Evolution du coronavirus au Maroc : 394 nouveaux cas, 485.147 au total, jeudi 4 mars 2021 à 18 heures    Covid-19: les Français vivant au Maroc ont bénéficié gratuitement des vaccins    Ziyech dans le viseur d'un club espagnol    Coup dur pour le FC Barcelone !    Fortes averses orageuses et chutes de neige au Maroc: les villes concernées (Alerte météo)    Kamal Lahlou reconduit à la tête de la Fédération marocaine des médias    Djibouti : une vingtaine de migrants meurent noyés, sacrifiés par des passeurs    Driss Lachguar reçoit le président de la FRMHB, une délégation des présidents des communes d'El Kelaâ des Sraghna et le Pr. Allal Basraoui    Marché du travail : Egalité femmes-hommes, une équation qui reste encore à résoudre    ASFAR, Raja et HUSA toujours en course    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    50 candidats au poste d'entraîneur du RCOZ    Participation de l'USS Dwight D.Eisenhower à un exercice maritime USA-Maroc    Quelles pourraient être les causes d' une guerre entre les Etats-Unis et la Chine ?    La Grèce évalue les dégâts après un séisme de magnitude 6,3    Coronavirus : le Maroc parmi les 10 premiers pays qui ont réussi le défi de la vaccination, selon l'OMS    Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata en lice pour le Prix international du roman arabe    ElGrande Toto monte le son !    Légalisation de la production et de l'usage thérapeutique du cannabis : le gouvernement tergiverse encore    La Suède étend le vaccin AstraZeneca aux plus de 65 ans    Le Wydad retrouve le Horoya Conakry    Sofiane Diop, le nouveau dossier chaud de Vahid !    2ème édition du prix Brahim Akhiat pour la diversité culturelle    Priorité au Plan de transformation numérique de la justice dans le Royaume    La Jordanie ouvre un consulat général à Laâyoune    Une coopération «exemplaire» entre la France et le Maroc    Blanchiment : des progrès à renforcer    Le Maroc réitère au Caire sa ferme solidarité avec le peuple palestinien    Grande exposition-hommage à Bert Flint    Le pape plaide «la réconciliation»    Cambodge : Sam Rainsy condamné à 25 ans de prison    Prolongation de l'état d'urgence sanitaire au 10 avril    Startup : l'incubateur IsraMaroc opérationnel dans les prochains jours    Brusque coup de froid sur les relations entre Rabat et Berlin : le funambulisme allemand qui déplaît au Maroc    Les cabinets de pression Américains s'activent contre la Marocanité du Sahara    Sahel : le Maroc considère les djihadistes comme un aimant pour les cellules locales    Salima Louafa, la romancière qui recèle la magie des mots sous l'étreinte de ses doigts    La BVC démarre en baisse    Le président du Conseil mondial de l'eau se félicite des réalisations accomplies par le Maroc    Assilah : avortement d'une opération de trafic international de drogue    Adoption en commission d'un projet de loi organique relatif à la chambre des représentants    Crise : 40 % des entreprises algériennes risquent de disparaître    Le Club des dirigeants Maroc prospecte les opportunités d'investissement dans la région de Dakhla-Oued Eddahab    Barça: les buts de la remontada face à Séville (VIDEO)    Trois films du Maroc et de Syrie remportent les Prix du Festival du cinéma de Oued-Noun    "Vision de la jeunesse pour le Maroc post-Covid-19 " , un ouvrage du gouvernement parallèle des jeunes    Promotion des droits reproductifs Le ministère de la santé et UNFPA s'unissent    L'œuvre de Churchill représentant la mosquée Koutoubia vendue à 7 millions de livres sterling à Londres    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La généralisation de la couverture sociale nécessite une cohérence dans l'investissement à engager
Publié dans Albayane le 27 - 09 - 2020

La généralisation de la couverture sociale requiert la mise en place d'une cohérence dans l'investissement à engager entre les différentes composantes du système de la santé, a indiqué, samedi, le Trésorier général du Royaume, Noureddine Bensouda.
La généralisation de cette couverture sociale aura nécessairement pour effet de créer une demande supplémentaire en termes de soins de santé, a relevé M. Bensouda, lors d'un colloque-webinaire, organisé par le ministère de l'Economie, des Finances et de la Réforme de l'administration-Trésorerie générale du Royaume- et l'Association pour la Fondation Internationale de Finances Publiques (FONDAFIP), avec le soutien de la Revue française de finances publiques (RFFP).
En outre, la concrétisation et la réussite du chantier ambitieux de couverture sanitaire universelle passent, d'abord et avant tout, par la mise en place des préalables nécessaires en termes de mise à niveau de l'offre de soins, a ajouté le responsable.
Bensouda a noté que l'aspect quantitatif de l'offre de soins est important, mais son aspect qualitatif l'est aussi, appelant, à ce titre, à s'assurer que les efforts engagés en termes de ressources humaines, d'infrastructures et de matériel et consommables, soient accompagnés d'»une amélioration de la qualité des soins».
Par ailleurs, le responsable a fait savoir que le taux de couverture médicale a connu «une nette progression», passant de 16% avant l'entrée en vigueur de l'Assurance maladie obligatoire en 2005, à environ 68% actuellement, ajoutant que la progression de ce taux s'est accompagnée d'une évolution des taux de prise en charge des frais médicaux, qui peuvent aujourd'hui atteindre 100% dans le cas des Affections de longue durée (ALD) et des Affections lourdes et coûteuses (ALC).
De même, la mortalité maternelle a drastiquement baissé, passant d'un ratio de 228 décès pour 100.000 naissances vivantes durant la période 1992-1997 à un ratio de 72,6 décès pour la période 2015-2016, a-t-il rappelé.
Certes, le système de santé marocain connaît des «évolutions indéniables», a-t-il fait observer, avant de souligner que, de par sa nature et sa construction, ce système est contraint de s'adapter, voire de «se renouveler constamment et d'anticiper les évolutions et les mutations de la société», dont la principale est le vieillissement de la population. Entre 2020 et 2060, le nombre de personnes de plus de 65 ans devrait être multiplié par trois.
La nécessité est donc de mettre en place une réelle cohérence de la politique de la santé, une volonté ferme de coordination entre les différents acteurs et une bonne répartition des tâches, a-t-il insisté.
Il s'agit, d'après M. Bensouda, de mettre de l'ordre dans les prélèvements fiscaux avec comme principe, «l'universalité de l'impôt», ou tout simplement le respect du principe édicté par l'article 39 de la constitution.
De surcroît, «notre futur sera également marqué par l'omniprésence du digital et de l'intelligence artificielle. Un futur où les interactions et les liens de causalité entre divers secteurs seront encore plus complexes, nécessitant l'intégration de la santé dans toutes les composantes des politiques publiques», a fait remarquer M. Bensouda.
Organisée sur le thème «Financement de la santé, Territoires et Intelligence artificielle: Quel droit à la santé au Maroc et en France ?», cette rencontre, a connu également la participation de Michel Bouvier, Président de FONDAFIP et Directeur de la RFFP et Marie-Christine Esclassan, secrétaire générale de FONDAFIP et directrice de la RFFP.
Selon les organisateurs, ce webinaire se veut une occasion d'échanger et débattre des diverses questions ayant trait à la santé publique, notamment, en ce qui concerne le financement, l'efficacité des dépenses de la santé, le rapport aux territoires, ou encore, à l'impact des technologies de l'information.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.