Jeux mondiaux 2019 de Special Olympics : Le Maroc déccroche 34 médailles dont 12 en or.    Centrale Danone. Lancement d'une nouvelle gamme de lait    Vidéo – Attijariwafa Bank présente ses résultats pour 2018    Fusillade à Utrecht : Le suspect poursuivi pour homicide à caractère « terroriste »    Jamaat Shaïm : Un boucher égorge sa femme et lui coupe la tête    Marrakech : Trois hommes arrêtés pour avoir séquestré et violé collectivement 3 filles    Colloque international de Rabat : Réflexions sur la pensée de Khatibi    Nicaragua : Le gouvernement va libérer tous les opposants pour relancer le dialogue    Etats-Unis : La Fed met un coup d'arrêt à la remontée des taux    Sahara marocain: Ouverture à Genève de la 2e table ronde    Motor Village et Marokoto, partenaires de la Raquette d'Or de Mohammedia    Tennis : Grand Prix Hassan II du 7 au 14 avril à Marrakech    Migration irrégulière. Les pateras, un business qui rapporte gros    Communiqué du BP du PPS    Brexit: May demande un report à des Européens « fatigués » de la saga    3è Festival «Les Océanes» à Essaouira : Le surf et la protection du littoral à l'honneur    Mujer : Tout un numéro réservé au Maroc !    Centres hospitaliers universitaires. Opération sauvetage en marche?    Italie : 51 enfants pris en otage, échappent au drame de justesse    La cystite: une infection urinaire très féminine    Le cancer colorectal: le dépistage sauve des vies    Vidéo de l'attentat de Christchurch : Facebook s'explique    Le ver dans le fruit !    Le détenteur de Sapress prend le contrôle de Sochepress    La journée mondiale de la poésie célébrée à la Villa des arts de Rabat    AFMA: Résultat net consolidé en baisse de 15% en 2018    Préscolaire    Projection du documentaire "A Thousand girls like me" qui ouvre le débat sur l'inceste    Le PSG obtient gain de cause devant le TAS    Les enjeux de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2019    La jeunesse face à la classe politique    La Commission interministérielle spécialisée examine le plan de mise en œuvre de la déconcentration administrative    Radio Medi1 : Guergarate et Nouadhibou sur la fréquence 99.8    Organisation de la Femme Istiqlalienne    Haute commission mixte entre le Maroc et le Rwanda    Etudiants et professionnels de Santé défilent contre Bouteflika à Alger    Brigitte Bardot pète les plombs    Prochaine tenue du Forum national du handicap    Syrie    Baisse considérable de la fécondité au Maroc    Finances publiques. Une guide pour la programmation triennale    Edito : L'eau    Le Onze national à Lilongwe en vue de peaufiner les ultimes réglages    Insolite : Promotion mensongère    Quand la langue de Molière nous rapproche et nous unit    "L'Algérie.. La crise du régime et l'illusion de l'Etat" nouvel ouvrage de Mohammed Benhamou    Les Lions se préparent pour leurs prochaines échéances    Trois clubs marocains au tirage des coupes africaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un manifeste en 7 mesures pour les droits de la femme
Publié dans Albayane le 13 - 12 - 2018

A peine le Pacte pour les migrations adopté à Marrakech, le réseau des femmes en migration, Oxfam international et ONU femmes ont publié mardi "le manifeste de Marrakech sur les droits des femmes".
L'objectif est d'interpeller les gouvernements présents dans la ville ocre pour adopter le Pacte à mettre les droits humains des femmes au coeur de leurs politiques nationales de migration.
Présenté lors d'un point de presse sur le site de la conférence intergouvernementale de l'ONU, qui s'est déroulée du 10 au 11 décembre, à Bab Ighli, par Cathi Tactaquin, de l'association « Femmes en migration" , Winnie Byanyima, directrice exécutive d' Oxfam International et Inkeri Von Hase, d'ONU Femmes, le manifeste s'appuie sur l'esprit des 23 objectifs du "Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières", qui promet de prendre en compte de manière spécifique les femmes, en tant que catégories vulnérables, en matière migratoire.
Pour les responsables des trois organisations, la concrétisation de cet objectif ne passera que par l'incorporation des droits humains des femmes, des dispositions internationales sur le travail dans les politiques migratoires nationales, régionales et internationales.
Dans le manifeste, les trois organisations répertorient 7 mesures que les Etats devront prendre en compte dans leurs politiques respectives, pour traduire en action le Pacte mondial sur les migrations et veiller à ce qu'il soit en faveur des femmes migrantes.
Il s'agira premièrement d'assurer la participation pleine, équitable et significative des femmes et des filles migrantes dans les politiques qui impactent leurs vies, au niveau local, national, régional et international.
Les gouvernements devront par ailleurs tenir compte du principe de la non discrimination, en priorisant la lutte contre toutes les formes de discrimination contre les femmes et les filles, indépendamment de leur statut migratoire, race, religion, nationalité…
Il est également question de mettre fin à la violence en éliminant la violence sexuelle et basée sur le genre, l'exploitation et d'autres formes de violence qui affectent les femmes dans les pays d'origine, de transit et de destination.
Le manifeste appelle également à permettre aux femmes d'accéder à la régularisation ou la résidence permanente ou à la citoyenneté, tout en favorisant les initiatives de réunification familiale.
Il est aussi question de mettre fin à la criminalisation des migrants et ceux qui les assistent et défendent leurs droits. Sans oublier l'éradication de la détention provisoire, indépendamment du statut migratoire.
Sur un autre volet, le réseau femmes en migration, Oxfam international et ONU femmes interpellent les Etats à respecter la législation sur le travail, en affirmant dans la pratique, la liberté d'association et en garantissant tous les droits du travail pour les femmes migrantes et tous les travailleurs migrants, y compris les travailleurs domestiques, les travailleurs du secteur informel, conformément aux droits de l'Homme et aux standards de l'Organisation internationale du travail (OIT).
Aussi, pour veiller à la protection des femmes migrantes, les trois associations appellent à assurer que les droits humains sont au cœur de toutes les mesures de gouvernance et qu'ils soient appliqués dans tous les pays sans exception, surtout au niveau du contrôle des frontières.
Enfin, le manifeste interpelle les gouvernements à agir en faveur d'un développement équitable en application des droits économiques, sociaux et culturels des femmes et leurs familles et permettant d'ériger la migration comme un choix et non une nécessité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.