Le Parti de l'Istiqlal en tête des élections du Conseil provincial de Khouribga    Le leader indépendantiste catalan Carles Puigdemont interpellé en Italie    Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fraudes : Les Chetrit refont parler d'eux
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 09 - 2004

Les dépôts de David Chetrit sont actuellement sous séquestre. Les agents de douane ont saisi quatre conteneurs de tissus. L'élément déclencheur de l'affaire aura été l'activation d'une société, au nom d'un certain M. Lévy, mise en veilleuse depuis deux années. L'opération a été rondement menée par les enquêteurs de l'administration des douanes. Un suivi rigoureux des conteneurs les a conduits aux entrepôts de David Chetrit. Ce dernier, absent actuellement du Maroc, doit assurément rendre des comptes.
Ceux qui ne tirent pas les leçons de leur histoire risquent, assurément, de la revivre. C'est, malheureusement, le cas des soumissionnaires du régime des admissions temporaire, en général, la famille Chetrit, en particulier. De source douanière, les dépôts de David Chetrit sont actuellement mis sous séquestre. Les agents de douane ont saisi deux conteneurs de tissu au port de Casablanca, alors que deux autres sont dans les dépôts. L'opération menée par les enquêteurs de l'administration de douanes a été bien ficelée. L'élément déclencheur de l'affaire reste l'activation d'une société, au nom d'un certain M. Levy, mise en veilleuse depuis deux années. La société n'avait plus procédé, depuis, à aucune opération en admission temporaire. De manière professionnelle, les agents ont monté une opération de manière à saisir les contrevenants en flagrant délit.
Une fois dans les locaux de la société Levy, ils ont eu affaire à une simple assistante. Par conséquent, l'entreprise n'était pas outillée pour traiter les quantités de marchandises admises temporairement. En parallèle, un suivi rigoureux des conteneurs a conduit les douaniers aux entrepôts de David Chetrit. Ce dernier, absent actuellement du Maroc, aura assurément à expliquer les raisons de la mise à disposition de ces entrepôts. L'enquête suit son cours.
Cette affaire remet à l'ordre du jour la redéfinition des admissions temporaires. Certains opérateurs montrent du doigt l'allégement des procédures douanières. Du temps de l'ex-directeur général, Abderrazak El Mossadaq, certains garde-fous ont sauté. La plus importante mesure portait sur l'établissement d'un procès verbal d'outillage. Les enquêteurs de la douane se rendent chez le candidat à l'admission temporaire. Sa capacité réelle à traiter les quantités déclarées est clairement définie. Par la suite, le long des deux années de délais nécessaires au suivi habituel, l'entreprise est mise sous contrôle. Il faut reconnaître que le dispositif a, certes, été allégé, mais au point de devenir, aux dires de certains, une passoire pour fraudeurs. Il est par conséquent urgent de repenser la formule. Selon les statistiques de l'Office des Changes, les réexportations en suite d'admissions temporaires pour perfectionnement actif avec paiement se sont inscrites en hausse de 16,4 %, au moment où celles sans paiement sont restées quasiment stables, entre les sept premiers mois de 2003 et 2004.
Les réexportations avec paiement se sont élevées à environ 19,5 milliards de DH, à fin juillet 2004, contre 16,75 milliards une année auparavant, précise l'Office des Changes qui vient de publier les statistiques sur les échanges extérieurs du Maroc à fin juillet 2004. La part des réexportations avec paiement dans le total des exportations s'est améliorée de 4 points pour atteindre 38 %. L'Office des Changes précise que ces réexportations ont concerné essentiellement les vêtements confectionnés (14,3 % et les fils et câbles pour l'électricité (11,1%). Les réexportations sans paiement se sont stabilisées, pour leur part, à 18,29 milliards de DH au lieu 18,46 milliards, indique la même source, ajoutant que leur part dans le total des exportations a perdu 1,8 point pour se situer à 35,7 %.
Trois produits représentent 81,3 % de ces réexportations, il s'agit des vêtements confectionnés (47 %), des articles de bonneterie (16,8%) et des composants électroniques (17,5 %, conclut l'Office des Changes.
Dans le cas précis des Chetrit, il faut rappeler qu'ils étaient rattrapés par la tornade assainissante dans les années 1996. Ainsi, David et Simon Chetrit, ont été poursuivis sous nombre de chefs d'accusation, notamment corruption de douaniers, détention de marchandises sans justificatif et enfreinte au règlement des fameuses admissions temporaires.
Après plusieurs procédures (Tribunal de première instance, Cour d'appel, pourvoi en cassation), ils étaient condamnés chacun à trois ans de prison ferme, assortis d'une amende globale d'environ 8 milliards de centimes. Dans le cadre de cette même affaire, 13 agents des douanes ont été condamnés à 18 mois de prison ferme.
Dans la dynamique de cette campagne retentissante, même des hauts fonctionnaires de la douane, au nombre de 21, ont comparu dans le box des accusés. Parmi eux, le directeur général de l'administration alors en exercice, Ali Amor, son prédécesseur, Hammad Jaï Hokaïmi et Ahmed Hamza, ex-sous directeur des douanes, membre de la commission préfectorale de lutte contre la contrebande.
À l'issue d'un procès spectaculaire, marqué par de multiples reports, MM. Amor et Hokaïmi sont condamnés à un an de prison ferme. Jugement confirmé en appel. L'amnistie générale étant décrétée par S.M. le Roi en faveur de tous les détenus de l'assainissement, ceux qui étaient en prison ou en instance de jugement ont été libérés. Une nouvelle page devait commencer. Malheureusement, certains réflexes persistent. Mais loin de généralités, le bon grain côtoie souvent l'ivraie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.