Remaniement ministériel: Mohammed VI reçoit El Othmani en audience    Meknès: arrestation de deux frères pour transfert de fonds à des combattants en Syrie et en Irak    La DGST rejette l'authenticité de deux documents qui lui sont attribués    Karina Sebti, nouvelle DG de Management de transition en France    Zakaria Fahim: " Le nouveau modèle de développement doit encourager entrepreneuriat"    Résultats financiers : Auto Hall tire son épingle du jeu en S1    Japon: Pas de procès pour Ghosn avant avril 2020    Quasi-stagnation de l'indice des prix en août selon le HCP    Un atelier clandestin de fabrication de sacs plastiques démantelé à Mohammédia    10 millions d'écoliers, élèves et étudiants au Maroc    BMCE Bank Of Africa dément les allégations fallacieuses de Maghreb Confidentiel et Afrique Intelligence    Mariage des mineures: Comment en venir à bout?    Brèves    Remaniement : le RNI reste dans le prochain gouvernement    Le Maroc participe à une grande opération de l'Interpol    Contrôle politique et autonomie des organismes publics    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Insolite : Plus de jours fériés    Zidane face aux vents contraires après son pire naufrage au Real    Ligue Europa : Arsenal, Man United et Séville frappent d'entrée    Pour le Onze marocain, le chemin de Yaoundé passe en premier par Blida    Eclairage à Rabat sur les vertus de la médecine traditionnelle chinoise    Les dindes de Tnine Chtouka !    L'EMSI organise le 4ème Congrès international SysTol    Très chère 2M ! "La deuxième chaîne nous rassemble" Peut-être bien, mais à quel prix ?    Divers    Habib El Malki s'entretient avec le directeur du FNUAP pour la région arabe    U2 en concert en Inde    Les incroyables révélations de Sinéad O'Connor    L'hologramme de Whitney partira en tournée en 2020    Tension au Congrès autour du signalement d'un lanceur d'alerte impliquant Trump    Raja-Hilal Al Qods : Deux joueurs empêchés par Israël de jouer au Maroc    Il fait l'actu : Mohamed Karim Mounir, PDG de la BCP    Vidéos. L'Espagne célèbre la journée mondiale de la Paella    Loi cadre de l'enseignement. Une commission gouvernementale pour fixer les priorités    100 ans de l'aéropostale : Une exposition met en avant le rôle du Maroc dans l'histoire de l'aviation    Alerte météo : Averses orageuses localement fortes avec chute de grêle et rafales à partir du vendredi dans plusieurs provinces    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie, une confrontation fratricide à Blida    Tarik Sektioui, nouvel entraîneur de la Renaissance sportive de Berkane    Le Festival Oasis 2019 comme si vous y étiez !    L'Espagne s'achemine vers la tenue d'élections législatives anticipées…    Premières Assises nationales du Développement humain    Statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP)    Festival International du Film de Marrakech. Cap sur l'Australie !    DJ Nicola Cruz, l'explorateur de sons    Edito : Assises    Habib El Malki : La proclamation d'une Journée internationale de lutte contre l'islamophobie permettra de faire échec au discours de la haine    Championnats du monde de boxe : Mohamed Hamoute éliminé en 8èmes de finale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit
Publié dans Albayane le 22 - 08 - 2019

66e anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple
La révolution du 20 août est permanente. Elle se poursuit dans le temps, ponctuant le contexte marocain qui se développe et se promeut. Le «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance, se poursuit aujourd'hui dans tous les domaines afin de promouvoir le développement du pays.
Le 20 août 1953 est une date qui symbolise les profonds liens entre la monarchie et le peuple marocain. Plus qu'une date anniversaire, force est de dire qu'il s'agit d'une révolution permanente dans le temps et l'espace. En effet, c'est cette révolution, qui a précipité l'indépendance du pays, en repoussant intelligemment, bravement et victorieusement le joug du colonialisme; en défiant la tyrannie coloniale; et depuis lors elle révolutionne la marche vers le progrès, le développement, l'émancipation, plus de justice sociale et spatiale et la consolidation de l'édifice démocratique.
En somme, une révolution permanente pour bâtir le pays, renforcer les institutions, assurer le progrès, promouvoir les libertés et les droits humains, amplifier le rayonnement du royaume à l'échelle internationale, asseoir une véritable justice sociale. Le ton a été donné dès l'aube de l'indépendance, en prônant le «grand jihad» après avoir achevé la bataille du «petit jihad». Ainsi, une constitution a été mise en place, instaurant le multipartisme et le pluralisme ainsi qu'un Parlement bicaméral à une époque où le contexte régional, en particulier, comme celui du tiers monde, en général, étaient marqués par une autre vision des choses. Cette feuille de route, révolutionnaire à cette époque, sera ainsi revue, actualisée et mise à jour chaque fois que l'évolution de la société l'exigeait pour qu'elle reste dans l'air du temps et demeure en phase avec les attentes de la population.
A ce propos, la constitution a été révisée à cinq reprises (1962, 1970, 1972, 1996 et 2011) pour aboutir au texte fondamental en vigueur aujourd'hui. Les élections locales, régionales et législatives ont toujours été la formule permettant de donner au peuple la parole en vue de dresser un bilant d'étape et décider librement et souverainement de la conduite à tenir et de la voie à suivre pour poursuivre le chemin de l'édification et du progrès. En parallèle à cette approche participative, le train des réformes poursuivait sa marche sur de bons rails dans tous les domaines, la justice, le social, l'emploi, l'économie, la famille, les sports, l'enseignement, l'énergie, l'environnement et les grands projets structurés et structurants.
Ces réformes s'accompagnent des infrastructures nécessaires et des politiques favorisant un climat des affaires pour promouvoir les investissements nationaux et étrangers, tout en assurant la stabilité du cadre étatique et la sécurité de l'espace public. En somme, le pays bouge, la société évolue et les politiques adoptées favorisent la bonne marche du train et l'évolution de la société, en dépit des conjonctures régionales et internationales. C'est le capital qu'il va falloir préserver aujourd'hui et consolider davantage son édifice pour qu'il résiste aux chocs extérieurs et autres manœuvres des ennemis de l'intégrité territoriale du royaume. «Le pacte, ainsi scellé entre les Rois de ce pays et ses fils, sera toujours un rempart infranchissable dressé autour du Maroc pour le protéger des manœuvres des ennemis et des menaces de toute espèce.
Grâce à ce pacte, nous avons surmonté les difficultés rencontrées, nous avons œuvré dans un climat d'unité, de sécurité et de stabilité et ainsi, nous sommes fiers de ce que nous avons récolté et engrangé en termes d'acquis et de réalisations. En effet, parce que le Maroc est notre patrie, notre maison commune, il est de notre devoir à tous de le protéger et de concourir à son essor et à son développement», a souligné SM le Roi Mohammed VI dans le discours adressé à la Nation à l'occasion du 19ème anniversaire de l'accession du souverain au Trône.
Ce cadrage royal rappelle ainsi les fondements et trace la feuille de route que chaque institution, publique ou politique, devrait suivre en vue de s'acquitter convenablement de ses tâches dans le cadre du «grand jihad», lancé à l'aube de l'Indépendance.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.