CHAN 2020 / Groupe A: Une journée à l'avantage du Burkina Faso    Kia Maroc. Un Flagship et des ambitions nouvelles    Sahara : Vers l'ancrage de la position américaine ?    Etats-Unis : Joe Biden a prêté serment    La loi sur les signatures électroniques désormais opérationnelle [Document]    Evolution du coronavirus au Maroc : 1152 nouveaux cas, 4 62. 542 au total, mercredi 20 janvier 2021 à 18 heures    Le RNI convoque son «parlement»    Comité des représentants permanents de l'UA : Le Maroc présent à la 41ème session ordinaire    HCP : La confiance des ménages toujours en berne    Détournement de fonds publics : Enquête judiciaire à l'encontre d'un policier à Beni Mellal    L'émission «Ahssan Pâtissier» débarque sur 2M    Le Roi Mohammed VI reçoit le ministre émirati des Affaires étrangères et de la Coopération internationale    Etats-Unis : Donald Trump fait ses adieux    Giuseppe Conte, l'illustre inconnu de l'échiquier politique italien    Anasse Bari: Gagner les élections dans un monde propulsé par l'IA est un "jeu de chiffres" qui se déroule sur les médias sociaux    Le portefeuille de BMCE Capital Research tire son épingle du jeu en 2020    Distinction du tandem marocain du FC Séville    Mondial des clubs : Un adversaire arabe pour le Bayern au dernier carré    Réunion de la Fédération Royale marocaine de basketball: Le Cinq national et les préparatifs au lancement des championnats à l' ordre du jour    Le Maroc dénonce le dévoiement des décisions du Sommet extraordinaire de l'UA par l'Afrique du Sud    Nexans inaugure une nouvelle usine à Nouaceur    Cher vaccin, cesse de nous faire languir !    Abdelkrim Meziane Belfkih: Le taux de reproduction de la Covid-19 se stabilise à 0,88    L'Italie prendra des actions en justice contre Pfizer    Le poison de « la vérité alternative »    Netflix dépasse les 200 millions d'abonnés payants dans le monde    Chauffe-eau : Le tueur silencieux a fait 9 morts    El Guergueret : L'hommage du Groupe Sentissi    Casablanca : Une collecte de dons lancée en faveur des migrants sans-abri    Groupe Renault. Un bilan 2020 positif malgré la crise    Coronavirus : le SIAM 2021 annulé    Honorable distinction d'un militant amazigh    Les autorités publiques «rejettent catégoriquement» le chapitre consacré au Maroc    Transformation digitale : Marjane Holding passe à la vitesse supérieure    La pandémie a mis à nu les fragilités de l'OMS    Mondial de handball: Le Maroc quitte la compétition    Il prend la tête du groupe C: Le Maroc débute par un petit succès sur le Togo    Angleterre: Leicester enfonce Chelsea, Lampard en danger    L'équipe nationale en stage de préparation à Maâmora    Une démocratie, comme les auatres...     Nécessité d'approfondir la connaissance du risque    Marrakech : 1ère exposition de l'événement culturel «EX. Art contemporain»    «L'Homme qui a Vendu sa Peau» et l'acteur Sami Bouajila primés    Economie du web : l'effet Covid se fait ressentir    Edito: Le maire doit partir    L'épouse d'El Ghomari se confie sur 2M    La promotion des provinces du Sud dans l'agenda du Réseau Maroco-Américain    Paru chez l'édition La Croisée des Chemins : «Le Secret de la Lettre» : Mohamed Ennaji porte un regard sur l'école coranique d'hier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Suivi et vigilance, loin de toute exagération
Publié dans Albayane le 04 - 02 - 2019

Les autorités sanitaires marocaines veillent au grain. Les responsables se succèdent dans les médias pour informer la population sur l'état épidémiologique et rassurer sur l'évolution des cas d'atteinte au virus H1N1. Le ministre de la Santé monte au créneau pour actualiser le nombre de décès causés par le virus. Le chiffre passe de 5 à 9, l'espace d'un week-end.
Anass Doukkali a assuré que la situation épidémiologique reste normale par rapport aux années précédentes.
Rien d'alarmant, surtout lorsque l'on sait que la grippe ovine tue 250 000 personnes au niveau mondial et ce depuis la découverte de ce virus.
Autre chiffre, la grippe saisonnière a provoqué, en 2018, plus de 13000 morts en France, chaque hiver.
Citons d'autres puissances mondiales… Tenez, les Etats Unis d'Amérique connaissent bien le phénomène et l'on a déploré le décès de 80 000 personnes, selon le New York Times.
Passons au Japon. Officiellement, ce pays connait la plus forte moyenne d'atteintes aux différents types de virus A et B, avec plus de 7 (sept) millions de personnes atteintes, valeur d'aujourd'hui.
Et l'on peut multiplier les exemples pour dire que, au Maroc, l'on est loin d'une épidémie à grande échelle et que rien ne justifie la panique que d'aucuns veulent instaurer.
Cependant, la vigilance, le suivi et l'alerte sont impératifs et le ministère de la Santé poursuit la mobilisation avec des cellules de suivi, au niveau central et des délégations médicales à travers le pays.
Certes, avec un hiver austère cette année, il est normal que le nombre des personnes atteintes de rhume ou de grippe saisonnière augmente.
Aussi, il a fallu mort d'homme, une femme enceinte dans un hôpital privé casablancais, et la vive réaction de sa famille sur les réseaux sociaux, pour que la panique s'empare des citoyennes et citoyens.
Hélas, quelques journaux et sites exagèrent les choses et poussent dans le sens de la panique. Et s'il s'agit d'avancer des informations vérifiées, il n'y aurait aucun souci. Car, ici et là, l'on avance des certitudes, sans connaissance de la réalité virale.
Et pourtant, en pareil cas, les médias ont l'obligation de faire appel à des sources fiables, qui sont représentées par le Ministère de tutelle et les experts médicaux, notamment en matière d'épidémiologie.
C'est l'attitude adoptée, en autres, par le site «HuffPost Maroc» qui a posé trois questions au docteur Jaafar Heikel, épidémiologiste, spécialiste en maladies infectieuses et président du comité scientifique du groupe international de management en santé INISAN au Maroc, sur la grippe H1N1 au Maroc.
Le dr Jaafar Heikel est catégorique. Il ne craint pas «une nouvelle épidémie H1N1 au Maroc». pour lui, «le ministère a pris des mesure adéquates».
Certes, l'on est «face à ce que l'on appelle des cycles épidémiques», «Il y a un appel à la vigilance, ce qui est une bonne chose».
A l'heure actuelle, ce n'est pas «la disponibilité des médicaments mais une bonne surveillance épidémiologique» qui est de mise.
Aussi, insiste-t-il, «il n'y a pas de risque d'épidémie dans le sens classique du terme».
L'augmentation de cas de décès doit « nous amener à être dans une démarche de vigilance et de surveillance, beaucoup plus que dans une inquiétude globale», a-t-il ajouté.
Il prône aussi l'implication du «secteur public et privé» et «la disponibilité du secteur privé et des épidémiologistes marocains à participer à l'effort».
Et même si pour lui, «les mesures actuelles sont raisonnables et pragmatiques», il préconise, comme le Ministère, une extrême vigilance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.