Amrani met en lumière la vision Royale pour un Maroc de paix et de prospérité    Message du roi Mohammed VI au président indien    Vidéo : revivez l'humiliation du Barça contre le Bayern (C1)    Haja El Hamdaouia met un terme à sa carrière (VIDEOS)    D'où viennent les 1306 cas de Covid-19 enregistrés vendredi au Maroc?    Casablanca: tentative de kidnapping dans un bus à Hay Hassani    Météo: jusqu'à 45 degrés ce vendredi au Maroc    Casa-Settat: Le Conseil de la région examine le PDR    Finances publiques: Principaux points du BMSFP de la TGR    Nomination des membres du conseil de l'ANRE    Explosion à Beyrouth: Pont aérien humanitaire de l'UE    France: Une autre mosquée incendiée à Lyon    Botola Pro D1: Report de trois matches de la 22è journée    Distribution des aides marocaines aux victimes de l'explosion du port de Beyrouth    Casablanca se barricade peu à peu !    Covid-19 : Des joueurs Wydadis contaminés    Rentrée scolaire au Maroc : les écoles privées au bout du rouleau ?    Le Maroc devient le cinquième pays africain le plus touché    Covid – Casablanca – Préfecture d'Anfa – Des mesures de restrictions instaurées dès aujourd'hui    Cinéma : L'actrice égyptienne Shwikar n'est plus    Transfert: Arsenal réalise un joli coup    Tout savoir sur l'exemption des personnes touchées par la pandémie des impôts et redevances dus à la commune    Vaccin anti-Covid-19: l'UE conclut un accord pour l'achat de 300 millions de doses    Tindouf: l'affaire du détournement de l'aide humanitaire continue de faire réagir    Transport routier: 153 MDH destinés au renouvellement du parc automobile (2020)    Le trafic de 720 chardonnerets avorté à Fqih Bensaleh    Titrisation : La constitution du FT Immo LV prévue le 2 septembre    Covid-19: Le vaccin d'AstraZeneca sera prêt au 1er trimestre 2021    Sahara marocain: L'ambassade du Maroc à Pretoria promeut la doctrine nationale    L'EN de cyclisme en stage de préparation à Ifrane    Kamala Harris se rêve en première vice-présidente noire des Etats-Unis    Les divagations d'Alger mises à nu par l'UE    Célébration du 41ème anniversaire de la récupération d'Oued Eddahab    Les collectivités territoriales dégagent 3,7 MMDH d'excédents budgétaires au premier semestre    L'Autorité nationale de régulation de l'électricité voit le jour    Des cas de contamination au Covid-19 enregistrés parmi le personnel judiciaire    La 22ème journée de la Botola au conditionnel    Entrée en vigueur du protocole de traitement à domicile des patients asymptomatiques    Annulation des Mondiaux juniors de taekwondo    Comment Sharon Stone a frôlé la mort à trois reprises    Des milliers de fans réunis à Abidjan un an après la mort de DJ Arafat    Dwayne Johnson, acteur le mieux payé de Hollywood    Une première dans l'histoire du Maroc!    «A Taste of Things to Come» exposé à Séoul    Il y a 41 ans, la récupération de Oued Eddahab    Lahcen Bouguerne libère la voix des femmes    L'avenir du monde arabo-musulman est indissociable de celui de la cause palestinienne    COVID-19 : Décès de l'artiste populaire Abderrazak Baba, un pionnier de la dakka marrakchia    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Grogne chez le personnel médical
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 06 - 2004

Les grèves immobilisent plusieurs secteurs vitaux. Le mot d'ordre d'une grève nationale de 24 heures a été décrété par trois syndicats dans les hôpitaux, CHU, Centres de santé et dispensaires.
C'est la saison des grèves au Maroc. Il ne passe pas une semaine sans qu'une grève nationale ne soit lancée par un syndicat. Après la grève des fonctionnaires du ministère de l'Agriculture, des salariés de l'OFPPT, des pilotes de la RAM, des agents communaux, un autre secteur vital risque d'être immobilisé : la santé publique. L'UMT, la CDT et l'UGTM ont décrété le mot d'ordre d'une grève nationale de 24 heures le 23 juin 2004. «Ca chauffe dans la scène sociale. Et la grève des médecins et des infirmiers est une preuve supplémentaire du déficit de dialogue entre le gouvernement et les partenaires sociaux», explique un haut responsable syndical qui a requis l'anonymat. Il ajoute que plusieurs décrets relatifs au statut des fonctionnaires dans la fonction publique ont été modifiés de façon unilatérale. «C'est une première qui souligne de façon dangereuse le déficit de concertations entre le gouvernement et les syndicats. Il est à craindre un retour sur un nombre d'acquis sociaux», dit-il.
Et justement, les revendications des médecins, infirmiers, techniciens et administrateurs, dépendant du ministère de la Santé, ont trait à la consolidation d'acquis sociaux. «Leur principale revendication concerne la prime de risque», précise Mohamed Mezzour, responsable à la Fédération nationale de la Santé, affiliée à l'UMT. Cette prime est accordée au personnel tant qu'il est en fonction et supprimée après la retraite. «C'est une aberration ! Une personne qui a contracté la tuberculose ou l'hépatite C dans l'exercice de ses fonctions ne va pas guérir une fois qu'elle a atteint l'âge de la retraite», martèle M. Mezzour. Les médecins et les infirmiers tiennent d'autant plus à cette prime qu'elle représente 25% de leur salaire. Les grévistes ont au demeurant d'autres revendications : révision du statut des médecins et des infirmiers et instauration d'un régime indemnitaire pour les heures de garde. Ils demandent également la suppression de la dernière augmentation des prix de visite et de soin dans les hôpitaux qui a «intensifié le malaise au sein des établissements et donné lieu à des confrontations entre le personnel et les patients». Les CHU, hôpitaux, centres de santé et dispensaires sont concernés par la grève du 23 juin.
A qui vont s'adresser les citoyens s'ils ont besoin de soins médicaux? «C'est pour les citoyens que nous avons maintes fois ajourné cette grève», explique Mohamed Mezzour. Il ajoute que la Primature avait promis aux syndicats d'accorder «un traitement à part» à la santé, mais que cette promesse est restée «lettre morte». Les services de réanimation, d'urgence et de garde seront toutefois maintenus dans tous les hôpitaux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.