Le Maroc est devenu un partenaire "indispensable" pour le Rwanda    Covid-19 : la vaccination contre la grippe saisonnière augmenterait le risque de mortalité du covid-19 chez les personnes âgées [Etude]    Tourisme : Essaouira accueille un premier groupe de touristes en provenance de Belgique    Ilham Kadri : cette franco-marocaine qui fait partie des femmes les plus puissantes du monde    Béni Mellal-Khénifra : Première zone logistique pour le renforcement de l'attractivité économique de la région    Macron – Al Jazeera : une campagne de communication dans les médias arabes pour apaiser la tension ?    Les Etats-Unis réaffirment que l'initiative marocaine d'autonomie au Sahara est "sérieuse, crédible et réaliste"    Coronavirus : nouvelles mesures restrictives à Al Hoceima    L'industrie parapharmaceutique : un nouveau filon de la politique marocaine d'import-substitution    Etude marocaine : La détection des anticorps dans les échantillons de sérum est plus importante que celle de l'ARN viral    Le premier interprète de James Bond, Sean Connery, est décédé    Fitch ratings. El Othmani prend pour (son Investment) grade    Marocains du monde : des concertations pour étudier les moyens de fournir un logement    PLF2021: Budgets sectoriels, démarrage de la valse des ministères    Taxe de solidarité. Elle est où la justice sociale?    Média algérien : Abdelmadjid Tebboune souffrirait de sérieux problèmes cérébraux    Résidents étrangers au Maroc : Des titres de séjour de nouvelle génération    Attentat de Nice: une deuxième personne placée en garde à vue    La DGSN lance une nouvelle génération des titres de séjour des étrangers résidant au Maroc    Clusters dans les mosquées: la mise en garde d'un responsable    Disneyland Paris. Une fermeture qui annonce un autre confinement début 2021    Températures prévues pour le samedi 31 octobre 2020    Météo : ciel dégagé au Maroc ce samedi 31 octobre    Sahara marocain : La France appelle à ne pas entraver le trafic commercial et civil à Guerguerat    Etude. Ces signes astrologiques les plus intelligents    Sahara marocain : Le Conseil de sécurité renouvelle pour une année le mandat de la MINURSO    Impôt sur les sociétés : une chute de 27,76% des recettes en 2021    Vidéo : Profil de l'auteur tunisien de l'attentat de Nice (vidéo)    Turquie : la nostalgie du Califat    Raja-Zamalek : la date des demi-finales a été fixée    Coronavirus : Cristiano Ronaldo est négatif    Fonds Central d'Intervention pour les Urgences Humanitaires : Le Maroc, membre du Groupe consultatif    Le Maroc signe deux accords de coopération avec le Rwanda    Le Gabon réitère son appui à la marocanité du Sahara    Coronavirus : Ahmad Ahmad testé positif (CAF)    Le Qatar va sanctionner l'auteur des frottis forcés à l'aéroport de Doha    La 17ème édition du festival des Andalousies Atlantiques d'Essaouira sera virtuelle    Safae et Hanae répondent à la femme prétendant être leur vraie mère (VIDEO)    Dialogue libyen : les efforts marocains salués par le Parlement arabe    Malaisie. Mahathir veut tuer des millions de Français    Nizar Baraka présente ses condoléances à la famille de Mohamed Melihi    Mohamed Melehi est décédé mercredi : Un pionnier de l'art contemporain emporté par la Covid-19    Covid-19: Confinement général en France (VIDEO)    S.M le Roi félicite Mme Bouchra Hajij suite à son élection à la tête de la CAVB    Ligue des champions : Le Real échappe au pire    Hamza Sahli, un marathonien ambitieux pour graver son succès aux JO deTokyo    Paris: l'artiste-peintre marocain Mohamed Melehi succombe au covid-19    Vernissage à la Villa des arts d' une exposition rétrospective de l' artiste-peintre Bouchaib Habbouli    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quelle place accordée aux tests employés face au Covid-19?
Publié dans Albayane le 17 - 07 - 2020

Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques
Dr Khadija Moussayer*
«Alors que nous développons toute une stratégie de retour à une vie économique et sociale normale, il est capital d'être conscient des limites de ces tests».
La stratégie de lutte contre la Covid-19 repose sur une intensification de sa détection, grâce à la combinaison des tests PCR, d'une part, pour repérer les individus porteurs du virus, potentiellement « contaminateurs » et futurs malades et, d'autre part, les tests sérologiques, pour identifier les personnes ayant développé des anticorps contre le coronavirus et donc contracté l'infection, même sans avoir eu de symptômes.
En supposant que les tests soient parfaits, on peut donc « séparer » idéalement la population en trois catégories d'individus : 1/ les non-infectés susceptibles d'être atteints ; 2/ les infectés, positifs au virus, disséminateurs potentiels de la pathologie et donc à isoler ; 3/ ceux qui disposent d'anticorps contre le virus.
Le problème est, qu'en dépit de ces tests, ce virus sait se «cacher» pendant la période d'infectiosité et l'association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS) estime nécessaire, par la voix de sa présidente le Dr Moussayer Khadija, de rappeler, en les précisant, la portée de ces tests, leurs éventuelles limites et les moyens mis en œuvre par les autorités sanitaires pour contrecarrer justement ces limites.
Le test virologique: sa négativité ne garantit pas qu'une personne n'est pas infectée.
Le test PCR est une technique permettant à partir de fragments de matériel génétique de les reproduire en grande quantité pour que le virus soit plus facilement identifiable. Malgré sa très haute spécificité, c'est-à-dire sa capacité à ne détecter que les porteurs de ce type de virus, proche de 100 %, et sa bonne sensibilité à réagir à la présence du virus, sa fiabilité dépend de nombreux autres facteurs, y compris humain.
Le prélèvement exige en effet d'aller recueillir des cellules au fond des muqueuses de l'arbre respiratoire en enfonçant un écouvillon dans le nez jusqu'à l'arrière de la tête. Faute de quoi, le test risque d'être inopérant. Pour compliquer la situation, le virus est parfois indétectable dans les voies respiratoires supérieures mais présent dans les poumons!
A cause de ces deux « écueils » principalement, on estime que la fiabilité du test se situe entre 60 et 80%, des résultats d'ailleurs assez proches de ceux constatés dans d'autres infections comme la grippe (influenza).
Une étude, réalisée par des biologistes de la Johns Hopkins Medicine, a confirmé ces difficultés à partir des résultats de 1.330 prélèvements. Les chercheurs ont établi que les sujets infectés présenteraient :
* majoritairement un test négatif (67% au 4ème jour de la contagion) dans les 4 jours suivant la contamination ;
* un taux de faux négatifs de 38%, le jour de l'apparition des symptômes ;
* les tests les plus fiables 8 jours après la contamination et, en moyenne, 3 jours après la survenue des symptômes, avec un taux de faux négatifs qui reste néanmoins de 20%.
Les Tests sérologiques: un outil de surveillance épidémiologique avant tout
Ces tests, par prise de sang, sont recommandés dans 3 situations:
* en complément d'un test PCR négatif, pour confirmer une infectiosité dès lors qu'un patient présente des symptômes ;
* en détection d'anticorps chez certains personnels soignants, d'hébergement collectif etc. ;
* et comme outil de surveillance épidémiologique de la présence du virus.
On ne recommande pas par contre sa réalisation en population générale en raison des incertitudes concernant l'immunité protectrice et sa durée éventuelle après la pathologie ainsi surtout que la contagiosité des personnes testées positives.
Deux types d'anticorps significatifs (ou Immunoglobulines ou Ig) apparaissent en effet à différentes périodes après l'infection :
– les IgM, détectables à partir du 7ème jour chez les patients les plus sévères, au cours de la 2ème semaine pour le reste des patients et disparaissant environ 3 semaines après l'infection ;
– les IgG, détectées à partir du 14ème jour après la contamination et diminuant progressivement pour rester en moyenne 40 jours détectables.
Leurs chevauchements partiels et leurs survenues à une période où on estime, avec de plus en plus de certitude, que le malade n'est plus contagieux, ne sont donc pas opérantes pour déterminer une contagiosité éventuelle.
L'exigence d'un test sérologique pour les marocains bloqués ou résidents à l'étranger et qui veulent revenir dans notre pays partait peut-être d'un souci louable d'éviter l'arrivée de quelques personnes malades mais son statut de «passeport immunologique» paraît en fait inapplicable. On peut espérer que la sagesse va rapidement prévaloir pour en assouplir son obligation, de même que pour le délai de 48 h imposé au PCR.
On voit donc que le test le plus utile reste plus que jamais le PCR dans la mesure ou il permet de dire, et à condition de le répéter, si oui ou non une personne est porteuse du virus à un instant T, et seulement à cet instant. Ce qui implique que cette opération soit renouvelée malheureusement assez fréquemment en particulier dans les entreprises pour éviter tout accident de parcours préjudiciable. L'arrivée de nouveaux tests toujours plus performants réduira quelque peu cette part d'incertitude qu'on connaît actuellement. En attendant, la proportion des tests faux-négatifs permet de mieux comprendre pourquoi les autorités sanitaires sont obligées de procéder, à juste raison, à des reconfinements locaux, là ou nait un foyer d'envergure, pour éviter toute flambée épidémique.
*Présidente de l'association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.