Météo: les prévisions du mercredi 25 mai    Le rachat de Chelsea approuvé par la Premier League    Fusillade au Texas. Biden: « Quand pour l'amour de Dieu allons-nous affronter le lobby des armes? »    Chelsea : Hakim Ziyech voudrait changer d'air cet été    Une fusillade dans une école au Texas tue 14 enfants, Joe Biden va s'exprimer    La Corée du nord a tiré 2 missiles selon Seoul    Sahara : Brahim Ghali menace l'Espagne    Smurfit Kappa choisit le Maroc pour son premier investissement en Afrique    Création à Rabat de la subvention «Al Qods» d'appui aux libertés de la presse    Officiel: Noussair Mazraoui rejoint le Bayern (PHOTOS)    Karim Benzema brise le silence après la décision de Mbappé    La tournée asiatique de Joe Biden    Errachidia: trois garçons décèdent dans l'effondrement d'un mur    Festival Taragalte fait son grand retour !    Sur les traces des mineurs marocains en France    « Les 50 noms de l'amour » pour mieux goûter aux délices des sentiments    Covid-19: 200 nouveaux cas, plus de 6,38 millions de personnes ont reçu trois doses du vaccin    L'Ethiopien Tedros Adhanom Ghebreyesus reconduit à la tête de l'OMS    Nador West Med. La BAD accorde un financement supplémentaire de 113 millions d'euros au Maroc    Le Groupe OCP rejoint le World Economic Forum    Agroalimentaire : Oland Group inaugure 4 nouvelles lignes de production de fromage fondu    CinépsyMaroc : La 4ème édition se tiendra les 27 et 28 mai    Le Maroc, l'Algérie et l'Espagne participent à un exercice maritime américain en Tunisie    Rabat: Le Procureur du Roi dément la disculpation de 17 accusés de viol    Lutte contre les changements climatiques : le Maroc estime indispensable une alliance africaine    AREF-RSK : Festival régional des clubs pédagogiques de musique    Le Maroc prend les rênes de l'Union maghrébine des jeunes avocats    Première expérience mondiale réussie de transplantation d'arganiers adultes    Maroc-Israël: un partenariat économique en phase avec les évolutions technologiques mondiales    Le Kenya et le Zimbabwe exclus des éliminatoires de la CAN 2023    Maroc: Prêt de 350 millions de dollars de la Banque mondiale en appuie à l'économie bleue    Variole du singe : le Maroc en embuscade    PSG : Mbappé conseillé par Macron et Sarkozy !    Finale Wydad -Ahly : Des vols spéciaux '' Caire- Casablanca- Caire'' à environ 6000dh    Visas : les autorités consulaires françaises au Maroc «rejettent une demande sur deux»    Ligue des Champions : Le WAC se prépare au Complexe sportif de Maâmora    Travailleurs migrants. L'ONU salue la politique migratoire d'ouverture du Maroc    La politique migratoire du Royaume mise en exergue à Stockholm    La Bourse de Casablanca débute en hausse    27è SIEL : Bensaid s'attend à une édition réussie    Chambre des représentants : adoption d'un projet de loi relatif à la régulation du secteur de l'électricité    Oxford Economics Group : La hausse des prix ne fait que commencer    Protection sociale: les artistes auront bientôt une fondation, assure Bensaid    A travers son édition limitée Bled El Fen Sidi Ali rend hommage au Maroc    Rabat: Création de la subvention "Al-Qods" d'appui aux libertés de la presse    Valse des représentants du Polisario en Espagne après le soutien de Sanchez au Maroc    Météo: les prévisions du mardi 24 mai    Les Etats-Unis vont vacciner les cas contact de Monkeypox    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Burkina-Faso: Les militaires arrêtent le président
Publié dans Albayane le 27 - 01 - 2022

A qui le tour, serait-on tenté de dire quand après les deux coups d'Etat qu'a connu le Mali d'Ibrahim Boubakar Keïta et l'éviction du président guinéen Alpha Condé moins d'une année après sa reconduction contestée pour un troisième mandat, est venu, cette semaine, le tour du président du Burkina-Faso, Roch Marc Christian Kaboré, auquel le lieutenant-colonel Paul-Henri Damiba reprocherait son « incapacité » à faire face aux groupes jihadistes.
En effet, ce mardi 25 janvier 2022, les burkinabés ont appris, à leur réveil, que leur président a présenté sa démission, la veille, et qu'un gouvernement militaire dirige, désormais le pays, après avoir suspendu la Constitution et dissout le gouvernement et l'Assemblée Nationale.
Mais si les burkinabés ont été pris de court, on ne peut pas en dire autant de l'ancienne puissance occupante dès lors qu'à en croire Antoine Glaser, fondateur et ancien rédacteur-en-chef de « La Lettre du Continent », une publication qui connaît parfaitement les dessous de la politique africaine, « Roch Kaboré avait pris une certaine distance vis-à-vis de la France » et cette dernière lui reprochait de ne pas vouloir réformer son armée.
Antoine Glaser ajoute, par ailleurs, qu' « on a le sentiment que, dans la bande sahélo-saharienne, les dirigeants se bunkérisent dans leurs capitales, qu'ils abandonnent l'espace rural aux jihadistes et qu'ils ont renoncé à tous leurs pouvoirs régaliens d'éducation et de santé. Au Burkina, il y a eu 2.000 morts et des millions de déplacés. Au bout d'un moment, ce n'est plus possible de continuer dans la même situation ».
Autant de raisons pour lesquelles, après avoir fermement condamné ce coup d'Etat, le président français Emmanuel Macron ne s'est pas empêché, pour autant, de déclarer, sur les ondes de RFI, qu' « il ne faut pas sous-estimer la fatigue et l'épuisement que créent des attaques permanentes de groupes terroristes qui viennent affaiblir les forces armées d'une part et qui viennent aussi profondément fragiliser le lien avec la population et les institutions légitimes ».
Il est donc clair qu'au-delà des critiques de Paris concernant la stratégie sécuritaire du président Roch Kaboré, c'est surtout le ras-le-bol de la population qui semble avoir permis aux militaires de reprendre le pouvoir et ce, d'autant plus que, dans une note publiée, ce mardi, par le site « Africa Intelligence », il est clairement rapporté que Paris aurait travaillé, depuis septembre dernier, « sur des scénarios de prise du pouvoir par des militaires » car si le président burkinabé « avait accepté la présence de l'opération Sabre constituée de forces spéciales françaises près de Ouagadougou », il est resté, tout de même, très réticent quant à la présence de Barkhane dans son pays par crainte que la jeunesse burkinabé n'assimile ce « renfort » à un retour, plus ou moins déguisé, au Burkina-Faso, des forces de l'ancienne puissance occupante.
Le président Roch Kaboré aurait donc été désavoué non seulement par son armée et ses compatriotes qui sont descendus, ce mardi, dans les rues de Ouagadougou pour apporter leur soutien aux putschistes mais également par la France qui, selon « Africa Intelligence » aurait proposé à l'ex-président « une exfiltration d'urgence » dès dimanche avant de perdre le contact avec lui le lendemain.
Mais qui est donc le nouvel homme fort du Burkina-Faso ?
Agé de 41 ans, le Lieutenant-Colonel Paul-Henri Sandaogo Damiba ayant écarté du pouvoir Roch Marc Christian Kaboré, qui restera, pour l'Histoire, le premier président civil du Burkina-Faso à avoir été démocratiquement élu, en 2015, est un officier formé à l'Ecole militaire de Paris qui présidait, par ailleurs, le Mouvement Patriotique pour la Sauvegarde et la Restauration (MPSR).
De quoi demain sera-t-il fait au Burkina-Faso et qui a pris place dans le viseur des putschistes dans cette partie du monde en proie à d'incessants coups d'Etat ?
Attendons pour voir...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.