Provinces du Sud : 70% des projets de développement exécutés    Crise libyenne : nouveau round de pourparlers à Tanger    Tennis : Adam Moumar...révélation et sensation    Diego Maradona : « El Pibe de Oro » ne brillera plus    Hausse du crédit bancaire en octobre (BAM)    Supercoupe d'Afrique: Berkane refuse d'affronter Al-Ahly en Egypte    Une personne interpellée à Dakhla : Mise en échec d'une opération d'émigration clandestine de 38 candidats    Semaine de solidarité pour les personnes handicapées du 22 au 26 décembre    Rabat, zone interdite aux Casablancais et vis versa    Youssef Chiheb : Le Maroc a agi selon le droit international qui interdit l' entrave à la circulation de flux commerciaux entre deux Etats souverains    Le roi Mohammed VI a adressé un message au président burkinabé    Maroc/Covid-19: 2.533 nouveaux cas et 57 décès ces dernières 24h    Man Stop Man...    Nouveau coup dur pour le Real    Conseillère du président du NTD, la Marocaine Naoual Atlas se livre à cœur ouvert    Covid-19: le Maroc prolonge l'état d'urgence sanitaire (Source gouvernementale)    Relance économique. CDM se penche sur la santé    Al Moutmir semis-direct : OCP lance la deuxième phase du programme    Listes électorales : L'Intérieur apporte des précisions sur les mises à jour    La CGEM et l'IFC font cause commune    «Restore Africa Soils», un dispositif scientifique dédié au suivi de la cartographie des sols    Rabat : Gal'Rue, une exposition en espace ouvert dans la capitale    Mehdi Qotbi : "Nous continuerons à faire vivre l'art et la culture"    Après inwi, Nadia Fassi-Fehri intègre l'OCP    La série « The Crown » salirait-elle l'image de la couronne britannique ?    Suisse : Le Réseau international des journalistes arabes et africains salue l'action pacifique du Maroc à El Guerguarat    Deux commissaires européens attendus mardi au Maroc    SM le Roi: La Cause palestinienne est la «clé de voûte» de toute solution Juste au Moyen-Orient    Enjeux sanitaires et économiques    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    Cambodge: L'opposition appelée à la barre    Aspirer à la synchronie nationale!    ASHA, 3è à l'Eurovision Junior 2020 à Varsovie    «Le mouvement culturel amazigh est un projet de société basé sur le repensé»    Exposition. « CASARCHIVES », la mémoire historique de Casablanca    Le Sahara marocain se métamorphose    Plus de 15 000 élèves d'Espagne et du Maroc participent à l'Espace Ecole du FCAT    Tottenham reprend la tête, Cavani et Manchester prêts pour Paris    Un Marocain désigné SG de l'Union des avocats arabes    Maradona victime de négligence médicale?    Botola: pour une véritable nouvelle saison    Un démarrage sous le spectre du Covid, la programmation émerge du lot    Sarah Perles et Jaime Lorente, dans la cour des grands    Lydec annonce une baisse de son chiffre d'affaires    Abdelhak Khiame n'est plus à la tête du BCIJ    La province de Taza face à une intense vague de froid    A Montréal, Leila Gouchi présente un concert empreint du charme de l'Andalousie    Sahara marocain : le nombre des consultas s'agrandit [Vidéo]    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Quand les zones Bour vont toute l'économie va!
Publié dans Albayane le 21 - 10 - 2020


Démarrage difficile de la campagne agricole
Par Fairouz El Mouden
C'est une nouvelle campagne agricole qui s'annonce encore très difficile que la précédente. Le Maroc connait depuis ces dernières années un cycle de sécheresse qui devient récurrent voire structurel. Le changement climatique a entrainé une chute drastique des niveaux de stock d'eau dans les barrages et un épuisement de la nappe phréatique et par conséquent une baisse des rendements agricoles. La situation aujourd'hui cède la place à l'inquiétude à cause de l'absence des pluies et la poursuite des températures élevées. Plus encore, les prévisions météorologiques pour les jours qui viennent ne prévoient pas des précipitations durant ce mois d'octobre.
Les agriculteurs sont aujourd'hui découragés pour entamer les labours des terrains et encore plus pour aller s'approvisionner en semences certifiées et autres intrants agricoles. La situation est d'autant plus critique que la période des semis des différentes cultures (céréales, légumineuses...) s'approche et commence vers la fin du mois d'octobre. Plusieurs millions d'hectares soient 7 millions d'hectares situés dans les zones Bour sont concernés soit près de 80% de la surface agricole utile (SAU). Le 1 million restant occupe les zones irriguées.
Selon Abbes Tanji, chercheur agronome, si les 7millions d'hectares se portent bien, c'est automatiquement toute l'économie qui va bien. Mais malheureusement, dit-il, la succession de deux années de sécheresse combiné à la situation sanitaire actuelle et à l'absence de soutien financier du monde rural sont des contraintes majeures pour le secteur agricole, notamment en cette période de démarrage de la campagne céréalière. Notre interlocuteur s'interroge en effet sur le rôle dans la conjoncture actuelle du fonds de développement rural et du fonds de développement agricole pour atténuer les effets de la sécheresse et soutenir les agriculteurs.
Faible soutien financier et alerte sur les subventions des semences certifiées?
Il rappelle qu'a cause de l'absence des pluies, le niveau des barrages dans les zones irriguées devient critique, notamment dans la zone Sous où certains barrages sont à sec et la pénurie d'eau devient préoccupante.
Du côté du cheptel, les éleveurs craignent à leur tour la famine des animaux pour cause du manque de stocks des fourrages et des parcours dénudés en cette période de naissance. Les éleveurs briguent la clémence du ciel en attendant des jours meilleurs...
Aujourd'hui, en reproche au département de l'agriculture le faible soutien financier à un secteur en détresse. Selon certaines sources d'informations, les subventions des semences certifiées (100 dirhams/ quintal) risquent de sauter faute de budget au niveau du ministère des finances. A la date d'aujourd'hui, la SONACOS n'a pas encore commencé la commercialisation de son stock de semence.
Les coûts de production augmentent sans cesse, regrettent les agriculteurs qui pointent du doigt aussi le prix élevé du gasoil et les prix des engrais.
Certes la situation varie d'une région à l'autre. Si la région du nord du pays et du Gharb dispose aujourd'hui de suffisamment d'eau dans les barrages pour irriguer les différentes cultures, le niveau des stocks d'eau est quasi épuisé dans la région du Sous connue par son grand potentiel de production des fruits et des légumes destinés à la fois au marché local qu'au marché extérieur. D'où la flambée actuelle des prix des fruits et légumes. Un renchérissement qui n'est pas prêt de s'estomper et de s'accentuer par le jeu de l'intermédiation et de spéculation qui grève sérieusement le panier de la ménagère...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.