Coronavirus : 1.021 nouveaux cas ces dernières 24 heures, 27.217 cas cumulés au mardi 4 août, 18 heures    Discours du Trône : début d'opérationnalisation    Covid-19 : le Vietnam attaqué par une souche encore plus virulente    Des mesures plus restrictives pour Tanger-Asilah et Fès dès demain à 20h    Coronavirus: la situation s'aggrave à Casa-Settat avec plus de 400 nouveaux cas    Liberté religieuse: L'Algérie au ban de la communauté internationale    Hôtellerie : Accor compte supprimer 1.000 emplois dans le monde    France/Covid-19: Macron annonce une nouvelle mesure    Maroc-Etats-Unis: une nouvelle année de collaboration fructueuse    Le Discours de la clarté et de l'espérance    Le vol de la honte!    Entretien avec Omar Menzhi, expert en épidémiologie    Fortes chaleurs: Soyons vigilants    Casablanca: le personnel médical exprime son rejet de la décision d'Aït Taleb    Football: La DTN désigne 48 responsables techniques des ligues régionales    Officiel : Wail Sadaoui rejoint le Raja    Belhanda sur les pas d'Amrabat?    La sculpture de Farid Belkahia s'ouvre sur l'espace public    Pour une politique nationale de la recherche en migration sans discrimination!    Biélorussie: Svetlana Tsikhanovskaia en passe de détrôner Loukachenko    Les charges communes sont loin d'être des charges exceptionnelles    Accident d'Agadir: ce que l'on sait    Une transaction sur 50 est frauduleuse    Message d'Antonio Guterres au roi Mohammed VI    Traite d'êtres humains : 151 cas en 2019    Approvisionnement en eau potable à Demnate: L'ONEE s'explique    Les répercussions de la Covid-19 sur les banques marocaines    Gestion de la crise sanitaire : Le rôle des collectivités territoriales au cœur du débat    L'application TikTok sera bannie aux Etats-Unis si...    Le drapeau marocain mis à l'honneur dans le nouveau clip de Beyoncé    Hypertension artérielle : Faites de l'exercice !    Le lièvre soulevé par l'USFP suscite le débat    Aggravation du déficit commercial en 2019    Le discours du Trône constitue une feuille de route claire pour le présent et l'avenir    C1, C3, C1 dames, L1... Top départ d'un mois d'août fou de foot    Le Raja met la pression sur le WAC    Le surf à l'ère du coronavirus    Exacerbation de la crise sécuritaire à Tindouf    Koert Debeuf : L'importance du Maroc dans le conflit libyen réside dans sa neutralité    Début de la 100ème édition du festival de Salzbourg, sous restrictions à cause de la pandémie    Amitabh Bachchan, légende de Bollywood, est sorti de l'hôpital    Ligue 1: le Marocain Azz-Eddine Ounahi quitte Strasbourg pour rejoindre ce club    Le Sénat italien lève l'immunité parlementaire de Matteo Salvini    Cross country : Les championnats du monde juniors de reportés jusqu'en août 2021    Redwan El Asmar lance «Samhili»    Parution de la traduction arabe du livre «Les sept patrons de Marrakech»    "L'Oriental et la Méditerranée au-delà des frontières" Le nouveau-né de l'agence de l'Oriental    La chanteuse yéménite Balqees Fathi chante la vie est belle en dialecte marocain    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Elections 2021: Quelle approche faut-il adopter?
Publié dans Albayane le 13 - 07 - 2020

Le processus électoral prévu l'année prochaine pour le renouvellement des instances des deux chambres du parlement et l'élection des membres des communes, des régions, des assemblées préfectorales et provinciales, ainsi que des chambres professionnelles et les représentants des salariés, sera certainement le plus long et le plus dense dans l'histoire des élections au Maroc.
Pour ce faire, les concertations ont déjà démarré avec la rencontre du ministre de l'Intérieur et les chefs des partis politiques. Au menu figurent des débats autour du mode de scrutin, le découpage électoral et l'arsenal juridique devant régir le processus électoral ainsi que la formule des listes dédiées aux femmes et aux compétences ainsi que d'autres questions liées au contexte du paysage politique.
Dans ce processus, les élections locales, provinciales, régionales et professionnelles balisant la voie à la mise en place de la deuxième chambre, coïncideront cette année avec le renouvellement des membres de la chambre des représentants, dont la majorité sera appelée à former une coalition gouvernementale. Par quelle instance législative, première ou deuxième Chambre, le processus électoral démarrera-t-il?
Cette question est soulevée d'autant plus que le renouvellement des instances de la deuxième chambre avant l'élection des députés influencerait le processus de la première chambre. Car, les partis qui gagneront les présidences des mairies et des communes ainsi que des régions et des assemblées préfectorales ou provinciales pourraient les «investir» pour renforcer leurs chances dans le processus électoral des députés.
Ainsi, des «armées» de fonctionnaires communaux pourraient être mobilisées pour soutenir le maire auprès de qui ils vont travailler durant six années, font remarquer certaines sources. Ce qui pourrait engendrer des confusions chez les électeurs et fausser la donne de l'égalité des chances. Dans ce cadre, d'aucuns estiment que la formule la plus convenable serait de mettre en place la première chambre avant de lancer le processus ayant des corrélations directes avec la politique de proximité.
D'autres voix appellent à organiser un seul scrutin pour élire en même temps le local, le régional et le national. Cette approche reste probable mais difficile à concrétiser dans le paysage politique marocain. En ce qui concerne le mode de scrutin, il faut dire qu'aucun mode de scrutin n'est parfait et ne peut être parfaitement adapté à tous les contextes politiques. Chaque société conçoit son modèle en fonction de plusieurs paramètres liés notamment à sa culture, ses réalités, ses aspirations démocratiques, la répartition de la population sur le territoire, etc.
Et dans chaque mode de scrutin, les éléments techniques qui le composent font la différence. Ce que des chercheurs en sciences politiques appellent «des freins et des accélérateurs». La question du découpage électoral est également envisagée sous le même angle. Autant dire que la meilleure formule est d'aboutir à un consensus pour lancer le processus électoral sur des bases saines et démocratiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.