Club Med et Madaëf investissent plus de 274 millions de dirhams en projets touristiques    Le PLF 2021 propose la création de près de 21.000 nouveaux postes    Météo: le temps prévu ce mardi au Maroc    Coopération sécuritaire: Rabat et Washington affichent leur volonté commune de renforcer leur partenariat stratégique    3ème session CAFRAD : Formation des élites de demain    Africa Security Forum : L'adéquation difficile entre climat, sécurité et population    Bilan quotidien: 2.117 nouveaux cas, dont 651 à Casa-Settat    PLF2021 : Voici l'intégralité des mesures approuvées en Conseil de gouvernement [Document]    Colonisation de Mars – Elon Musk a déjà la date    Luis Arce, vainqueur de la présidentielle en Bolivie    Un Raja à bout de souffle surpris par le Zamalek    Coup dur pour Liverpool    Stage des U20 à Maâmoura    L'Australie assène une claque au Polisario devant l'ONU    Installation des membres de la Commission régionale des droits de l'Homme dans l'Oriental    Interpellation de quatre individus à Dakhla    Agadir : Un premier groupe de touristes britanniques    Expulsion de 231 étrangers fichés pour radicalisation à caractère terroriste    El Otmani: « Des négociations en cours avec trois nouvelles sociétés pour un vaccin »    Examens de la 1ère année Bac: avis aux candidats qui s'étaient absentés    Usine de PSA au Maroc : Barid Al-Maghrib passe commande de 225 Citroën Ami    La Tunisienne des Arts et des Lettres    «Relégation logique, politique et sport ne vont pas de pair»    Casablanca: le Barcelo Anfa organise son premier Afterwork post-covid !    La campagne dans les Etats-clés se tend davantage    Kirghizistan: Démission du président Sooronbay Jeenbekov    Coronavirus : Badr Hari testé positif    El Arabi signe un magnifique hat-trick !    Couvre-feu, cafés, commerces…le gouvernement prolonge les mesures à Casablanca    Mettre en place une véritable culture du don    Tannane voit rouge !    Langages du Sud se penche sur le rôle du sport dans l'éducation et la citoyenneté    Amina Agueznay, Joana Choumali et Ghizlane Sahli explorent le Jardin en soi    Les artistes de la halqa: les oubliés!    Scandale. Adil Rami va-t-il balancer les sextapes tournées avec Pamela Anderson ?    Alerte météo: fortes rafales de vent attendues au Maroc    Pêche. Le Brexit rapproche le Maroc et l'UE    Le Financial Times accorde une place importante à Tanger-Med    Notre jeunesse s'entre-tue…    Privé de revenus importants, Maroc Telecom s'adapte à la crise (Résultat)    France: le gouvernement annonce un plan d'action contre la radicalisation    La chanteuse Najat Atabou surprend ses fans (PHOTO)    Saeb Erekat hospitalisé à Jérusalem    Festival d'El Gouna. « Mica » d'Ismail Ferroukhi sélectionné en compétition officielle    USFP. Le grand fleuve déborde à Marrakech    2021 l'année de tous les télescopages    Google célèbre le 110ème anniversaire de Farid Al Atrach    Demi-finale de la Ligue des Champions / Raja-Zamalek (0-1) : L'arbitrage injustement décisif !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sans développement global et soutenable, la croissance n'est qu'un leurre
Publié dans Albayane le 17 - 09 - 2020

Sans développement global et soutenable, la croissance n'est qu'un miroir aux alouettes et un leurre, écrit l'écrivain Bensalem Himmich.
Dans un article intitulé «Au Maroc, l'espoir peut-il attendre ?» et faisant partie d'un ensemble encore inachevé, M. Himmich a souligné que pour tout pays développé ou en voie de développement, l'économie (…) a constamment besoin d'être prémunie et renforcée par un taux de croissance autour de 6% au moins. Par ailleurs, l'intellectuel et ancien ministre de la Culture relève que ce taux ne peut réanimer le marché du travail et soulager le chômage qu'en se maintenant et prospérant, rappelant dans ce sens le «célèbre» rapport de la Banque Mondiale de 1996 dont la lecture a fait dire à Feu SM Hassan II devant les députés que le Maroc était «au bord de la crise cardiaque».
Et d'ajouter que ce rapport avait noté que pendant les six dernières années qui ont précédé 1996, la croissance annuelle du PIB a été en moyenne de 4,3% et qu'il fallait «qu'elle atteigne vite 7% pour ramener le chômage à des niveaux soutenables».
Toutefois, poursuit M. Himmich, même si cette recommandation est réalisée et en mieux (12% en 1994), «elle n'aura aucune portée significative si elle n'agit pas positivement sur des indicateurs socio-économiques vitaux», à savoir la maîtrise du taux de croissance démographique, la baisse du chômage, la réduction des disparités sociales et régionales et l'allègement du déficit budgétaire et de la dette extérieure, etc.
Dans le même ordre d'idées, l'auteur de l'article évoque le rapport de l'ONU sur l'économie du Tiers-Monde des années 70 qui avait argué que «la croissance éprise d'économétrie et de rentabilité n'est pas le développement», déduisant que c'est pourquoi «la croissance record de 1994 (dopée par une bonne saison agricole) ne pouvait faire long feu, surtout que la sécheresse allait par la suite la prendre à revers».
Plus loin, l'auteur note que la question primordiale que «les responsables de l'économie et des finances devraient apprendre à prioriser et dont ils seront comptables auprès des électeurs et de l'opposition n'est pas le taux de croissance comme indicateur autonome et autosuffisant», mais c'est plutôt celle sur laquelle insistent deux prix Nobel d'économie, Amartya Sen, Joseph Stiglitz et d'autres néo keynésiens, à savoir : Comment vont les gens ?
A cet effet, M. Himmich est revenu sur l'Indicateur de Développement Humain (IDH), lequel a été érigé en premier indice-révélateur par l'économiste et banquier pakistanais Mahbub ul-Haq pour «évaluer toute politique économique et la juger selon le degré d'accessibilité des citoyens à leurs droits : la santé, protectrice et souveraine, l'habitat décent, les services, l'éducation, la culture, bref à une vie aisée, qualitative et qui a du sens».
Somme toute, l'écrivain marocain estime entre autres que ce qui compliquera davantage la situation (…) pour la majorité des pays dont le Maroc, «c'est qu'on ne voit pas encore le bout du tunnel, vu que le coronavirus, dont on ne cerne pas enfin le gène pathologique, s'acharne à perdurer au point qu'on nous recommande d'apprendre à vivre avec».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.