La Fédération appelle à des assises nationales sur la presse et les médias    Covid-19 : l'actrice égyptienne Raja Al Jadawi n'est plus    Covid-19 : adoption d'une batterie de mesures pour le contrôle de la situation épidémiologique dans la province de Safi    Alerte météo : forte vague de chaleur au Maroc de dimanche à mardi    Le rapatriement des Marocains de l'étranger se poursuit    France : la configuration du nouveau gouvernement bientôt dévoilée    Un organisme de l'ONU établit la responsabilité de l'Etat algérien dans les camps de Tindouf    Message du roi Mohammed VI au président de l'Algérie    La propagande algéro-polisarienne vise à perturber le développement socio-économique des provinces du Sud    Comment Royal Air Maroc se prépare à l'austérité    Ragaa El-Guiddawi emportée par le Coronavirus    Coronavirus : 310 nouveaux cas et 9.410 guérisons au total, dimanche 5 juillet à 10 H    PJD: le communiqué de la honte    Patriotisme fiscal : l'urgence d'un élan patriotique dans le domaine de l'impôt    Madagascar: essai clinique de la solution injectable Artesunate IV extraite de l'artemisia    Coronavirus : 310 nouveaux cas confirmés au Maroc, 14.132 au total    Allemagne. Les travailleuses du sexe réclament leurs clients    Le trauma colonial algérien encore vivace, le président Tebboune réclame des excuses françaises    Un organisme de l'ONU pointe la responsabilité du régime algérien dans les violations des droits de l'homme aux camps de Tindouf    Temps généralement stable dans le pays, ce dimanche    Marrakech: interpellation d'un individu soupçonné d'homicide volontaire avec séquestration et mutilation    Transport aérien – hécatombe mondiale : 84 milliards de dollars de pertes et 1,2 milliards de passagers en moins    Sahara marocain: des experts dénoncent la propagande algéro-polisarienne    ONCF: un homme se jette sur les rails entre Témara et Rabat-Agdal    Le Maroc attend toujours la réponse d'Amnesty international (responsable)    Accès à l'information : Le Parlement partage son fonds documentaire et ses archives avec le HCP    L'Egypte, le Soudan et l'Ethiopie reprennent les pourparlers sur un barrage contesté    Fête de l'indépendance des USA: Le Roi Mohammed VI félicite le président Trump    Mohamed Amekraz, le ministre à la tête de la Caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS), inéligible à ce poste    Ces 33 belles destinations sans visa pour les Marocains    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    Industrie culturelle: Les premières mesures avant la stratégie    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    L'ANP et l'AFD renforcent leur partenariat pour un développement durable et compétitif des ports    Les prix font un bond de 2,9% dans la métallurgie en mai    Les médias palestiniens se félicitent de l'initiative du Premier secrétaire de l'USFP    Très touchée par La pandémie l'Espagne revient a La vie    Quand les footballeurs marocains font le bonheur des clubs égyptiens    Liga: le Real Madrid creuse l'écart, Messi veut claquer la porte!    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qu'en est-il pour le jour d'après?
Publié dans Albayane le 28 - 05 - 2020


Saoudi El Amalki
Depuis déjà plus de deux mois, alors que les pays concurrents, en particulier l'Espagne et l'Italie comptaient les morts par dizaines de milliers, suite à la pandémie virale, on s'était écrié à qui voulait entendre, qu'on ne devra pas laisser filer cette opportunité. Il est bien vrai que, ce temps-là, notre pays s'inquiétait, à juste titre d'ailleurs, pour la santé des citoyens.
Mais, tout en se pliant aux mesures préventives exigées par l'Etat, les décideurs du tourisme pouvaient, pour leur part, entamer de larges réflexions sur l'avenir du secteur, en concertation avec les professionnels et les divers partenaires en vue d'anticiper sur les pistes à adopter, bien plus tôt. Mais, il semble encore que les « bureaucrates » des centres de décision ont raté le coche, en ces moments du post-Corona. Notre pays n'est pas dans le circuit du trafic aérien dont les compagnies low-cost dépoussièrent les appareils cloués au sol, depuis l'abattement féroce du virus.
«Les absents ont toujours tort !», dit-on, en pareilles circonstances. Le rebond que tentent aujourd'hui, les voisins émules de la Méditerranée dont la conjoncture était plus sombre que la nôtre, il y a quelques mois, mettaient des ailes sur leurs plans de relance du tourisme. En pleine épidémie, les négociations ont déjà placé des agendas pour la saison estivale (juillet et août), quoique les fréquences de vol ainsi que les volumes de remplissage eurent été baissés, pour des exigences sanitaires.
En fait, les offres sur le produit et la tarification furent motivantes, à un moment où la reprise de l'activité touristique comptait beaucoup plus que les calculs de profit. Et pourtant, des voix chevronnées du tourisme national se sont époumonées, bien au début de la crise endémique, pour appeler vivement au lancement, en avance, à la conquête de marchés, alors que le Maroc présentait des atouts de la transition post-virale, bien meilleurs que ses compétiteurs de la région.
Ces experts avérés de l'industrie du tourisme, qui ont roulé leur bosse dans le domaine, sont pour la plupart, snobés et ignorés au profit de la «médiocrité» qui infeste les rouages du secteur aussi bien au centre qu'aux régions. Au lieu de s'en tenir à l'entêtement vaseux, il fallait sortir des tavernes comme des «marmottes» et s'en aller prendre part au combat des tarifs afin de drainer la clientèle et relever les parts de marché des transporteurs aériens.
Trop tard pour les nonchalants ! Les dés sont jetés dans l'aire des dessertes, à un moment où les Rayanair et EasyJet, les deux ténors du coût-bas respectivement, irlandais et britanniques, à titre d'exemple, se positionnent déjà sur les starting-blocks pour entamer leur premier baptême de sursaut. Pour tenter le scoop des liaisons, il fallait d'abord commencer, même si les rentes pourraient paraître en deçà des voeux, en attendant que l'aérien reprenne, un peu partout dans le monde.
«Qui n'ose rien, n'a rien!», a-t-on l'habitude de dire aux «poltrons» qui accusent le coup de l'échec. On ne pourrait jamais vendre des destinations de rêve et tout le potentiel naturel et sécuritaire afférent, en ayant des attitudes d'appréhension et des limites de compétence. La compagnie nationale dont le penchant n'a jamais fait preuve de faiblesse envers le tourisme, battra de l'aile pour un redémarrage du secteur.
La flotte clouée au sol, elle toussote en gérémiades pour son sort critique avec son personnel et ses logistiques. Il va falloir alors chercher son salut bien ailleurs, là où les marchés sont encore vierges. Les TO traditionnels ne sont plus fonctionnels ni solvables, compte tenu des mutations profondes qui s'opèrent sur l'univers des voyages. Leurs substituants, encore en gestation, cherchent preneurs pour dénicher de nouveaux marchés en pleine éclosion. Notre pays a, sans doute, tous les moyens de le faire, à condition que l'Etat s'y mette pour de bon en considérant une fois pour toutes, la prééminence du secteur et qu'il mette, à cet effet, à la tête des différents segments du secteur, les vraies compétences de la profession pour valoriser le potentiel touristique national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.