Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Quel avenir pour le tourisme au Maroc ?    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    La vision de la CGEM pour la relance    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    Plus de 80% des cas dans les pays africains sont asymptomatiques, annonce l'OMS    Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo: ce que l'on sait    António Guterres : « la coopération internationale a échoué face à la Covid-19 »    Voici le temps qu'il fera ce vendredi    LF 2021 : voici les propositions de la CGEM [Document]    Test PCR. On a piégé un laboratoire    Internats fermés. Des élèves dans la rue    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Supercoupe UEFA : Bounou et En-Nesyri finalistes malchanceux !    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Twitter ne protège pas assez les femmes, selon Amnesty International    Mission française : les parents d'élèves obtiennent un report de paiement des frais de scolarité    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Rabat: l'ambassadeur US reçu par Abdellatif Hammouchi    Maroc: emprunt obligataire d'un milliard d'euros, ce que l'on sait    Dislog: belle opération du groupe avec le rachat de Fine Hygienic Holding    Conseil de Bank Al-Maghrib : La recrudescence des contaminations Covid-19 fausse les calculs d' Abdellatif Jouahri    Démarchage téléphonique : une loi française met-elle les call center marocains en danger ?    L'agilité, c'est pour les gouvernements aussi    Casablanca Finance city: la réorganisation du pôle financier est actée    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Omnisports : Courrier du Nord-Est    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Wydad-Raja: pas de vainqueur dans un derby très moyen (VIDEO)    Sahara marocain: nouveau coup asséné au polisario et à l'Algérie    Maroc/Etats-Unis : Abdellatif Hammouchi reçoit à Rabat l'ambassadeur américain David Fischer    Pathologique fièvre électorale aux Etats-Unis : Quel cap pour le Maroc face à une Amérique déchirée ?    L'ancien chef de mission de Macron, Alexandre Benalla testé positif au Covid    Ayoub El Kaabi de retour au Wydad!    Officiel: Luis Suarez signe à l'Atletico de Madrid!    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Rabat : A la capitale, les musées sont ouverts    "Watchmen", les super-héros qui confrontent l'Amérique à ses démons passés et présents    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    L'art des objets, l'art de la trace    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Covid-19: une rentrée des classes sous le signe de l'incertitude
Publié dans Albayane le 05 - 08 - 2020


L'année scolaire 2020-2021
Khadija Tahiri (MAP)
L'année scolaire 2019-2020 est à peine écoulée que les interrogations planent déjà sur la prochaine rentrée et ses scénarios possibles, compte tenu de la situation actuelle que connaît le Royaume comme partout dans le monde pour cause de propagation du nouveau coronavirus.
En effet, les familles confrontées aux répercussions de la crise sanitaire s'interrogent sur les conditions de la prochaine rentrée et les scénarios possibles à même d'assurer la continuité pédagogique. Si l'amélioration des conditions d'apprentissage, la réforme pédagogique et le contenu des cours s'accaparent l'essentiel des conversations familiales à l'approche de chaque nouvelle rentrée, cette année l'accent est mis sur la gestion de la rentrée et l'éventuelle poursuite de l'enseignement à distance.
De l'avis de l'enseignant et chercheur en pédagogie, Aziz Laaouissi, l'évolution de la situation épidémiologique et l'augmentation constante du nombre de cas d'infection et de décès dus à la Covid-19 met les décideurs devant trois scénarios possibles.
Le premier scénario consiste à poursuivre l'état d'urgence sanitaire et les mesures qui en découlent, avec le recours à l'enseignement à distance pour garantir la continuité pédagogique, a estimé l'enseignant de second cycle, dans une interview accordée à la MAP. Le deuxième scénario possible, plutôt lié à l'instabilité de la situation épidémiologique, se caractérise par un recours à la «formation en alternance», selon une approche «modérée» qui s'appuie à la fois sur l'enseignement présentiel et à distance, souligne le chercheur, relevant qu'une telle option peut favoriser un état de «confusion et de tension pour les enseignants, les élèves et les familles».
Le troisième scénario, poursuit-il, est celui qu'espère tout le monde, à savoir la levée définitive de l'état d'urgence sanitaire et la maîtrise de la situation épidémiologique, notant que ce scénario rendra possible les cours présentiels, avec la possibilité d'une ouverture progressive à la «numérisation» et à «l'éducation à distance».
Laaouissi estime que compte tenu de la situation «inquiétante» que connaît le Royaume ces derniers jours, il serait convenable de recourir à l'éducation en alternance, et si les indicateurs le permettent, un retour définitif aux bancs de l'école et aux cours présentiels sera envisageable.
Abordant l'enseignement à distance, le chercheur en pédagogie a relevé que ce dispositif a permis d'assurer la continuité pédagogique, en ouvrant notamment la porte à la production d'un nombre «sans précédent» de ressources numériques, devenues un arsenal efficace du ministère de tutelle pour perpétuer la culture du numérique et de l'auto-enseignement.
Pour certaines familles, il s'agit d'un enseignement qui entraîne «un manque d'équité et d'égalité des chances» entre les élèves, en raison de ses conditions et exigences (ordinateurs, smartphones, internet et bien d'autres), ce qui rend les milieux pauvres incapables de subvenir aux besoins de leurs enfants. Ainsi, ce type d'enseignement présente des «difficultés objectives» liées à la capacité des familles à accompagner leurs enfants, a-t-il dit.
Du côté des élèves, M. Laaouissi a souligné que l'enseignement à distance a représenté une option «exceptionnelle» imposée par des circonstances particulières, ajoutant qu'il n'a pas été le fruit de réformes cumulées ou bien d'une nécessité imposée par la révolution numérique.
Et de poursuivre que l'adoption soudaine de l'enseignement à distance a placé les étudiants au cœur d'une situation éducative «inhabituelle» marquée par une absence de moyens et parfois de conditions propices, ce qui explique le manque de discipline et l'absence du sens de responsabilité parmi une large frange d'étudiants.
Cependant, ce type d'enseignement a connu l'implication et la mobilisation collective des cadres pédagogiques en vue d'assurer la continuité pédagogique à travers divers mécanismes de communication, «dans une expérience épuisante du fait des longues heures de travail via smartphones et ordinateurs», a fait observer le chercheur.
Il a de même relevé que l'école n'est pas seulement un espace réservé exclusivement pour l'opération d'apprentissage, mais également un cadre de vie scolaire au service des valeurs nationales, religieuses et humaines, tout en permettant aux élèves de s'exprimer et d'entretenir leurs talents et capacités.
Le ministre de l'Education nationale, de la formation professionnelle, de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, porte-parole du gouvernement, Said Amzazi, avait mis en évidence, le mois dernier à la Chambre des représentants, les opérations les plus importantes liées à la prochaine rentrée scolaire, professionnelle et universitaire 2020-2021. Il s'agit particulièrement du suivi de la mise en œuvre des dispositions de la loi-cadre 17-51, de la gestion des deux opérations d'inscription en première année de l'enseignement primaire ainsi que l'orientation scolaire à distance via le système Massar et l'inscription de nouveaux élèves dans la prochaine rentrée scolaire, au nombre de 650.000 élèves pour la première année d'enseignement primaire, 250.000 étudiants dans l'enseignement supérieur et 150.000 pour les stagiaires en formation professionnelle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.