Dakhla-Oued Eddahab : Soutenir les commerçants et TPE...    Etats-Unis : Biden    Hommage / Covid-19 : ces soignants morts sur le front de l'épidémie    2M et la DGSN s'associent pour lutter contre les violences faites aux femmes    Coronavirus : le vaccin est arrivé au Maroc    La DGI publie sa note circulaire sur les dispositions fiscales 2021    Le Vaccin AstraZeneca arrive au Maroc    Restauration : comment les professionnels comptent se réinventer pour tirer leur épingle du jeu en 2021    Vaccins anti-Covid-19 : La fièvre des «vaxxies» va bientôt atteindre le Maroc    Fonction publique : 400 postes dédiés aux personnes en situation de handicap    Hassan Baraka, le premier marocain à nager 1.600 mètres dans une eau à moins de 5 degrés    Maroc-Rwanda à 17h : qualification et confirmation en ligne de mire    Le Rallye Aïcha des Gazelles reporte sa 30eme édition    UM6P/EPFL : Vers la promotion de l'éducation digitale en Afrique    TPME : L'Observatoire et le Ministère de l'Industrie renforcent leur partenariat    Défense aérienne : Le Maroc acquiert le fameux système de défense aérienne "Patriot"    USA: Majoritaires au Congrès, les démocrates pressés de mettre en œuvre l'agenda de Biden    L'inflation augmente de 0,7% en 2020    Se déplacer rapidement dans l'espace : Bientôt ce sera possible    Meknès : 6 ans de prison pour le violeur d'un enfant de 7 ans    Groupe C : Maroc-Rwanda / La qualification au prochain tour en ligne de mire    L'homme aux chaussettes rouges quitte DFC    La RAM achemine le vaccin anti-covid à Casablanca (photo)    Première édition de «Blabl'Art» à Casablanca    CRI : Crise sanitaire ? Connais pas !    L'Inde donne son feu vert pour l'exportation du vaccin vers le Maroc    Le Maroc plaide pour une stratégie africaine de l'éducation    La forte participation à la conférence de soutien à l'initiative d' autonomie confirme le réalisme de la vision marocaine    Le Maroc et Israël signent un accord pour des vols directs entre les deux pays    SM le Roi reçoit le ministre émirati des affaires étrangères et de la coopération internationale    Rallye Aïcha des Gazelles : la 30ème édition de nouveau reportée    Belhanda, buteur et passeur avec Galatasaray    Botola Pro D2: Le RAC et le TAS se neutralisent    L'appui US au plan d' autonomie s 'inscrit dans une logique de rupture par rapport au statu quo qui entretenait la tension dans la région    "Le secret de la lettre " , nouveau roman de Mohammed Ennaji    Le premier club de tolérance et de coexistence voit le jour à Essaouira    L'Opinion : Distorsions espagnoles    Lutte contre la corruption : des experts internationaux plaident pour une approche solide et coordonnée    SM le Roi félicite M. Faustin-Archange Touadéra    Radios privées, une «mue» bienfaitrice!    L'ONU condamne le meurtre de deux Casques bleus, dont un Marocain, en République centrafricaine    Casablanca: mise en échec d'une tentative d'exportation illicite de pièces géologiques    «Mohammed VI, la vision d'un Roi : actions et ambitions»    «Livre de chevet : les effets positif de la pandémie»    A la découverte de l'univers fantastique de Yassine Balbzioui à Rabat    Rencontre-débat avec Zainab Fasiki à l'IF de Fès    Mise au point : Les "attaques injustifiées" et les "assertions diffamatoires" de RSF ne passent pas    Activité portuaire : une croissance honorable malgré la crise    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Téhéran rend un dernier hommage au «docteur martyr» assassiné
Publié dans Albayane le 30 - 11 - 2020

Sa dépouille a été honorée dans des lieux saints chiites
Avec un protocole digne des plus grands «martyrs» de la République islamique, Téhéran a rendu lundi un dernier hommage à un important scientifique tué dans une attaque attribuée à Israël et promis de poursuivre son oeuvre.
Les funérailles de Mohsen Fakhrizadeh ont commencé au ministère de la Défense à Téhéran. Un public limité, composé en particulier de militaires, a assisté à la cérémonie sur des chaises alignées en plein air afin de respecter les protocoles sanitaires en vigueur contre le coronavirus.
«Si nos ennemis n'avaient pas commis ce crime ignoble et versé le sang de notre cher martyr, il aurait pu rester inconnu», a déclaré le ministre de la Défense, le général Amir Hatami, incapable de contenir ses larmes au côté de la dépouille du physicien nucléaire.
«Mais aujourd'hui, celui qui n'était jusque-là qu'une idole pour ses étudiants et collègues est révélé au monde entier», et c'est une «première défaite» pour «les ennemis», a-t-il ajouté.
Mohsen Fakhrizadeh a été tué vendredi dans une attaque contre sa voiture à l'est de Téhéran, dont les détails sont encore loin d'être tous connus.
Sa dépouille a été honorée samedi et dimanche dans deux des principaux lieux saints chiites d'Iran (Machhad et Qom), avant un hommage au mausolée de l'imam Khomeiny à Téhéran comme l'avait été en janvier celle du général iranien Qassem Soleimani, éliminé par Washington en Irak.
Le portrait du général «martyr» était présent près du cercueil à côté de celui du scientifique.
Ce n'est qu'après la mort de Fakhrizadeh que le général Hatami a révélé que ce savant atomiste était l'un de ses vice-ministres et chef de l'Organisation de la recherche et de l'innovation en matière de défense (Sépand selon l'acronyme en persan). Il a souligné qu'il avait accompli un «travail considérable» dans le domaine de «la défense antiatomique».
Le gouvernement a «doublé le budget de Sépand» afin de poursuivre «vigoureusement» sur la voie tracée par le «docteur martyr», a annoncé le général Hatami aux obsèques, niant une fois de plus que Fakhrizadeh ait participé à un quelconque programme nucléaire militaire comme l'en a accusé le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.
La prière mortuaire a été dirigée par Ziaoddine Aqajanpour, représentant du guide suprême Ali Khamenei, au ministère de la Défense.
Parlant au nom du numéro un iranien, M. Aqajanpour a déclaré: «nous ferons preuve de patience face à ces désastres, nous résisterons, mais notre nation exige d'une seule voix un châtiment décisif» contre les responsables de la mort de Mohsen Fakhrizadeh.
Ennemi juré de la République islamique d'Iran, Israël n'a pas officiellement réagi aux accusations des autorités iraniennes lui attribuant cet assassinat.
Pendant la cérémonie, la télévision publique s'est arrêtée maintes fois sur les responsables présents: outre le général Hatami, le général Esmaïl Qaani, chef de la Force Qods –unité d'élite des Gardiens de la révolution, l'armée idéologique du régime- ou encore le vice-président Ali Akbar Saléhi, chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA) visiblement éprouvé.
Vers 11H30 locales (08H00 GMT), le cercueil du scientifique a été porté en terre à l'Imamzadeh-Saleh, important sanctuaire chiite dans le nord de Téhéran où reposent deux autres scientifiques assassinés en 2010 et 2011. L'Iran a pointé du doigt Israël dans ces meurtres.
Accusant l'Etat hébreu de vouloir semer le «chaos», le président iranien Hassan Rohani a promis samedi une riposte «en temps et en heure» à la mort de Mohsen Fakhrizadeh.
Nombre d'ultraconservateurs appellent à bannir d'Iran les inspecteurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) chargées d'inspecter les activités iraniennes sensibles conformément à l'accord international sur le nucléaire conclu en 2015.
Depuis l'annonce de la victoire de Joe Biden à la présidentielle américaine, M. Rohani a multiplié les signes d'ouverture montrant sa volonté de sauver ce qui peut l'être de cet accord.
Ce pacte offre à Téhéran un allègement des sanctions internationales en échange de garanties, vérifiées par l'AIEA, destinées à attester de la nature exclusivement pacifique de son programme nucléaire.
Mais il menace de voler en éclats depuis que le président Donald Trump a sorti unilatéralement les Etats-Unis de l'accord en 2018, avant de poursuivre une politique de «pression maximale» contre Téhéran avec des sanctions économiques punitives.
M. Biden a dit, lui, vouloir faire revenir les Etats-Unis dans l'accord de Vienne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.