Le polisario sèchement recadré en Nouvelle-Zélande    Ramadan: Kaïs Saïed écrit au roi Mohammed VI    Le Maroc suspend les liaisons aériennes avec la Tunisie    Le roi Mohammed VI a reçu un message du roi Abdallah II    Joe Biden retirera toutes les troupes américaines d'Afghanistan d'ici le 11 septembre    La haute précision marocaine mondialement reconnue    Messages du roi Mohammed VI aux chefs d'Etat des pays musulmans    SM le Roi félicite les Chefs d'Etat des pays islamiques à l'occasion du mois sacré de Ramadan    La FRMVB adopte ses rapports moral et financier lors de son AGO à Marrakech    Liverpool-Real, la magie évanouie d'Anfield face au sorcier Zidane    Front commun de Moscou et Téhéran face aux Occidentaux    Ventre vide, tables garnies    Meryem Aassid : «notre vision est d'explorer la chanson amazighe dans toute sa splendeur !»    Quand l'art fédère le Grand Maghreb    Votre livre de poche motivateur    Couvre-feu à Casablanca: le tramway adapte ses horaires    Mariage des mineures : une plaie gangrenée    Coronavirus : l'utilisation du vaccin de Johnson & Johnson suspendue par les autorités américaines    La France regrette les menaces d'Alger envers son ambassadeur    Interview avec l'Ambassadeur du Sénégal au Maroc : les dessous de l'initiative sénégalaise à Dakhla    La loi 46.19, une occasion pour lutter efficacement contre la corruption    Démantèlement d'un réseau d'immigration clandestine opérant dans le nord du Maroc    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue omanais    PSG-Bayern: à quelle heure et sur quelles chaînes? (Ligue des champions)    Barça: le clan Messi dément une rumeur au sujet de Neymar    M. Benabdelkader : Bientôt un nouveau projet de loi régissant la fonction d'Adoul    Gaz Butane : Hausse de 9% de la moyenne de subvention unitaire par bouteille (12kg) à fin avril    Golf : Hideki Matsuyama, soleil levant à Augusta    SM le Roi lance l'opération de soutien alimentaire «Ramadan 1442»    Tayeb Hamdi: Sans respect strict et généralisé, les mesures restrictives ne seront jamais suffisantes    Des chiffres alarmants de demandes de mariages des mineures (Président du ministère public)    Raja / Lassaâd Chebbi : Une association de raison qui profite aux deux parties    Les rebelles Houthis du Yémen affirment avoir lancé 17 drones et missiles sur l'Arabie saoudite    Diversité des genres : le groupe OCP s'associe à IFC    Naima Lamcharki, meilleure actrice au Festival international du film arabe de Malmö    Sociétés cotées : Baisse de 34,4 % de la masse bénéficiaire    Ramadan/Maroc: Le renforcement des mesures restrictives dicté par la nature imprévisible du virus (El Otmani)    La Bourse de Casablanca débute en légère baisse    Financement anti-Covid : le plaidoyer de Benchâaboun    Officiel: le Tunisien Lassaad Chabbi nouveau coach du Raja Casablanca    Formation : la Fondation Phosboucraâ opte pour le distanciel    Casablanca : le musée "Docteur Leila Mezian Benjelloun", prêt ''dans un peu plus de deux ans''    Journée internationale de la femme : ASEGUIM-Settat honore Mme Cissé Nantènin Kanté    Real Madrid: Florentino Pérez réélu président    M. Rabbah : Le système électrique de la prochaine décennie sera basé sur des énergies propres et renouvelables    Chtouka Ait Baha : Tout sur l'inscription les greniers collectifs au patrimoine mondial de l'UNESCO (Vidéo)    Un hommage au grand artiste Mohamed Melehi aura lieu en mai prochain à Marrakech    La Fondation TGCC lance la première édition du Prix Mustaqbal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le marché : Les marchés boudent la reprise économique
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 30 - 04 - 2002

Le vieux principe selon lequel la bourse anticipe le mouvement de reprise économique serait-il en passe de devenir obsolète ? Alors que les semaines qui passent confirment que la reprises économique est bel et bien au rendez-vous, la bourse, elle piétine, quand elle ne plonge pas comme cette semaine de 3 à 4% en Amérique comme en Europe.
Le vieux principe selon lequel la bourse anticipe le mouvement de reprise économique serait-il en passe de devenir obsolète ? Alors que les semaines qui passent confirment que la reprises économique est bel et bien au rendez-vous, la bourse, elle piétine, quand elle ne plonge pas comme cette semaine de 3 à 4% en Amérique comme en Europe. Le Dow Jones s'est installé sous la barre psychologique des
10 000. Les analystes de BNP Paribas affirment que les marchés actions ont désormais pris du retard sur le mouvement de reprise économique. Comment expliquer ce déroutant paradoxe ?
D'abord les faits. Les marchés ont été surpris, pour ne pas dire stupéfaits, par le formidable rebond économique américain au premier trimestre 2002 de 5,8% en rythme annualisé, bien plus que ne l'espéraient tous les analystes. Du jamais vu depuis le quatrième trimestre 1999.
En d'autres temps, les marchés se seraient envolés à l'annonce d'un tel chiffre. Eh bien, cette fois-ci, ils ont, au contraire,plongé. Pourquoi ? Parce qu'ils ne sont pas sûrs qu'un tel exploit se renouvelle au deuxième trimestre. Cette croissance est encore tirée par la consommation, le re-stockage et l'accroissement des dépenses publiques dues au 11 septembre et non à une reprise des investissements que la Fed attend impatiemment avant de se prononcer sur la pérennité et la vigueur de la reprise. En un mot comme en cent, la croissance serait encore fragile. Témoigne le recul de l'indice de confiance des consommateurs de l'Université du Michigan pour les mois d'avril. Les commandes de biens durables ont baissé de 8% au premier trimestre. Si la reprise est incontestable, elle semble relativement molle.
Les investisseurs sont surtout inquiets des médiocres performances des entreprises au premier trimestre. N'oublions pas que les bénéfices des sociétés sont le principal carburant de la bourse. Dès lundi dernier, l'onde de choc provoquée par le profit warning de l'équipementier télécom suédois Ericsson faisant plonger dans le rouge l'ensemble des entreprises du secteur : Nokia, Worldcom, Lucent, Verizon, France Télécom. Les analystes ont banni les valeurs des équipementiers – et beaucoup d'opérateurs – de leurs recommandations au moins jusqu'en 2003.
Toujours dans les TMT,le N°1 mondial de la communication, AOL Tile Warner, annonçait jeudi la plus grosse perte de l'histoire économique américaine : $ 54 ?2 milliards. De tels chiffres sont supérieurs au PNB de pays moyens de l'Europe del'Est comme la Hongrie. Les valeurs traditionnelles n'ont pas plus brillé. Le résultat net trimestriel de la plus grande compagnie pétrolière mondiale, Exxon Mobil, a chuté de 58%. Le chimiste DuPont de Nemours a lui aussi publié des résultats médiocres. Les marchés sont plus que jamais attentistes. En Europe, cet attentisme sera probablement aggravé par l'incertitude qui pèse sur les résultats des élections législatives françaises en juin prochain. Il est certain qu'une nouvelle serait peu appréciée par les marchés. La bourse vote Chirac.
Par Raphaël Mergui


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.