PLF 2021 : voici le détail des amendements proposés par la CGEM    Décès d'Abarhoun: la FRMF prend en charge les frais de rapatriement de sa dépouille    Campagne de vaccination: forte mobilisation à Chichaoua    Provinces du Sud : 236 projets du programme de développement restent à réaliser    Abdelillah El Jawhari déplore la maigre production du cinéma arabe traitant de la cause palestinienne    Pour l'OSFI, la lutte contre la violence à l'égard des femmes est la bataille de tous les acteurs en vue d'instaurer une culture de l'égalité    Le ministère de l'Industrie prévoit un budget d'investissement de 1,2 MMDH en 2021    CFG Bank enregistre un PNB en hausse à fin septembre    Où va le Liban ?    Nasser Bourita : Le Maroc ne ménage aucun effort pour contribuer à la mise en œuvre des objectifs du Pacte de Marrakech    Marzouki appelle les séparatistes du polisario à regagner la mère-patrie    Malades du Covid-19 traités à domicile...ces laissés-pour-compte    L'UE souhaite améliorer le mécanisme des retours au Maroc des migrants irréguliers    "Le Miracle du Saint Inconnu " de Alaa Eddine Aljem représente le Maroc dans la présélection des Oscars    Philip Green, la chute du sulfureux roi de la mode britannique    Evolution du coronavirus au Maroc : 4346 nouveaux cas, 364.190 au total, mercredi 2 décembre à 18 heures    RNI : Le Comité de suivi de la cause du Sahara en visite à Guergarate    Jeux Olympiques de Tokyo 2021 : A la rencontre des quatre cavaliers du Royaume    Bruxelles: une manif du polisario fait pschitt    Le Maroc, sous la conduite de S.M le Roi, considère la cause palestinienne comme une question centrale    F1 : Russell remplace Hamilton chez Mercedes au GP de Sakhir ce week-end    Non à la suspicion meurtrière    Unesco: le Maroc soutient la candidature d'Audrey Azoulay pour un second mandat    Rachid Yazami, ce marocain qui entend révolutionner la recharge des batteries pour véhicules électriques    Décès de l'épouse du camarade Lemniddem    «La Covid-19 a grandement perturbé notre action»    Le président Tebboune va rentrer «dans les prochains jours»    Bill Barr n'a pas «vu de fraude» pouvant changer le résultat de l'élection    Vers un remaniement ministériel avant les élections ?    Une proposition de loi pour le transfert des actifs de la Samir à l'Etat    Loulichki: Le Maroc demeure un partenaire crédible pour les Etats-Unis    L'ONMT entame une tournée régionale pour amorcer le plan de relance    Ouverture des candidatures    Edition de livres: annonce de la prolongation des délais de soumission des candidatures    «Echo…Notations Cosmiques», nouvelle exposition de Azdine Hachimi Idrissi    Amical/U20: Match nul entre le Maroc et le Togo    DR Moncef Slaoui : « Une grande majorité de la population américaine pourrait être immunisée contre le Covid-19 d'ici juin 2021 »    Algérie: François Ciccolini suspendu 2 ans!    Zidane en danger, Liverpool qualifié, le Bayern stoppé    Régularisation fiscale : les textiliens aboutissent à un compromis    La RAM offre une couverture pour les dépenses liées au covid-19    Le vaccin anti-covid sera-t-il obligatoire ? Khalid Ait Taleb tranche (VIDEO)    Merendina parle le langage de l'amour    Dounia Batma et Mohamed Al Turk endeuillés (PHOTO)    Gad El Maleh est en deuil, il annonce le décès d'un être cher    L'international marocain Mohamed Abarhoun n'est plus    Officiel : L'Assemblée Générale du Raja est fixée au 21 décembre 2020    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Journée nationale de la femme: Des avancées plombées par la lenteur
Publié dans Albayane le 10 - 10 - 2019

Le Maroc commémore ce jeudi 10 octobre, la journée nationale de la femme. L'occasion de mettre en avant les avancées et les défis concernant le statut de la femme marocaine, au cours des deux dernières décennies.
En 20 ans, le Maroc a initié plusieurs réformes majeures, notamment la Moudawana, le Code de la nationalité, la scolarisation des filles, l'accès des femmes aux postes de décision, l'adoption de l'approche genre dans tous les domaines et le programme de lutte contre la violence à l'égard des femmes. Toutefois, l'égalité homme-femme fait encore débat aujourd'hui.
Pour Aicha Lablaq, membre du Bureau Politique du Parti du Progrès et du Socialisme (PPS) et députée, si le Maroc enregistre des acquis en matière des droits de la femme, plusieurs obstacles persistent. Entre autres, estime-t-elle, la question de l'égalité homme-femme et la promotion des droits des femmes ne figurent pas en tant que priorité dans l'agenda gouvernemental. Ce qui freine l'essor de la protection des droits des femmes marocaines. De même, elle pointe du doigt le manque d'harmonisation entre les conventions internationales et la législation nationale en ce qui concerne les droits des femmes, estimant qu'il y a encore beaucoup de chemin à faire. Puisqu'aujourd'hui, explique-t-elle, «il existe encore beaucoup de défis à différents niveaux, notamment en matière des droits économiques et sociaux de la femme. Etant donné qu'à l'heure actuelle, on assiste à la féminisation de la pauvreté».
De l'avis d'Aicha Lablaq, le Maroc fait face à plusieurs reculs en matière de promotion des droits de la femme. Car pour elle, «quand les avancées sont lentes et prennent beaucoup de temps, on recule plutôt», insiste-t-elle. Ainsi, elle pointe du doigt le retard dans la mise en place de l'Autorité pour la parité et la lutte contre toutes les formes de discrimination (APALD), malgré l'existence de la loi n°79-14 adoptée en 2017. Une institution, qui n'a toujours pas vu le jour et qui devrait normalement consacrer et faire valoir les valeurs de l'équité, de la parité et de la non discrimination au Maroc.
S'il y'a une question qui est revenue récemment sur le devant de la scène, en matière des droits de la femme, c'est le sujet des libertés individuelles, notamment la question de l'avortement. Pour la parlementaire, si le projet de loi 10.16 modifiant et complétant le Code pénal a apporté de nouvelles dispositions positives, avec entre autres l'introduction des peines alternatives, l'incrimination du harcèlement sexuel… il faudrait saisir l'occasion de l'amendement en cours pour ouvrir le débat et être à l'écoute des citoyens, surtout avec la récente affaire de la journaliste Hajar Raissouni. «Il n'ya pas de démocratisation de l'Etat sans promotion des droits de l'Homme et l'acceptation du droit à la différence. La démocratie ce n'est pas une question de majorité, mais de valeurs et de droits», indique-t-elle.
Si le Maroc souhaite avancer en matière de promotion des droits des femmes, Aicha Lablaq estime qu'il faudra une forte mobilisation des forces progressistes, ainsi qu'à l'intérieur des institutions. «Il va falloir faire pression. C'est une question de rapports de force, car il y a des acteurs qui n'ont pas la même vision que nous», conclut-elle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.