Météo Maroc: persistance du temps chaud    PLF 2021 : les cinq piliers recommandés par la CGEM    Compteur coronavirus : 2.423 nouveaux cas et 42 décès en 24H    De nouvelles mesures restrictives à Nouaceur    Holmarcom dévoile les ambitions de sa nouvelle compagnie d'assurance    Relance industrielle : le ministère de l'Industrie prépare une banque de projets d'investissement [Documents]    Benabdellah: « La crise du Covid-19 a démontré l'exclusion d'une large catégorie de la société »    Sahara marocain: ce qu'a dit Pedro Sanchez devant l'AG de l'ONU    Abdellah El Mouadden, DG d'Africa Motors : « avec DFSK, nous sommes en train d'écrire une très belle histoire de la marque au Maroc »    Vaccins anti-Covid19: des responsables chinois font une annonce    Le Liban peut ouvrir une voie nouvelle    Barça : Messi tire sur le staff technique du club catalan    A mourir d'ennui Le derby des nuls    Supercoupe d'Europe : Le Bayern reste insubmersible pour le retour du public    Le Zamalek et le Ahly forment un front commun    L'Atlético a refusé l'offre de City pour Giménez    Habib El Malki s'entretient avec Nikolaj Harris    Enquête. Les femmes journalistes victimes de violence en ligne    A l'ONU, le président du Zimbabwe demande la levée des sanctions occidentales    Humayun ' s Tomb, le temple de l' amour qui a inspiré le Taj Mahal    Manifestation à Marseille contre les mesures sanitaires    Le changement de saison n ' affecterait pas l'humeur    Pierre Troisgros, chef visionnaire et figure d' une prestigieuse dynastie    L'écrivain Gabriel Matzneff définitivement privé d'aide publique    Les Spice Girls refont parler d' elles    Attentats contre des ambassades des Etats-Unis en Afrique : le Soudan se prépare à verser des indemnités    Côte d'Ivoire : à l'approche de la présidentielle, la crainte de troubles publics    Atlanta: hausse de 5,6% du résultat net à 213 MDH    Médicaments contre le Covid-19 : 91% des pharmaciens ont constaté des perturbations d'approvisionnement    Affaire Omar Radi : «Certaines ONG défendent sans cesse l'ouverture d'enquêtes pour viol, excepté quand les victimes sont marocaines» dit le SNPM    Coronavirus : Un vent d'optimisme souffle sur Tanger    Algérie : le régime interdit une réunion du conseil national d'un parti de l'opposition    Algérie: les médias francophones publics réclament la libération de Khaled Drareni    Inondations au Sahel : au moins 112 morts et plus de 700.000 personnes affectées    Une nouvelle vidéo de Saad Lamjarred fait le bonheur de ses fans    Céline Dion : pourquoi est-elle si maigre ?    Achat d'armes américaines : le Maroc, pays dominant de la région MENA    Paris: attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo    Liga : Jawad El Yamiq s'engage avec Real Valladolid    Derby Wydad-Raja (0-0) : Un nul sans spectacle !    Enzo Zidane au WAC: c'est pour bientôt !    Rabat: l'ambassadeur US reçu par Abdellatif Hammouchi    Maroc: emprunt obligataire d'un milliard d'euros, ce que l'on sait    Agadir: les professionnels du tourisme se retroussent les manches    Covid-19 : 807 professeurs et 413 élèves contaminés depuis le début de l'année scolaire    Le Musée Mohammed VI rend hommage à Gharbaoui    Le monde de l'écriture et les champs de la création maghnifique    Youssef Mhakkak interpelle notre conscience dans «je suis une conscience»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La santé en mal de mer!
Publié dans Albayane le 05 - 08 - 2020

Quelle mouche a bien pu piquer notre ministre de la santé, en ce temps crucial de la crise pandémique? Assurément, rien n'arrête sa désormais «passion» de limoger les responsables locaux de son département ! Il semble bien pousser sa manie sadique au-delà de l'admissible, à un moment où il s'avère raisonnable de mobiliser toutes les énergies nationales pour vaincre l'ennemi commun.
Bien au contraire, il s'obstine à poursuivre son «hobby» de prédilection à renvoyer en série les cadres de la santé, sans aucun scrupule ni sens de la mesure. Dans la région de Souss Massa, il se paie le luxe de «descendre» pas moins de cinq têtes en pleine période endémique, en créant une vacuité accablante, à ces postes de forte acuité.
Tout d'abord, il s'acharne sur Dr Aziz Errimani, directeur du Centre Hospitalier Régional Hassan d'Agadir qui fut arbitrairement harcelé et malmené, durant des mois d'affreux préjudices. Et pourtant, ce chirurgien fort réputé pour ses compétences et surtout ses actions citoyennes auprès des démunis, se voit en dehors de tout soupçon, après tant de réprobation infondée.
Le successeur, Dr Ali Bataal auquel on a fait appel pour combler le vide à la rescousse, sans note de désignation, vient d'être remercié à la hâte, quoiqu'il ait fait preuve, comme à son accoutumée, d'abnégation et de vaillance, en tant que personnage adulé par toute la communauté locale, pour sa bonhomie et son affabilité.
A présent, à Agadir, le secteur de la santé se déploie sans directeur d'hôpital ni délégué de la préfecture, depuis la nomination de son occupant à la province de Guelmim. En fait, peut-on imaginer un seul instant, la cite comme Agadir, sans responsables d'institutions vitales comme la santé, en cette phase critique?
A proximité de la préfecture d'Agadir Ida Outanane dont le secteur de la santé est sévèrement bastonné par ces actes irréfléchis, le sort sanitaire, au sein de la province d'Inezgane Aït Melloul subira également les foudres du tortionnaire déchaîné. Récemment encore, en un seul revers de main, il balayait deux responsables du domaine.
Le premier, Dr Aziz Makhlouf, fin délégué, connu de tous par son altruisme et son aménité, est «lâchement» poignardé, alors qu'il a constamment l'habitude d'accomplir sa tâche avec éclat et non sans abattage, après de loyaux services rendus à la besogne dont il s'est toujours fièrement acquitté.
Le second n'est autre que le Dr Driss Bouhahi, directeur du Centre Hospitalier Provincial d'Inezgane qui a dû endurer le calvaire par une pénurie stressante de stock médicamental et de ressources humaines. Ce généraliste qui relayait Dr Aziz Errimani au poste, faisait sensation par une exemplarité hors du commun, en sens de responsabilité et en relationnel irréprochable aussi bien avec le personnel qu'il menait en tact raffiné qu'avec les patients dont il se comportait avec une rare sagacité.
Toutes ces qualités de haute notoriété, n'ont pas suffi à échapper au supplice autocratique du technocrate. Comme son homologue, la province d'Inezgane Aït Melloul évolue pareillement sans responsables du secteur, tant à la direction de l'hôpital qu'à la délégation provinciale. Une situation pour le moins qu'on puisse dire, cacophonique.
Enfin, la chaîne de griefs se poursuit pour atteindre, dans les jours à venir, l'éminent délégué de la province de Chtouka Aït Baha Dr Khalid Riffi qui, au regard de cette situation confuse, vient de déposer sa décharge. Mais, pour notre honorable ministre, présenter la démission est synonyme de révocation.
Cependant, comme par hasard, cette décision draconienne qui s'abat sur les directeurs d'hôpital et les délégués de province, ne s'étend pas encore à la direction régionale. La logique des choses voudrait dire que si cela n'allait pas dans les provinces, comme le prétend le ministre, à travers ses décisions drastiques, ça ne pourrait pas aller non plus à la tête de la pyramide régionale.
Comment peut-on concevoir une bonne direction régionale de santé, avec de mauvaises délégations et directions provinciales ? Il y a bel et bien quelque chose qui ne tourne pas rond dans cette logique boiteuse ! On dira à notre respectable ministre qu'au lieu d'en finir avec tous les directeurs et délégués des provinces de la région, il vaudra mieux tenter l'expérience avec une seule et unique éviction, à la tête de la direction.
Peut-être que c'est par là que viennent tous les maux de la région, à croire la manifestation que tiennent aujourd'hui les syndicats du secteur devant le siège de la direction régionale de la santé!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.