La CNDP plaide pour une digitalisation réfléchie    Loi de Finances: Les doléances de la FMF    Conseil de la concurrence: 50% des décisions et avis portent sur les concentrations    Yamed Capital livre les premières villas du projet Terre Océane    Paris: Le défilé du 14 juillet tenu en format réduit    Covid19: Plus de 16.000 cas au Maroc    Covid-19: Ait Taleb prévient contre le relâchement    ENCG, ENSA, médecine... encore plus de places à prendre!    Maroc: report des festivités de la fête du Trône    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    Driss Lachguar se réunit avec les jeunesses de partis politiques    Netflix dévoile les coulisses du tournage de "The Old Guard" à Marrakech    Nouveau programme de diffusion de longs métrages marocains sur le site web du CCM    La famille Travolta en deuil    Retour sur six années de procédure    Les canoë-kayaks reprennent de plus belle au Bouregreg    Stage de l'EN de futsal au Complexe Mohammed VI de football    La demande intérieure devrait baisser de 4% cette année    La santé numérique, une solution pertinente aux défis du système de soins    Mohamed Benabdelkader : L'ouverture de la profession d'adoul à la gente féminine consacre le choix démocratique du Royaume    Le Maroc reconduit à la vice-présidence du comité exécutif du Centre Nord-Sud    Tenue de 362 procès à distance en moins d'une semaine    La Turquie et le monde arabe    Le WWF appelle les pays méditerranéens à lutter effectivement contre la pêche illégale des requins et des raies    Du sang neuf à SG Maroc    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Serie A: l'Inter Milan se positionne derrière la Juventus    Premier League: Manchester United cale face à Southampton    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    Ouverture partielle des frontières : la croix et la bannière pour les MRE    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Amnesty. Première gifle de Tel Aviv    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Vague de chaleur à partir de mercredi au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Présidentielles Polonaises: Réélection d'Andrzej Duda    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Nouvelle rencontre réussie du président de l'ANME avec le ministre Othmane El Ferdaous    Air Arabia Maroc lance son programme de vols spéciaux    Remaniement ministériel en Tunisie    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Foot. Le Real se rapproche du titre    Tanger en état d'alerte    Impact Covid-19 – Tourisme : Le plan de relance en Conseil de gouvernement    Premières élections régionales en Espagne depuis la pandémie    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Hong Kong se soulève contre un projet loi imposé par Pékin…
Publié dans Albayane le 26 - 05 - 2020

Soucieuses d'éviter une réédition des manifestations qui avaient eu lieu, à Hong Kong en 2019, à l'appel de l'opposition démocratique hongkongaise, les autorités chinoises ont déposé ce vendredi, auprès du Parlement, un texte visant à interdire «la trahison, la sécession, la sédition et la subversion». Ce projet de résolution, qui porte sur la «sécurité nationale» et dont l'issue ne fait aucun doute dès lors que l'instance législative est toute acquise au Parti Communiste Chinois, sera examiné par l'Assemblée Nationale Populaire le 28 mai prochain lors de la séance de clôture de l'actuelle session parlementaire.
Or, parmi les stipulations du projet de loi présenté par Pékin visant à imposer aux Honkongais le respect du drapeau et l'hymne national chinois figure une clause éminemment liberticide qui, en s'appliquant «sans le moindre délai» après son adoption par l'assemblée, sonnera le glas des libertés individuelles et du régime de semi-autonomie dont jouit le territoire. Cette disposition permettra, en effet, aux policiers chinois de mener des enquêtes en collaboration avec leurs homologues hongkongais et «légalisera», à ce titre, la répression tous azimuts de la moindre dissidence susceptible de voir le jour à Hong Kong.
Pour rappel, au moment de son retour dans le giron chinois, ce territoire avait été soumis au principe «un pays, deux systèmes» lui permettant de jouir d'une très large autonomie par rapport à la Chine continentale et conférant, à ses habitants, une liberté d'expression, une liberté de presse et même le droit de bénéficier d'une justice indépendante ; des droits inconnus en République populaire de Chine.
C0nstituant donc une grave entorse à cette semi-autonomie hongkongaise qui était supposée durer jusqu'en 2047 mais qui a bien souvent été mise à mal, ces dernières années, par Pékin, cet amendement à l'article 23 de la «Loi fondamentale» qui sert de mini-Constitution à Hong Kong depuis sa restitution par les autorités britanniques à la Chine en 1997, a soulevé l'ire des hongkongais dès lors qu'il va court-circuiter les institutions locales.
Aussi, en brandissant des banderoles sur lesquelles on pouvait lire «Le ciel détruira le Parti communiste chinois» ainsi que des drapeaux américains et en scandant, à l'unisson «Libérez Hong Kong», ce sont plusieurs milliers de manifestants vêtus de noirs qui, en étant confortés par le triomphe des «pro-démocratie» en novembre dernier, ont investis en masse, ce dimanche en début d'après-midi, les grandes artères commerciales de Hong Kong – notamment Causeway Bay et Wanchai – et poussé les forces anti-émeutes, déployées en grand nombre à bord de fourgons blindés, à faire usage de bombes lacrymogènes, de gaz poivre et de canons à eau.
Erigeant des barricades de fortune et se cachant derrière des parapluies pour se protéger des gaz lacrymogènes, certains manifestants ont jeté des projectiles en direction des forces de l'ordre. Or, en rappelant que la «sécurité nationale» impose une rapide mise en œuvre du projet de loi dénoncé par les manifestants, le gouvernement de Hong Kong a condamné ces «actions illégales et extrêmement violentes» et celles-ci se sont soldées par des milliers d'arrestations.
Enfin, si après les manifestations quasi-quotidiennes qu'avait connues le territoire l'an passé, la contestation avait semblé s'être étouffée au début de cette année, la vérité est ailleurs dès lors que c'est le nouveau coronavirus qui s'était interposé sur son chemin. Qu'en sera-t-il à l'issue de cette pandémie ? La reprise aura-t-elle lieu plus fort qu'avant ? Rien ne permet d'en douter mais attendons pour voir…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.