El Othmani: « Les éléments séparatistes se sont isolés du reste du monde »    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    Visé par une enquête, le médecin de Maradona évoque un patient "ingérable"    Anouar Dbira : Nous tenterons de gagner la Coupe duTrône    Ligue des champions: Le Real et Liverpool aspirent aux huitièmes    Une Marocaine élue au Comité des Droits des Personnes Handicapées    Covid-19 : Nouvel assouplissement des mesures restrictives à Khénifra    Coup d' envoi du Salon du Maroc des arts plastiques à Fès    "La Guérisseuse " de Mohamed Zineddaine, Grand Prix du Festival maghrébin du film d'Oujda    Ouverture des candidatures pour le meilleur club de lecture de 2021    Al Moutmir semis-direct : OCP lance la deuxième phase du programme    Evolution du coronavirus au Maroc : 2533 nouveaux cas, 356.336 au total, lundi 30 novembre à 18 heures    Provinces du Sud : 70% des projets de développement exécutés    Tennis : Adam Moumar...révélation et sensation    La fondation OCP lance la plateforme « Restore Africa Soils »    Hausse du crédit bancaire en octobre (BAM)    UE-Maroc : Deux commissaires européens en visite à Rabat    Le roi Mohammed VI a adressé un message au président burkinabé    La cause palestinienne est la clé de voûte de toute solution permanente et globale au Moyen-Orient    Le vaccin bientôt parmi nous    Nouveau coup dur pour le Real    Le ministère de l'Intérieur a fait une annonce    Conseillère du président du NTD, la Marocaine Naoual Atlas se livre à cœur ouvert    Crédit du Maroc accompagne la relance économique    Réflexions d'un homme qui revient de loin    Etablissements scolaires: le carton jaune d'Amzazi    L'Opinion : Union du Maghreb, un rêve que les képis empêchent    Ziane fantasme sur le vote des Marocains en les infantilisant    Al Haouz / INDH : Large contribution à la promotion du capital humain    Mehdi Qotbi : "Nous continuerons à faire vivre l'art et la culture"    La série « The Crown » salirait-elle l'image de la couronne britannique ?    Téhéran rend un dernier hommage au «docteur martyr» assassiné    Aspirer à la synchronie nationale!    Groupe OCP. Nadia Fassi Fehri rejoint le Top Management    Suisse : Le Réseau international des journalistes arabes et africains salue l'action pacifique du Maroc à El Guerguarat    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    Cambodge: L'opposition appelée à la barre    Employabilité des femmes, beaucoup reste à faire    ASHA, 3è à l'Eurovision Junior 2020 à Varsovie    «Le mouvement culturel amazigh est un projet de société basé sur le repensé»    Maradona, le «Che» du football    Un Marocain désigné SG de l'Union des avocats arabes    Tottenham reprend la tête, Cavani et Manchester prêts pour Paris    Un démarrage sous le spectre du Covid, la programmation émerge du lot    Sarah Perles et Jaime Lorente, dans la cour des grands    Abdelhak Khiame n'est plus à la tête du BCIJ    Lydec annonce une baisse de son chiffre d'affaires    La province de Taza face à une intense vague de froid    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elections 2021: Quelle approche faut-il adopter?
Publié dans Albayane le 13 - 07 - 2020

Le processus électoral prévu l'année prochaine pour le renouvellement des instances des deux chambres du parlement et l'élection des membres des communes, des régions, des assemblées préfectorales et provinciales, ainsi que des chambres professionnelles et les représentants des salariés, sera certainement le plus long et le plus dense dans l'histoire des élections au Maroc.
Pour ce faire, les concertations ont déjà démarré avec la rencontre du ministre de l'Intérieur et les chefs des partis politiques. Au menu figurent des débats autour du mode de scrutin, le découpage électoral et l'arsenal juridique devant régir le processus électoral ainsi que la formule des listes dédiées aux femmes et aux compétences ainsi que d'autres questions liées au contexte du paysage politique.
Dans ce processus, les élections locales, provinciales, régionales et professionnelles balisant la voie à la mise en place de la deuxième chambre, coïncideront cette année avec le renouvellement des membres de la chambre des représentants, dont la majorité sera appelée à former une coalition gouvernementale. Par quelle instance législative, première ou deuxième Chambre, le processus électoral démarrera-t-il?
Cette question est soulevée d'autant plus que le renouvellement des instances de la deuxième chambre avant l'élection des députés influencerait le processus de la première chambre. Car, les partis qui gagneront les présidences des mairies et des communes ainsi que des régions et des assemblées préfectorales ou provinciales pourraient les «investir» pour renforcer leurs chances dans le processus électoral des députés.
Ainsi, des «armées» de fonctionnaires communaux pourraient être mobilisées pour soutenir le maire auprès de qui ils vont travailler durant six années, font remarquer certaines sources. Ce qui pourrait engendrer des confusions chez les électeurs et fausser la donne de l'égalité des chances. Dans ce cadre, d'aucuns estiment que la formule la plus convenable serait de mettre en place la première chambre avant de lancer le processus ayant des corrélations directes avec la politique de proximité.
D'autres voix appellent à organiser un seul scrutin pour élire en même temps le local, le régional et le national. Cette approche reste probable mais difficile à concrétiser dans le paysage politique marocain. En ce qui concerne le mode de scrutin, il faut dire qu'aucun mode de scrutin n'est parfait et ne peut être parfaitement adapté à tous les contextes politiques. Chaque société conçoit son modèle en fonction de plusieurs paramètres liés notamment à sa culture, ses réalités, ses aspirations démocratiques, la répartition de la population sur le territoire, etc.
Et dans chaque mode de scrutin, les éléments techniques qui le composent font la différence. Ce que des chercheurs en sciences politiques appellent «des freins et des accélérateurs». La question du découpage électoral est également envisagée sous le même angle. Autant dire que la meilleure formule est d'aboutir à un consensus pour lancer le processus électoral sur des bases saines et démocratiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.