Ecosystème ferroviaire: Alstom revendique un taux d'intégration locale de 30%    Un bac record... et après?    OMS: Trop de sucres dans la nourriture pour bébé    Une saga nommée «Megri»    Le Nigéria obtient la 3ème place en battant la Tunisie    Chambre des représentants. Séance plénière lundi consacrée à la politique générale du gouvernement    Le Maroc est tenu de réduire les inégalités et de lutter contre la corruption    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Enjeux des approches de la formation des ressources humaines dans le contexte du New public management    Le Sénégal y est presque    6500 sportifs attendus aux 12èmes Jeux africains au Maroc    Le WAC passe au mode serbe    Adoption du projet de loi-cadre relatif au système de l'éducation par la commission de l'enseignement de la Chambre des représentants    Apporter une réponse collective aux défis stratégiques, sécuritaires et économiques auxquels nos pays se trouvent confrontés    Présentation du projet de politique publique intégrée pour les personnes âgées    Une faille d'Android permet aux hackers d'accéder à vos photos    Divers    Bouillon de culture    Nouvelle édition du Festival international des arts de la rue à Laâyoune    Record de nominations pour la série "Game of Thrones" aux Emmy Awards    Signature d'un accord de partenariat entre le Ministère public et la CNDP    Crédit Agricole passe son oral au parlement    Casablanca. Le festival Noujoum Gnaoua s'invite à partir du 18 juillet    Après le scandale Radès, la CAF change de système !    La Présidence du Parquet Général et ‘‘l'association des journalistes Adala'', partenaires pour une presse responsable    Trois diplomates turcs tués au Kurdisan Irakien    JCPoA: Les pays européens invitent Washington et Téhéran à la retenue…    Transfert: Iajor pourrait quitter le Raja vers le Qatar    12e édition des Jeux Africains: Le Maroc tient son pari    Biennale d'art contemporain. Rabat, capitale artistique de la rentrée !    Le FMI analyse le Maroc et son économie    Mustapha Hadji tire à boulets rouges sur Renard    Ancien professeur, il braque une agence de micro-crédit    Ebola en RDC: l'OMS va de nouveau évaluer l'épidémie après le décès du premier cas à Goma    Allemagne : La dauphine de Merkel à la Défense, une promotion    L'AMMC se dote d'un Conseil scientifique    Attentat de Barcelone. Le chef des terroristes «bossait» pour les renseignements espagnols    Trump accusé de racisme par la Chambre des représentants    Les nouveaux étudiants en médecine rejoindront-ils le boycott ?    Dans un marché en forte baisse : Renault maintient une part de marché de 4,4%    Le Rwanda va ouvrir une ambassade au Maroc    Recherche scientifique. L'Université Cadi Ayyad primée    Redal contribue à faire découvrir l'impressionnisme aux écoliers    La loi cadre sur l'enseignement adoptée en commission, le PJD et le PI toujours contre    Nezha Hayat décorée par le Roi d'Espagne Felipe VI    Les tweets xénophobes de Trump provoquent un tollé à Washington    Le président de Melilia recadre les opérateurs    Fès : Plaidoyer pour la promotion de la diversité culturelle    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brésil: Bolsonaro face à la grogne populaire…
Publié dans Albayane le 18 - 06 - 2019

C'est à croire qu'après la belle éclaircie née de la fameuse opération «Lava Jato» qui, en faisant tomber le Parti des Travailleurs, au pouvoir, lui avait permis d'accéder, sans coup férir, à la magistrature suprême d'un pays alors miné par la corruption et le clientélisme initiés par le géant brésilien «Petrobras», c'est aujourd'hui au tour du président Jair Bolsonaro d'affronter la grogne de ses compatriotes notamment après que Sergio Moro, le juge qui était en charge de ce dossier et qui siège aujourd'hui à la tête du ministère de la justice, ait été convaincu d'impartialité voire même de connivence avec le parquet dans le seul but d'empêcher l'ancien président «socialiste» de briguer un nouveau mandat.
Ainsi, pour dénoncer le projet de réforme des retraites qui fût l'une des plus grandes promesses électorales du nouveau chef de l'état, nostalgique de la dictature militaire, les syndicats ont appelé à une grève générale ce vendredi. Concoctée par le ministre de l'économie Paulo Guedes, ce projet de réforme qui est la clé de voûte de la politique libérale du gouvernement et qui tient compte du vieillissement rapide de la population brésilienne et du fait qu'à la fin de l'année 2018, les caisses de retraites avaient accusé un déficit atteignant 83 milliards d'euros soit 5,5% du PIB, prévoit de mettre en place un âge minimum de la retraite fixé à 65 ans pour les hommes et à 62 ans pour les femmes.
Cet appel ayant été suivi par presque tous les syndicats, des rassemblements ont été organisés dans presque toutes les villes du pays. Ainsi, qu'ils soient donc chauffeurs routiers ou enseignants – du secteur public ou du secteur privé – tous les travailleurs ont suivi, ce vendredi, le mot d'ordre de grève générale pour bien marquer leur opposition à un gouvernement peu soucieux de leurs droits.
Ainsi, après avoir fait face, les 15 et 30 mai derniers, à deux mobilisations sociales de grande ampleur du fait des restrictions ayant affecté le budget de l'éducation, Jair Bolsonaro, de plus en plus fragilisé, a été appelé à assister, ce vendredi à Sao Paulo, au match ayant opposé le Brésil à la Bolivie au titre de l'ouverture de la «Copa America» et ce, au moment-même où à Rio de Janeiro et Sao Paulo des affrontements éclaté entre les manifestants et les policiers qui avaient jugé nécessaire de faire usage de bombes lacrymogènes et de grenades assourdissantes.
Ne disposant pas d'une majorité au Congrès et appelé, en conséquence, à «composer» avec une vingtaine de groupes parlementaires pour «faire passer» ses réformes, le président Bolsonaro ne l'entend pas de cette oreille et refuse toute négociation; ce qui l'oblige, dans le meilleur des cas, à modifier ses propositions et, dans le pire, à les retirer. C'est ce qu'il a fait pour sa réforme sur le port d'armes rapidement mise de côté puis pour celle afférente aux retraites dont le texte, considérablement «retouché» ce jeudi, a maintenu le système de retraite par répartition et abandonné l'idée de retraite par capitalisation.
Enfin, au vu des tensions qui règnent au sein même de son gouvernement entre les partisans d'une ligne dure et les adeptes de la modération, le président Bolsonaro, de plus en plus isolé du fait de ses positions «extrêmistes» sur de nombreux sujets tels que l'environnement, les populations indigènes, les minorités sexuelles et tant d'autres encore a déjà limogé trois de ses ministres moins de six mois après son investiture; ce qui pousse un grand nombre d'observateurs à se demander s'il va pouvoir aller jusqu'à la fin de son mandat. Alors, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.