Vidéo – Achraf Bencharki signe un magnifique doublé et délivre Lens    LdC : Le Wydad laisse des plumes en Afrique du sud    La DGSN se dote d'un système informatisé pour les amendes    Buzz – Bill Gates, le milliardaire qui fait la queue    Tunisie : Une deuxième grève générale prévue pour février    Pargneaux : La Maroc, exemple africain dans la lutte contre le chômage des jeunes    LdC : Le Wydad ne pourra pas aligné son meilleur joueur de l'année    Diapo – Un fourgon transportant 17 millions de dirhams se renverse    Ghazali : La stratégie énergétique du Maroc est fondée sur les énergies renouvelables    Création d'un registre national pour organiser les médias numériques    Organisation du programme jeunes Marocains ambassadeurs des Nations-Unies à Casablanca    Bourita appelle à la création d'un "G10 Méditerranée"    Benchamach œuvre à renforcer les relations maroco-saoudienne    Le Forum international de l'étudiant fait escale à Dakhla    "Gilets jaunes" : A nouveau dans les rues malgré le "Grand débat" lancé par le gouvernement    Fortes pluies dans plusieurs provinces du Royaume    "Afrique du Rire" : Deuxième édition ouverte ce vendredi à Abidjan    VIDEO - Corniche Aïn Diab : Le cri de colère d'une femme à mobilité réduite    2,4 MMDH consacrés à la gestion des déchets ménagers en 10 ans    Casablanca : 5 ans de prison pour chacun des membres d'une bande de malfrats    Deux jeunes hommes se suicident à Nador et Chtouka Aït Baha    El Othmani : Le Maroc « parie sur la transformation digitale »    Fespaco 2019 : «Indigo» de Selma Bargach en lice pour l'Etalon d'or de Yennenga    Musée Saint Laurent: Les 4 expos de cette nouvelle année    Marrakech : Localisation d'une ressortissante danoise portée disparue    Triple candidature pour l'organisation du Mondial-2030 : Le verdict dans quatre ans    Divers sportifs    Le scénario à 48 équipes toujours en gestation    Federica Moghrerini reçue en audience par S.M le Roi Mohammed VI    Habib El Malki : Le Royaume est attaché à sa stratégie de partenariat avec l'UE    Réunion du Bureau de la Chambre des représentants    Donald Trump, le show et le chaos    Andy Murray aura bientôt droit à sa statue à Wimbledon    Trump et Pelosi à couteaux tirés autour du "shutdown"    L'IS représente 15,3% des recettes fiscales en Afrique    Le prix du cannabis au Canada en hausse après la légalisation    Le Kluster CFCIM labellisé par la CCG    Des investisseurs italiens saluent les performances économiques réalisées au Maroc    Ligue des champions : Le WAC en force à Pretoria    Brad Pitt moqué sur la Toile    Selena Gomez fière de la personne qu'elle devient    Kim Kardashian bientôt maman pour la quatrième fois    « Chantons Notre Patrimoine Commun », le spectacle placé sous le signe du vivre ensemble    Algérie : la date de l'élection présidentielle fixée le 18 avril    Le Zamalek ne lâchera pas Hamid Ahaddad    SM le roi Mohammed VI reçoit Federica Mogherini au Palais Royal    Nouvel an Amazigh : À quand Yennayer au Maroc?    Brexit : Les discussions entre May et l'opposition dans l'impasse    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un manifeste en 7 mesures pour les droits de la femme
Publié dans Albayane le 13 - 12 - 2018

A peine le Pacte pour les migrations adopté à Marrakech, le réseau des femmes en migration, Oxfam international et ONU femmes ont publié mardi "le manifeste de Marrakech sur les droits des femmes".
L'objectif est d'interpeller les gouvernements présents dans la ville ocre pour adopter le Pacte à mettre les droits humains des femmes au coeur de leurs politiques nationales de migration.
Présenté lors d'un point de presse sur le site de la conférence intergouvernementale de l'ONU, qui s'est déroulée du 10 au 11 décembre, à Bab Ighli, par Cathi Tactaquin, de l'association « Femmes en migration" , Winnie Byanyima, directrice exécutive d' Oxfam International et Inkeri Von Hase, d'ONU Femmes, le manifeste s'appuie sur l'esprit des 23 objectifs du "Pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières", qui promet de prendre en compte de manière spécifique les femmes, en tant que catégories vulnérables, en matière migratoire.
Pour les responsables des trois organisations, la concrétisation de cet objectif ne passera que par l'incorporation des droits humains des femmes, des dispositions internationales sur le travail dans les politiques migratoires nationales, régionales et internationales.
Dans le manifeste, les trois organisations répertorient 7 mesures que les Etats devront prendre en compte dans leurs politiques respectives, pour traduire en action le Pacte mondial sur les migrations et veiller à ce qu'il soit en faveur des femmes migrantes.
Il s'agira premièrement d'assurer la participation pleine, équitable et significative des femmes et des filles migrantes dans les politiques qui impactent leurs vies, au niveau local, national, régional et international.
Les gouvernements devront par ailleurs tenir compte du principe de la non discrimination, en priorisant la lutte contre toutes les formes de discrimination contre les femmes et les filles, indépendamment de leur statut migratoire, race, religion, nationalité…
Il est également question de mettre fin à la violence en éliminant la violence sexuelle et basée sur le genre, l'exploitation et d'autres formes de violence qui affectent les femmes dans les pays d'origine, de transit et de destination.
Le manifeste appelle également à permettre aux femmes d'accéder à la régularisation ou la résidence permanente ou à la citoyenneté, tout en favorisant les initiatives de réunification familiale.
Il est aussi question de mettre fin à la criminalisation des migrants et ceux qui les assistent et défendent leurs droits. Sans oublier l'éradication de la détention provisoire, indépendamment du statut migratoire.
Sur un autre volet, le réseau femmes en migration, Oxfam international et ONU femmes interpellent les Etats à respecter la législation sur le travail, en affirmant dans la pratique, la liberté d'association et en garantissant tous les droits du travail pour les femmes migrantes et tous les travailleurs migrants, y compris les travailleurs domestiques, les travailleurs du secteur informel, conformément aux droits de l'Homme et aux standards de l'Organisation internationale du travail (OIT).
Aussi, pour veiller à la protection des femmes migrantes, les trois associations appellent à assurer que les droits humains sont au cœur de toutes les mesures de gouvernance et qu'ils soient appliqués dans tous les pays sans exception, surtout au niveau du contrôle des frontières.
Enfin, le manifeste interpelle les gouvernements à agir en faveur d'un développement équitable en application des droits économiques, sociaux et culturels des femmes et leurs familles et permettant d'ériger la migration comme un choix et non une nécessité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.