Maroc. La SFI engagée pour stimuler la reprise économique    ONEE/BEI : un nouvel accord de financement de 37,5 millions d'euros    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'Organisation Internationale du Travail    Brésil: le ministre de l'Environnement annonce sa démission    Dossier Hakimi: l'Inter Milan rejette les offres de Chelsea et du PSG    Covid-19: le Chili a vacciné 80% de la population cible    Prévisions météorologiques pour la journée du jeudi 24 juin 2021    Environ 48% des migrants exercent une activité professionnelle    L'Espagne inquiète du développement agricole au Sahara marocain    IFC va appuyer la mise en œuvre du Fonds Mohammed VI    Sahara Marocain: Quand John Bolton s'emmêle les pinceaux    Commémoration du 80ème anniversaire de l'agression de l'Allemagne nazie contre l'URSS.    L'ex-président Mohamed Ould Abdel Aziz écroué    Washington demande le retrait des forces étrangères    Politique. Le nomadisme n'est que la conséquence de la crise    L'Angleterre bat la République tchèque et s'adjuge la 1re place    Hakan Calhanoglu s'engage avec l'Inter Milan    Les Suns s'imposent sur un dunk à la dernière seconde    Sahara marocain : le plan d'autonomie, seule option pour une solution définitive    Bangkok : remise d'une décoration Royale à l'ex-ambassadeur de Thaïlande au Maroc    Maroc/Covid-19: le bilan de ce samedi 29 mai    HCP: La sécurité au Maroc attire les migrants    Ouverture des candidatures pour l'édition 2021    Oujda : première exposition individuelle de l'artiste peintre Fatiha Rabhi    Le 42e moussem d'Asilah, une manifestation pluridisciplinaire d'envergure    Paysage après le Covid...    Netflix : Steven Spielberg signe un contrat réaliser une série de films    LMN'ART : Débarquement immédiat !    Enseignement: la rentrée scolaire 2021/2022 fixée au 3 septembre    Maroc : les listes A et B mises à jour au moins deux fois par mois    Le variant Delta sème la terreur dans le monde    Les baisses des prix des billets coûteront 4,5 MMDH à l'état    Un autre Charles de Foucauld est parmi nous    PND : réunion consultative entre les partis représentés au Parlement et la CSMD    Banques: le besoin de liquidité se creuse à 72,6 milliards de DH en mai    Les Marines chantent la Marocanité du Sahara    Commerce électronique : QNET remporte trois trophées à l'échelle mondiale    À Genève, l'intégrité territoriale du Maroc plus que jamais appuyée    Maroc. Les greniers de Souss-Massa pourraient être les premières banques au monde    Trafic des armes à feu : l'administration Biden instaure des unités spécialisées dans certaines villes    Coupe arabe U20 : Djibouti – Maroc, les Lionceaux pour confirmer    SM Caen : Yacine Bammou se prépare pour son retour    Liverpool, un joyaux britannique sur le point de disparaître du patrimoine de l'Unesco    Le rallye-raid aura son championnat du monde en 2022    Le stage de Saint-Etienne au Maroc annulé    La CGEM élue membre du Conseil d'administration de l'OIT    Ismaïl Haniyeh, le leader du Hamas, chez le PJD    Démantèlement d'une cellule terroriste affiliée à l' »Etat islamique » s'activant dans la région de Marrakech-Safi (BCIJ)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tout sur la Visite du Pape François au Maroc
Publié dans Albayane le 06 - 03 - 2019

* Une messe de 10 000 Participants au Stade Moulay Abdellah à Rabat
* Rencontre avec le peuple Marocain sur l'esplanade de la Tour Hassan
* Réaffirmation du soutien au Pacte mondial pour la migration de Marrakech
Annoncée il y'a quelques mois, la visite du Pape François au Maroc se peaufine. Le leader religieux catholique est attendu au Royaume les 30 et 31 mars prochains. Une visite qualifiée de «très symbolique» par les responsables de l'Eglise catholique au Maroc, qui ont dévoilé mardi dernier à Casablanca lors d'un point de presse le programme de la visite du souverain pontife placée sous le signe «Pape François : serviteur d'espérance». Une rencontre de haut niveau qui fera la part belle à plusieurs questions dont le renforcement du dialogue interreligieux entre musulmans et chrétiens et la migration…
Trente quatre ans après Jean-Paul II qui visita le Royaume en 1985, le Pape François fera sa première visite au Maghreb à la fin de ce mois. Un voyage dont se réjouissent d'ailleurs les responsables de l'église catholique au Maroc. Selon Monseigneur Cristóbal López Romero, archevêque de Rabat, le voyage du Pape au Royaume revêt deux dimensions, notamment une dimension politique, puisque d'une part, il témoigne des excellentes relations diplomatiques entre le Maroc et le Vatican qui remontent à 1976 et d'autre part, il s'agit d'une rencontre entre deux leaders religieux (Amir Al Mouminine et le Saint Père). Placée sous le signe du dialogue, de la compréhension mutuelle entre les croyants musulmans et chrétiens et la promotion de la paix et de la tolérance, cette visite apostolique se veut aussi « pastorale », a souligné Mgr Cristobal, puisqu'en tant que berger, le pape ira à la rencontre des fidèles catholiques au Maroc.
Pour le Père Daniel Mourisbat, cette visite diffère de la dernière visite du pape Jean Paul II en 1985, à plusieurs niveaux. Si Jean Paul II n'avait rencontré le peuple Marocain que pendant une demi-journée, le pape François passera pour sa part 3 demi-journées, dans le cadre de son voyage au Royaume. Le temps pour lui d'aborder plusieurs questions, avec Sa Majesté le Roi Mohammed VI, de rencontrer les chrétiens du Maroc, les migrants et de visiter les différentes institutions de l'Eglise catholique au Maroc. Bien plus, cette visite intervient l'année du jubilé des 800 ans de la présence des Franciscains au Maroc. Sans oublier qu'elle est marquée par la particularité du Saint père qui porte un intérêt aux lieux de frontières, de rencontres multiculturelles, à l'instar du Maroc, a souligné le Père Daniel.
Au menu de cette rencontre, la question de la migration. Connu pour ses différentes interventions sur le sujet, notamment sa première visite à Lampedusa en 2013 au lendemain de son élection, le pape François ne dérogera pas à la règle au Maroc. Au menu de la visite, le pape rencontrera les migrants au Maroc. Par la même occasion, il réaffirmera son soutien au Pacte mondial de la migration de Marrakech signé en décembre dernier.
L'un des temps forts de ce voyage sera, notamment la rencontre prévue à la Tour Hassan de Rabat entre le pape, le peuple marocain, la société civile. Sa Majesté le Roi accueillera, le pape François sur l'esplanade de la tour… et prononcera un discours auquel répondra le Pape François. Selon l'Eglise catholique au Maroc, «l'objectif de cette rencontre publique au pied de la Tour Hassan est de bâtir un monde plus fraternel». En outre, une messe solennelle sera organisée le dimanche 31 mars par le saint père dans un stade couvert du complexe sportif Prince Moulay Abdellah à Rabat doté de 5000 places. Ladite cérémonie rassemblera entre 7000 et 10 000 participants de la communauté catholique au Maroc. D'autres points sont prévus au menu de ce voyage apostolique, notamment une visite du Saint Père et Sa Majesté à l'Institut Mohamed VI de formation des Imams Morchidines et des Morchidates, la visite du pape dans les institutions de l'église catholique au Maroc (Caritas…), des rencontres avec les responsables des autres églises chrétiennes au Maroc (évangélique, orthodoxe, anglicane).
A rappeler que les relations entre le Maroc et le Vatican datent de 1976. En 1980, le Roi Hassan II avait effectué une visite officielle au Vatican. Il fut ainsi le 1er chef d'un Etat musulman à se rendre au Vatican. C'est en 1997 que le Maroc a ouvert une ambassade près le Saint siège pour conforter les relations entre les deux Etats. En 2000, Sa Majesté le Roi Mohammed VI a effectué une visite officielle à la cité du Vatican et rencontré le Pape Jean-Paul II. En août 2018, il a nommé Raja Najji Mekkaoui en tant qu'ambassadrice du Maroc au Vatican.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.