Restauration : comment les professionnels comptent se réinventer pour tirer leur épingle du jeu en 2021    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Fonction publique : 400 postes dédiés aux personnes en situation de handicap    TPME : L'Observatoire et le Ministère de l'Industrie renforcent leur partenariat    Soutien aux TPME : AWB conforte sa position de premier contributeur    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    L'inflation augmente de 0,7% en 2020    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    UM6P/EPFL : Vers la promotion de l'éducation digitale en Afrique    Se déplacer rapidement dans l'espace : Bientôt ce sera possible    Meknès : 6 ans de prison pour le violeur d'un enfant de 7 ans    Al Aroui : Vol d'un coffre-fort renfermant une arme à feu et de l'argent    Vaccins anti-Covid-19 : L'Afrique oubliée ? (vidéo)    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    Le vaccin indien arrive. El Othmani toujours dans le brouillard    La RAM achemine le vaccin anti-covid à Casablanca (photo)    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    CRI : Crise sanitaire ? Connais pas !    L'humanisme, unique héritage indestructible    BMCE Capital Asset Management certifiée ISO 9001 Version 2015    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    Joe Biden marque la rupture avec Trump à son arrivée à la Maison Blanche    La forte participation à la conférence de soutien à l'initiative d' autonomie confirme le réalisme de la vision marocaine    L'appui US au plan d' autonomie s 'inscrit dans une logique de rupture par rapport au statu quo qui entretenait la tension dans la région    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    SM le Roi reçoit le ministre émirati des affaires étrangères et de la coopération internationale    Rallye Aïcha des Gazelles : la 30ème édition de nouveau reportée    Belhanda, buteur et passeur avec Galatasaray    Botola Pro D2: Le RAC et le TAS se neutralisent    "Le secret de la lettre " , nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le premier club de tolérance et de coexistence voit le jour à Essaouira    L'Opinion : Distorsions espagnoles    Lutte contre la corruption : des experts internationaux plaident pour une approche solide et coordonnée    SM le Roi félicite M. Faustin-Archange Touadéra    Radios privées, une «mue» bienfaitrice!    L'ONU condamne le meurtre de deux Casques bleus, dont un Marocain, en République centrafricaine    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    «Livre de chevet : les effets positif de la pandémie»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Rencontre-débat avec Zainab Fasiki à l'IF de Fès    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    Activité portuaire : une croissance honorable malgré la crise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FIFM récompense les films humanistes
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 11 - 12 - 2006

C'est finalement l'exigence esthétique qui a présidé au choix du jury de la 6ème édition du Festival international du Film de Marrakech. Le très exigeant Roman Polanski, président du jury, a annoncé la couleur dès le début de la cérémonie de clôture. «Nous avons voulu honorer le film le plus touchant et le plus abouti artistiquement». Selon le jury, le film qui a réuni ces deux critères est le long-métrage allemand «Le Perroquet rouge». Il a donc reçu l'Etoile d'Or (Grand Prix du festival). Son réalisateur, le Munichois Dominik Graf, s'est également démarqué par une bonne direction des acteurs. Ainsi, le Prix de la meilleure interprétation masculine a été décroché par le jeune acteur allemand Max Riemelt pour son rôle dans «Le Perroquet rouge». Double distinction donc pour ce film, qui sort vainqueur d'une compétition très serrée qui a mis aux prises une sélection de quinze films.
«Le Perroquet rouge» est un récit rétrospectif sur les années de plomb en Allemagne, alors séparée par le tristement célèbre Mur de Berlin (Berliner Mauer). En arrière-plan une simple histoire d'amour. «Siggi», interprété avec brio par le jeune acteur talentueux Max Riemelt, venu à Dresde pour y travailler tombe follement amoureux de «Luise» qui l'introduit au sein du club de danse appelé «Le Perroquet rouge» et lui présente son mari. Moralité : c'est au milieu des crises les plus aiguë que naissent les plus belles histoires d'amour.
Dans le même ordre d'idées, le jury a sacré une histoire du même genre en décernant le prix de la meilleure interprétation féminine à l'actrice rwandaise Fatou N'Diyae pour son rôle dans le film «Un dimanche à Kigali » réalisé par le cinéaste canadien Robert Favreau.
Il s'agit d'un récit journalistique sur le génocide des Tutsis. L'histoire remonte à 1994. Un journaliste canadien débarque à Kigali pour réaliser un documentaire sur les ravages du sida en Afrique. Mais contre toute attente, il tombe en plein conflit ethnique entre les Hutus et les Tutsis. Le Rwanda était livré en pâture à une guerre civile atroce. C'est dans cette atmosphère noire que naît une histoire d'amour excentrique entre le journaliste «Bernard Valcourt», personnage campé par Luc Picard, et «Gentile», une jeune serveuse rwandaise, belle et rebelle. S'agissant, maintenant, du Prix spécial du jury, il a été remis au film «The Paper will be blue». Le jury a salué à travers ce film «l'extrême audace» de son réalisateur roumain Radu Muntean. Ce dernier nous invite dans ce film à redécouvrir la face hideuse de la dictature, qui a ravagé la Roumanie sous le règne de Ceausescu.
Pour la petite histoire, un jeune soldat, nommé «Cosi», est persuadé qu'il est du devoir de chaque Roumain de combattre les partisans de Ceausescu après tant d'années de dictature sanguinolente. Le 22 décembre 1989, qui marquera le début de la chute de la dictature, il abandonne son unité et décide de prendre part à la révolution.
En distinguant «Le Perroquet rouge», «Un dimanche à Kigali» et «The Paper will be blue», le jury a récompensé, par-delà les choix esthétiques, des thématiques profondément humanistes.
L'autre prix du jury
Avant l'annonce du palmarès final de la compétition officielle, le président du jury a tenu à saluer, au nom de tous les membres de celui-ci, «l'intérêt que le Royaume du Maroc attache à la culture en général et au cinéma en particulier». Ce témoignage est d'autant plus précieux qu'il émane du grand cinéaste Roman Polanski.
Il a été partagé par l'ensemble des festivaliers, marocains et étrangers. Si les deux films marocains «What a wonderful world» de Faouzi Bensaïdi et «Wake-up Morocco» de Narjis Nejjar n'ont pas été distingués, ce n'est que partie remise. Le principal mérite du FIFM, au-delà de son rayonnement international, est d'avoir mis en avant le patrimoine cinématographique marocain. Lors de la soirée de clôture, les cinéastes marocains ont été triomphalement accueillis en reconnaissance de leurs efforts pour hisser le cinéma national au plus haut rang.
En encourageant la jeune génération de cinéastes marocains, le FIFM n'a pas oublié la génération des pionniers. En témoigne l'hommage magistral et très émouvant rendu à l'acteur Mohamed Majd lors de la cérémonie d'ouverture. Idem pour la grande dame du cinéma marocain, Habiba Medkouri, qui était visiblement très émue des marques d'affection qui lui ont été témoignées lors de la soirée de clôture.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.