Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Le Maroc autorise les vols exceptionnels vers le Royaume-Uni    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 octobre 2021 à 16H00    Gouvernement régional andalou : « Le Maroc, un partenaire privilégié de l'Espagne »    Sahara Marocain: Alger doit prendre part aux tables rondes, tranche l'ONU    Chambre des représentants : séance plénière le 25 octobre consacrée aux questions orales    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Botola Pro D1 / WAC-OCS (1-0) : Le Wydad vainqueur en fin du match!    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Zoom: La guerre du football    Moscou dément tout «refroidissement» dans les relations avec Rabat    Sahara : Le Qatar réitère son soutien à la souveraineté marocaine    Vaccination : Les personnes souffrant d'allergies peuvent recevoir un certificat de contre-indication    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Les députés obligés de présenter le pass vaccinal pour accéder au Parlement dès lundi    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier    Covid-19 : Le ministère de la santé dément les rumeurs concernant un décès lié au vaccin Pfizer    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Reprise des vols vers le Canada en provenance du Maroc dès le 29 octobre    Trafic international de drogue : Interpellation de 4 individus à Errachidia    Université dans les prisons: La 9ème édition lancée à Salé    INDH : Remise de bus scolaires à Taza    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Nigéria : 30 élèves enlevés libérés    France : Le complotiste Rémy Daillet en garde à vue pour projets de coups d'état et d'attentats    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Macron et Biden tentent un « retour à la normale »
Publié dans Albayane le 23 - 09 - 2021

Six jours après le début de la crise des sous-marins, Joe Biden et Emmanuel Macron ont annoncé mercredi des « engagements » pour rétablir une confiance durement éprouvée, le président américain espérant désormais un « retour à la normale ».
Sollicité par Washington, l'entretien téléphonique était très attendu. Et le dirigeant américain a semblé reconnaître un défaut de dialogue avec son plus vieil allié, selon une déclaration commune publiée par l'Elysée et la Maison Blanche.
Les deux hommes sont convenus que « des consultations ouvertes entre alliés » auraient « permis d'éviter cette situation », dit le communiqué.
Lors de l'échange qui a duré environ trente minutes selon la Maison Blanche, Emmanuel Macron et Joe Biden ont tenté de trouver une issue à la crise diplomatique la plus grave entre les Etats-Unis et la France depuis le « non » français à la guerre d'Irak en 2003.
Le ton de la conversation était « amical » et Joe Biden « espère » que cet entretien marquait « une étape vers un retour à la normale » entre les deux alliés, a dit la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki, lors d'un point-presse de routine.
Il sera suivi jeudi à New York, où se tient l'Assemblée générale annuelle de l'ONU, d'un tête-à-tête entre les ministres des Affaires étrangères français et américain, Jean-Yves Le Drian et Antony Blinken, a annoncé une responsable américaine.
Emmanuel Macron et Joe Biden ont décidé, eux, de se retrouver « à la fin du mois d'octobre » en Europe, où le président américain est attendu pour participer au G20 à Rome les 30 et 31, puis à la COP26 début novembre à Glasgow, en Ecosse. D'ici là, ils lanceront « un processus de consultations approfondies visant à mettre en place les conditions garantissant la confiance ».
Pour ce faire, Emmanuel Macron a décidé que l'ambassadeur de France aux Etats-Unis, l'expérimenté diplomate Philippe Etienne, retournerait à Washington « la semaine prochaine ».
Paris avait annoncé vendredi le rappel des ambassadeurs aux Etats-Unis et en Australie, une décision sans précédent, pour protester contre l'annonce d'un partenariat stratégique entre ces deux pays et le Royaume-Uni dans la région indo-pacifique, qui a torpillé un mégacontrat de sous-marins français à Canberra.
L'industriel français Naval Group a fait savoir qu'il enverrait « dans quelques semaines » à l'Australie la facture pour cette rupture de contrat.
« Les messages sont bons » avec la reconnaissance qu'il aurait fallu « mieux communiquer », a commenté Benjamin Haddad, directeur pour l'Europe du cercle de réflexion Atlantic Council. « Les Américains ont compris que le choc principal à Paris ne venait pas tant de l'aspect commercial que de la rupture de confiance », a-t-il ajouté, en prévenant toutefois qu' »on ne surmonte pas tout du jour au lendemain par une conversation ».
Tranchant avec les déclarations françaises très virulentes des derniers jours, le communiqué commun au ton très mesuré précise que « l'engagement de la France et de l'Union européenne dans la région indo-pacifique revêt une importance stratégique ».
Comme un rameau d'olivier tendu à Paris, Joe Biden a aussi jugé « nécessaire que la défense européenne soit plus forte et plus performante » pour contribuer à la sécurité transatlantique et compléter « le rôle de l'Otan ». Un sujet sur lequel les Etats-Unis se sont dans le passé montrés ambivalents et qui est une priorité française.
La crise a intensifié le débat en France, mais aussi dans d'autres pays de l'UE, sur la nécessité d'accélérer vers une plus grande souveraineté européenne en matière de défense pour s'affranchir du parapluie américain.
Plusieurs candidats à l'Elysée, de Jean-Luc Mélenchon (LFI, gauche radicale) à Marine Le Pen (RN, extrême droite) en passant par Eric Ciotti (LR, droite), appellent à revoir les liens avec l'Otan, certains posant la question de la participation de la France au commandement intégré de l'organisation.
« Le dialogue politique est inexistant au sein de l'Otan », mais « il ne faut pas claquer la porte » de l'alliance pour autant, a répondu mercredi la ministre des Armées Florence Parly.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.