La direction des prisons dément une nouvelle fake news    Les préparatifs de la session extraordinaire au menu d' une réunion du bureau de la Chambre des représentants    Visa For Music 2021: l'appel à candidatures est lancé !    Hausse de 95,5% des exportations marocaines vers le Brésil en janvier    La TVA a une incidence directe sur le secteur informel (HCP)    La Chambre des représentants approuve le projet de loi organique relative à la nomination aux postes supérieurs    Le Maroc a reçu lundi son 5ème lot de vaccins, 8 millions de doses au total    L'accord agricole entre le Maroc et l'UE résiste aux menées séparatistes    Université Euromed de Fès-OFPPT : signature d'une convention-cadre de partenariat    Le double jeu de l'Allemagne contre les intérêts stratégiques du royaume    Hirak : à la recherche d'une maturité    Assurances : le géant allemand Allianz accusé de bafouer le droit international    Arabie Saoudite: des civils blessés par un projectile houthi à Jazan    Baie de Cocody : les ouvrages maritimes achevés    L'Opinion : La goutte qui fait déborder le vase    Une banque sur tous les fronts    Marché des voitures neuves au Maroc : des ventes qui progressent de 6,23%    Le Maroc invité d'honneur de la 7e édition de l'Africa Agri Forum    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    Covid-19: «Les vaccins seuls ne protégerons pas»    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    Conseil de gouvernement : la légalisation du cannabis médical encore au menu    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    Le groupe Somagec jette l'éponge pour le téléphérique de Tanger    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Casablanca : Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Edito : Régions centralisées    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    La France et l'Allemagne peinent à écouler leurs vaccins AstraZeneca    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lahcen Zinoun: «Aucun établissement au Maroc n'enseigne la danse avec un cursus»
Publié dans Albayane le 27 - 01 - 2019

Chorégraphe de renommée internationale, le nom de Lahcen Zinoun est associé au Maroc à la chorégraphie. Il reçoit son premier prix de danse au conservatoire municipal de Casablanca en 1964. Devenu une icone de cet art, il sillonnera les quatre coins de la planète et se produira avec de très grands chorégraphes. En 1978, il lance avec son épouse, Michelle Barette, l'école de danse, «le Ballet-nous paThéâtre Zinoun» de laquelle sortent des chorégraphes de talent. Lahcen Zinoun rle de l'univers du ballet au Maroc.
Al Bayane : Lorsqu'on parle de danse, les professionnels comme les amateurs soulignent d'abord l'importance de «l'estime de soi» et de «la confiance en soi». Pouvez-vous mieux nous expliquer cette vision?
Lahcen Zinoun : La plus haute fonction de la danse est d'aider l'Homme à former une conception plus noble de lui-même.
La danse humaine est donc aussi ancienne que le premier homme qui exprima ses sentiments de joie ou de peur par la répétition rythmique de pas, de sauts ou de gestes, il y a peut-être des siècles. Le mouvement, le temps et l'espace génèrent l'art de la danse. Le mouvement transforme le geste en chorégraphie, d'ou réside la notion du rythme, battement de cœur, temps proprement lié au moi, à notre existence, notre devenir. Temps vivant, par moment, durée suspendue pour égaler l'éternité.
Que peut apprendre la danse aux élèves?
Le respect du corps et du temps, la rigueur, l'esthétique – la beauté, l'endurance, la résistance, la mémoire visuelle, l'écoute musicale de tout genre, développer l'imaginaire…
A partir de quel âge peut-on commencer les cours de danse?
A partir de six ans, car l'ossature ne se forme que dès cet âge. Auparavant, c'est du cartilage. A la rigueur pour les enfants de quatre et cinq ans, ils n'ont besoin que de cours d'initiation sans effort quelconque. Il faut faire attention aux gens qui s'improvisent professeurs de danse au Maroc. Ces personnes ignorent totalement les méthodes de danse pour enseigner soigneusement la danse académique aux corps d'enfants. Et plus grave lorsqu'ils ignorent totalement l'anatomie humaine. Il ne faut surtout pas oublier qu'on danse avec le corps, ce dernier étant composé d'os, de muscles, de tendons, de nerfs etc. Comme il n'y a aucun contrôle du ministère de tutelle, il faut donc être vigilant. Ne surtout pas oublier que nos conservatoires donnent des cours considérés comme parascolaires. Il n'y a aucun établissement étatique ni privé qui enseigne la danse avec cursus. Alors imaginez les dégâts que peuvent subir les enfants.
Est-il nécessaire pour un enfant de pratiquer au moins un loisir artistique?
Oui, au delà d'un devoir c'est un droit pour un enfant de pratiquer dès son jeune âge la discipline artistique, à commencer par la musique que je conseille aux parents.
Comment s'organise l'emploi du temps des élèves?
Ça ne pose aucun problème à un enfant de pratiquer l'art hors de ses études. Au contraire, c'est un épanouissement pour lui. Les cours artistiques au Maroc se donnent après les sorties de classes; ce qui fait, l'enfant peut s'organiser parfaitement. Reste à savoir si les parents sont organisés ou ont les moyens pour l'aider à s'organiser.
La danse est une forme d'expression artistique. Pour les élèves qui souhaitent en faire un métier, dans quels établissements poursuivent-ils leur formation professionnelle?
Malheureusement, nous n'avons pas comme en Allemagne par exemple, la possibilité pour l'enfant de passer la matinée à l'école pour étudier et l'après-midi il a le choix dans, soit le domaine artistique, soit le domaine sportif. Hélas, ce système n'est pas encore installé chez nous, mais soyons optimistes.
Quel est le conseil que vous souhaiteriez communiquer aux danseurs en devenir pour réussir et ne pas abandonner?
Mon conseil c'est que la future ou le futur danseur en devenir, premièrement, pratique plusieurs cours de danse académique par semaine et très tôt, aille se mesurer en Europe dans des établissements professionnels.
Deuxièmement, il faut se renseigner sérieusement ou prendre des cours de danse académique si on s'imagine futur danseur. La danse est un art éphémère ; ça se pratique tôt pour intégrer le domaine professionnel très tôt. C'est vers l'âge de 16 ans qu'on entame la profession de danseur.
Les écoles d'art ont souvent des prix assez élevés. Pourquoi?
C'est un cercle vicieux, puisque l'anarchie règne dans le domaine de l'enseignement tout court. Le jour où une réglementation tarifaire s'imposera dans l'enseignement en général, je pense que les choses rentreront dans l'ordre.
Omayma Khtib


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.