Le dirham se déprécie de 2,47% vis-à-vis du dollar en juillet    Activité monétique: 245,5 millions d'opérations pour 200,6 MMDH au S1-2022    HCP: près de 3 chômeurs sur 10 sont des jeunes au Maroc    Retraite : L'horizon d'épuisement des réserves de la CNSS se situe à 2038    Jeux de la solidarité islamique : Les athlètes marocains décrochent deux médailles d'or et deux de bronze    Fouzi Lekjaa revient sur les raisons du limogeage de Vahid Halilhodzic    FIFA: le coup d'envoi du Mondial-2022 fixé au 20 novembre    Arrestation de l'agresseur d'un policier à Casablanca    Canicule au Maroc : Jusqu'à 46°C ces vendredi et samedi    Météo Maroc: persistance du temps ce samedi 13 août    E-commerce au Maroc: 12,8 millions d'opérations à fin juin    Des écologistes plaident pour un changement radical de la politique agricole    Benzema, Courtois et De Bruyne nommés pour le titre de Joueur européen de l'année    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    L'Algérie rejette la main tendue de SM le Roi    E-commerce: 85% des consommateurs au Maroc préoccupés par la protection de leurs données personnelles    Rabat-Salé-Kénitra: destruction par incinération d'une importante quantité de drogues    L'actrice américaine Anne Heche succombe à ses blessures    Covid-19/Maroc: Voici les régions les plus touchées    Tennis : Le Maroc passe au Groupe ll de Coupe Davis... One, two, three en Algérie !    Bourse de Casablanca: Clôture dans le vert    Avec sa nouvelle loi sur l'immigration, le Portugal pourrait bénéficier de la main-d'œuvre marocaine    Transport aérien : Ryanair annonce la fin des billets à 10 euros    Amérique : Biden se prépare aux élections présidentielles de 2024    Reportage / Mondial-2022: Un QG unique pour parer aux incidents dans les stades    Le Maroc compte 5,9 millions de jeunes âgés de 15 à 24 ans    Liga saison 2022-2023 : Début ce soir avec Osasuna - FC Séville (20h00)    Biens culturels volés : Le Maroc adhère à la convention d'Unidroit de 1995    Diagnostic confirmé, Hamid El Hadri souffre bien d'une tumeur cérébrale (PHOTO)    Saad Lamjarred dévoile son tout dernier single « Alacheq Alhayem » (VIDEO)    L'écrivain Salman Rushdie victime d'une attaque à New York    Le problème des visas pour la France arrive au parlement    « Pegasus » révèle que 12 pays européens ont utilisé son programme    Président du parti politique argentin Demos : le Maroc a montré le « cap » d'ouverture sur le Monde    Sécheresse chronique: la Californie veut stocker davantage d'eau    USA/Ohio: Un homme armé tué après avoir tenté d' »entrer par effraction » dans les bureaux du FBI à Cincinnati    Les Marocains deuxièmes bénéficiaires des premiers permis de séjour en Europe en 2021    Nouvelle vision pour les polices marocaine et espagnole    Des journalistes MRE découvrent de près la promotion du service audiovisuel public    Perquisition au domicile de Trump en Floride: Le FBI cherchait des documents liés au nucléaire (presse)    ONU/Ukraine: l'AIEA réclame l'accès à la centrale nucléaire de Zaporijjia    Mohammedia : Coup d'envoi du 5ème Festival du film éducatif pour les enfants en colonies de vacances    Le Polisario en quête d'une sortie honorable pour sa «guerre contre le Maroc»    La revue de presse du vendredi 12 août    USA: la quarantaine n'est plus obligatoire après une exposition au Covid    Création numérisée : 11,5 millions de dirhams pour cinq cinémas    Mondial 2022: la Fifa entérine l'avancement d'une journée du match d'ouverture    Interview avec Hicham Lasri : « La majorité des films marocains sont des soap opéras »    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Bouteflika coûte que coûte
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 03 - 2004

Algérie. Le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD), dont le secrétaire général, Saïd Saâdi, est candidat aux élections présidentielles, a été sommé de quitter son siège mardi. Un événement qui s'ajoute au rejet de trois candidatures par le Conseil constitutionnel.
Abdelaziz Bouteflika est décidé à remporter les élections présidentielles algériennes qui se tiendront le 8 avril prochain. Et tous les moyens sont bons par le clan présidentiel afin d'assurer la victoire finale de son candidat. Aux traditionnels reports et annulations de meetings électoraux et rejets de candidatures, dont plusieurs adversaires du président ont été victimes, s'est ajouté en ce début de semaine une mise en demeure remise hier par un huissier de justice à la formation politique le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) dont le premier responsable Saïd Sadi est en lice pour ces élections, a été sommé de quitter hier son siège algérois. « Cette énième attaque du clan présidentiel répond plutôt à la logique de déstabilisation du parti entreprise depuis quelques années pour empêcher la mobilisation des énergies, afin d'affronter dans de meilleures conditions l'ouverture de la campagne électorale », peut-on lire dans un communiqué du parti.
Pour les responsables de ce parti béribériste, le hasard n'a rien à voir dans le choix de cette période pour que le couple français, propriétaire de l'immeuble où se trouve le siège du RCD, réclame la restitution de sa propriété. Ils refusent catégoriquement de placer cette sommation judiciaire dans un contexte autre que politique. « C'est un siège qui est attribué au même titre que ceux mis à la disposition des autres partis au début des années 90 par l'ancien chef de l'exécutif, Mouloud Hamrouche », signale le candidat à l'élection présidentielle sur les colonnes du quotidien algérien «Le Matin».
Et de préciser : « C'est une attaque orchestrée pour appuyer la cabale et l'acharnement du clan présidentiel, afin d'empêcher le parti d'exprimer son opposition au président-candidat » avant d'ajouter: « Ces actes ignobles ne sont ni l'œuvre d'une mafia parce qu'elle a un code de l'honneur et moins d'un dictateur courageux dans ses prises de position, mais c'est le produit d'une «voyoucratie» affolée par des lendemains incertains pour sa survie ».
Le chemin est ainsi de plus en plus balisé pour l'actuel président Abdelaziz Bouteflika en vue d'un deuxième mandat. Avant même le début de la campagne électorale, trois candidats ont été écartés prématurément de la course à la présidence par le Conseil constitutionnel : Ahmed Taleb Ibrahimi, président de Wafa, une formation islamiste non agréée, Sid Ahmed Ghozali, président du Front Démocratique (FD) lui aussi non agréé par les autorités, et Moussa Touati, président du Front National Algérien (FNA), ont été écartés de la course à la présidentielle par le Conseil constitutionnel, qui n'a fourni aucune explication sur les raisons de leur élimination.
De par la Constitution et la loi électorale, les candidats éliminés ne disposent pas de droit de recours.
Après ces rejets de candidatures, il ne reste plus que six candidats qui se disputent ces présidentielles. Il s'agit du président sortant Abdelaziz Bouteflika, d'Ali Benflis, secrétaire général du Front de Libération Nationale (FLN) et le plus sérieux adversaire du chef de l'Etat, l'islamiste modéré Abdellah Djaballah, président du Mouvement de la Réforme Nationale (MRN), de Louisa Hanoune, porte-parole du Parti des Travailleurs (PT, extrême gauche), de Faouzi Rebaïne, leader de la petite formation politique Ahd 54 et de Saïd Sadi, président du Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.