Le journaliste people Simo Benbachir, sera-t-il extradé vers le Maroc ?    ADM dégage des bénéfices pour la 2ème année consécutive    Raja-TP Mazembe: suivez le match en direct (Champions League)    Nasser Bourita : le Maroc n'interfère pas dans les attributions du Secrétaire général des Nations unies    Coronavirus: Avis aux voyageurs à destination du Maroc    Fadila Benmoussa absente du petit écran ce Ramadan    Un autre pays ouvre un consulat général à Dakhla    Plafonnement des honoraires : Une grève au menu pour les notaires    Il a plus que doublé entre 2002 et 2018 : Un parc automobile de 4,3 millions de véhicules    Fès : arrestation de deux individus pour implication présumée dans le détournement de médicaments publics    Le 3ème Forum Maroc-Etats insulaires du Pacifique se conclut par la « Déclaration de Laâyoune »    Coronavirus: l'Arabie saoudite suspend l'octroi de visas à sept nationalités    La NARSA met le paquet dans un vaste programme de sensibilisation    La direction des prisons répond à un proche de Zefzafi    Brexit : Londres songe à se retirer des négociations dès juin    La FRMF annule la suspension à vie de l'arbitre Hicham Tiazi    Fouad Chafik prolonge avec Dijon!    La République dominicaine soutient l'intégrité territoriale du Maroc, au niveau des Nations unies    Il y a 60 ans, Agadir: Penser la catastrophe    Création à Kinshasa d'une Chambre de commerce RDC-Maroc    Mais où est Obama ? Le grand absent omniprésent face à l'ascension de Sanders    60e anniversaire du séisme d'Agadir    Sahara marocain: le Parlement espagnol précise sa position    Agadir abrite le 27ème Rallye Maroc Classic en mars    L'armée syrienne tue plus de trente soldats turcs dans la région d'Idlib    Quarts de finale aller des Coupes africaines : Gare au faux pas !    Nadia Fettah Alaoui : Le tourisme contribue de 7% au PIB national    Akhannouch présente au Conseil du gouvernement les principaux axes de la nouvelle stratégie agricole    Le coronavirus plombe l'économie    Ligue des champions : Le Raja à l'assaut du Tout Puissant Mazembe    Divers sportifs    Moutaouali, la perle du Raja    La CCISCS scelle un partenariat avec l'AFEM    Bouillon de culture    L'Emir du Qatar reçoit Fouad Ali El Himma à Doha    L'OMDH demande la mise en adéquation des lois nationales avec les conventions internationales signées par le Maroc    Plaidoyer pour un modèle de démocratie participative et inclusive    Célébration aujourd'hui du 13ème anniversaire de S.A.R la Princesse Lalla Khadija    Aucun cas de Coronavirus enregistré au Maroc    Le parc Murdoch victime d'un vandalisme aveugle    La politique immobilière nationale décortiquée par le CESE    Record absolu d'œuvres vendues en 2019 sur le marché de l'art    Avant une cérémonie sous tension, les César nomment une présidente par intérim    Oualas : Bilan exceptionnel du 3ème Festival "Afrique du rire"    Un don de Patrice de Mazières au profit des Archives du Maroc    Jeudis cinéma droits humains : Projection du film « Khartoum Offside»    «Trio Sophia Charaï» à l'Institut Cervantès de Casablanca    Taza à l'heure du 2e forum provincial pour la culture et le travail associatif    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Brésil: Bolsonaro face à la grogne populaire…
Publié dans Albayane le 18 - 06 - 2019

C'est à croire qu'après la belle éclaircie née de la fameuse opération «Lava Jato» qui, en faisant tomber le Parti des Travailleurs, au pouvoir, lui avait permis d'accéder, sans coup férir, à la magistrature suprême d'un pays alors miné par la corruption et le clientélisme initiés par le géant brésilien «Petrobras», c'est aujourd'hui au tour du président Jair Bolsonaro d'affronter la grogne de ses compatriotes notamment après que Sergio Moro, le juge qui était en charge de ce dossier et qui siège aujourd'hui à la tête du ministère de la justice, ait été convaincu d'impartialité voire même de connivence avec le parquet dans le seul but d'empêcher l'ancien président «socialiste» de briguer un nouveau mandat.
Ainsi, pour dénoncer le projet de réforme des retraites qui fût l'une des plus grandes promesses électorales du nouveau chef de l'état, nostalgique de la dictature militaire, les syndicats ont appelé à une grève générale ce vendredi. Concoctée par le ministre de l'économie Paulo Guedes, ce projet de réforme qui est la clé de voûte de la politique libérale du gouvernement et qui tient compte du vieillissement rapide de la population brésilienne et du fait qu'à la fin de l'année 2018, les caisses de retraites avaient accusé un déficit atteignant 83 milliards d'euros soit 5,5% du PIB, prévoit de mettre en place un âge minimum de la retraite fixé à 65 ans pour les hommes et à 62 ans pour les femmes.
Cet appel ayant été suivi par presque tous les syndicats, des rassemblements ont été organisés dans presque toutes les villes du pays. Ainsi, qu'ils soient donc chauffeurs routiers ou enseignants – du secteur public ou du secteur privé – tous les travailleurs ont suivi, ce vendredi, le mot d'ordre de grève générale pour bien marquer leur opposition à un gouvernement peu soucieux de leurs droits.
Ainsi, après avoir fait face, les 15 et 30 mai derniers, à deux mobilisations sociales de grande ampleur du fait des restrictions ayant affecté le budget de l'éducation, Jair Bolsonaro, de plus en plus fragilisé, a été appelé à assister, ce vendredi à Sao Paulo, au match ayant opposé le Brésil à la Bolivie au titre de l'ouverture de la «Copa America» et ce, au moment-même où à Rio de Janeiro et Sao Paulo des affrontements éclaté entre les manifestants et les policiers qui avaient jugé nécessaire de faire usage de bombes lacrymogènes et de grenades assourdissantes.
Ne disposant pas d'une majorité au Congrès et appelé, en conséquence, à «composer» avec une vingtaine de groupes parlementaires pour «faire passer» ses réformes, le président Bolsonaro ne l'entend pas de cette oreille et refuse toute négociation; ce qui l'oblige, dans le meilleur des cas, à modifier ses propositions et, dans le pire, à les retirer. C'est ce qu'il a fait pour sa réforme sur le port d'armes rapidement mise de côté puis pour celle afférente aux retraites dont le texte, considérablement «retouché» ce jeudi, a maintenu le système de retraite par répartition et abandonné l'idée de retraite par capitalisation.
Enfin, au vu des tensions qui règnent au sein même de son gouvernement entre les partisans d'une ligne dure et les adeptes de la modération, le président Bolsonaro, de plus en plus isolé du fait de ses positions «extrêmistes» sur de nombreux sujets tels que l'environnement, les populations indigènes, les minorités sexuelles et tant d'autres encore a déjà limogé trois de ses ministres moins de six mois après son investiture; ce qui pousse un grand nombre d'observateurs à se demander s'il va pouvoir aller jusqu'à la fin de son mandat. Alors, attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.