Najlae Benmbarek: directrice de la diplomatie publique    Le Maroc plaide pour «un système multilatéral renouvelé et plus équitable»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Un 5ème Sela Park pour Aradei Capital    La semaine mondiale de l'entrepreneuriat en sa 2è édition    CFG Bank : La masse bénéficiaire ajustée des principales sociétés devrait baisser de 18,3% en 2020.    AWB. Issam Maghnouj : « La relation banque-client a changé »    Chili: La troisième mort de Pinochet    Hier, l'avenir était meilleur !    Coronavirus : plus de 624.000 arrestations pour non-port du masque au Maroc    Khalid Ait Taleb : « Le taux d'occupation des lits dans les services de réanimation est passé de 5% au début de la pandémie à 31,3% aujourd'hui »    Coronavirus : la pollution de l'air pourrait augmenter la mortalité de 15%    Une haute délégation visite les laboratoires de recherche de la Fondation MAScIR    Après des semaines d'assouplissement, Tanger de nouveau en alerte    Taroudant/Covid-19 : Nouvelles mesures préventives contre la pandémie    La vie est belle dans les yeux d'un homme qui aime le cinéma    "La démondialisation", thème de la 9e édition des Dialogues Stratégiques    Caricatures du prophète : Le « Conseil des sages musulmans » veut poursuivre Charlie Hebdo en justice    Conférence : L'Afrique dans la pensée de Feu SM Hassan II sous le feu des projecteurs    Affaire des caricatures : Le Conseil Supérieur des Oulémas donne sa position    Maroc Telecom, «Top Performer RSE» pour la 7e fois consécutive    Aquaculture Coopération maroco-espagnole pour lancer des projets au niveau du littoral nord    Ce qu'était le tourisme avant la crise Covid    Kifal auto : La startup qui roule pour les voitures d'occasion (vidéo)    Casablanca : Deux balles de sommation tirées pour neutraliser deux récidivistes    Le Royaume d'Eswatini ouvre son consulat général à Laâyoune    « La Maroc artistique » vu par Bank Al-Maghrib    Arménie et Azerbaïdjan s'engagent à nouveau sur une trêve à Washington    Lee Kun-hee, l'ermite de l'empire Samsung    Orpheline de Ronaldo, la Juve concède un nouveau nul    Le Festival Nipponia 'Ki, un pont culturel entre le Maroc et le Japon    Compteur coronavirus : 2.264 nouveaux cas et 46 décès en 24H    Coupe de la CAF: Le Souverain félicite la Renaissance de Berkane    Cinéma. Le Festival Al Gouna rend hommage à said Tahgmaoui    Mehdi Qotbi : « De nouveaux musées ouvriront prochainement »    Les folies d'Erdogan    Maroc-Egypte: le suspense continue    La CAF et l'ICSS signent un accord de coopération    Stigmatisation de l'Islam en France : La riposte s'organise    Marrakech accueille l'emblématique peinture, la Joconde    Réédition du roman «Le dernier combat du captain Ni'mat» de Mohamed Leftah    Imane Robelin couronnée par «Les Lorientales 2020»    Pas de processus politique avec les provocateurs, les gangs ou les bandits    Testé positif au Covid-19, Ronaldinho donne de ses nouvelles    Transfert : Hicham Al Aroui débarque à l'OCS    Volleyball : Bouchra Hajij élue présidente de la Confédération africaine    La RSB renaît de ses cendres    Caricatures du Prophète : le Maroc réagit « vigoureusement »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le challenge à narguer!
Publié dans Albayane le 23 - 09 - 2020

Plus de six mois de crise pandémique qui assaille rudement la santé des citoyens et l'économie du pays. Notre pays est sous le choc d'une épreuve sans appel et y fait face avec cran sans précédent. Il n'est pas le seul à concéder la «malédiction» de la nature, d'une telle férocité. Il mènera son dessein jusqu'au bout, avec ses propres moyens empreints de charge patriotique.
Chaque jour, des citoyens succombent à la pelle, d'autres se remettent en nombre sous les yeux soulagés des vaillants héros des hôpitaux submergés. Chaque soir, le bilan résonne dans les ménages timorés, sans toutefois, tomber dans l'affolement. L'Etat fait des sacrifices pour sauvegarder ce qui peut l'être, en replaçant la vie des compatriotes en priorité.
En parallèle, on se démène en vue de préserver la santé de l'économie en pleine déliquescence. Le dilemme semble être délicat dans une nation en souffrance. Aussi, se déploie-t-on, à bâtons rompus, afin de concilier les deux volets de cette dualité complexe.
En dépit de la recrudescence virale, il paraît qu'on n'est pas prêt à se permettre de se confiner. Ce serait, n'en déplaise, le coup de grâce d'un pays en état critique, aux plans sanitaire et économique.
On est bien condamné à vivre avec le virus et à le combattre de front. Certes, on y perd des plumes dans les deux sens. On continuera à cumuler les cas et à compter les décès, mais impulsera, dans la douleur, le souffle dans les veines de la vie active. On n'a pas beaucoup de choix à faire, car on a déjà assez porté préjudice à la machine qui est en passe de s'effilocher au fil du temps.
Le Maroc, serait-il en mesure de surmonter ce nouveau challenge dont les retombées seront aussi cruelles qu'éprouvantes ? Il ne fait pas de doute que cette épidémie a fortement affecté la stabilité d'une nation déjà perturbée par ses déficits subjectifs dus à sa gouvernance approximative et par ses aléas objectifs, en raison de la pénurie hydrique et le péril de sécheresse en permanence.
Mais, il importe aussi de reconnaître que la crise virale aura permis d'affronter de visu notre découvert, en matière d'immunité sociale, frappée de plein fouet de précarité et de dénuement. De même, elle aura recouvré une grande nation fondée sur les valeurs de civisme, de bravoure et de solidarité.
De surcroît, elle a découvert la notion de l'Etat, axée sur les assises de la souveraineté, autour de laquelle les composantes de la société tendent à se mouvoir et s'émouvoir dans la synergie. Un Etat fort et rassembleur ne peut que renforcer les atouts de la nation pour tenir tête aux conjonctures, défier les écueils les plus coriaces et braver les fléaux les plus tenaces.
Visiblement, le pays s'attend à de nouvelles mutations substantielles aux plans comportemental, sanitaire et économique auxquelles la pandémie a sensiblement contribuer à faire propager de la même cadence que son maudit virus.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.