Elections : La Chambre des représentants approuve à l'unanimité un projet de loi    Avec plus de 3,5 millions personnes vaccinées, la pandémie est sous contrôle    L'accord agricole entre le Maroc et l'UE résiste aux menées séparatistes    Hausse de 95,5% des exportations marocaines vers le Brésil en janvier    La Chambre des représentants approuve le projet de loi organique relative à la nomination aux postes supérieurs    Une banque sur tous les fronts    Marché des voitures neuves au Maroc : des ventes qui progressent de 6,23%    Université Euromed de Fès-OFPPT : signature d'une convention-cadre de partenariat    La Bourse de Casablanca clôture en hausse    Le double jeu de l'Allemagne contre les intérêts stratégiques du royaume    Hirak : à la recherche d'une maturité    Assurances : le géant allemand Allianz accusé de bafouer le droit international    Arabie Saoudite: des civils blessés par un projectile houthi à Jazan    Baie de Cocody : les ouvrages maritimes achevés    L'Opinion : La goutte qui fait déborder le vase    Bilan bi-mensuel: la situation est en « constante amélioration » (Meziane Bellefquih)    L'art pour tous !    Le Maroc invité d'honneur de la 7e édition de l'Africa Agri Forum    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    Covid-19: «Les vaccins seuls ne protégerons pas»    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    Le groupe Somagec jette l'éponge pour le téléphérique de Tanger    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Visa For Music 2021 : L'appel à candidatures est lancé !    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    La France et l'Allemagne peinent à écouler leurs vaccins AstraZeneca    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Elections : ça chauffe au parlement    Edito : Régions centralisées    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental»
Publié dans Albayane le 19 - 01 - 2021

«Le discours de la folie dans le patrimoine arabe et occidental : Approches linguistiques et culturelles» est le titre d'un ouvrage collectif qui vient d'être publié par le «Centre Ataa pour les recherches linguistiques et les systèmes de connaissances» et «les éditions Afaq pour les Etudes, l'Edition et la communication» à Marrakech.
Cet opus de 293 pages aborde le discours de la folie en partant de quatre axes à savoir l'approche littéraire, l'approche linguistique et psychologique, celle sociologique et philosophique et enfin l'approche religieuse et juridique.
Il fait appel à plusieurs disciplines, dont la linguistique, la sociologie, la psychologie, la critique littéraire, le droit, qui se sont avérées complémentaires pour analyser les questions se rapportant au discours de la folie.
«Cette œuvre est indubitablement une valeur scientifique ajoutée, qui enrichit la représentation de la folie et ses discours créateurs dans l'art, la pensée et la littérature », a souligné Dr. Abdellatif Adel dans la préface de ce livre, relevant que dans notre patrimoine, la folie créatrice des poètes amoureux continue de passionner, des poètes qui ont produit une littérature raffinée.
Et de poursuivre que ce livre dépasse de loin la vision pathologique et médicinale d'un sujet excitant qui a besoin d'être exploré et étudié, pour mettre en exergue les aspects de la création humaine riche de la folie, qui traduit des productions innovantes qui transcendent la logique et se libèrent de toute censure.
Cet ouvrage réunit les études scientifiques abordant le discours de la folie dans le patrimoine et la culture arabes pleins de sagesse et de divertissement comme c'est le cas dans les anecdotes d'Al Jahedh, les histoires d'Ibn Abd Rabbih, celles du poète mystique persan Nisaburi, les maqamates de Badii Zamane Al Hamadani et Al Hariri mais aussi, les œuvres littéraires et philosophiques de créateurs représentant la culture occidentale, tels que Friedrich Nietzsche, Gérard de Nerval, Antonin Artaud, qui sont classées dans les cas de « la délinquance/la folie » étant donné que ces créateurs se sont livrés à un délire sans limites dans les émotions, les temps et les espaces, explique-t-on.
Ainsi, cet ouvrage mêle de façon intelligente la culture arabe et la culture occidentale : de même qu'il analyse les cas des poètes amoureux arabes, à l'instar de Kaîs ibn al-Moullawwah et Jamîl Buthayna.
il aborde le cas du philosophe, humaniste et théologien occidental Erasme et son œuvre monumentale « Eloge de la Folie », les célèbres femmes amoureuses « Leila » et « Buthayna » et leurs compères occidentales « Ophélie » et « Iseut », le cas de l'écrivain et philosophe arabe Jebrane Khalil Jebrane et celui du philosophe Michel Foucault.
Le préfacier ne manque pas de souligner que ce livre a tiré profit des cumulations scientifiques sur le discours de la folie dans le patrimoine arabo-islamique et dans les écrits occidentaux.
Une approche de la folie non pas vue comme « extravagance » synonyme d'exclusion mais en tant qu'actes humains qui méritent toute l'attention et qui témoignent de la richesse de la nature humaine, a-t-il conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.