Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    Violation de l'état d'urgence: Tout savoir sur le paiement des amendes    Salafin: Visa pour l'augmentation du capital social    Israël-Emirats. Le grand coup de Donald Trump    Botola Pro D1 : Un classico et un derby animent la 22ème journée    Evolution Covid-19 au Maroc : 1.241 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 37.935 cas cumulés, jeudi 13 août à 18 heures    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 13 août 18H    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'immobilier après le confinement : ça commence à bouger    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Explosions de Beyrouth. Le FBI se joint aux enquêteurs    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Le scénario catastrophe frappe à nos portes    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Dr. Tayeb Hamdi : La situation actuelle est préoccupante au regard de la hausse des indicateurs    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Le PPS dénonce vigoureusement le favoritisme    Touria Jebrane va bien, même très bien !    RAM: Les vols spéciaux vers et depuis la France reprennent    Le Maroc a rude épreuve!    Casablanca: vigilance maximale à la mosquée Hassan II    FIFA: La Juventus condamné à cause de Benatia !    Feddal trop gourmand pour le Sporting?    UFC: Ottman Azaitar annonce son retour!    Sauver le parc «Murdoch» du délabrement et de l'oubli    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Béni Mellal : les autorités durcissent les mesures de contrôle    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    Lewandowski, Haaland, Benzema, Ronaldo...le classement des buteurs (C1)    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    USA-Afrique: Peter Pham reçu par le Président tchadien    Terreur dans les camps de Tindouf : Une nouvelle vague de répression du Polisario    Semaine culturelle marocaine dans les centres commerciaux «El Corte Ingles» du sud d'Espagne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    Macron appelle à éviter « toute escalade » ou « interférence extérieure » au Liban    Les divagations d'Alger et les mises au point musclées de l'UE    Alexandre Loukachenko, le président inamovible...    L'hôpital militaire marocain de Beyrouth entame son action    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«La subvention a pratiquement aidé le secteur»
Publié dans Albayane le 20 - 10 - 2019

Si la subvention au secteur du livre permet de soutenir les professionnels de ce secteur, elle est surtout intéressante quand on la donne à temps, souligne le président de l'Union professionnelle des éditeurs du Maroc (UPEM). En 2019, force est de relever que les subventions de 2015 et 2016 n'ont pas toujours été attribuées, confie Abdelkader Retnani.
Al Bayane: Les subventions ont-elles aidé véritablement le secteur du livre et de l'édition ? A votre avis, quelles sont les failles de ce modèle?
Abdelkader Retnani: La subvention a pratiquement aidé le secteur avec 30% de plus dès 2014. Mais il faut savoir comment cette aide se donne. La commission, qui s'en charge, est toujours critiqué de «copinage». Je pense qu'il faut réfléchir pour attribuer les subventions non pas en fonction de l'éditeur, mais en fonction du texte et du manuscrit.
Que pensez-vous de la répartition de cette subvention ? Certains petits éditeurs avancent que ce sont les grands qui en profitent davantage?
Non. Ce n'est pas vrai. Ceux qui en profitent, ce sont ceux qui amènent des textes intéressants. Il y a une charte et des critères à respecter. La commission ne doit pas être seulement universitaire, mais doit avoir une certaine idée et connaissance de la lecture, du roman, de l'essai.
Cette subvention est-elle suffisante pour le secteur du livre qui reste quand même fragile?
Il y a les subventions de 2015 et 2016 qui n'ont pas encore été attribuées. La subvention est intéressante quand on la donne dans les trois mois qui suivent parce que l'imprimeur ne pourra pas attendre. Quand tu attends un ou deux ans, tu meurs. C'est ce qui arrive à beaucoup d'éditeurs.
Est-ce la raison pour laquelle certains partent à la recherche d'autres bailleurs de fonds, surtout dans le privé?
C'est une sorte de partenariat public-privé (PPP) parce que la culture est vitale et importante. C'est un moyen de créer des emplois. Il faut que les responsables prennent en considération cette donnée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.