Covid-19 : réélu, le chef de l'ONU veut «un monde qui tire des leçons»    Un espagnol sur 5 que pense le Maroc récupèrera Sebta et Melilia    L'«Algérie nouvelle», une illusion d'optique à l'issue des législatives    Hélène Le Gal : "L'ouverture d'un consulat au Sahara est liée au nombre de Français qui y vivent"    Une consécration de l'épopée de la lutte nationale    Avec l'arrivée des MRE, les hôtels baissent leurs prix    Inauguration en grande pompe du DS Store Massira Al khadra (VIDEO)    Global Capital Bonds Awards 2021: Le Maroc décroche 3 distinctions    Royal Air Maroc : la route touristique Paris Orly-Dakhla opérationnelle    Développement durable, le Maroc trace sa voie    Finlande : le Maroc, tête de pont de la nouvelle stratégie africaine    15 aéroports marocains labellisés «Airport Health Accreditation»    Maroc-Espagne : l'opposition creuse la tombe du gouvernement Sanchez    Matteo Salvini : Le Maroc, pays le plus stable de toute la région méditerranéenne et nord-africaine    Jeune Afrique : « Paris dénonce la «captation de pouvoir» de Moscou en Centrafrique »    Nigeria : l'explosion d'un camion-citerne fait cinq morts et 13 blessés    Frontex déployée non loin des côtes marocaines ?    Ligue des champions d'Afrique : le WAC affûte ses armes avant le match retour    Premier contrat pro avec le PSG pour Kaïs Najeh    Coupe arabe U20 : Maroc – Tadjikistan ce dimanche    Reprise à Schalke avec Mendyl et Boujellab, Amine Harit absent    Football : La CAN aura bel et bien lieu au Cameroun en janvier 2022    Championnats du monde de bridge : Le Maroc qualifié    FOUZI LEKJAÂ ELU AU CONSEIL DE L'UAFA    Sonarges : le site, l'application mobile… un vent de renouveau souffle    Evolution du coronavirus au Maroc : 481 nouveaux cas, 525.924 au total, vendredi 18 juin 2021 à 16 heures    Ressources humaines dans la santé : Le Maroc peut-il gagner la bataille ? [Dossier]    Dakhla: arrivée du premier vol direct en provenance de Paris    Aïd al-Adha 1442 : 5,8 millions de têtes d'ovins et caprins identifiées    Vaccins: Israël va transférer aux Palestiniens un million de doses avant péremption    Santé privée : Akdital pose pied à El Jadida    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Six projets de loi d'aspect socio-économique adoptés    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    USA: Un mort et 12 blessés dans une série de fusillades en Arizona    « Le cinéma arabe : Expériences, visions, enjeux », nouvel ouvrage de Mohamed Chouika    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Concours national de langue russe    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    Prévisions météorologiques pour le vendredi 18 juin 2021    Le Maroc, premier pays arabe et africain à devenir «Membre Associé»    Après Biden-Poutine, Moscou salue le « bon sens » américain sur le dialogue stratégique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les drames burundais et rwandais vus par un enfant
Publié dans Albayane le 25 - 08 - 2020


Le roman «Petit Pays» au cinéma
Le génocide et la guerre civile au Rwanda et au Burundi à travers les yeux d'un enfant de 10 ans: «Petit Pays», adaptation pudique et déchirante du roman de l'auteur compositeur franco-rwandais Gaël Faye, sort vendredi dans les salles françaises.
Le réalisateur Eric Barbier («La promesse de l'aube») livre une traduction émouvante de ce roman inspiré de l'enfance au Burundi de Gaël Faye, né d'une mère rwandaise et d'un père français, sur fond de montée du conflit entre Hutu et Tutsi et de séparation des parents.
Succès de librairie en 2016 et révélation de cette rentrée littéraire, le roman a été couronné par plusieurs prix et traduit en près de 40 langues.
À l'écran, le petit Gabriel (Djibril Vancoppenolle), fils d'un Français et d'une Rwandaise réfugiée au Burundi, fait redécouvrir son paradis perdu, le Bujumbura heureux de cette période. Puis le basculement du Burundi dans la guerre civile en 1993, qui marque la fin de son innocence. Six mois plus tard au Rwanda voisin, le génocide décime la minorité tutsi et emporte les proches de sa mère.
Lors d'une projection avant la sortie en salles, finalement retardée par l'épidémie de coronavirus et programmée exceptionnellement vendredi, Gaël Faye s'était dit ébranlé de redécouvrir son roman d'une façon nouvelle, sur grand écran.
«Ce qui m'a choqué déjà, c'est le fait que ce soit resserré (…). On ne met pas sur pause, on est là dans la salle. C'est aussi l'empilement des situations, ce moment où on a l'impression d'être en apnée sur la fin du film», a expliqué l'auteur de 38 ans.
«Quand Eric (Barbier) s'empare de cette histoire, il l'écrit d'une autre façon. Et je suis obligé de baisser la garde, parce qu'il faut que je rentre dans son histoire», dit encore le chanteur, compositeur et écrivain.
Là où le livre mettait l'accent sur l'évocation nostalgique et poétique d'une enfance perdue à travers l'histoire d'une bande de garçons vivant au grand air, vue à hauteur d'enfant, le film l'aborde aussi, mais se resserre davantage sur la cellule familiale.
Il montre aussi la montée de la violence et ses répercussions sur une famille de façon plus frontale que le livre mais sans images démonstratives, en racontant le quotidien de Gabriel, de ses parents (Jean-Paul Rouve et Isabelle Kabano) et de sa petite soeur, dans leur maison d'où ils entendent les récits et les bruits de la guerre.
«J'ai poussé le fait qu'il y a cette maison. Tout se passe là», explique Eric Barbier, soulignant qu'«au fur et à mesure, les choses se referment» dans un «huis clos qui est plus anxiogène».
Le film a déjà été présenté en mars, avant la pandémie, lors d'une émouvante avant-première à Kigali, dans trois salles bondées de l'unique cinéma du pays, en présence de l'épouse du président, Jeannette Kagame – elle aussi née au Burundi – de plusieurs ministres et de nombreux représentants de la scène artistique rwandaise.
«Ce roman et ce film sont la preuve que même si vous parlez de vous-même, de vos origines et de votre histoire propre, vous pouvez parler au monde entier», avait alors déclaré Gaël Faye : «+Petit Pays+ parle de ce rêve des réfugiés de pouvoir un jour rentrer dans leur pays».
Le film a été tourné au Rwanda et non au Burundi «en raison de la situation politique» dans ce pays, plongé dans une crise politique depuis 2015, selon l'écrivain et musicien, très impliqué dans l'écriture du script et le choix des acteurs rwandais.
Le Rwanda n'ayant pas réellement d'industrie cinématographique, Gaël Faye et le réalisateur s'étaient résolus à faire tourner principalement des amateurs. Le film, d'un budget de cinq millions d'euros, a été intégralement tourné au Rwanda, en grande partie dans la région de Gisenyi, près de la République démocratique du Congo (RDC).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.