Changement de modèle ?    Le HCP appelle les entreprises à s'adapter à la situation    Secousse tellurique de magnitude 3,2 dans la province de Figuig    Journée internationale du sport : TIBU Maroc annonce plusieurs actions    Coronavirus : 973 infractions en matière des prix et de qualité des produits alimentaires relevées du 1er mars au 5 avril    Le Maroc humaniste!    Ramédistes et salariés affiliés à la CNSS – Attijariwafa bank : Les démarches à suivre pour bénéficier des aides financières    Société Générale Maroc : Un résultat net consolidé en hausse de 8,44% en 2019    EST-WAC : le TAS rendra son verdict le 29 mai    Le top 10 des meilleurs buteurs de l'histoire de la LDC    8.612 personnes arrêtées et soumises aux enquêtes judiciaires    Coronavirus : 40 marocains bloqués aux Maldives    Coronavirus : la France devrait connaître en 2020 sa plus forte récession depuis 1945    Un symbole de la mobilisation du monde sportif en faveur des valeurs de solidarité    Coronavirus : Crédit Agricole du Maroc lance une radio interne    «La situation épidémiologique est maîtrisée pour le moment mais deux semaines cruciales nous attendent»    Les agents de propreté: nos protecteurs jetés en pâture    BAD: «Ce n'est pas le moment de la distanciation budgétaire»    Les masques distribués en épicerie et en grande surface au prix de 0,8 DH l'unité    Coronavirus : mobilisation des représentations consulaires du Maroc en France    Abdelkader Retnani : «Les éditeurs sont en confinement total, soit à l'arrêt à 80% du secteur»    Elisabeth II appelle à la résilience: «Nous vaincrons»    Quelle leçon nous apprend l'Histoire!    «La lecture, mon échappatoire!»    Football : Les clubs marocains dans le flou total    Post-coronavirus : les professionnels du BTP se penchent sur l'élaboration d'un plan de relance    Algérie : un journaliste condamné à 8 mois de prison pour « contrebande »    Réunion, lundi, du conseil de gouvernement    Les sept consignes de Benchaâboun    Midelt : un député pjdiste roule sans assurance et viole l'état d'urgence sanitaire    Liverpool met une partie de ses salariés en chômage partiel    Le nouveau coronavirus exacerbe encore les inégalités aux Etats-Unis    «La crise provoquée par la pandémie apporte un désaveu cinglant aux apôtres du Capital»    Le Maroc de tous les espoirs!    Covid-19 et injustices meublent le quotidien des camps de Tindouf    Assistance aux familles de nos compatriotes décédés en France et en Belgique    Mesures pour la protection des magistrats et des justiciables    Prise en charge officielle des frais d'inhumation des MRE en situation précaire    Campagne d'hébergement des SDF à Khénifra    Grâce Royale au profit de 5.654 détenus    Hakimi au Real Madrid jusqu'en 2023    Report du Trophée Hassan II et de la Coupe Lalla Meryem de golf    Un concours à distance pour dénicher les jeunes talents    Disney repousse la sortie des prochains Marvel    "La révolte des secrets", nouvel ouvrage de Rachida Belkacem    Les séries du ramadan à l'arrêt à cause du coronavirus    Le musicien marocain avait contracté le Covid-19 : Décès à Paris de Marcel Botbol    Nouveau modèle de développement : La Commission spéciale et le ministère de l'éducation donnent la parole aux lycéens    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le policier de Casa porté disparu a été assassiné
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 03 - 2002

Récit. Le brigadier Saïd Roussaïne, disparu mystérieusement le 28 décembre 2001 après la fin de son service, a été en fait assassiné et son corps jeté dans un puits. La police de Tanger vient d'arrêter le criminel et son complice.
Branle-bas de combat dans les milieux de la police de Casablanca. Un soulagement mêlé d'énervement se lit sur les visages. Le préfet de la capitale économique, Bouchaïb Rmaïl, est excité depuis mercredi en début de soirée. De quoi s'agit-il ? Il s'agit d'une énigme, qui vient d'être élucidée. Elle concerne le corps de la police lui-même. La presse nationale avait rapporté il y a plus d'un an un fait pour le moins bizarre : une voiture, marque Fiat 127, a été retrouvée complètement calcinée, le 5 janvier 2001, dans un terrain vague entre Sidi Messaoud et la forêt de Bouskoura, dans la périphérie casablancaise. L'information aurait été anodine si le propriétaire du véhicule n'était pas un policier. La quarantaine, père de trois enfants, Saïd Roussaïne, était un brigadier à la sûreté de Hay-Hassani-Aïn chock. Il avait quitté le commissariat de police dans l'après-midi du 28 décembre après la fin de son service. Depuis, l'agent a disparu. Il ne donnera plus signe de vie. L'affaire est d'autant plus grave que M. Roussaïne qui portait son uniforme au moment des faits avait aussi sur lui son pistolet de 9 mm avec 12 balles dans le chargeur.
La police s'empare immédiatement de l'affaire. Enquête tous azimuts, à l'échelle nationale, pour retrouver le mystérieux policier. En vain. Aucun indice. Pas de piste.
Devant les efforts infructueux des enquêteurs, le dossier est presque oublié. Jusqu'à ce mercredi 6 mars vers 20 heures. La police judiciaire de Tanger suite à un acte de délation arrête un jeune individu du nom de Abdelhadi Dahbi, qui se faisait passer pour un policier. La descente des éléments de la PJ dans son domicile, en fait celui de son frère, situé dans le quartier difficile de Béni-Makada, a permis la saisie d'un pistolet, une paire de menottes et une carte de police portant la photo de l'accusé. C'est le numéro de série de l'arme qui met la puce à l'oreille de la police.
Une rapide verification permet de savoir que le revolver était enregistré sous le nom du policier porté disparu et que le détenteur de l'arme ne fait pas partie du corps de la sûreté nationale…
Alertée, une brigade de Casablanca se déplace immédiatement à Tanger. Interrogatoire. Abdelhadi Dahbi passe aux aveux. Il raconte qu'il a tué l'agent de police Saïd Roussaïn à Casablanca et qu'il s'est emparé de son matériel de travail. Usurpation d'identité doublée de meurtre. Et le cadavre ? Il reconnaît l'avoir jeté après avoir commis son forfait dans un puits à douar Oulad Malek, à Bouskoura. Les mobiles du crime, eux, font l'objet d'une enquête approfondie même si l'intéressé a déclaré dans un premier temps qu'il a tué le brigadier parce qu'il l'aurait verbalisé suite à une infraction au code de la route.
Dès le lendemain, jeudi 7 décembre dans la matinée, le préfet de Casablanca et les chefs de sûreté de la ville se sont rendus sur le lieu du crime en compagnie de l'assassin. Les recherches, auxquelles participent la gendarmerie de Bouskoura, sont en cours pour retrouver le corps. Le criminel n'a pas agi seul. Il a un complice surnommé El Ouazzani. Il a été lui aussi arrêté à Ouazzane. À leur actif, plusieurs actes de vols et d'agression. L'enquête ne fait que commencer.
Les deux comparses doivent ensuite répondre de leurs actes devant la Cour d'appel de Casablanca.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.