La CNDP plaide pour une digitalisation réfléchie    Loi de Finances: Les doléances de la FMF    Conseil de la concurrence: 50% des décisions et avis portent sur les concentrations    Yamed Capital livre les premières villas du projet Terre Océane    Paris: Le défilé du 14 juillet tenu en format réduit    Covid19: Plus de 16.000 cas au Maroc    Covid-19: Ait Taleb prévient contre le relâchement    ENCG, ENSA, médecine... encore plus de places à prendre!    Maroc: report des festivités de la fête du Trône    Condoléances du roi Mohammed VI à la famille de feu Ibrahim Aboubakr Harakat    Driss Lachguar se réunit avec les jeunesses de partis politiques    Netflix dévoile les coulisses du tournage de "The Old Guard" à Marrakech    Nouveau programme de diffusion de longs métrages marocains sur le site web du CCM    La famille Travolta en deuil    Retour sur six années de procédure    Les canoë-kayaks reprennent de plus belle au Bouregreg    Stage de l'EN de futsal au Complexe Mohammed VI de football    La demande intérieure devrait baisser de 4% cette année    La santé numérique, une solution pertinente aux défis du système de soins    Mohamed Benabdelkader : L'ouverture de la profession d'adoul à la gente féminine consacre le choix démocratique du Royaume    Le Maroc reconduit à la vice-présidence du comité exécutif du Centre Nord-Sud    Tenue de 362 procès à distance en moins d'une semaine    La Turquie et le monde arabe    Le WWF appelle les pays méditerranéens à lutter effectivement contre la pêche illégale des requins et des raies    Du sang neuf à SG Maroc    Le café maure de la Kasbah des Oudayas rasé    Serie A: l'Inter Milan se positionne derrière la Juventus    Premier League: Manchester United cale face à Southampton    Liga: le Real Madrid se rapproche du sacre    Ouverture partielle des frontières : la croix et la bannière pour les MRE    L'émergence du cinéma digital    US Round Up du mardi 14 juillet – Déficit budgétaire, Angelina Jolie, Tyler Goodspeed, Ecoles, US coronavirus    Amnesty. Première gifle de Tel Aviv    Le SG du PPS reçoit les dirigeants des Jeunesses des partis politiques représentés au parlement    Wachma chante « Tay Tay » avec Madara    Vague de chaleur à partir de mercredi au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Présidentielles Polonaises: Réélection d'Andrzej Duda    Cyclisme : Les coureurs retrouveront bientôt le peloton    Nouvelle rencontre réussie du président de l'ANME avec le ministre Othmane El Ferdaous    Air Arabia Maroc lance son programme de vols spéciaux    Remaniement ministériel en Tunisie    Madame Erdogan et son sac à 50.000 dollars    Foot. Le Real se rapproche du titre    Tanger en état d'alerte    Impact Covid-19 – Tourisme : Le plan de relance en Conseil de gouvernement    Premières élections régionales en Espagne depuis la pandémie    Jim Ratcliffe, le milliardaire britannique qui veut s'offrir l'usine Daimler de Moselle    Un artiste charismatique s'en va    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les distributeurs : le mauvais cheval de l'Etat
Publié dans Albayane le 28 - 05 - 2020

Dans une nouvelle lettre adressée au Chef de l'Exécutif. Le front national pour la sauvegarde de la raffinerie marocaine de pétrole appelle le gouvernement à lever les obstacles qui entravent la reprise des activités de la Samir et à exploiter toutes les capacités de stockage et du raffinage de l'entreprise en faisant prévaloir l'intérêt général de la nation.
Dans une déclaration à Al Bayane, Houcine El Yamani, président du Front, a jugé que la décision judicaire autorisant l'Etat à disposer des capacités de stockage de la Samir constitue une reconnaissance du rôle stratégique de ce joyau industriel. D'ailleurs, a-t-il insisté, «cette décision a mis a nu les déclarations infondées de certains responsables alléguant que la raffinerie n'est qu'un amas de ferrailles qui ne sert plus à rien», avant de mettre l'accent sur le fait que «cette initiative de l'Etat devrait constituer un prélude pour une solution complète à ce dossier épineux». Autrement dit, la location des cuves de la Samir ne devrait nullement saper les efforts du transfert de l'entreprise, a-t-il mis en garde.
L'Etat à la merci des distributeurs
Il faut dire, selon notre interlocuteur, que le recours aux cuves de la Samir, explique l'échec de la politique pétrolière de l'Etat et ce en misant sur le mauvais cheval.
«Le fait de parier sur les importations des produits pétroliers raffinés a montré l'étroitesse de la stratégie de l'Etat en matière de souveraineté énergétique», a-t-il noté en substance. Abondant dans le même ordre d'idées, le président du Front national a indiqué que le Maroc a raté une occasion d'or au moment où le prix du baril de brent avoisinait les 18 dollars. Autrement dit, si les cuves de la Samir fonctionnaient à plein régime, celles-ci auraient pu rapporter au moins 4 milliards de DH en une seule opération. «Une raffinerie pétrolière est un moyen pour transformer la crise en opportunité business en moment de crise», a-t-il martelé.
Pour Houcine El Yamani, l'Etat a dû subir le chantage depuis la privatisation de l'entreprise que ce soit pendant l'ère d'Al-Amoudi ou encore depuis la libéralisation du secteur, en étant à la merci des distributeurs. Outre les prix excessifs pratiqués par ces derniers au détriment des consommateurs, tous les rapports établis par les instances compétentes ont mis en garde quant à la baisse critique des réserves de sécurité des hydrocarbures, ce qui met en cause la souveraineté énergique du pays. A cela s'ajoute la qualité des produits qui laissent amplement à désirer.
Et pour cause, la multiplication des zones d'entrée a rendu difficile l'opération de s'assurer de la qualité des produits importés, a-t-il confié. En plus de cela, les prix affichés actuellement par les stations-service sont excessifs par rapport à la réalité du marché. A titre indicatif, le prix du gasoil devrait être vendu à 5,80 DH le litre au lieu de 7,13 DH, a-t-il expliqué.
Et ce n'est pas tout, notre interlocuteur pose l'hypothèse d'une crise mondiale où les frontières entre les Etats seraient totalement fermées, la sécurité du pays serait certainement menacée. Comme quoi, la sécurité énergétique ne doit nullement relever d'une logique de marchandisation, loin s'en faut, il s'agit d'un secteur stratégique devant être géré par l'Etat, point barre.
Khalid Darfaf


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.