en place une communauté économique africaine en 2028.
Selon des économistes, la mise en place de la ZLECA au niveau de l'Afrique peut booster le commerce intra-africain à hauteur de 35 milliards de dollars par an. L'adhésion du Maroc à la fois à la CEDEAO et la ZLECA est un facteur de gain dit absolu, estiment des universitaires qui expliquent que les expériences internationales ont démontré que l'élargissement des regroupements permet et favorise des gains absolus en termes de productivité prix et hors prix.
Interrogé par la map, l'économiste Nabil Boubrahimi souligne que l'existence de groupements économiques régionaux en Afrique devrait faciliter la mise en place de la ZLECA puisque plusieurs points prévus dans l'accord l'instituant figurent déjà dans la majorité des accords régionaux. Il rappelle que l'existence de groupements économiques régionaux en Afrique devrait au contraire faciliter la mise en place de la ZLECA puisque plusieurs points prévus dans l'accord l'instituant figurent déjà dans la majorité des accords régionaux. Pour lui, la mise en place de la ZLECA pourrait stimuler les échanges commerciaux entre les pays africains qui représentent actuellement moins de 20% du volume global des échanges extérieurs du continent, loin derrière l'Asie (près de 50 %) et l'Europe (autour de 70 %). La création d'une zone de libre échange intra-africaine vise, a t-il précisé, une augmentation de près de 60% d'ici à 2022, du niveau du commerce intra-africain ainsi que la mise en place d'une union douanière d'ici quatre ans et d'une communauté économique africaine en 2028.
La ZLECA est de nature à améliorer la qualité des infrastructures de transport en Afrique, la résolution du problème de déficience des réseaux de distribution, le développement de la complémentarité entre les économies africaines et le renforcement de la connectivité digitale, a souligné cet économiste.
Aussi, la mise en place d'une zone de libre échange continentale africaine devrait normalement renforcer la présence des entreprises marocaines dans certains secteurs économiques en Afrique notamment les engrais, les produits pharmaceutiques, le secteur bancaire, l'immobilier...
Même s'il est aujourd'hui encore prématuré d'évaluer l'impact de cet accord sur le Maroc et le continent, d'autres analystes économiques estiment par ailleurs que «le processus d'adhésion progressif permettra d'aboutir à des convergences sur des questions de procédures techniques en matière d'importation, de commerce, d'industrie, d'agriculture, de douane, de circulation des personnes, de sécurité ainsi que des finances ». Cela étant, la mise en œuvre d'une telle ZLE à l'échelle de l'Afrique pourrait doper le commerce intra-africain à hauteur de 35 milliards de dollars. Et le Maroc va certainement tirer profit de ces flux commerciaux potentiels et additionnels d'autant plus que l'intégration en Afrique du Nord a toujours été un échec, explique Nabil Boubrahimi. Il faut dire que l'intégration à la ZLECA et partant à la CEDEAO révèle clairement la vision du Maroc par rapport au continent africain à même de promouvoir la croissance économique dans le continent et accroitre les échanges commerciaux dans un cadre territorial plus élargi et plus renforcé et plus ouvert sur le monde. A souligner que l'institut Amadeus compte organiser un cycle de conférences dans les quatorze pays formant la CEDEAO.
Fairouz El Mouden
Selon Omar Hniche, directeur du centre interdisciplinaire de recherche en performance et compétitivité interrogé par la map, la zone de libre-échange continentale doit normalement inclure les marchés intégrés régionaux. Il s'agit du marché commun de l'Afrique orientale et australe (COMESA), la communauté d'Afrique de l'Est (CAE), la communauté de développement d'Afrique australe (SADC), la communauté économique des Etats de l'Afrique centrale (CEEAC), la communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), l'Union du Maghreb arabe (l'UMA) et la Communauté des Etats sahélo-sahariens. La mission de l'UA est donc d'étendre celà au reste de l'Afrique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.