Marché des voitures neuves. Les ventes progressent à fin juillet    Covid/Iran: Plus de 39.000 contaminations en 24h, nouveau record    CHU Ibn Rochd: Avec la saturation du service de réanimation, le personnel médicale craint le pire (Reportage)    L'ONU lance la course contre la crise climatique    Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    Tunisie : l'Egypte exprime son «plein soutien» au président Saïed    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de l'actrice feue Fatima Regragui    Mobilité électrique : signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Maroc / USA : La coopération militaire prend son rythme de croisière    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Covid-19 : Le pic attendu « dans les tout prochains jours »    Abderrahmane Benbouzid : euphémisme ministériel face aux victimes du Covid    Fuite d'éléments des Forces auxiliaires vers Sebta: le démenti du ministère de l'intérieur    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    SPECIAL MRE. Loin des yeux, près du cœur    Covid-19: le Maroc reçoit 1 million de doses du vaccin Sinopharm    Une étude montre l'efficacité des vaccins contre les variants du Covid    Maroc-Algérie : Cette presse algérienne qui dédaigne la voie de l'apaisement !    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    Pegasus : Ali Lmrabet, faux-monnayeur éhonté et fainéant complotiste    « Forte hausse » du chômage au Maroc, même pour les diplômés    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    JO-2020: Le programme du mercredi 4 août (en heures GMT):    JO 2020: le roi Mohammed VI félicite Soufiane El Bakkali    Covid-19 : l'Espagne prolonge son dispositif social pour les plus vulnérables    Performance mensuelle: la Bourse de Casablanca termine juillet en baisse    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Politique : Chabat quitte l'Istiqlal    Tokyo 2020 : Grave affaire politique, l'athlète Krystina Tsimanouskaya menacée de prison en Biélorussie    Mobilité électrique : un accord de transfert de technologie conclu entre le Maroc et le Brésil    Inclusion financière : BAM met les bouchés doubles    Covid-19: le télétravail s'impose de nouveau    Le drapeau marocain illumine des édifices emblématiques du Monde    Des projets pilotes pour l'artisanat : Deux «Centres d'excellence» pour le Tapis et la Poterie    Niger : quinze militaires tués et six portés disparus après une attaque    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Merci Soufiane    Madagascar : nouvelles interpellations après un coup d'Etat déjoué    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    OPCVM : Plus de 939 MMDH de souscriptions en 2020    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Benjamin Netanyahu devient un justiciable comme les autres
Publié dans Albayane le 14 - 06 - 2021


Evincé par une autre coalition d'extrême droite
« Nous reviendrons bientôt »! Telle a été la promesse de Benjamin Netanyahu évincé dimanche après 12 ans passés sans interruption à la tête du gouvernement de l'Etat sioniste. Mais l'ex-Premier ministre fait l'objet de poursuites judiciaires qui rendent son avenir incertain.
Après le vote de confiance accordé par le Parlement à la nouvelle coalition hétéroclite menée par Naftali Bennett, que risque aujourd'hui Benjamin Netanyahu, député et désormais chef de l'opposition, inculpé pour corruption?
Chez l'entité colonialiste sioniste, le Premier ministre ne dispose d'aucune immunité judiciaire mais n'a pas à démissionner ou à se retirer le temps d'un procès.
C'est la raison pour laquelle M. Netanyahu, 71 ans, avait maintenu ses activités de chef de gouvernement en comparaissant depuis mai 2020 dans son procès pour corruption, fraude et abus de confiance dans plusieurs affaires.
L'ex-Premier ministre est, entre autres, accusé d'avoir perçu des cadeaux (champagne, bijoux, cigares) de riches personnalités, d'avoir tenté de s'assurer une couverture favorable auprès du plus grand quotidien payant israélien, le Yediot Aharonot, et d'avoir favorisé un magnat des télécommunications dans un but similaire.
Pour échapper à cette procédure, Netanyahu avait cherché à obtenir une immunité judiciaire notamment en tentant d'influencer, jusque dans un accord de partage du pouvoir l'an dernier, le passage d'une loi le protégeant en tant que Premier ministre.
Désormais relégué dans l'opposition, Benjamin Netanyahu n'a plus de levier pour tenter de faire changer les lois. Mais, selon Yohanan Plesner, directeur de l'Institut démocratique d'Israël (IDI), un centre d'analyse établi à Al-Qods, sa volonté de rester en politique est liée à son procès.
En 1999, lorsqu'il avait une première fois perdu le pouvoir, Benjamin Netanyahu s'était retiré un temps de la vie politique. Cette fois, « sa motivation est de rester chef de l'opposition et cela est avant tout lié à la poursuite des procédures pénales contre lui », résume M. Plesner.
Selon lui, il « veut continuer d'apparaître comme un accusé ayant encore un pouvoir politique (…) avec le potentiel de redevenir Premier ministre. Il pense que cela lui procure un levier face aux juges et au procureur général ».
Par le passé, plusieurs de ses opposants ont menacé de faire passer une loi empêchant toute personne inculpée de servir comme chef de gouvernement, une manière de contrecarrer toute velléité de M. Netanyahu, chef du parti de droite Likoud, de se représenter.
En terme de condamnation, Benjamin Netanyahu encourt jusqu'à 10 ans de prison ferme pour corruption et trois ans pour fraude et abus de confiance.
L'homme politique, qui plaide son innocence, a déjà publiquement exclu de passer un « plea bargain » -une « négociation de peine »- en échange de la reconnaissance de sa culpabilité, une procédure fréquente en Israël.
Premier ministre ou non, son procès devant le tribunal de district de Al-Qods pourrait continuer à s'étaler sur des années. En cas de condamnation, il pourra également faire appel devant la Cour suprême, la plus haute juridiction d'Israël. Reste également au député Netanyahu un autre recours: la grâce présidentielle.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.