Europa League : Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    ANAM. Trois cliniques sanctionnées pour surfacturation    Kaspersky : Quand l'organisation traditionnelle du travail n'est plus souhaitable    Guerguarate: la Chambre des représentants de Belgique salue l'intervention marocaine    La campagne marocaine de vaccination anti-Covid démarre le 4 décembre    Evolution du coronavirus au Maroc : 4979 nouveaux cas, 336.506 au total, mercredi 25 novembre à 18 heures    Le Souverain, se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Abdellatif Jouahri appelle à renforcer la résilience économique pour affronter les défis futurs    OMS: la pandémie a légèrement ralenti en une semaine    Musée Mohammed VI: L' art de découvrir Rabat autrement    Beyoncé en tête des nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Ahmad Ahmad saisit le TAS après la décision de la FIFA    Le Raja fixe une nouvelle date pour son assemblée générale    Immobilier: Aradei Capital n'envisage plus sa conversion en OPCI    Digital Brunch. Quelles tendances digitales en 2021 ? Les experts répondent (VIDEO)    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    Alerte météo au Maroc: averses orageuses et chutes de neige à partir de ce mercredi    La Toile sous le choc: une mère indigne torture sa fille à Larache    Diplomatie d'entreprise ou comment tirer son épingle du jeu    Communiqué du bureau politique du PPS du mardi 24 novembre 2020    El Guerguerat: les Marocains du Danemark à bras le corps pour la patrie    Commerçants et hôteliers broient du noir    Migration: Le Maroc joue un rôle constructif et fédérateur sur les plans régional et international    Réouverture des mosquées : le retour à la normale se confirme    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    Vers le lancement de l'Observatoire national de la criminalité    Hommage à Hassan II : Un Royaume solide en héritage    Le silence de la haine ou la solution finale pour les Palestiniens    Lewandowski, Mané ou encore Mbappé en lice pour le prix    Université Moulay Ismail : l'offre de formation renforcée    Tennis : Medvedev, le maître de Londres    Haut Karabakh: Paris réclame un «droit de regard»    Lotfi Bouchaara sur BBC : "le Maroc est disposé à négocier avec des parties et non pas avec un fantôme"    Les beaux-arts et la nourriture de l'esprit    Edition digitale réussie : 15.000 e-spectateurs pour Visa for Music    Nouvelle publication chez Orion éditions : Linda Chiouar s'immerge dans l'univers des anxiolytiques    Fidadoc 2020 : Une édition digitale du 14 au 19 décembre 2020    Les Ateliers de l'Atlas 2020 dévoilent les projets retenus    Droits compensateurs aux engrais marocains : l'OCP réagit à la décision des Etats-Unis    FLDF : Les violences faites aux femmes exposent !    Equipe nationale / 5 joueurs covidés : Un possible cluster lors du dernier rassemblement !    Equipe nationale : Le Maroc participera à la Coupe Arabe de la FIFA (Qatar 2021)    Inclusion financière au Maroc : Pour combler les écarts, un "véritable" choc s'impose    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lahcen Zinoun: «Aucun établissement au Maroc n'enseigne la danse avec un cursus»
Publié dans Albayane le 27 - 01 - 2019

Chorégraphe de renommée internationale, le nom de Lahcen Zinoun est associé au Maroc à la chorégraphie. Il reçoit son premier prix de danse au conservatoire municipal de Casablanca en 1964. Devenu une icone de cet art, il sillonnera les quatre coins de la planète et se produira avec de très grands chorégraphes. En 1978, il lance avec son épouse, Michelle Barette, l'école de danse, «le Ballet-nous paThéâtre Zinoun» de laquelle sortent des chorégraphes de talent. Lahcen Zinoun rle de l'univers du ballet au Maroc.
Al Bayane : Lorsqu'on parle de danse, les professionnels comme les amateurs soulignent d'abord l'importance de «l'estime de soi» et de «la confiance en soi». Pouvez-vous mieux nous expliquer cette vision?
Lahcen Zinoun : La plus haute fonction de la danse est d'aider l'Homme à former une conception plus noble de lui-même.
La danse humaine est donc aussi ancienne que le premier homme qui exprima ses sentiments de joie ou de peur par la répétition rythmique de pas, de sauts ou de gestes, il y a peut-être des siècles. Le mouvement, le temps et l'espace génèrent l'art de la danse. Le mouvement transforme le geste en chorégraphie, d'ou réside la notion du rythme, battement de cœur, temps proprement lié au moi, à notre existence, notre devenir. Temps vivant, par moment, durée suspendue pour égaler l'éternité.
Que peut apprendre la danse aux élèves?
Le respect du corps et du temps, la rigueur, l'esthétique – la beauté, l'endurance, la résistance, la mémoire visuelle, l'écoute musicale de tout genre, développer l'imaginaire…
A partir de quel âge peut-on commencer les cours de danse?
A partir de six ans, car l'ossature ne se forme que dès cet âge. Auparavant, c'est du cartilage. A la rigueur pour les enfants de quatre et cinq ans, ils n'ont besoin que de cours d'initiation sans effort quelconque. Il faut faire attention aux gens qui s'improvisent professeurs de danse au Maroc. Ces personnes ignorent totalement les méthodes de danse pour enseigner soigneusement la danse académique aux corps d'enfants. Et plus grave lorsqu'ils ignorent totalement l'anatomie humaine. Il ne faut surtout pas oublier qu'on danse avec le corps, ce dernier étant composé d'os, de muscles, de tendons, de nerfs etc. Comme il n'y a aucun contrôle du ministère de tutelle, il faut donc être vigilant. Ne surtout pas oublier que nos conservatoires donnent des cours considérés comme parascolaires. Il n'y a aucun établissement étatique ni privé qui enseigne la danse avec cursus. Alors imaginez les dégâts que peuvent subir les enfants.
Est-il nécessaire pour un enfant de pratiquer au moins un loisir artistique?
Oui, au delà d'un devoir c'est un droit pour un enfant de pratiquer dès son jeune âge la discipline artistique, à commencer par la musique que je conseille aux parents.
Comment s'organise l'emploi du temps des élèves?
Ça ne pose aucun problème à un enfant de pratiquer l'art hors de ses études. Au contraire, c'est un épanouissement pour lui. Les cours artistiques au Maroc se donnent après les sorties de classes; ce qui fait, l'enfant peut s'organiser parfaitement. Reste à savoir si les parents sont organisés ou ont les moyens pour l'aider à s'organiser.
La danse est une forme d'expression artistique. Pour les élèves qui souhaitent en faire un métier, dans quels établissements poursuivent-ils leur formation professionnelle?
Malheureusement, nous n'avons pas comme en Allemagne par exemple, la possibilité pour l'enfant de passer la matinée à l'école pour étudier et l'après-midi il a le choix dans, soit le domaine artistique, soit le domaine sportif. Hélas, ce système n'est pas encore installé chez nous, mais soyons optimistes.
Quel est le conseil que vous souhaiteriez communiquer aux danseurs en devenir pour réussir et ne pas abandonner?
Mon conseil c'est que la future ou le futur danseur en devenir, premièrement, pratique plusieurs cours de danse académique par semaine et très tôt, aille se mesurer en Europe dans des établissements professionnels.
Deuxièmement, il faut se renseigner sérieusement ou prendre des cours de danse académique si on s'imagine futur danseur. La danse est un art éphémère ; ça se pratique tôt pour intégrer le domaine professionnel très tôt. C'est vers l'âge de 16 ans qu'on entame la profession de danseur.
Les écoles d'art ont souvent des prix assez élevés. Pourquoi?
C'est un cercle vicieux, puisque l'anarchie règne dans le domaine de l'enseignement tout court. Le jour où une réglementation tarifaire s'imposera dans l'enseignement en général, je pense que les choses rentreront dans l'ordre.
Omayma Khtib


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.