L'hospitalisation du chef des séparatistes en Espagne vue par un politologue    Maroc Telecom livre ses résultats du premier trimestre de 2021    Intelcia IT Solutions : Comment le Portail Achats a transformé la relation entre acheteur – fournisseur ?    La Bourse de Casablanca débute en baisse ce vendredi    Chelsea: Ziyech encensé par son coéquipier    ONU: le Maroc et Israël organisent une conférence de haut niveau    L'Institut CDG entame son cycle de webinaires pour la saison 2021 [Vidéo]    Reportage/Tourisme : L'ONMT dévoile son nouveau plan pour la promotion de la destination Maroc    Produits alimentaires : 552 infractions constatées durant les huit premiers jours du Ramadan    Devises vs Dirham: les cours de change de ce vendredi 23 avril    Benchaaboun s'entretient avec le nouveau DG de la Société financière internationale    2020, année la plus chaude jamais enregistrée en Europe    Sahel : de no man's land à no man's power    Secousse tellurique de 4,4 degrés au large d'Essaouira (Bulletin)    Sahara Marocain : Réactions aux consultations semestrielles du Conseil de Sécurité (vidéo)    Mohammédia : Interpellation de deux Subsahariens pour faux et usage de faux    Direction de l'éducation d'Ain Chock : Convention pour promouvoir l'apprentissage du français et de l'anglais    Covid-19: la Tunisie franchit la barre des 10.000 décès    "Nsewlou Tabib": Cinq choses à savoir sur l'hygiène bucco-dentaire pendant le Ramadan    Maroc/Météo: Temps nuageux ce vendredi 23 avril    Evolution du coronavirus au Maroc : 600 nouveaux cas, 507.938 au total, jeudi 22 avril 2021 à 16 heures    Interview avec Safaa Baraka, réalisatrice    La Liga présente son dictionnaire espagnol-arabe de football    Laila Aziz, la styliste marocaine qui habille les stars hollywoodiennes (Forbes)    Sommet sur le climat : le chef de l'ONU appelle à l'action (Vidéo)    Laftit présente les contours du projet de loi sur les usages licites du cannabis    Sahara : El Pais met en exergue la victoire diplomatique du Maroc en Amérique Latine    L'examen du BTS du 17 au 21 mai    Le Wydad décroche son billet pour les quarts de finale    La RSB éliminée, le Raja en douceur    Des appels à changer « véritablement » l'Amérique    En-Nesyri relance FC Séville dans la lutte pour le titre    «Les femmes du pavillon J» élu meilleur long-métrage    Une exposition célèbre la calligraphie arabe    Le Maroc perd l'une de ses plus belles plumes    Super Ligue. Pour le patron de l'UEFA, les demies de C1 ne sont pas menacées    La question sociale est irrémédiablement au cœur du projet sociétal de l'USFP    Kate Winslet se confie sur les débuts de sa fille Mia Threapleton en tant qu'actrice    Etat islamique : prison à vie pour l'auteur d'un attentat manqué à Manhattan    Le champ miné du Sahel    Urgent : Brahim Ghali, président de la rasd, hospitalisé en Espagne    Foot européen : Nasser Al-Khelaïfi élu président de l'Association européenne des clubs    Fouzi Lekjaa : "Prochain défi, la qualification pour la Coupe du monde"    Infosoir/ Entretien avec Soumaya Akaâboune, actrice émérite et star du feuilleton "Bab Lbhar" (vidéo)    Anniversaire de la disparition de Feu SM Mohammed V: le héros de la lutte pour l'indépendance    Brexit : le Parlement européen se prononcera le 27 avril sur l'accord commercial UE-Royaume-Uni    Poutine appelle ses rivaux étrangers à ne pas "franchir de ligne rouge "    Plus de 220 textes en souffrance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Qu'en est-il pour le jour d'après?
Publié dans Albayane le 28 - 05 - 2020


Saoudi El Amalki
Depuis déjà plus de deux mois, alors que les pays concurrents, en particulier l'Espagne et l'Italie comptaient les morts par dizaines de milliers, suite à la pandémie virale, on s'était écrié à qui voulait entendre, qu'on ne devra pas laisser filer cette opportunité. Il est bien vrai que, ce temps-là, notre pays s'inquiétait, à juste titre d'ailleurs, pour la santé des citoyens.
Mais, tout en se pliant aux mesures préventives exigées par l'Etat, les décideurs du tourisme pouvaient, pour leur part, entamer de larges réflexions sur l'avenir du secteur, en concertation avec les professionnels et les divers partenaires en vue d'anticiper sur les pistes à adopter, bien plus tôt. Mais, il semble encore que les « bureaucrates » des centres de décision ont raté le coche, en ces moments du post-Corona. Notre pays n'est pas dans le circuit du trafic aérien dont les compagnies low-cost dépoussièrent les appareils cloués au sol, depuis l'abattement féroce du virus.
«Les absents ont toujours tort !», dit-on, en pareilles circonstances. Le rebond que tentent aujourd'hui, les voisins émules de la Méditerranée dont la conjoncture était plus sombre que la nôtre, il y a quelques mois, mettaient des ailes sur leurs plans de relance du tourisme. En pleine épidémie, les négociations ont déjà placé des agendas pour la saison estivale (juillet et août), quoique les fréquences de vol ainsi que les volumes de remplissage eurent été baissés, pour des exigences sanitaires.
En fait, les offres sur le produit et la tarification furent motivantes, à un moment où la reprise de l'activité touristique comptait beaucoup plus que les calculs de profit. Et pourtant, des voix chevronnées du tourisme national se sont époumonées, bien au début de la crise endémique, pour appeler vivement au lancement, en avance, à la conquête de marchés, alors que le Maroc présentait des atouts de la transition post-virale, bien meilleurs que ses compétiteurs de la région.
Ces experts avérés de l'industrie du tourisme, qui ont roulé leur bosse dans le domaine, sont pour la plupart, snobés et ignorés au profit de la «médiocrité» qui infeste les rouages du secteur aussi bien au centre qu'aux régions. Au lieu de s'en tenir à l'entêtement vaseux, il fallait sortir des tavernes comme des «marmottes» et s'en aller prendre part au combat des tarifs afin de drainer la clientèle et relever les parts de marché des transporteurs aériens.
Trop tard pour les nonchalants ! Les dés sont jetés dans l'aire des dessertes, à un moment où les Rayanair et EasyJet, les deux ténors du coût-bas respectivement, irlandais et britanniques, à titre d'exemple, se positionnent déjà sur les starting-blocks pour entamer leur premier baptême de sursaut. Pour tenter le scoop des liaisons, il fallait d'abord commencer, même si les rentes pourraient paraître en deçà des voeux, en attendant que l'aérien reprenne, un peu partout dans le monde.
«Qui n'ose rien, n'a rien!», a-t-on l'habitude de dire aux «poltrons» qui accusent le coup de l'échec. On ne pourrait jamais vendre des destinations de rêve et tout le potentiel naturel et sécuritaire afférent, en ayant des attitudes d'appréhension et des limites de compétence. La compagnie nationale dont le penchant n'a jamais fait preuve de faiblesse envers le tourisme, battra de l'aile pour un redémarrage du secteur.
La flotte clouée au sol, elle toussote en gérémiades pour son sort critique avec son personnel et ses logistiques. Il va falloir alors chercher son salut bien ailleurs, là où les marchés sont encore vierges. Les TO traditionnels ne sont plus fonctionnels ni solvables, compte tenu des mutations profondes qui s'opèrent sur l'univers des voyages. Leurs substituants, encore en gestation, cherchent preneurs pour dénicher de nouveaux marchés en pleine éclosion. Notre pays a, sans doute, tous les moyens de le faire, à condition que l'Etat s'y mette pour de bon en considérant une fois pour toutes, la prééminence du secteur et qu'il mette, à cet effet, à la tête des différents segments du secteur, les vraies compétences de la profession pour valoriser le potentiel touristique national.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.