Mustapha Ramid sera opéré ce samedi    L'encours des bons du Trésor devrait s'établir à 609,4 MMDH au 3 mars    Le dirham s'apprécie de 0,32% par rapport à l'euro    Réforme électorale : les très attendus amendements dès la semaine prochaine    Mustapha Ramid démissionne du gouvernement pour « raisons de santé »    L'ONCF dévoile ses résultats    Evolution du coronavirus au Maroc : 480 nouveaux cas, 482.994 au total, vendredi 26 février 2021 à 18 heures    Les Golden Globes remettent leurs prix sans public ni tapis rouge    Nouveauté Peugeot Landtrek : un pick-up qui sort ses griffes    Le Maroc adhère à l'Organisation islamique pour la sécurité alimentaire    Le Maroc pourrait recevoir un don de vaccins de la part d'Israël    Russie : Washington n'acceptera «jamais» l'annexion de la Crimée, affirme Joe Biden    Rapport du renseignement américain : MbS accusé d'avoir «validé» le meurtre de Jamal Khashoggi    Le MAS présente son nouvel entraîneur, Miguel Angel Gamondi    Le WAC à Ouagadougou en quête d' une seconde victoire en Ligue des champions    Le président de la FIFA exprime ses remerciements à S.M le Roi    HCR / JICA: Un projet de 275.000 $ pour soutenir les réfugiés au Maroc en contexte de Covid    Percevoir le cannabis tout autrement    Une rareté en trompe-l' oeil    Immigration : un réseau qui faisait passer des migrants pour des sahraouis démantelé    DGAPR : les détenus impliqués dans les événements d'Al Hoceima sont en bonne santé    Le vice-président du Mali salue le rôle joué par le Maroc dans le processus de transition de son pays    Premier Colloque international de linguistique à Marrakech    "Biggie " , le géant éphémère du rap par ceux qui l' ont connu    Plus de 25.000 pièces archéologiques seront mises à la disposition des étudiants et du grand public    L'ONU demande la libération immédiate de tous les détenus du Hirak en Algérie    Administration pénitentiaire: Reprise exceptionnelle des visites familiales au profit des détenus du 1er mars au 12 avril    Casablanca : Proparco, BMCI et ARMA s'allient pour la propreté urbaine    Harcèlement sexuel : des voix réclament une enquête sur le gouverneur de New York    Questions à El Ec-Cherif Larkem Directeur régional de l'agriculture    TPE : un nombre record de faillites en 2020    DGSN: opération sécuritaire à l'Agdal, au centre de Rabat    Des leaders politiques et élus internationaux adressent une lettre à Joe Biden pour appuyer la décision US reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    CAN U20 Mauritanie : Maroc-Tunisie pour une place en demi-finales    Réunion ce vendredi du Conseil de gouvernement    Tanger Med : tous les indicateurs de l'activité portuaire sont au vert au 4ème trimestre 2020    «Yawmiat Kaen Osabi», nouveau-né de Loubna El Manouzi chez «Mokarabat»    Rencontre autour d'une publication : «Pour une Maison de l'histoire du Maroc» dotée d'un savoir accessible à l'esprit de tous    Vaccination au Maroc: un bilan encourageant avec plus de 3 millions de personnes vaccinées    Un immense tour d'une ville en pleine mutation : Dakhla change de visage    Le partenariat Maroc-CCG, un noyau solide pour un nouvel ordre arabe    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Iran-AIEA : Téhéran commence la restriction des inspections nucléaires    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Le MAT limoge son entraineur Younes Belahmar    Une Maison de l'Histoire du Maroc pour construire un avenir de paix    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Journée nationale de la femme: Des avancées plombées par la lenteur
Publié dans Albayane le 10 - 10 - 2019

Le Maroc commémore ce jeudi 10 octobre, la journée nationale de la femme. L'occasion de mettre en avant les avancées et les défis concernant le statut de la femme marocaine, au cours des deux dernières décennies.
En 20 ans, le Maroc a initié plusieurs réformes majeures, notamment la Moudawana, le Code de la nationalité, la scolarisation des filles, l'accès des femmes aux postes de décision, l'adoption de l'approche genre dans tous les domaines et le programme de lutte contre la violence à l'égard des femmes. Toutefois, l'égalité homme-femme fait encore débat aujourd'hui.
Pour Aicha Lablaq, membre du Bureau Politique du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) et députée, si le Maroc enregistre des acquis en matière des droits de la femme, plusieurs obstacles persistent. Entre autres, estime-t-elle, la question de l'égalité homme-femme et la promotion des droits des femmes ne figurent pas en tant que priorité dans l'agenda gouvernemental. Ce qui freine l'essor de la protection des droits des femmes marocaines. De même, elle pointe du doigt le manque d'harmonisation entre les conventions internationales et la législation nationale en ce qui concerne les droits des femmes, estimant qu'il y a encore beaucoup de chemin à faire. Puisqu'aujourd'hui, explique-t-elle, «il existe encore beaucoup de défis à différents niveaux, notamment en matière des droits économiques et sociaux de la femme. Etant donné qu'à l'heure actuelle, on assiste à la féminisation de la pauvreté».
De l'avis d'Aicha Lablaq, le Maroc fait face à plusieurs reculs en matière de promotion des droits de la femme. Car pour elle, «quand les avancées sont lentes et prennent beaucoup de temps, on recule plutôt», insiste-t-elle. Ainsi, elle pointe du doigt le retard dans la mise en place de l'Autorité pour la parité et la lutte contre toutes les formes de discrimination (APALD), malgré l'existence de la loi n°79-14 adoptée en 2017. Une institution, qui n'a toujours pas vu le jour et qui devrait normalement consacrer et faire valoir les valeurs de l'équité, de la parité et de la non discrimination au Maroc.
S'il y'a une question qui est revenue récemment sur le devant de la scène, en matière des droits de la femme, c'est le sujet des libertés individuelles, notamment la question de l'avortement. Pour la parlementaire, si le projet de loi 10.16 modifiant et complétant le Code pénal a apporté de nouvelles dispositions positives, avec entre autres l'introduction des peines alternatives, l'incrimination du harcèlement sexuel… il faudrait saisir l'occasion de l'amendement en cours pour ouvrir le débat et être à l'écoute des citoyens, surtout avec la récente affaire de la journaliste Hajar Raissouni. «Il n'ya pas de démocratisation de l'Etat sans promotion des droits de l'Homme et l'acceptation du droit à la différence. La démocratie ce n'est pas une question de majorité, mais de valeurs et de droits», indique-t-elle.
Si le Maroc souhaite avancer en matière de promotion des droits des femmes, Aicha Lablaq estime qu'il faudra une forte mobilisation des forces progressistes, ainsi qu'à l'intérieur des institutions. «Il va falloir faire pression. C'est une question de rapports de force, car il y a des acteurs qui n'ont pas la même vision que nous», conclut-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.