Entretien téléphonique entre le Roi Mohammed VI et le Roi du Bahreïn    Migration irrégulière : La Marine royale porte assistance à 50 Subsahariens au large de Nador    Rabat: nouvelles nominations à de hautes fonctions    Les provinces du Sud au centre de la séance de politique générale à la Chambre des représentants    Au-delà des bonnes intentions, Biden confronté à des défis internationaux complexes    Le Mexique veut en finir avec le " machisme qui tue "    La Royal Air Maroc annonce quatre nouvelles lignes    Diego Maradona Icône du football et de tous les excès    Football féminin national : Le Français Pedros Reynald pourrait remplacer l'Américaine Kelly Lindsey    Finale de la Ligue des Champions à huis clos : Les vraies raisons n'ont aucun lien avec la Covid-19 !    Evolution du coronavirus au Maroc : 4178 nouveaux cas, 340.684 au total, jeudi 26 novembre à 18 heures    La coronavirus n 'est pas une excuse, il faut bouger, somme l'OMS    Jamal Belkhadir : « Le risque de pénurie des médicaments antidiabètiques sera réel si l'épidémie se prolonge »    Le chanteur Mahmoud El Idrissi décède du Covid-19    « Fonds Mohammed VI pour l'Investissement »: Le Conseil de gouvernement adopte le projet de loi    Mahmoud El Idrissi a succombé à la Covid-19: Le chanteur de «Saâ Saida» n'est plus    UM6P : Lancement d'une grande école d'ingénieurs dans le numérique    Plusieurs eurodéputés soutiennent du Maroc    Violence à l'encontre des femmes. Un coût énorme pour la société    Covid-19, le vaccin est là !    Maradona. Les buts que l'Angleterre n'a jamais gobés !    Soutien constant et fort à la cause marocaine    Culture : Un Show solo de Mohamed Abouelouakar à L'Atelier 21    Holmarcom & A.P. Moller Capital s'allient pour l'Afrique    France: le gouvernement détaille sa stratégie d'allègement progressif du confinement    Affaire «Hamza mon bb»: Dounia Batma réagit à la condamnation de Madimi (PHOTO)    CIH Bank améliore son PNB de 13,2% à fin septembre    Nikol Pachinian, un héros devenu traître    Surfacturation covid, trois cliniques privées sanctionnées    «La septième porte»: un certain regard sur l'histoire du cinéma au Maroc de 1907à 1986    La beauté intérieure et l'essence de l'existence    9è Festival maghrébin du film d'Oujda sous format digital    Le Maroc appelle à l'Union africaine au respect de la légalité et l'impératif du développement de l'Afrique    Le CIO disqualifie trois haltérophiles roumains, dont deux médaillés    NBA: Indianapolis renonce au All-Star Game 2021    SM le Roi se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Alerte météo : Pluie, neige et grand froid    Guergarate : Le Maroc dit tout au Conseil de sécurité    Le Roi, Amir Al Mouminine, se recueille sur la tombe de Feu le Roi Hassan II    La Plateforme Internationale de Défense et de Soutien au Sahara marocain saisit l'ONU et le HCDH pour condamner les actions du «polisario»    Agriculture : Crédit Agricole du Maroc au chevet des fédérations interprofessionnelles    Al-Ahly – Zamalek, une finale 100% endiablée    Nomination : Eric Fulcheri prend les commandes d'Arval Maroc    Un nouveau shooting de Samira Saïd enflamme la Toile (PHOTO)    Neta Elkayam revisite avec brio les chansons judéo-marocaines    Ahmed Noureddine : «L'offensive de Guerguerat représente un tournant diplomatique de taille dans ce long combat que mène le Maroc»    L'actrice Manal Seddiki endeuillée (PHOTO)    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les drames burundais et rwandais vus par un enfant
Publié dans Albayane le 25 - 08 - 2020


Le roman «Petit Pays» au cinéma
Le génocide et la guerre civile au Rwanda et au Burundi à travers les yeux d'un enfant de 10 ans: «Petit Pays», adaptation pudique et déchirante du roman de l'auteur compositeur franco-rwandais Gaël Faye, sort vendredi dans les salles françaises.
Le réalisateur Eric Barbier («La promesse de l'aube») livre une traduction émouvante de ce roman inspiré de l'enfance au Burundi de Gaël Faye, né d'une mère rwandaise et d'un père français, sur fond de montée du conflit entre Hutu et Tutsi et de séparation des parents.
Succès de librairie en 2016 et révélation de cette rentrée littéraire, le roman a été couronné par plusieurs prix et traduit en près de 40 langues.
À l'écran, le petit Gabriel (Djibril Vancoppenolle), fils d'un Français et d'une Rwandaise réfugiée au Burundi, fait redécouvrir son paradis perdu, le Bujumbura heureux de cette période. Puis le basculement du Burundi dans la guerre civile en 1993, qui marque la fin de son innocence. Six mois plus tard au Rwanda voisin, le génocide décime la minorité tutsi et emporte les proches de sa mère.
Lors d'une projection avant la sortie en salles, finalement retardée par l'épidémie de coronavirus et programmée exceptionnellement vendredi, Gaël Faye s'était dit ébranlé de redécouvrir son roman d'une façon nouvelle, sur grand écran.
«Ce qui m'a choqué déjà, c'est le fait que ce soit resserré (…). On ne met pas sur pause, on est là dans la salle. C'est aussi l'empilement des situations, ce moment où on a l'impression d'être en apnée sur la fin du film», a expliqué l'auteur de 38 ans.
«Quand Eric (Barbier) s'empare de cette histoire, il l'écrit d'une autre façon. Et je suis obligé de baisser la garde, parce qu'il faut que je rentre dans son histoire», dit encore le chanteur, compositeur et écrivain.
Là où le livre mettait l'accent sur l'évocation nostalgique et poétique d'une enfance perdue à travers l'histoire d'une bande de garçons vivant au grand air, vue à hauteur d'enfant, le film l'aborde aussi, mais se resserre davantage sur la cellule familiale.
Il montre aussi la montée de la violence et ses répercussions sur une famille de façon plus frontale que le livre mais sans images démonstratives, en racontant le quotidien de Gabriel, de ses parents (Jean-Paul Rouve et Isabelle Kabano) et de sa petite soeur, dans leur maison d'où ils entendent les récits et les bruits de la guerre.
«J'ai poussé le fait qu'il y a cette maison. Tout se passe là», explique Eric Barbier, soulignant qu'«au fur et à mesure, les choses se referment» dans un «huis clos qui est plus anxiogène».
Le film a déjà été présenté en mars, avant la pandémie, lors d'une émouvante avant-première à Kigali, dans trois salles bondées de l'unique cinéma du pays, en présence de l'épouse du président, Jeannette Kagame – elle aussi née au Burundi – de plusieurs ministres et de nombreux représentants de la scène artistique rwandaise.
«Ce roman et ce film sont la preuve que même si vous parlez de vous-même, de vos origines et de votre histoire propre, vous pouvez parler au monde entier», avait alors déclaré Gaël Faye : «+Petit Pays+ parle de ce rêve des réfugiés de pouvoir un jour rentrer dans leur pays».
Le film a été tourné au Rwanda et non au Burundi «en raison de la situation politique» dans ce pays, plongé dans une crise politique depuis 2015, selon l'écrivain et musicien, très impliqué dans l'écriture du script et le choix des acteurs rwandais.
Le Rwanda n'ayant pas réellement d'industrie cinématographique, Gaël Faye et le réalisateur s'étaient résolus à faire tourner principalement des amateurs. Le film, d'un budget de cinq millions d'euros, a été intégralement tourné au Rwanda, en grande partie dans la région de Gisenyi, près de la République démocratique du Congo (RDC).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.