Nasser Bourita : l'ouverture de consulats dans les provinces du Sud souligne la marocanité du Sahara    IFC accorde un prêt de 100 millions de dollars à la Région Casablanca-Settat    La Tribune de Nas : Pas la guigne habituelle…    Affaire « Hamza mon bb » : les derniers éléments du procès    Trade Tensions With Europe Flare as Trump Flexes Economic Muscle    LDC Afrique: Ce qu'il faut savoir sur le choc Maghrébin EST- RAJA    Espagne : arrestation d'un réseau criminel organisant des mariages blancs    La tempête Gloria fait 10 morts et 4 disparus    Thomas Reilly : « le Maroc et le Royaume-Uni ont énormément à offrir au continent africain »    Nouveau virus : trois villes chinoises déclarées en quarantaine, les festivités du Nouvel An annulées à Pékin    La sélection nationale de handball approche de la qualification à la Coupe du monde    Le PPS au parlement    Arrestation d'un individu pour trafic de psychotropes à Fnideq    Botola Pro D1 : Le Hassania d'Agadir renoue avec la victoire    La 31ème édition du Marathon international de Marrakech ce dimanche : Plus de 13.000 athlètes de 75 pays au départ    Entretien avec Adil Terrab, président du Conseil Préfectoral du tourisme Meknès    Le défi national !    Destitution Trump: l'accusation en appelle au courage des sénateurs républicains    BCE: Pleins feux sur la future stratégie et les risques    Angola: Isabel dos Santos accusée formellement de fraude et blanchiment d'argent    Présidentielles boliviennes: Evo Morales désigne son candidat…    Qui est le binôme Alj-Tazi, le nouveau duo qui tient les rênes de la CGEM ?    La République centrafricaine ouvre sa représentation diplomatique à Laâyoune    Terres collectives : Ce que recommande le CESE    Un stand marocain aménagé par l'ONMT : La 40ème édition du FITUR de Madrid se poursuit jusqu'au 26 janvier    En Grèce, une femme élue pour la première fois à la présidence    Edito : Civisme    Province de Guelmim : 3 morts et 10 blessés dans un accident de la route    Une quinzaine de routes libre et une douzaine coupée    Comment les étudiants voient leurs rêves s'éloigner    Cinéma : Adam, la force des femmes devant et derrière la caméra    60ème anniversaire de l'USFP Grande manifestation à Larache    EuroMed Droits préoccupé par la restriction de la liberté d'expression    Dans son intervention lors de la séance mensuelle consacrée à la politique générale à la Chambre des conseillers    Les Américains ont moins dépensé en jeux vidéos en 2019    Le cacao bio commence à sortir des petits paysans brésiliens de la misère    Atelier de formation à Safi sur l'insertion des jeunes dans le tissu socioéconomique    Insolite : Perché dans un tonneau    Arrestation d'un président de commune pour corruption    Divers sportifs    Sébastien Desabre : L'atteinte des objectifs est une responsabilité collective qui exige du travail fondé sur la discipline, le respect et l'efficacité    Ces stars mariées à leur amour de jeunesse    Présentation à El Jadida du livre "Mémoires d'un professeur"    Une nouvelle étoile cinématographique illumine Tiznit    Abdelkader Ababou: adieu l'artiste doux…    Au titre de l'année 2019 : 80 rencontres culturelles dans 35 cafés littéraires de par le Maroc    Improvisation sur «Des tranches de vie nées du néant»    Les avocats de Trump veulent un acquittement "immédiat" à son procès en destitution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Lahoucine Bardaouz, un talent pluriel
Publié dans Albayane le 21 - 05 - 2019

Lahoucine Bardaouz est une icône du théâtre et cinéma amazighs. Né le 11 septembre 1955 à Inezgane, ville située entre Agadir et Aït Melloul, il a eu une brillante carrière artistique qui s'est construite progressivement durant plusieurs années de travail d'arrache-pied.
C'est dans les années 70, plus précisément en 1976 que Lahoucine Bardaouz entame sa carrière de comédien avec l'Association Amal Souss-Inezgane. Cette structure culturelle et artistique était connue à l'époque par sa contribution dans le dynamisme du secteur culturel dans la région. Deux années plus tard, Bardaouz intègre l'Association Achouâla Attakafia Inezgane où il joue dans deux pièces de théâtre, à savoir «Bhal Attamtil» et «Khaliouna n'matlou».
Après avoir joué en darija, le comédien charismatique se lance dans une nouvelle expérience, cette fois-ci en langue amazighe avec l'association Tifawine. A une époque où le théâtre amazigh est à ses débuts, les artistes sont inlassablement à la recherche de notoriété et d'une place parmi les grandes figures de l'art marocain et étranger. C'est alors que Lahoucine Bardaouz fait une rencontre qui impactera à jamais sa carrière. Il côtoie Ahmed Baddouj, l'une des figures emblématiques du 7e art marocain et amazigh. Cette rencontre débouche sur deux films en langue amazighe, à savoir «Tiyiti N'wadane» et «Ajmil L'gherd». Ces deux films où il joue certes deux rôles secondaires, mais importants révèlent au grand public un nouveau visage du cinéma, celui du «doyen de l'écran amazigh» comme beaucoup d'amoureux de son art aiment l'appeler.
Bardaouz fait partie des artistes amazighs aux multiples talents qui sont connus par la maîtrise parfaite de leurs rôles qu'ils choisissent avec beaucoup d'exigence et d'audace. L'artiste excelle dans l'incarnation des personnages et joue ses rôles avec beaucoup de sincérité.
Avec le temps, ses rôles se sont multipliés et son visage est devenu de plus en plus connu auprès du large public. Son rôle dans le film «Hamou Ounamir» (2002) ainsi que dans les séries télévisées «Douiba», «Rommana et Bertal » et «Souk N'ssa» réalisées par Fatima Boubegdi marqueront son entrée en grande pompe dans les domaines du cinéma et de la télévision. Ses participations et contributions sont nombreuses, diverses et multiples. Dans le film de Lahoucine Bizgarne, «Tayiri Issiouid'n» ou encore dans celui d'Abdallah Dari, «Touf Tanirt», Bardouaz laisse son empreinte et sa trace d'artiste confirmé et doué.
Un acteur est celui qui prend des risques et qui s'aventure. Et l'une des vertus de Lahoucine Bardaouz réside dans sa confiance aux jeunes réalisateurs et leur potentiel. Il a pu ainsi jouer avec le jeune réalisateur Abdellaziz Oussaïh dans plusieurs films dont «Alkenz Aouri Tkmal'n» , «Lhilt Touf Lâar» , «Hmad Lqerran» et d'autres travaux.
Infatigable, Bardouaz a incarné plusieurs rôles dans des longs métrages en 35mm tels que «Tamazirt Oufella» du réalisateur Mohamed Mernich, «Swinguem» de l'acteur et réalisateur Abdallah Ferkous, «Aghrrabou» et «Addour» d'Ahmed Baidou, «Tabrate» et «Tadminine» du réalisateur Ali Aït Bouzid.
Lahoucine Bardaouz est également scénariste. Dans ce cadre, il a écrit des scénarios pour des films qui ont changé la ligne éditoriale du cinéma dans la région du Sud, ainsi que la vision traditionnelle véhiculée par les premiers films des années 90. Bardaouz s'est inspiré du patrimoine amazigh pour réaliser ses travaux et ses écrits ont été bien accueillis par le public marocain. Parmi ses scénarios écrits pour des films à succès figurent : « Hmad Lqarran », « Tallouht Loualidayne », « Lhilt Touf Lâar », «Kra y Gat yan D'lhem n's», «Lkenz Aouri Tkmal'n», «Tillas N'tifawin», «Tabrate», pour ne citer que ceux-là. Lahoucine Bardaouz est toujours présent sur scène et parcourt des distances pour mieux représenter son art et ses lettres de noblesses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.