Le Gabon et la Guinée se dotent de consulats généraux dans nos provinces sahariennes    La prestation de Hakim Ziyech avant qu'il se blesse    Laâyoune abrite le championnat d'Afrique des nations de handball 2022    CSMD-INPPLC : la lutte contre la corruption «axe fondamental» du développement souhaité    Entretien téléphonique entre le roi et le président français    Gabon : la Fondation Mohammed VI des Oulémas africains organise un concours de mémorisation du Coran    L'ambassadeur Omar Hilale reçu par le président du Togo    Mise en échec d'une tentative d'assaut collectif de clandestins subsahariens contre le préside occupé de Sebta    La Vision Royale d'un développement durable et intégré du monde rural    Marrakech : 3 individus sous les verrous pour vente illégale de contraceptifs prohibés    Moscou à la veille de réformes constitutionnelles…    Le président du Togo reçoit l'ambassadeur Omar Hilale    Fonction publique : Plus de 240 000 postes créés en 10 ans    Le grand rendez-vous!    Le rallye "Africa Eco Race" arrive au Sénégal    Au Liban, les heurts entre manifestants et forces de l'ordre font près de 400 blessés    Secousse tellurique de magnitude 3,0 dans la province de Nador    Abyaba promet la réhabilitation des sites historiques de Safi    Bachikh, des rituels pour implorer la fertilité lors du début de la campagne agricole    Mon berbère à moi    Latifa Serghini livre le récit de vie Jilali Gharbaoui    Le temps qu'il fera ce dimanche    Hamza mon bb : Soukaina Glamour comparaîtra devant le tribunal le 23 janvier    Le Roi reçoit un appel téléphonique d'Emmanuel Macron    Yémen : au moins 70 soldats de l'armée tués dans une attaque attribuée aux houthistes    Voici les points du communiqué du ministère des Affaires étrangères au sujet de la conférence de Berlin sur la Libye    Le président du RAJA Jawad Ziyat: La Coupe Arabe est un grand objectif pour nous    Programme des principaux matchs du dimanche 19 janvier    Sabah Zidani fait son retour dans les bacs et dévoile sa nouvelle chanson    Le Youssoufia de Berrechid tenu en échec à domicile par le FUS de Rabat (1-1)    Arrestation d'un individu impliqué dans des opérations d'escroquerie en ligne    Soirée captivante du musicien Abdelouahab Doukkali au festival d'hiver de Tantora    La ministre espagnole des AE attendue le 24 janvier au Maroc    Les investissements des EEP en stagnation pour la 2ème année consécutive    Sud du Maroc : Le Gabon et la Guinée ouvrent à leur tour un consulat    Africa Eco Race : A Dakhla, Nasser Bourita fustige les séparatistes    La DGAPR répond aux accusations d'Human Rights Watch    La CMR tient la 8ème session de son Conseil d'administration    Ankara et Rabat ont 15 jours pour produire un ALE plus équilibré    La forêt et le nouveau modèle de développement    Le groupe coréen "Hands" ouvre sa première unité de production africaine à Tanger    Haftar chez son allié grec avant la conférence de Berlin    L'activité globale de la CCG en croissance de 23% en 2019    Le président de la Chambre des représentants s'entretient avec le ministre grec des Affaires étrangères    Hicham Dekik : La sélection nationale fin prête pour la CAN de futsal à Laâyoune    Antonia Jiménez, rare femme dans le monde masculin de la guitare flamenca    YouTube diffusera une série documentaire sur Justin Bieber    Shakira est stressée à l'approche du Super Bowl    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Observatoire Africain pour les migrations se fait attendre
Publié dans Albayane le 12 - 12 - 2019

Un an après la signature du Pacte mondial des migrations de Marrakech, l'Observatoire africain des migrations n'a toujours pas vu le jour. L'organisme, dont la création avait été actée en marge de la conférence de Marrakech sur la migration en 2018, devrait être lancé bientôt, a annoncé en novembre dernier le Comité technique spécialisé de l'UA sur la migration, les réfugiés et les personnes déplacées à Addis Abéba, sans donner de date précise. Cet instrument devrait permettre aux pays africains de mettre en œuvre les dispositions du Pacte mondial sur les migrations adopté il y a un an.
En pleine conférence intergouvernementale des Nations unies pour l'adoption du Pacte pour des migrations sûres, ordonnées irrégulières en 2018, les pays du sud avaient décidé de mettre en place un dispositif leur permettant de mieux gérer la migration des Africains. La création de cet observatoire avait ainsi été actée par Moussa Faki Mahamat, président de la commission de l'Union africaine (UA) de l'époque et Nasser Bourita, ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale en marge de la conférence. L'enjeu de ce nouvel observatoire étant de disposer de statistiques fiables en Afrique, en application au 1er objectif du Pacte qui invite les Etats à «collecter et utiliser des données précises et ventilées qui serviront à l'élaboration de politiques fondées sur la connaissance des faits».
Avec cet accord, l'ensemble des pays africains choisissaient Rabat comme siège de cet organisme. Si un an après l'adoption du Pacte, l'observatoire n'a pas toujours vu le jour, un pas a été franchi en février 2019 avec l'adoption par le Conseil de gouvernement et le conseil des ministres du projet de loi 1-19 relatif à cette institution. Sur la base de cette loi, l'observatoire devrait «bénéficier des mêmes avantages accordés aux organisations internationales opérant au Maroc, en attendant que les parties concernées ne se mettent d'accord sur les spécificités techniques du bâtiment dans des délais raisonnables».
En novembre dernier, le Comité technique spécialisé de l'UA sur la migration, les réfugiés et les personnes déplacées a annoncé à Addis Abéba que l'observatoire serait bientôt lancé, mais n'a pas annoncé de date précise. Il faut dire que cet instrument est indispensable et incontournable pour la gouvernance et la gestion de la migration sur le continent, puisqu'à l'heure actuelle, les données relatives aux déplacements des Africains dans leur continent et vers l'étranger font énormément défaut. Ce qui empêche aux différents pays l'adoption de politiques permettant de comprendre le phénomène migratoire, anticiper les flux migratoires et proposer des actions et solutions adéquates.
En effet, la création de l'observatoire africain des migrations qui se veut le début de l'application du Pacte mondial de la migration en Afrique, est une concrétisation de l'une des propositions de Sa Majesté le roi Mohammed VI. En tant que leader de l'Union africaine (UA) sur la question de la migration, le souverain avait proposé en janvier 2018 aux instances de l'UA, l'Agenda africain pour la migration qui comprenait deux propositions majeures, dont la création de l'Observatoire africain pour la migration et le poste d'envoyé spécial de l'Union Africaine chargé de la migration pour coordonner les politiques africaines dans ce domaine. Un an après l'adoption du Pacte de Marrakech, la mise en application des objectifs de cet accord international en Afrique n'est toujours pas effective, puisqu'elle dépend fortement de l'Observatoire africain des migrations qui n'a encore pas vu le jour.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.